Mon AlloCiné
    Nous venons en amis
    note moyenne
    3,7
    69 notes dont 15 critiques
    20% (3 critiques)
    40% (6 critiques)
    20% (3 critiques)
    20% (3 critiques)
    0% (0 critique)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Nous venons en amis ?

    15 critiques spectateurs

    Olivier Barlet
    Olivier Barlet

    Suivre son activité 159 abonnés Lire ses 36 critiques

    2,0
    Publiée le 16 septembre 2015
    La rencontre successive avec les édifiants prédateurs de ce nouveau pays qu'est le Soudan du Sud - Chinois attirés par le pétrole, missionnaires texans, entrepreneurs occidentaux et même les Nations Unies - pourrait, confrontée aux témoignages désespérés de la population locale, porter à réfléchir sur cette éternelle répétition d'un colonialisme dominateur et inhumain, à "comprendre, comme le dit Sauper, ce qu'on sait, au fond, depuis longtemps". Encore faudrait-il que cet atterrissage échappe à la duplicité de sa méthode. (...) En dehors des scènes d'avion, la beauté est absente de Nous sommes venus en amis. Qu'est-ce qui mobilise un spectateur ? Le choc, le dégoût, ou la beauté, la résistance ? Là est l'ambiguïté de fond, avec en toile de fond cette autre question : quelle est l'image médiatisable, celle qui fait vendre ? A trop aimer le père Ubu, Sauper cultive le spectaculaire en nous détournant de l'analyse.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 335 abonnés Lire ses 364 critiques

    2,0
    Publiée le 18 octobre 2016
    J'avais été bouleversé par "Le cauchemar de Darwin". J'ai été bien déçu par "Nous venons en amis", le nouveau documentaire de Hubert Sauper. Le sujet est le même : comment l'Afrique est victime de la cupidité des étrangers. Le cadre a changé : après le lac Victoria, Sauper enquête au Sud Soudan à bord d'un petit biplace qu'il a lui-même bricolé. Son documentaire a été tournée au moment de l'accession à l'indépendance du Soudan du sud en 2010-2012. Mais loin d'être l'occasion de se réjouir du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, Sauper dénonce encore, comme il l'avait fait dans "le cauchemar de Darwin" l'asservissement de l'Afrique à des puissances extérieures. Tout y passe : les marchands d'armes, les pilleurs chinois des ressources naturelles (pétrole, bois), les missionnaires texans et même les casques bleus de l'ONU .... Mais la saine colère qui anime Hubert Sauper rate hélas son objectif. En s'interdisant toute contextualisation, comme le veulent les règles stupides qui régissent aujourd'hui l'art documentaire, l'auteur nous prive des clés de base pour comprendre la situation qui prévaut au Soudan : rien n'est dit sur l'indépendance, ni sur les rivalités qui opposent les Nuer et les Dinka. En attaquant tous azimuts tous les "amis" du Soudan, le réalisateur ne réussit qu'à nous désespérer. On ressort de la salle la mine grave, le cœur triste .... et on se dit que l'Afrique est décidément mal partie.
    Fidelou
    Fidelou

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 124 critiques

    4,0
    Publiée le 18 septembre 2015
    Depuis la partition du Soudan, en 2011, le pétrole et les musulmans sont maîtres au nord, l’eau et les chrétiens au sud. Pour autant, l’indépendance du Sud-Soudan ne marque ni la fin de la misère, ni de la guerre... « Epicentre du conflit américano-chinois », le pays est livré aux intérêts des grandes puissances… y compris européennes. Sous couvert des Nations Unies et abrités derrière l’argument du développement économique, le néocolonialisme a encore de beaux jours dans le dernier né des pays africains. Dix ans après « Le Cauchemar de Darwin », l’autrichien Hubert Sauper signe un nouveau documentaire magistral. Les Soudanais ont donc beaucoup « d’amis ». Et pour quelques-uns qui sont sincères, combien de tonnes d’hypocrisie sont dissimulées dans les discours des représentants de sociétés industrielles ou de lobbies caritatifs venus « une bible dans une main et un fusil dans l’autre ». Le cynisme passe d’autant mieux que ceux qui les écoutent sont soit corrompus, soit d’une confondante naïveté. Sur des images magnifiques et accablantes, on passe d’une raffinerie produisant 300000 barils par jour pour l’export à une centrale électrique anglo-saxonne. On va d’un vieux paysan qui se fait spolier des milliers d’hectares pour une poignée de dollars, à un autre invité à aller faire paître ses chèvres ailleurs pour qu’un mormon puisse s’installer. Voilà ce que montre formidablement Sauper. Et voilà son noir constat, cinquante ans après que René Dumont ait démontré pourquoi « L’Afrique noire est mal partie ». L’histoire bégaye donc affreusement.
    Jmartine
    Jmartine

