Mon AlloCiné
    Fight Club
    note moyenne
    4,5
    74311 notes dont 2650 critiques
    64% (1708 critiques)
    21% (562 critiques)
    5% (137 critiques)
    4% (103 critiques)
    3% (73 critiques)
    3% (67 critiques)
    Votre avis sur Fight Club ?

    2650 critiques spectateurs

    The Cinephile World
    The Cinephile World

    Suivre son activité 101 abonnés Lire ses 607 critiques

    5,0
    Publiée le 22 mai 2013
    Vu que plein d'amis à moi m'ont dit que ce film est génial, pour cela, j'ai donc décidé de le regarder, et effectivement, ce film est super, mais un peu compliqué, selon moi. spoiler: Le narrateur de Fight Club est un expert en assurances, spécialisé dans les accidents de voitures. Trentenaire célibataire, désillusionné par la vie, il souffre d'insomnie chronique et cherche une façon de s'évader de son existence monotone. Refusant de l'assister par médication, son docteur lui suggère de participer à des thérapies de groupe contre divers troubles et maladies pour relativiser son état de souffrance. Le narrateur rejoint donc un groupe de victimes du cancer des testicules et s'aperçoit que se faire passer pour une victime lui permet de se sentir en vie et de soigner son problème récurrent d'insomnie. Il y prend goût et décide d'intégrer d'autres groupes d'entraide mais remarque bientôt qu'une femme, Marla Singer, participe comme lui à toutes les thérapies de groupe. Incommodé par la présence d'un autre imposteur, il négocie avec elle pour qu'ils se répartissent les différentes séances hebdomadaires. C'est alors qu'il fait la connaissance de Tyler Durden en revenant d'un voyage d'affaires. C'est un charismatique vendeur de savon qui lui laisse son numéro de téléphone au cas où. De retour chez lui, le narrateur découvre que son appartement a été détruit par une explosion. Il décide de téléphoner à Tyler et les deux hommes se rencontrent dans un bar. Leur discussion sur le consumérisme amène le narrateur à se faire inviter chez Tyler pour y passer la nuit. En sortant du bar, ce dernier lui propose de le frapper. D'abord hésitant, le narrateur se décide à lui donner un coup de poing. S'en suit une bagarre entre eux qu'il trouve particulièrement vivifiante. Puis Tyler l'emmène dans la maison délabrée où il vit et où le narrateur prend rapidement ses quartiers. Les jours suivants, les deux hommes prennent l'habitude de se battre derrière le bar, ce qui finit par attirer l'attention de quelques clients qui demandent à participer. Tyler et le narrateur décident alors de former le Fight Club, un cercle exclusivement composé d'hommes, axé autour de combats ultra-violents se déroulant dans les sous-sols du bar. Peu à peu, le narrateur découvre une nouvelle façon de vivre et de voir les choses. Tyler le pousse à s'affranchir des règles sociales, ce qui a vite des conséquences sur son travail. Mais il s'en moque car il a pris goût au Fight Club et à sa violence rédemptrice. Par contre, il n'apprécie pas que Tyler commence une relation avec Marla Singer et ceci va l'amener à reconsidérer le bien fondé de leurs actions. Il s'inquiète notamment de la dernière trouvaille de Tyler, le mystérieux Projet Chaos qui amène les membres du Fight Club à se transformer en une milice dont le but reste peu clair. Il reproche à Tyler de le tenir à l'écart et décide d'arrêter le projet lorsqu'une opération de sabotage provoque la mort d'un de ses membres. Le narrateur suit les traces de Tyler, qui a soudainement disparu, à travers le pays et découvre avec horreur que Tyler n'existe que dans sa tête. Il est en effet victime d'un dédoublement de personnalité. Embarqué dans un dialogue avec son autre lui-même dans lequel il ne se reconnait plus, il tente de discuter des actions de Tyler car le projet a pour but de détruire des immeubles qui hébergent des sociétés financières, effaçant ainsi toute trace des données bancaires du pays. Se rendant à la police pour se dénoncer, le narrateur découvre avec stupeur que son organisation a infiltré les lieux. Il parvient de justesse à s'échapper du commissariat et se rend dans un immeuble piégé. Mais Tyler apparaît pour l'empêcher de désamorcer les explosifs et ils commencent à se battre dans le parking de l'immeuble. La scène est filmée par des caméras de surveillance et on découvre sur les images que le narrateur se bat tout seul, contre lui-même. Dans son esprit, c'est Tyler qui finalement l'emporte... Un Chef d'Oeuvre, 5/5.
    Guillaume182
    Guillaume182

