Mon AlloCiné
    Swim Little Fish Swim
    note moyenne
    3,4
    305 notes dont 66 critiques
    26% (17 critiques)
    29% (19 critiques)
    18% (12 critiques)
    14% (9 critiques)
    8% (5 critiques)
    6% (4 critiques)
    Votre avis sur Swim Little Fish Swim ?

    66 critiques spectateurs

    Cappal
    Cappal

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 38 critiques

    3,0
    Publiée le 24 mai 2019
    Un petit vent de fraîcheur bienvenu dans ce monde gris. Même si ce film n'est pas parfait, j'ai été séduit. On ne sait pas vraiment ce qu'il se passe, mais j'ai passé un bon moment de poésie. 3 étoiles.
    Dominique R.
    Dominique R.

    Suivre son activité

    0,5
    Publiée le 4 mai 2017
    rarement vu un tel ramassis de têtes à claques dans un film,ça donne envie de tous les baffer ! imbuvable,prétentieux,sans interêt;à fuir !
    Peter Franckson
    Peter Franckson

    Suivre son activité 15 abonnés Lire sa critique

    2,0
    Publiée le 30 juillet 2016
    Le film sent l’amateurisme en Super 8. C’est l’histoire d’un couple à New-York (ça rappelle Julie Delpy !) dont le mari, juif, est musicien et peu attaché à l’argent, sa femme étant infirmière. Leur fille, Rainbow (sic) est gâtée et se voit offrir un poisson (à 50 $ U.S. !) par son père spoiler: (qu’elle fera mourir en le sortant de l’aquarium !) . Ils hébergent une jeune française (Lola Bessis), cinéaste (en 8 ou 16 mm !) dont le visa va expirer et dont la mère est une artiste mondialement connue (elle décale son exposition de Berlin pour le MoMA de New-York afin de retrouver sa fille). C’est une succession de scènes anodines. Cela devient un peu intéressant vers la fin mais n’est pas Woody Allen qui veut ! Ni Ingmar Bergman (concernant l’incommunicabilité dans le couple).
    ferdinand75
    ferdinand75

    Suivre son activité 70 abonnés Lire ses 1 162 critiques

    4,0
    Publiée le 24 mai 2015
    Un très joli film au charme fou et au ton très juste. On est dans le New York branché de l’art contemporain et aussi des altermondialistes. On vit presque en communauté, on s’aide, on veut manger Bio et ne pas rentrer complètement dans le système. Une jeune française, fille d’une artiste contemporaine très célèbre, essaye de se faire une place dans ce monde de requins, c’est difficile. Elle est hébergée pour quelque temps par un couple bohème : lui veut faire de la musique mais sans compromission avec le système et ne veut pas d’un travail « normal », mais sa femme, a trouvé un boulot d’infirmière et veut s’intégrer dans la société. Leur petite fille est à mi-chemin, et porte d’ailleurs deux prénoms : Maggie le réel et Rainbow l’alternatif. L’arrivée de la jeune française va servir de révélateur, et chacun va essayer d’aller au bout de son rêve. Le film dégage beaucoup d’humour, beaucoup de fantaisie et aussi beaucoup de respect pour ces personnages qui se veulent hors du cadre. Des scènes absolument cocasses voir délirantes, comme toute la partie où Lola fait le modèle pour des groupes d’artistes nudistes, tous plus fous les uns que les autres. C’est à la fois moqueur, tendre, libéré, à l’image du film, le peintre à la longue barbe très 60’s, dénudé en peignant, en plein NY, nous fait éclater de rire. Le dîner de Shabbat chez les parents du chanteur est formidable, on est proche de l’humour de Woody Allen, un humour fin, mais très corrosif aussi. Les dialogues sont savoureux .Les soirées alternatives données chez le héros sont un régal, avec ce livre unique document, qui se passe de main en main. Tout l’épisode du poisson rouge et de la petite fille est excellent. A noter la magnifique apparition de Anne Consigny, toujours parfaite dans ses interprétations, quelle grande actrice !!! pour une fois elle interprète un rôle de grande bourgeoisie, stylée et charmeuse. Qui lui donnera enfin le premier rôle qu’elle mérite ? La scène finale est superbe où la mère égoïste regarde la création de Lola projeté au MOMA, et montre du respect et de l’attention pour sa fille, qui finalement a juste besoin d’être aimée. De plus toutes ces petites vignettes modernes, vidéo d’art contemporains sont excellentes et intelligemment intégrées dans le récit. La jeune Lola Bessis a un talent fou aussi bien devant la caméra, actrice charmante, naturelle, juste et talentueuse que dans son rôle de co- réalisatrice. Le jeune Dustin Guy Defa est formidable en Pierrot lunaire qui rêve de pureté et d’un monde sans argent, il n’arrive pas à payer, ne peut pas toucher des Dollars. Un film très émouvant, très poètique, au charme fou, avec beaucoup de profondeur aussi, qui peut se lire à plusieurs niveaux : la fin de l’insouciance de la jeunesse, la difficulté de la créativité, l’accès à la maturité. C’est bien dommage que des films comme cela ne trouve pas leur public, car c’est un très bon film qui pose des questions passionnantes, contemporaines, tout en nous amusant. Une des grandes émotions cinématographique de ces dernières années. En espérant que ces deux réalisateurs puissent nous donner d’autres Opus dans le futur.
    Shelle
    Shelle

