Mon AlloCiné
    The Wiz
    note moyenne
    3,2
    94 notes dont 17 critiques
    12% (2 critiques)
    24% (4 critiques)
    12% (2 critiques)
    47% (8 critiques)
    6% (1 critique)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur The Wiz ?

    17 critiques spectateurs

    jfharo
    jfharo

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 1 232 critiques

    2,0
    Rien de bien original dans cette version du Magicien d 'Oz, l'ensemble est désuet et decevant .
    eric_rebours
    eric_rebours

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 96 critiques

    2,5
    Juste une petite note rapide pour indiquer que dans ce film, ça groove et que mes filles Eva et Chloé ont adoré. On chante encore "Ease On Down The Road" avec Diana Ross et Mickaël Jackson... Pour ceux qui veulent passer un bon moment : http://www.dailymotion.com/video/xa580q_michael-jackson-diana-ross-ease-on_music
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1468 abonnés Lire ses 8 622 critiques

    4,0
    Dans la famille remake colorisè, voici "The Wiz", version noire du cèlèbre "The Wizard of Oz". Près de quarante ans après la pètillante Judy Garland, c'est l'excellente Diana Ross qui se glisse dans le rôle de Dorothy, institutrice frileuse et sans reproche! Un soir de neige, une tornade blanche l'emporte dans un pays fantastique peuplè de sorcières, mais aussi de crèatures innocentes et envoûtèes! Sur son chemin, elle croise Michael Jackson muè en èpouvantail ou encore la chanteuse Lena Horne mètamorphosèe en fèe! Sur une musique magistralement orchestrèe par Quincy Jones, les chorègraphies s'enchaînent, ajoutant la magie du conte une ènergie contagieuse! Film rare et inventif du grand Sidney Lumet, "The Wiz" est devenu depuis un film musical culte des seventies...
    Angela Ki La
    Angela Ki La

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 587 critiques

    2,5
    Ce film a le problème de tout remake, tout bon soit-il, l’inévitable comparaison avec l’original. Pourtant Lumet ne fait aucun effort en ce sens, mais l’histoire est tellement la même qu’on y pense tout le temps, bien qu’on soit dans un autre temps, et un autre lieu. On est dans un New York sans âme, et complètement vide, au sens propre, (est-ce une façon de nous suggérer le monde magique du magicien ? Un monde pas féérique du tout mais plus burlesque ou parodique ?) Les décors font un peu carton pâte. La narration est prétexte aux tours de chants et de danse qui emportent sans problème la partie. On retiendra les chorégraphies très propres avec débauche de figurants, et le groove sans faille de la musique de la Motown. Mais je doute des qualités d’actrices de Diana Ross, que j’aime bien par ailleurs. A un moment j’ai même eut l’impression fausse mais tenace, qu’elle faisait de la pub pour le groupe Toto, car elle cherche tout le temps son petit chien : Toto ! Toto ! Toto !
    lucyinthesky4
    lucyinthesky4

    Suivre son activité 211 abonnés Lire ses 101 critiques

    1,5
    Le principe était intéressant et aurait pu s'avérer amusant : transposer cette légende du film musical qu'est Le Magicien d'Oz dans une ambiance moderne, au son de la musique motown (présence du grand producteur Quincy Jones). Seulement c'est un film assez profondément ennuyeux, et les quelques bonnes idées de Lumet dans la perspective de transposition sont bien mal exploitées. J'apprécie le genre soul des productions de la Motown, mais ici les chansons sont très souvent plates et sans grand intérêt (Michael Jackson dans le rôle de l'épouvantail en sauve quand même quelques unes, en particulier You can't win, très rythmée et bien chantée, naturellement !). Les chorégraphies sont assez inexpressives, ni bonnes ni franchement mauvaises. Le jeu des acteurs ne rattrappe rien : Diana Ross est bien terne ! Dans le cadre des remakes, il est souvent plaisant de sans cesse se souvenir de l'original pour établir les différences et les similitudes entre les deux oeuvres, mais malheureusement ici cela ne fait que montrer la faiblesse de cette version Motown. On n'oublie pas l'original, loin de là !
    photografe66
    photografe66