    Suivre son activité 91 abonnés Lire ses 1 189 critiques

    5,0
    Publiée le 8 août 2010
    A déplorer le Lynchage gratuit de la presse se donnant un semblant d'intellectualisme pour casser ce Chef d'oeuvre parcequ'il n'arrive pas à suivre l'évolution du cinéma. C'est ce film qui m'a vraiment donner envie de m'interesser au cinéma. Tout simplement exceptionnel, un véritable Chef d'oeuvre, et un des meilleures films que j'ai vu. On est totalement passionner par ce film et à aucun moment nous vien l'idée de décrocher. Au tout début ont est un peux perdu, car le film n'est pas facile d'accés mais au fur et à mesure que le temps avance ont est totalement absorber par l'histoire, et la fin est véritablement bluffante. Un film qui à un véritable méssage et qui dénonce les travers de notre société de consommation. Des personnes qui se font volontiers passer pour malades pour être écouté, la preuve que le monde n'a aucun s'avoir vivre. Le scénario et les acteurs, ainsi que la réalisation sont Grandiose!!! Réplique cultes, film culte. Brad Pitt et Edward Norton sont Exceptionnels.
    Hunter Arrow
    Hunter Arrow

    Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 406 critiques

    3,5
    Publiée le 4 janvier 2013
    Film culte pour toute une génération au même titre que la Fureur de Vivre, je trouve que ce film souffre des mêmes défauts dans son fond. Ce qui peut de prime abord paraitre pour de la révolte, relève ainsi du nombrilisme et de l'auto apitoiement sur soi, ce qui explique que je fus fatigué d'entendre la voix off de Norton et son éternelle complainte de "la société c'est pourri". Je ne donne pas tort sur tout, mais j'ai toujours eu pour philosophie que si les gens dépensait la moitié de l'énergie qu'ils ont pour se plaindre à se sortir les doigts du cul; surement avanceraient ils davantage. Donc en gros le propos du film où en tout cas la façon dont il le déballe est en contradiction avec mes opinions personnelles. Après en ce qui concerne le reste, il n'en demeure pas moins sympa et divertissant. Le ton est décalé, les acteurs excellents, la forme géniale. Si l'on excepte l'omniprésence de la fatigante voix off, le film est d'un point de vue formel, irréprochable. Donc pour conclure si je ne passe pas un mauvais moment de cinéma devant ce Fight Club, il m'est difficile de l'apprécier au delà plus que ça, la faute à un fond cruellement nombriliste et navrant.
    ServalReturns
    ServalReturns

    Suivre son activité 62 abonnés Lire ses 201 critiques

    5,0
    Publiée le 9 août 2012
    Quelle stupeur lorsque je me suis rendu compte que je n'avais encore jamais écrit de critique de ce chef d'oeuvre sur Allociné ! Après avoir lu le roman original et rererevu FIGHT CLUB, je me suis dit qu'il était temps de rattraper ce retard ! Le film, assez fidèle au livre dans l'ensemble, se révèle toutefois plus efficace, grâce au talent de metteur en scène de David Fincher, mais aussi de l'interprétation démente d'Edward Norton et de Brad Pitt, déchaînés, qui trouvent ici leur meilleur rôle. De plus, le scénario, parfaitement abouti, et la portée du film font de ce chef d'oeuvre le meilleur film de son réalisateur, mais aussi l'un des meilleurs de l'histoire du cinéma ! Indispensable !
    DenbroughX
    DenbroughX

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 309 critiques

    5,0
    Publiée le 20 décembre 2009
    Tout simplement excellent!!!!Un tandem de feu mené par Ed' Norton et Brad Pitt au sommet de leur art !La realisation de David Fincher est très maitrisé et assez fidéle au livre de Palahniuk!!Ce film est surtout une satire de la société plutot qu'une succession de combat et de violence inutile. Cela montre par la maladie du narrateur(scizophrénie)qu'il est impossbile de ne pas devenir fou quand on observe le monde qui nous entourre!A voir et a revoir!!!!!!
    Vincent_59179
    Vincent_59179

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 189 critiques

    5,0
    Publiée le 5 novembre 2011
    un thriller intense, psychologique et très bien réaliser, et au acteur parfait, un grand moment de cinema
    Mr.64fityfive
    Mr.64fityfive

