Mon Allociné
Jimmy P.
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
Note moyenne 3,5 29 titres de presse
  • Positif
  • Transfuge
  • Marianne
  • Critikat.com
  • Ouest France
  • Chronic'art.com
  • Le Monde
  • Paris Match
  • Studio Ciné Live
  • TéléCinéObs
  • Le Journal du Dimanche
  • Ecran Large
  • Libération
  • Les Fiches du Cinéma
  • Les Inrockuptibles
  • Paris Match
  • Télérama
  • Elle
  • Cahiers du Cinéma
  • La Croix
  • aVoir-aLire.com
  • Télé 7 Jours
  • Le Parisien
  • Première
  • L'Express
  • Le Point
  • CinemaTeaser
  • TF1 News
  • Télérama

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de Allociné, de 1 à 5 étoiles.

29 critiques presse

Positif

par Nicolas Bauche

Le dernier long métrage d'Arnaud Desplechin cristallise et dépasse les inquiétudes d'un réalisateur fasciné par la mort et la psyché.

Transfuge

par François Bégaudeau

(...) "Jimmy P." offre à la fois la jouissance de l'élucidation et celle du mystère intact ; la force du simple et les séductions du complexe ; le confort de la ligne droite et le charme sinueux des traverses ; les puissances conjuguées d'un cinéma populaire d'auteur.

Marianne

par Danièle Heymann

"Jimmy P." va relever un sacré défi. Par une mise en scène ample et libre, par le jeu sans faille de ses acteurs (...)

Critikat.com

par Théo Ribeton

Jamais le cinéaste n’a approché avec un tel resserrement, ni une telle sérénité, ce motif originel de son cinéma qu’est la blessure de l’âme. Tapie dans la chair du film, la cicatrice fait graviter autour d’elle tous les voyages intérieurs des personnages.

La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

Ouest France

par La Rédaction

Desplechin signe un film à la mise en scène de facture plus classique qu’à l’accoutumée. (...) Benicio del Toro (...) incarne avec retenue cet Indien renfermé intrigué par ce médecin au fort accent.

La critique complète est disponible sur le site Ouest France

Chronic'art.com

par Murielle Joudet

"Jimmy P." est à l'image de son héros, d'une sourde complexité sans cesse en rétention, cachée sous le manteau, comme une âme avant l'analyse : sous sa solide et minérale simplicité se cache un autre film, introspectif et douloureux.

La critique complète est disponible sur le site Chronic'art.com

Le Monde

par Sandrine Marques

(...) un beau film classique, dense, subtil, foisonnant d'idées de mise en scène (...). Récit de guérison, puissant autant que sensible, "Jimmy P." parle de ces blessures de l'âme qui obligent à redéfinir la notion volatile de folie.

La critique complète est disponible sur le site Le Monde

Paris Match

par Pascal Mérigeau

Desplechin insiste et affine, en virtuose (...), qui a su mettre admirablement en valeur ses deux interprètes, Benicio del Toro et Mathieu Amalric, et se glisser dans les espaces laissés par le livre de Georges Devereux.

La critique complète est disponible sur le site Paris Match

Studio Ciné Live

par Sophie Benamon

Voir le site de Studio Ciné Live.

La critique complète est disponible sur le site Studio Ciné Live

TéléCinéObs

par Guillaume Loison

La psychanalyse, parfaitement maitrisée par le cinéaste (...), produit l’étrangeté du film, en dépit d’une pauvreté visuelle qui au premier abord le fait passer pour ce qu’il n’est pas : une œuvre banale, policée, une peu plate. (...) Impossible par ailleurs de ne pas évoquer la performance magistrale de Benicio Del Toro.

La critique complète est disponible sur le site TéléCinéObs

Le Journal du Dimanche

par Danielle Attali

Cette brillante psychothérapie faite de drame, d'humanité et d'humour, entre le huis clos et le western, est portée par l'élégance et l'intelligence de la mise en scène d'Arnaud Desplechin.

La critique complète est disponible sur le site Le Journal du Dimanche

Ecran Large

par Sandy Gillet

Le western (freudien) vu par Arnaud Desplechin 

Libération

par Olivier Séguret

Desplechin a retrouvé une trajectoire à la hauteur de ses responsabilités. Longtemps maintenu dans le statut émollient de premier de la classe "auteurs", le cinéaste rompt avec le confinement, renoue avec le risque. Et n’est jamais aussi bon que lorsqu’il prend le large.