    Suivre son activité Lire ses 4 critiques

    2,5
    1 étoile pour Michael Jackson et 1 étoile pour Quincy Jones! Sans eux, la comédie ressemblerais franchement a une création d'étudiants en audiovisuel pour l'epreuve du bac ^^ Dommage dommage... le problème essentiel relève peut etre d'une caméra trop fixe, et de dialogues trop immatures et clichés! Reconaissons quand même a ce film d'avoir été plateau de rencontre entre Michael et Quincy... soit l'alchimie parfaite entre un interprete et un producteur!
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Seule véritable tentative de Michael Jackson au cinéma. C'est pas vraiment raté, bon c'est une comédie musicale qui revisite un grand classique, mais l'histoire reste distrayante à suivre.
    nouchka15lolo
    nouchka15lolo

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 246 critiques

    5,0
    Une extraordinaire comédie musical avec un super Michael Jackson
    totoro35
    totoro35

    Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 1 787 critiques

    2,0
    Sorte d'anomalie dans la filmo du grand Sidney Lumet, une version Motown du Magicien d'Oz ultra-kitsch, longuette et souvent à côté de la plaque (Diana Ross en Dorothy, fallait oser !) mais la participation d'un Michael Jackson pas encore giga-starifié faisant preuve d'une belle présence et surtout le délire incéssant et non-sensique de l'ensemble rendent le tout franchement sympathique.
    Marco-cine
    Marco-cine

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 285 critiques

    4,0
    Une première version avait été réalisé par Victor Fleming en 1939 , Sidney Lumet revient après plus de quarante ans avec un casting inédit : Diana Ross et Michael Jackson ! Lorsque Dorothy ce retrouve dans un monde totalement inconnu , seul avec son chien , elle ce demande si il n'est pas entrain de rêver. Lorsqu'elle prend conscience de ce qui ce passe , elle va entreprendre une aventure comme on en fait peu dans sa vie. Elle fera la rencontre de quatre individus , qu'elle suivra jusqu'au bout ( L'épouvantail , L'homme de fer et le Lion , dépourvu de courage ). Un univers digne de celui de Tim Burton , où la fiction est à son apogée et où nos quatre protagonistes/figures livrent de splendides chorégraphies maîtrisés à la perfection !
    piro95
    piro95

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 170 critiques

    3,5
    je deteste les comedies musicales habituellement mais la je suis envouté par la prescence de michael jackson et diana ross et je le trouve vraiment reussi
    Jean-philippe N.
    Jean-philippe N.

    Suivre son activité 74 abonnés Lire ses 833 critiques

    2,0
    Même le JT de TF1 est filmé de manière plus dynamique. On sent malheureusement que la comédie musicale ne fait pas partie de l'univers de Sydney Lumet, contrairement aux thèmes plus politiques et moins oniriques. Mais qu'est il venu faire dans cette galère en forme de Titanic? Diana Ross à l'air particulièrement gnan-gnan, les décors et autres effets dit spéciaux dignes de Star-Trek (la série, pas les films), la plupart des chorégraphies faisant plus penser aux "revues nègres" des années 20 qu'à des numéros de danse génialissimes comme le cinquième Jackson a pu en faire à peine trois ans plus tard. Il reste Michael bien sûr, "encore noir" et avec un nez pas plus ridicule que celui qu'on lui a connu à la fin de sa vie; çà et quelques chansons honorables. Du moins, celles qui n'endorment pas par leur platitude. A noter (à la 115ème mn) la phrase prophétique "Le succès, la célébrité, la fortune, ne sont qu'illusions. La seule chose qui soit réelle, c'est l'amitié que l'on peut partager." Dans la bouche de Michael Jackson, et avec le recul, il est poignant d'en goûter toute la subtilité...
    Attila de Blois
    Attila de Blois

    Suivre son activité 121 abonnés Lire ses 1 610 critiques

    2,5
    "The Wiz" est une comédie musicale adaptant le roman éponyme de L. Frank Baum mais version Blaxploitation. De facto, l'histoire s'inscrit dans la culture noire américaine avec un visuel (décors et costumes) "street" et des musiques contemporaines (de la Soul et du Funk le plus souvent). On note d'ailleurs deux grands noms de la musique pop de l'époque: Diana Ross et Michael Jackson. "The Wiz" est cependant aussi kitsch et niais que le film de Victor Fleming de 1939 mais avec un aspect musical bien plus présent. C'est normal étant donné que le ce long métrage est une adaptation directe d'une comédie musicale de Broadway. Si les chorégraphies sont plutôt bonnes, aucune chanson ne sort réellement du lot et les longueurs sont légions. Trop long, trop enfantin mais le travail d'adaptation mérite d'être salué.
    Ywan C
    Ywan C