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 121 critiques

    3,5
    Publiée le 26 septembre 2015
    Nous venons en amis, documentaire franco autrichien de Huber Sauper, film fort, glaçant puissant mais parfois confus et qui laisse parfois le spectateur démuni, par manque de contextualisation". A la sortie le spectateur est poussé à s’informer et approfondir le sujet par lui-même en consultant toutes les sources possibles. Bien sûr, Sauper rappelle Fachoda, le partage de l’Afrique à grands traits bien droit qui se moquent des frontières traditionnelles, des royaumes et des ethnies, les instabilités qui en ont découlé, et notamment au Soudan, pays qui n’a cessé d'âtre dévasté par des guerres fratricides, qui ont fait des centaines de milliers de morts…Sauper se situe au Soudan du sud, et montre l’espoir né du référendum d'autodétermination organisé du 9 au 15 janvier 2011, par lequel le Soudan du Sud fait sécession de la République du Soudan le 9 juillet 2011. Un Soudan du sud chrétien face à un Soudan du nord musulman…le manque de repères vient aussi des médias qui, après avoir diabolisé le Soudan dirigé par le musulman Omar el-Béchir, évidemment "criminel contre l’humanité", et nous avoir apitoyés en faveur des Chrétiens du Sud persécutés, ont abandonné brutalement le sujet, une fois la partition acquise, en 2011. Dès 2013, le Soudan du Sud sombre dans une guerre civile particulièrement sanglante entre partisans du président Salva Kiir, l’homme au chapeau texan, catholique et ceux du vice-président Riek Machar presbytérien. Sauper évoque ce retour des conflits vers la fin du film et aujourd’hui la situation au Soudan du Sud, depuis l’éclatement de cette guerre civile demeure l’une des plus importantes crises humanitaires au monde. Le pays a été qualifié par l’ONU comme l’état le plus fragile du monde ces deux dernières années. Sauper survole le pays dans un drôle de petit avion biplace nommé Sputnik et Sauper explique qu’il l’a conçu exprès "pour avoir l’air inoffensif et ridicule", et pouvoir circuler sans susciter de méfiance dans un pays en guerre et interdit aux journalistes. Il lui permet de tourner des images fortes, sur les ravages de la pollution, les sacs en plastiques qui volent dans la campagne, les mares d’eau polluées, mais aussi en prenant de l’altitude de belles images de savanes et de forêts. Il dénonce les Chinois, très investis au Soudan depuis que, en 1993, les EU l’ont fermé aux Européens en le déclarant Etat-voyou : les travailleurs chinois semblent peu intéressés par les indigènes, certes : ils se contentent, pragmatiquement, d’extraire autant de pétrole qu’ils peuvent et vivent en vase clos, avec quand même un fusil à portée de la main pour le cas où !!….Du côté étasunien, par contre, le tableau devient caricatural. En attendant de mettre en place leurs infrastructures de développement, leurs représentants commencent par mettre au pas le cerveau des Soudanais, avec notamment l’arrivée des évangélistes. Une dame de charité, caricature de l’Américaine nous invite à partager son scandale : en dehors du poste EU, on trouve encore des enfants qui vont tout nus ! Et une scène hallucinante la montre enfilant de grosses chaussettes et des sandales en plastique à de jeunes enfants en pleurs, qui, ainsi équipés, ne peuvent plus marcher. Mais le comble de l’ignominie est atteint par le couple de colons texans qui raconte, tout sourire (le comportement des indigènes est si ridicule !) que lorsqu’ils ont enclos le terrain où ils ont construit leur maison, les Noirs se sont plaints, car leurs chèvres avaient l’habitude de brouter là ; mais depuis, "ils se sont fait une raison". On assiste donc au festin des prédateurs, aux terres confisquées aux paysans, et louées par les autorités aux groupes étrangers…pour un résultat évoqué ci-dessus…au discours creux de politiciens cupides…
    Georges F.
    Georges F.

    Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 19 septembre 2015
    Un film remarquable sur les mésaventures de l'Afrique et particulièrement du Sud Soudan à l'heure du néo-colonialisme. Mais si ça n'était que ça... C'est aussi une œuvre d'une qualité formelle exceptionnelle et le fruit d'une formidable aventure humaine et cinématographique. Un film haletant et passionnant de bout en bout, aux antipodes du documentaire Géotruc. A ne manquer sous aucun prétexte.
    orlandolove
    orlandolove

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 1 087 critiques

    3,0
    Publiée le 23 septembre 2015
    "Nous venons en amis" est moins immédiat que le génial "Cauchemar de Darwin", certainement car avec son sujet plus vaste il donne parfois l'impression de se disperser un peu... Très cinématographique, respectueux de l'intelligence du spectateur (pas de voix off explicative), ce documentaire n'en est pas moins indispensable, ponctué de séquences terribles et d'images fortes.
    andika
    andika

