Mon AlloCiné
    De l'usage du sex toy en temps de crise
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "De l'usage du sex toy en temps de crise" et de son tournage !

    Acteur de sa maladie

    Il y a maintenant sept ans, Eric Pittard a été diagnostiqué d'un cancer du sang. Une nouvelle qui l'a considérablement affaibli et a changé sa vie à jamais. Ce film l'a en partie aidé à reprendre pieds et à rester dans le système, comme il l'explique lui-même : "J’ai la chance de pouvoir écrire. C’est d’abord une manière de s’occuper. Puis, aussi, un outil qui permet de retrouver des codes. C’est une manière d’exprimer l’injustice qu’on ressent d’être tombé malade. On passe de l’état de victime à celui plus actif, de créer. J’ai perdu des choses à cause de la maladie. Mais elle m’en a fait gagner d’autres, ce film en est la preuve."

    Réplique d'entrée

    La première phrase du film, "J'ai fait le con!", n'indique pas seulement qu'Eric Pittard s'exprimera à la première personne du singulier, mais ancre le début du film dans une situation réelle, de laquelle l'homme se détachera ensuite.

    L'intime et le collectif

    Les premières images voient Eric Pittard brandir un sex toy d'une main, et une pellicule de film de l'autre. Pour lui, cette dernière s'impose comme symbole de toutes les images qu'il a filmées dans sa jeunesse militante, combats et luttes sociales, et dans sa carrière de documentariste. Le sex toy, lui, représente l'intimité du corps, de l'individu, longtemps dissocié des combats politiques. Selon les mots d'Eric Pittard, "Brandir le sex toy et la pellicule du film, c’est réconcilier l’intime et le collectif."

    Présent et passé

    De l’usage du sextoy en temps de crise mêle des situations du réel avec des archives d'images qu'Eric Pittard a lui-même tournées, sur lesquelles il a rajouté des histoires inventées.

    Improvisation

    Eric Pittard a travaillé avec des comédiens professionnels, mais également avec des personnes du réel, à qui il a demandé d'improviser autant que possible. Chaque protagoniste était libre de ses gestes et de ses paroles, mais à chaque fois dans un cadre prédéfini : constamment sur le fil du rasoir.

    Questions de longue date

    Les questions que se pose Eric Pittard dans le film - sur le sexe, le désir, la vie de couple, le mouvement de libération des femmes - lui sont restées à l'esprit depuis ses 20-30 ans, et lui sont revenues pour les besoins du film avec force alors qu'il voit les jeunes d'aujourd'hui découvrir les romans de Jack Kerouac ou William S. Burroughs.

    Musique jazz

    La musique jazz (composée par Yann Pittard) tient une place importante dans le film, principalement sur les images d'archives du musicien Bernard Lubat qui joue de l'accordéon ... un instrument pourtant peu associé avec la musique jazz!
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Joker (2019)
    • Ad Astra (2019)
    • Au nom de la terre (2019)
    • Gemini Man (2019)
    • Downton Abbey (2019)
    • Rambo: Last Blood (2019)
    • Maléfique : Le Pouvoir du Mal (2019)
    • J'irai où tu iras (2018)
    • Un jour de pluie à New York (2018)
    • Deux Moi (2018)
    • La Vie scolaire (2018)
    • Chambre 212 (2019)
    • Le Dindon (2018)
    • Donne-moi des ailes (2019)
    • Alice et le maire (2018)
    • Ça : Chapitre 2 (2019)
    • Portrait de la jeune fille en feu (2018)
    • Papicha (2019)
    • Sœurs d'armes (2018)
    • Shaun le Mouton Le Film : La Ferme Contre-Attaque (2019)
    Back to Top