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 111 critiques

    5,0
    Publiée le 3 septembre 2012
    Que dire de Fight Club ? Déjà, c'est un des films favoris. Je l'ai vu quand il est sorti en DVD. C'est un pote qui m'a dit ça : - tiens, matt, tu devrais le regarder, Fight Club, c'est un très bon film même s'il n'y a que des mauvaises critiques. - t'es sur ? Ca pas l'air génial, ton film... Je l'ai visionné, une fois, et quel choc ! Depuis je l'ai vu des milliers de fois, j'en suis accro, toujours ce même choc intemporel, incomparable à aucun autre film ! Fight Club, ce n'est pas qu'un film noir et unique, explosif et controversé, non, ça va beaucoup plus loin dans la reflexion... Fight Club, c'est un film qui ne laisse personne indiferrent : c'est la REVOLUTION psychologique !! Bon, je me suis peut- être emballé, mais j'ai de sérieux arguments pour dire que c'est sans doute LE film culte de toute une génération, le premier grand film à l'aube du XXIe siècle, un film unique en son genre : Fight Club est adapté du roman du même nom par David Fincher, un des plus réalisateur de sa génération. Fight Club doit sa réussite à son intrigue et son histoire sublime, l'histoire d'un type sans histoires qui essaye de trouver un sens à sa vie et qui est amené à faire les mauvais choix. Il rencontre le charismatique Tyler Durden qui prone une philosophie bizarre de la vie : s'améliorer soi-même étant de la masturbation et trouver le confort est le propre des faibles, seul l'autodestruction donne un sens à ce qu'on est. "Hypnotisé" par Tyler, notre héros, nommé Jack, s'enfonce dans le monde noir de Tyler au fur et à mesure du film, se liant d'amitié avec lui, leur amitié débouche sur la création d'un divertissement ultra violent : le Fight Club, un club de boxe clandestin où les gens s'affrontent à mains nues dans des combats ultra violents. Peu à peu, le fight club devient vite populaire, Tyler devient une icône contre la société de consommation et le héros se rend compte qu'il créé une armée contre notre société. Alors qu'il se remet en cause lorsque Tyler disparait, Jack le rattrape et découvre la dure vérité... Ne trainons pas que sur le contenu de l'histoire tellement elle est parfaite, l'esthétique de l'oeuvre est splendide, l'ambiance malsaine, sombre, anarchiste et violente est accentué tout au long du film avec le mal-être du héros qui se sens mal dans sa peau est superbe, le jeu des acteurs est excellent (surtout brad pitt en tyler durden), la réalisation est, que dire, fait partie de l'histoire, elle la décrit tellement bien, la réalisation est géniale, à tous points de vues : Fincher nous a montré quelque chose de poignant, de dur, d'un véritable coup de poing et a exploité parfaitement l'ambiance du film avec une rare maitrise, il a aussi poussé un peu plus loin les limites explosives de sa réalisation et a réussi à imposer son style noir avec brio. Rien que pour cela, le film mérite un tonnerre d'applaudissements. La B.O envoutante et electrique des dust brothers esy juste à tomber par terre, Fight Club regorge tellement d'idés explosives avec un humour féroce que les gardiens de la morale ont crié "danger!" et l'ont assassiné, certains disant que c'est une propagande nazie, d'autres disant que c'est une célébration de la violence. Certes, le film est violent, mais une seule personne meurt dans le film et malgré les scènes de bagarre, le film est justement ici pour donner une impression de plongée implacable dans la violence, le sexe, qui distille une peur typiquement masculine : perdre le pouvoir, et le contrôle de soi. Le film soulève une question interessante : est-ce que quelqu'un peut détruire une société entière et essayer d'imposer sa vision du monde par la violence ? Cela se pourrait, et donc le film est anti- violent car il dénonce les actes de brutalité de Tyler. Fight Club, c'est aussi des dialogues et des scènes cultes, des scènes que l'on peut difficilement oublier. Le film vous oblige à avoir des pensées dangereuses, et donc à avoir peur. Vous devez avoir peur car vous pensez que cela peut arriver en vrai ! C'est l'objectif du film, à faire une reflexion sur un sens à notre monde, à la vie. Bref, Fight Club, c'est un film "défouloir" qui libère les frustrations de type d'une génération, notre génération X, contre notre propre société que nos pères nous a transmis avec tant de suffisance. Quand on a regardé ce film, on a maintenant une autre vision du monde et de la vie et tant mieux ! Un pur chef d'oeuvre noir et sombre de Fincher. Je pourrais écrire un roman sur ce film mais je vais m'arrêter là... A voir ABSOLUMENT ! "Règle n°1 du fight club : il est interdit de parler du fight club." "Les choses que nous possédons finissent par nous posséder." "S'améliorer soi- même, c'est de la masturbation." "Vous n'êtes pas votre job." "Est-ce que je dormais ? Est-ce que j'avais dormi ?" "Tu es dr Jekyll et mister Connard" "On a frôlé la vie !" "Dans la mort, un membre du projet K.O a un nom. Oui, Il s'appelle Robert Polson." "C'est le point G, le point 0. Là, ça devient excitant." "Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence."
    damien t.
    damien t.