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 96 critiques

    4,0
    Publiée le 24 septembre 2015
    Film saisissant qui permet de mieux connaitre le Soudan, pays souvent dans l'actualité mais qui au final nous est tout de même lointain. A travers les témoignages des personnes que le réalisateur rencontre au fur et à mesure, on découvre de nombreuses choses, on prend conscience d'autres et on se rend compte au final que l'histoire est un éternel recommencement. Critique complète sur mon blog.
    Evelyne75
    Evelyne75

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 22 critiques

    4,5
    Publiée le 25 septembre 2015
    Ce film retrace avec précisions, l’implantation imposée, du territoire soudanais, par les Américains et les Chinois. Les tribus soudanaises sont chassées de leur lieu de vie, de leur terre, de leur culture, de leur civilisation, même les cimetières sont détruits pour faire place à l'installation de bâtiments administratifs. Ces colonisateurs pillent tout : les richesses et les habitants du Soudan, sans respect pour ces êtres humains. La scène où cet Américain impose à ce jeune enfant, dans des cris et des pleurs, le port d’une paire de chaussette et de sandales pour ressembler à SA civilisation est à vomir. La domination de ces colonisateurs est à pleurer, alors soyons attentifs à ceux que nous recevons dans la patrie des droits de l’homme
    gaby94
    gaby94

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 41 critiques

    4,0
    Publiée le 27 décembre 2015
    Documentaire courageux mais très éprouvant ! l'Afrique comme on ne la voit rarement, même dans les reportages les plus glauques. Le sud Soudan soi-disant libéré du joug du nord , ressemble à l'enfer sur terre. Pillé, pollué, la population est bernée, exploitée, le pire étant le cynisme monstrueux des exploiteurs occidentaux et des chinois et la corruption des politiques qui viennent de prendre le pays en main. Il en reste un très profond dégoût .
    platinoch
    platinoch

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 108 critiques

    3,5
    Publiée le 20 mai 2016
    Près de dix ans après le succès du "Cauchemar de Darwin", Hubert Sauper retrouve son terrain de jeu préféré, l'Afrique, dont il se sert comme décor pour dénoncer de façon corrosive les méfaits du néocolonialisme et de la mondialisation. Un film fort, une nouvelle fois. Pour un constat terrible.
    Alice D.
    Alice D.

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 12 juin 2016
    Un film qui ne nous laisse décidément pas indifférents quant a la réalité du monde d'aujourdhui ,dirigé par une organisation "pourrie" , qui par soif d'argent et de pouvoir détruit peu a peu la culture ,les traditions et les croyances des plus vulnérables afin de mieux les abuser.
    jean l.
    jean l.

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 70 critiques

    5,0
    Publiée le 16 septembre 2015
    après le génial Cauchemar de Darwin, un nouveau documentaire d'Hubert Sauper qui nous parle avec intelligence, justesse et parfois même humour de ce continent que nous pillons depuis des siècles
    PMarino
    PMarino

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 47 critiques

    4,0
    Publiée le 5 mars 2016
    On part dans un autre monde avec ce documentaire, que ce soit grâce à la forme (filmé des airs, d'un style novateur) ou au contenu (le contraste avec ce que l'on connait du monde, le décalage permanent des acteurs (missionnaires, investisseurs américains ou chinois, politiciens...) avec leur environnement et les besoins des peuples qui souffrent... A voir.
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 189 abonnés Lire ses 89 critiques

    2,0
    Publiée le 14 mars 2016
    Dix ans après le documentaire Le Cauchemar de Darwin, Hubert Sauper revient au cinéma pour montrer un pays divisé entre plusieurs nations, le Soudan. Alors que la Chine et les États-Unis se battent pour ces terres, chacun en oublie que des hommes tentent de survivre sur ces mines de ressources qui font rêver les grandes puissances. Le cinéaste dresse alors des portraits de tout bord en multipliant les points de vue. Certains ont une âme, d’autres ont cette soif de résultat. Malheureusement, le documentaire peine à décoller à trop vouloir s’éparpiller et rate ainsi le coche de la dénonciation. Ce choix de style impose un chaos sans rigueur malgré les bonnes intentions. D'autres critiques sur ma page Facebook : Cinéphiles 44
    dreldi
    dreldi

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 17 septembre 2015
    Encore un film essentiel de Sauper. Il n'en réalise pas beaucoup, mais quelle qualité, quelle aventure, quelle démonstration! Oui, dans ce film, on parle de nous, de notre système et j'aime sa façon de le dire: en image. Il frappe notre imaginaire qui conduit nos opinions, c'est un support fort à... un changement de société de plus en plus inévitable. A voir très vite. Grand voyage garanti !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top