    Suivre son activité Lire ses 5 critiques

    1,0
    Publiée le 10 janvier 2015
    Eh bien je cherche le chef d'oeuvre que les commentaires précédents clament haut et fort. Personnellement je me suis profondément ennuyée. Peut-être y aurait-il eu matière si l'histoire s'était passée dans un autre milieu avec des personnages un peu plus rugueux. On a déjà du mal avec la pauvre "fille d'une" grande artiste internationalement reconnue et admirée, qui se cherche en tant qu'artiste et fille... Mais la fin du film, franchement c'est too much. Tout ça pour en arriver là, une fin sans surprise.... Et Anne Consigny en artiste d'art contemporain, pas très convaincante... On l'a connue meilleure. Quant au musicien bric à brac et ses rapports compliqués avec sa compagne qui assure le gagne pain, c'est un peu trop cliché, on a du mal à adhérer.
    Loïck G.
    Loïck G.

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 302 critiques

    3,5
    Publiée le 3 novembre 2014
    C’est un film léger et drôle (la pompe à l’essence, chapeau), qui retient à l’excès le drame latent qui risque de se produire quand la femme découvrira que son mari est vraiment resté un grand enfant. Cruelle désillusion devant la maison de ses rêves, parce que lui ses rêves sont ailleurs, et qu’il préfère accueillir dans son modeste appartement le tout venant de la vie new-yorkaise. Une française s’incruste, elle m’agace, mais elle joue son rôle. C’est Lola Bessis, qui réalise également ce film avec son compagnon Ruben Amar. Entre désirs et réalités leur mise en scène fait de jolis sauts de puce qui n’en finissent pas de reprendre la vie là où elle est. Avis bonus Un mini concert à l'issue d'une avant première, pourquoi pas... Pour en savoir plus
    garf25
    garf25

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 121 critiques

    4,0
    Publiée le 22 août 2014
    Comédie philosophico-arty qui s'attache à montrer les difficultés et contradictions de la vie New-Yorkaise décalée. S'il n'est pas totalement réussi, le film a au moins le mérite de poser trois questions importantes : quels compromis un artiste peut-il (doit-il) faire entre son art et le confort de sa famille ? Quel valeur ont nos rêves, et surtout le premier et plus partagé d'entre eux, le rêve d'avoir une maison confortable dans lequel élever ses enfants ? Enfin, comment gagner l'estime de sa maman ? C'est déjà pas mal, surtout si on apprécie l'atmosphère enchantée et joueuse qui imprègne l'ensemble du film.
    Minh V
    Minh V