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 203 critiques

    5,0
    Publiée le 30 mars 2014
    FIGHT CLUB est un film noir et violent mais tellement exceptionnel tant par sa mise en scène admirable signé David Fincher que par son casting en béton, Brad Pitt et Edward Norton qui sont extraordinaire. Voila un pur chef-d'œuvre du cinéma.
    Alex-Stryker59
    Alex-Stryker59

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 193 critiques

    5,0
    Publiée le 6 décembre 2011
    Une fresque déconcertante. Des répliques mémorables, une esthétique austère, une narration étrange. Ce film critique la société de manière expéditive, sans aucun ménagement. Tout en prend plus ou moins pour son grade. La société de consommation, la dictature de l'apparence physique, la famille, le Capital, le patron, la propriété privée et même l'ordre public .... tout est remis en cause dans ce film. Des commentaires ironiques de la part du narrateur sur les activités menées dans le film. Une apologie du désordre et de l'anarchie. Bizarrement, Tyler et Jack gardent une certaine élégance malgré la condamnation des marques, des modèles de magazine et du conformisme, condamnation qu'exerce Tyler. spoiler: Leur activité pour "se détendre", c'est la baston gratuite. Et s'ils se retrouvent à l'hosto, ils inventent une histoire de chute dans les escaliers... la maison de Tyler est toute pourrie mais il s'en fout complètement, c'est un personnage astreint de toute considération matérielle. Aucun scrupule à voler une Ferrari puisqu'il considère la propriété privée comme néfaste. Les Fight Clubs se développent à travers les USA comme une force insidieuse révolutionnaire. Fight Club est un film qui critique la société dans ses aspects les plus élémentaires. Le personnage de Tyler veut que les choses les plus importantes soient ce que l'être humain ressent en extase directement. spoiler: Il aime se battre, s'envoyer en l'air avec Marla, fabriquer des savons avec des graisses humaines... Tyler est fascinant. Ce personnage déteste que l'on tourne autour du pot et que l'on aille point au bout des choses. Il ne sait pas s'arrêter. Devenant le meilleur ami de Jack -son alter ego ?? Et si Jack et Tyler étaient deux personnes avec des âmes emboîtables ??- spoiler: il est capable de balancer de l'acide sur la main de son ami qui hurle et il se justifie en disant : "C'est le meilleur moment de ta vie et t'es en train de tout gâcher." Fight Club critique la planification des choses et promeut la vie sur le vif. On introduit le film sur une scène dont on ne sait même pas s'il faut en rire ou en pleurer : spoiler: l'homme obèse atteint du cancer en phase terminale qui rencontre Jack .... et pour finir il entrera au Fight Club lui aussi, arguant le meilleur de cette activité. Grand chef d'œuvre. La société y est critiquée avec la même intensité que dans Orange Mécanique.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 29 avril 2014
    Ce que j' adore dans fight club c' est son coté véridique du film , le réalisateur david fincher a eu raison et nous a montré ce qu' était le commerce , en fait le commerce nous vend souvent des choses inutiles . Comme par exemple je pense au iphone chaque année il nous en sorte un nouveau pas très différent de l' ancien , la seul modification par exemple est le fait de mettre plus de pixels et de rajouter plein de trucs inutiles et tout ça pour nous vendre un produit pareil que l' ancienne édition et de nous le faire payer , la peau du cul et moi c' est ce que j' appelle du foutage de gueule . Chaque année on nous en**** et nous comme des imbéciles on ouvre notre porte monnaie . Déja qu' on a du mal a gagner no vie , il faut pas nous prendre notre argent quand méme . Mais bon revenons au film , après l' excellent seven , david fincher nous offre fight club , une perle rare du cinéma et franchement david fincher ose dire la vérité . Comme on peut le voir dans le film , le personnage de tyler durdenn joué a merveille par brad pitt , a tout compris . Ce qui a compris c' est que nous somme que des consommateurs et qu' on a pas besoin de ces merde pour vivre . Comme on peut le voir dans le film tyler durdenn et le narrateur joué par edward norton vive dans un taudis , la maison est détruite , par exemple quand il pleut la pluie traverse le toit , les murs sont dégueulasse et leurs conditions de vie sont vraiment faible et pourtant il arrive a vivre sans leur télé , sans argent et surtout sans hygiène . ATTENTION GROS SPOILER . Si il y a un truc que je ne comprend pas dans le film c' est pourquoi tyler durdenn veut toucher le fond . Et méme la folie de tyler va l' obliger a créer un nouveau groupe , au début c' était le fight club . Endroit ou que les personnes venait pour devenir fort et devenir des hommes et ensuite la folie de tyler et sa haine envers les produits qui nous font perdre de l' argent l' oblige a créer le projet chaos . Le projet chaos est fais pour détruire des monuments , des magazins , des immeubles , tout ça pour tous recommencer a zéro . Car a la fin quand tyler veut faire exploser tous les batiments de la banque et de la bourse c' est pour que tous le monde recommence a zéro et sont au méme point de départ que tyler durdenn et le narrateur . Ensuite dans le film on a le problème de dédoublement de personnalité de tyler par ce que en faite , le narrateur joué par edward norton et tyler durdenn . Le narrateur en avait d' étre un consommateur et voulait le fond sauf que pour ça il fallait qu' il s' invente un ami imaginaire et c' est la que viens son hallucination . Et cela pose un problème par ce que tyler a une liaison envers marla synger . La nuit quand il fait l' amour avec marla , il se prend pour son ami imaginaire , et le matin il ne se souvient plus de rien et deviens désagréable avec marla synger et cela pose un véritable problème c' est que le personnage de tyler durdenn et de marla synger se perde un peu . Et a la fin les deux personnages devienne complétement abasourdi et ne comprenne plus rien a ce qui se passe , un peu comme le spectateur . Bon je crois que j' ai suffisament écrit donc je vous laisse , salut .
    Saveurs-sovietik
    Saveurs-sovietik