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 9 critiques

    3,0
    Une version entièrement afro-américaine de Le Magicien d’Oz, c’est une de ces idées qui semblent absurdes et promises à la navetitude. Mais sous la coupe de Sydney Lumet et la production énergique de Joel Schumacher, c’est bien une petite perle qui a émergé. Enfin… peu de gens semblent partager mon avis. Alors disons plutôt un ovni. L’ambiance afro-américaine frappe d’emblée lorsqu’on pénètre dans le huis clos d’une famille, le bonheur claustrophobique d’un tournage typé Broadway. L’introduction est faible, du reste, portée par la maîtrise de Diana Ross dans le domaine du chant pleuré, mais pas par ses aptitudes d’actrices ni par le bourdonnement familial derrière elle. C’est heureusement prétexte à ce que le célèbre duo toto-dorothyen dise « good bye Kansas » (auquel on substitue pour l’occasion un New York neigeux et un modeste tourbillon floconeux à l’impressionnante tornade), le sésame d’une dimension artistique énorme dont je me souviens bien de l’ennui qu’il causa chez moi, en 2012, lors de mon premier visionnage. Sept ans plus tard, il ne s’est pas vraiment évaporé, cet ennui, mais je peux le justifier par l’omniprésence des décors théâtraux, lesquels nous permettent aussi d’évoluer dans la saveur de peinture et la rocambolesque sporadicité des accessoires : entre deux ou trois mètres carrés de faux tournesols et la circonscription sévère des bouts de scènes dans les coins de l’image, il s’en faut de peu qu’on ne se croie dans une sorte de « Dorothy au Pays des merveilles » où le rêve est diffusé, évanescent, dilué dans les eaux peu profondes du minimalisme. Mais l’extrait d’où vient cette fragrance vaut bien le tout : si le cadre est déjà indice de liberté, elle se trouve surtout chez Michael Jackson, qu’on n’aurait jamais cru pouvoir jouer un rôle « mignon » et danser aussi bien en s’emmêlant les pieds que Diana Ross chante en versant des larmes. Le reste des personnages, qui tombe au petit bonheur la chance sur une histoire dont on a à la peine le temps de se rendre compte qu’elle s’étire et se contracte bizarrement dans le temps, sont autant d’occasions d’exhiber des talents multiples : un maquillage quasi-parfait, et puis des bruitages originaux, étranges pour cette génération encore largement éduquée à la monophonie, sans compter une palanquée de danseurs nous rappelant aux doux émois de vieilles comédies musicales. Il y a aussi des dimensions dans l’émotion ; si elle demeure estropiée par des espaces ouverts seulement par l’écartement des murs du studio (et par la sensation que le voyage avance sur place), elle est aussi cultivée par l’inverse de l’absurde gentillet sous la forme d’une frustration bien concrète, terriblement bien conçue par les taxis qui se mettent hors service dès qu’on veut sauter dedans, par la jungle dont parle le lion et qui paraît n’être nulle part dans ce pays d’oz urbain ou se succèdent magiquement les décors (un effet positif du théâtral, ici), ou même par les larmes et les rires un peu bébêtes qui prennent forme dans la conviction et leur répétition. Le pire, ce sont les interprètes, qui ont le postérieur entre deux époques et entre deux styles, ne sachant trop que faire de ce conte pour enfants adapté pour un grand public mal ciblé. Leurs costumes enfantins jurent avec leur maquillage appliqué, et c’est un coup de chance que les deux ensemble finissent par donner le ton « ovnique » du tout. Quand le scénario s’ouvre naturellement sur sa seconde partie, tout se déroule à coups de baguette magique : ce sont des nœuds qui se défont sans se faire prier, et des répliques fortement attendues qui se glissent sous les rimes riches des chansons. Elles ajoutent à la consistance d’un univers un peu psychédélique, offrant l’échappatoire mélodique à l’enfermement de l’œuvre sur elle-même, mais c’est un peu le faux pas de trop. Conte pour adultes, comédie musicale soignée dans ses détails mais peu soucieuse de l’image d’ensemble, The Wiz nous fait rêver… mais nous fait aussi nous retourner sur une route de briques jaunes signées « comédie musicale », bien loin des notes que, dans un autre monde, Elton John a mises sur elle. De quoi claquer la langue à un claquement de talons. septiemeartetdemi.com
    Hash07
    Hash07

    Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 1 579 critiques

    4,5
    Une des meilleurs comédie musical avec une interprétation magistral du grand Michael Jackson.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top