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 662 critiques

    3,0
    Publiée le 5 août 2014
    Devant Swim little fish swim, il y a d’abord un formidable sentiment de fraicheur puis certaines similitudes, ressemblances sautent aux yeux. Ça commence déjà par la découverte de notre pote Lola Bessis (fille de Daniela Lumbroso) avec ses faux airs de Rose Byrne qui signe ici sa première réalisation en collaboration avec Ruben Amar. On obtient un film qui se définirait comme un joyeux bordel évoquant le cinéma offert par Julie Delpy et symbolisé par le personnage inventif de Leeward qui se sentirait comme un poisson dans l’eau dans l’univers de Michel Gondry. La scène des céréales de la petite Rainbow (adorable cette Olivia Costello !) résume finalement assez bien le film ; sur le coup c’est une jolie & sympathique découverte mais très vite on ne sait plus trop quoi en faire.
    Léa A
    Léa A

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 15 critiques

    4,0
    Publiée le 4 août 2014
    New-York, une jolie française, des artistes, du rêve et une enfant. Que faut-il de plus pour faire un beau film aux nuances oniriques, dans lequel plonge le spectateur dès les premiers plans (...)
    llehuede
    llehuede

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 298 critiques

    2,5
    Publiée le 7 juillet 2014
    P'tit film sans gros moyen...... Histoire banale - beaucoup de caméra portée ....
    Seemleo
    Seemleo

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 637 critiques

    2,0
    Publiée le 30 juin 2014
    Les critiques d'art de la Moma à New York refusent le travail artistique de l’héroïne en herbe de l'histoire, ils jugent son travail: "sympathique mais manquant d'originalité". Une mise en abîme involontaire du film. Ecrire un scénario sans tension dramatique, ce qui est le cas ici, nécessite un soin particulier : ambiance, acteurs, dialogues, personnages, symboliques. Quoiqu'il en soi, en fonction du talent du réalisateur et de son inspiration, le résultat peut être brillant ou plonger le tout sans filet dans les navets. "Swim Little Fish Swim" dégage un charme certain dans sa partie new-yorkaise. Ce qui cloche, ce sont les scènes parisiennes laborieuses et ratées. On ne croit pas une seconde à la maman artiste. La scène finale sensée être émouvante, laisse de marbre et frise le ridicule. Globalement, on dirait la première oeuvre d'un cinéaste prometteur, mais qui a encore du pain sur la planche.
    Myene
    Myene

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 338 critiques

    3,0
    Publiée le 21 septembre 2014
    Une bluette qui surfe sur la capacité sans cesse renouvelée qu'a New York de catalyser énergie et création pour des artistes en herbe..Le personnage et le parcours de Claire la jeune Française "à l'Ouest" sont par trop stéréotypés que cela en devient irritant mais le musicien New Yorkais lunaire, totalement à la charge d'une épouse exemplaire s'avère comme sa petite musique plus intéressant et profond qu'a la première écoute..
    nikolazh
    nikolazh

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 816 critiques

    2,0
    Publiée le 24 juin 2014
    Parce qu'un film de bobos parisiens tourné à New York, c'est encore plus la classe, nous voila projetés dans le milieu de l'art underground au travers le parcours d'une gamine qui se cherche en tant qu'artiste, ayant du mal a exister face à sa mère, peintre reconnue. Elle traverse la vie d'un père de famille qui lui aussi se cherche, musicien qui se refuse à faire de l'argent avec son art... Des personnages lunaires mais surtout égoïstes, qui finissent par devenir antipathiques, dans un environnement caricatural au possible et histoire très premier degré. Il manque une grande finesse d'écriture pour donner de la légèreté à tout ça, de la poésie, et surtout de l'humour au travers d'un second degré qui aurait été salvateur. Bref, ça part d'un bon sentiment, c'est surement fait avec les tripes, mais c'est terriblement maladroit et indigeste. Un film raté donc, mais qui promet de belles choses à venir.
    wandas
    wandas

    Suivre son activité 37 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 23 juin 2014
    Ce film est une petite merveille, dans un style qui se fait rare au cinéma. On ressort ébahi et émerveillé !
    Aurore C.
    Aurore C.

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 198 critiques

    3,5
    Publiée le 22 juin 2014
    Un bon film! L'histoire est bien et originale. Je ne me suis pas ennuyer pendant la séance!
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top