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 20 critiques

    5,0
    Publiée le 17 avril 2013
    Un chef d'oeuvre. Fight club est un des film qui est devenu le plus rapidement 'CULT'. Avec 2 acteur extraordinaire qui peuvent vraiment jouer n'importe quel rôles. Et quand on regarde ce film pour la seconde fois on peut sourires a certains clin d'oeil : "t'etais ou la skyzo boy ?" Un film figurant dans le top 10 des meilleurs films de tous les temps! velikolepnyy !!
    letsrock-baby
    letsrock-baby

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 61 critiques

    5,0
    Publiée le 25 novembre 2012
    Film incompris par le public et la presse a sortis, Fight Club c'est au fil des années transformé en chef d'oeuvre populaire. Ce a quoi je souscris totalement. Dans la forme l'oeuvre de Fincher est sombre, crade et ultra violente, le réalisateur ne ménage pas le spectateur en matière de scène choc et brouille notre perception du réel avec brio, l'intrigue semblant se dérouler dans un monde a part, un univers chaotique sale et torturée . Sur le fond le film est une critique peu subtil de la société de consommation et du modèle économique sociale actuel, Fight Club reste une oeuvre au message anarchico-nihiliste totalement décomplexé, un film qui apporte une certaines fraîcheurs dans le cinéma politiquement correcte américains. Une oeuvre franche et décomplexé.
    Zsnake
    Zsnake