La critique complète est disponible sur le site Libération

Les Fiches du Cinéma

par Thomas Fouet

Tournant le dos à la manière ample et retorse de ses précédents films, Desplechin négocie un virage classique. Déceptif, mais d'une maîtrise rare.

La critique complète est disponible sur le site Les Fiches du Cinéma

Les Inrockuptibles

par Luc Chessel

Arnaud Desplechin fait migrer son théâtre analytique dans l’Amérique au cœur du XXe siècle et réussit un film ample et presque apaisé.

La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

Paris Match

par Christine Haas

Tandis que deux comédiens d'exception s'apprivoisent, le cinéaste filme cette quête identitaire avec une véritable invention et une grâce aérienne.

La critique complète est disponible sur le site Paris Match

Télérama

par Pierre Murat

[POUR] (...) le film est une ode à cette complicité qui unit les êtres et perdure après leur séparation. C'est cette foi qui émeut, dans ce qu'il y a de plus mystérieux et de plus troublant chez l'homme : le pouvoir de s'aider longtemps.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Elle

par Anne Diatkine

L'histoire d'une rencontre entre deux marginaux en rupture de ban, qui, à leur manière, vont se sauver l'un l'autre. C'est aussi le film le plus apaisé de son auteur.

La critique complète est disponible sur le site Elle

Cahiers du Cinéma

par Cyril Béghin

En se resserrant sur son duo de personnages, Desplechin abandonne les formes chorales qui hystérisaient le montage de ses films précédents et leur substitue cette circulation fluide de signes, mais si fluide qu’elle tourne parfois trop court.

La Croix

par Arnaud Schwartz

Arnaud Desplechin signe une mise en scène sobre, économe de ses effets, concentrée sur son sujet.

La critique complète est disponible sur le site La Croix

aVoir-aLire.com

par Bruno Rit

Il ne fait guère de doute que beaucoup y verront un long-métrage mollasson, uniquement rythmé par les paroles de ses deux protagonistes principaux. Mais cela constitue l’inévitable prix à payer pour profiter d’un film à la portée résolument universelle.

La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

Télé 7 Jours

par Philippe Ross

Superbement mise en scène et interprétée (Benicio del Toro et Mathieu Amalric), cette belle histoire de fraternité touche au plus profond...

Le Parisien

par Pierre Vavasseur

Le problème, c’est que cette plongée en apnée dans les traumatismes — Mathieu Amalric auscultant Benicio Del Toro —  est totalement déconnectée des attentes d’un spectateur lambda.

La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

Première

par Frédéric Foubert

(...) si le réalisateur (...) met son style en sourdine, c'est en réalité pour mieux faire résonner la puissance intellectuelle et émotionnelle de l'ouvrage de Devereux et s'abandonner à la contemplation de la présence minérale de Benicio del Toro.

L'Express

par Eric Libiot

Voir le site de L'Express.

La critique complète est disponible sur le site L'Express

Le Point

par Thomas Mahler

(...) en dépit de la qualité des interprètes ces deux heures de divan sont une invitation au sommeil.

La critique complète est disponible sur le site Le Point

CinemaTeaser

par Rose Piccini

Verbeux, flou : "Jimmy P." a de l'ambition mais Desplechin semble hors sujet.

La critique complète est disponible sur le site CinemaTeaser

TF1 News

par Romain Le Vern

Tous ces artistes (...) ont beaucoup de talent mais l'interaction ne porte malheureusement pas ses fruits. Le sujet est assez génial, puissant. Le traitement, bizarrement tout petit, sans vraie ampleur sous couvert de faire intimiste. (...) Rien à faire : on s'ennuie ferme.

La critique complète est disponible sur le site TF1 News

Télérama

par Frédéric Strauss

[CONTRE] L'usage de l'anglais est un carcan pour ces deux personnages, qui ne parlent pas dans leur langue maternelle. Desplechin, lui, ne filme pas dans la sienne et semble coupé de son énergie naturelle : il reste rivé au protocole de la cure analytique, faisant pratiquement abstraction de tout le reste. 

La critique complète est disponible sur le site Télérama
Les meilleurs films de tous les temps