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 24 critiques

    2,5
    Publiée le 8 avril 2015
    Fight Club un film noir ? Dérangeant ? Je n'en ai pas l'impression, mais c'est un film qui fait relativiser sur beaucoup de choses tant au niveau personnel que global. Cependant derrières ces allures pessimistes on retrouve un personnage pathétique qui se réalise au travers d'un autre personnage, bien plus haut en couleurs. Mais s'en est stupide, une absence effrayante de logique face à un conditionnement sociétal, un anarchiste sociopathe face à un cadre d'entreprise. Fight Club nous présente alors cette dualité de pensée spoiler: au sein d'un même individu mais qui est loin du visionnaire ou même de l'observation "futée" : d'un côté nous avons l'archétype du travailleur occidental (si ce n'est standard), terne, morose, tant dans son interprétation que dans sa réalité on n'y fait qu'égratigner la surface d'un système complexe qui caractérise la société; et de l'autre côté on ne va pas chercher bien loin, comme si on mettait une image en mode négatif on a Tyler, sans logique sans rien, le fond du trou, une simple variable chaotique qui, comme dans un système de prise de décision, fout littéralement le bordel dans un monde saturé. Mais qu'on ne s'y trompe pas, si je trouve l'interprétation et l'observation des rôles limitée il n'en demeure pas moins que leur interaction porte un fruit viable : qui est réellement au fond du trou, quelle pensée est dans l'absolu la meilleure, la plus saine, la plus viable ? C'est là que Fight Club commence à nous faire relativiser, spoiler: un esprit malmené se lâche et dans son extrémisme il met à jour des fondations hors normes toutes aussi vieilles que celles de notre société et, point le plus effrayant, complémentaires. Dernier point, celui qui a sûrement le plus affecté ma note : la conclusion, je ne dis pas fin car je ne parle pas de la fin mais bien de la conclusion. spoiler: Ce dédoublement de personnalité se résout avec une balle dans la mâchoire, sérieusement ? La secte du Fight Club elle devient quoi après ? On démarre vraiment une histoire d'amour avec ces deux allumés du bulbe ? On fait vraiment sauter les immeubles dont la question de la destruction nous mange un bon tiers de l'intrigue ? Ça fini vraiment comme ça ? Toute façon moi je me douche au shampoing.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 790 abonnés Lire ses 5 022 critiques

    3,0
    Publiée le 12 septembre 2018
    Vu il y a une petite vingtaine d'années, « Fight Club » m'avait laissé un assez bon souvenir sans être la claque décrite par beaucoup. Le revoir au cinéma en tant qu'adulte m'a laissé un peu la même impression. Pas évident de faire la critique d'un tel film. Je trouve qu'en définitive, si ce n'est au-delà de certains thèmes et réflexions, il ne ressemble pas beaucoup à David Fincher. Effets, images mentales, caméra baladeuse... Même si cela donne un certain punch à une œuvre assez incisive, ce n'est pas forcément comme ça que je préfère le cinéaste. Après, il est évident qu'on ne peut pas seulement limiter l'œuvre à ça. C'est manifestement un titre qui ne laisse pas indifférent, avec beaucoup d'idées, d'audace, assez culotté dans sa narration et sa manière d'aller à contre-courant de l'habituel discours conservateur hollywoodien. Le héros est insaisissable, complexe, à l'image de la relation qu'il entretient avec son «vrai-faux » alter ego Tyler Durden, l'occasion de quelques scènes franchement marquantes, d'autant que si Edward Norton est très bon, Brad Pitt l'est tout autant, livrant sans doute l'une des meilleures prestations de sa riche carrière. Quand à ce « trip » anarchiste semblant vouloir s'attaquer à la société de consommation et à l'abrutissement généralisé de cette dernière, j'avoue être dubitatif : il arrive un peu comme ça dans le récit (même si le terrain avait, quand même, été un minimum préparé), a une certaine gueule sans qu'on sache vraiment où Fincher veut en venir. Enfin, il y a évidemment ce dénouement, sur lequel on ne peut pas vraiment avoir un point de vue objectif lorsqu'on le connaît déjà : disons qu'il est bien foutu et amené assez habilement, même si certains aspects restaient troublants et permettaient de le deviner (du moins c'est ce qu'on se dit après!!). Je n'ai pas lu le roman de Chuck Palahniuk et il est donc difficile pour moi de faire des comparaisons. Disons que c'est un vrai bon film, dont je peux comprendre le statut si particulier aujourd'hui spoiler: (franchement, ce plan final sur le splendide « Where is my Mind » des Pixies: difficile de faire plus iconique) , sans y être totalement sensible ou partager l'enthousiasme démesuré de la majorité : voilà qui est écrit.
    tixou0
    tixou0

    Suivre son activité 281 abonnés Lire ses 1 105 critiques

    2,0
    Publiée le 23 août 2010
    Film vendu comme "culte", qu'à ma grande honte je n'avais jamais visionné. C'est chose faite, et j'avoue mal comprendre cet engouement. Décidément, j'ai du mal avec David Fincher et n'ai vraiment apprécié que son "Seven". Quant à "Fight Club", entre violence voyeuriste (même tendance Grand-Guignol, ce qui en atténue l'ignoble) et enrobage psychiatrique hésitant entre une montée en graine de l'enfantin "ami invisible" et une schizophrénie d'école, qu'en retenir, qui ne soit ni malsain, ni invraisemblable ? Restent seulement les performances des interprètes, le duo Norton/Pitt singulièrement. Mes deux étoiles sont uniquement pour une étincelante distribution.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top