Notez des films
Mon AlloCiné
    Following, le suiveur
    note moyenne
    3,8
    1172 notes dont 158 critiques
    répartition des 158 critiques par note
    21 critiques
    70 critiques
    54 critiques
    13 critiques
    0 critique
    0 critique
    Votre avis sur Following, le suiveur ?

    158 critiques spectateurs

    Bongo-fury
    Bongo-fury

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 149 critiques

    4,0
    Publiée le 22 mai 2011
    Une histoire à la limite du court métrage, qu’il nous a pondu le Nolan ! Entre saut dans le temps et obsession, on se laisse balader avec toujours une ombre au tableau. Suivre deviens un besoin …
    Phil-64
    Phil-64

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 147 critiques

    3,5
    Publiée le 27 avril 2013
    Premier film de Christopher Nolan, et on reconnait bien son style! Son scénario est intelligent, et on ne s'ennuie jamais. Moins bien que ses autres films, mais tout de même une réussite.
    Nitquen57
    Nitquen57

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 348 critiques

    4,0
    Publiée le 27 avril 2014
    Le dernier film de Christopher Nolan qui me restait à voir. J'ai eu quelques soucis une fois le film lancé pour certains détails, notamment spoiler: le postulat de base, le suiveur devenu cambrioleur après un repas d'une heure avec l'étrange Cobb, ou l'omniscience de ce même Cobb dans chaque appartement , un peu trop poussée à mon goût. Encore une fois, tu m'as bien eu, Christopher... On a ici droit à une mise en scène magistrale, spoiler: avec un montage torturé à la Memento (bien que celui-ci ait été écrit après ) qui nous fait suivre l'histoire des personnages avec un intérêt grandissant. Mais là où le film est parfait, c'est dans ses spoiler: deux twists parfaitement amenés , qui nous font nous accrocher à notre fauteuil (à ma chaise pour l'occasion) et qui nous font rentrer tête la première dans la spoiler: décadence du personnage principal, avec la sensation d'être manipulé en même temps que lui . L'image est plutôt soignée, on ne peut pas trop juger du jeu des couleurs (le film étant en noir et blanc) et on voit ce qu'on a à voir au moment où on doit le voir. Le jeu d'acteurs est bon, sans être brillant non plus, mais je pense que le fait d'avoir vu le film en VF n'a pas aidé (quiconque aura entendu le doublage de Bill pourra me comprendre). Seul léger défaut, la musique d'ambiance, faite pour renforcer le sentiment d'urgence ou pour simuler des montées d'adrénaline je suppose, est quelque peu exaspérante sur le long terme. Following reste un premier film plus qu'honnête, à découvrir par curiosité pour les fans de Nolan, qui annonce les prémices de la grande carrière de ce qui est aujourd'hui mon réalisateur favori.
    Gaetgaet78
    Gaetgaet78

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 13 critiques

    4,0
    Publiée le 19 novembre 2012
    Un bon film noir. Une intrigue intense et bien jouée. Le film est calme mais avec de très beaux plans. Un thriller digne de Hitchcock !
    Lightning_Mc_Queen
    Lightning_Mc_Queen

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 280 critiques

    4,0
    Publiée le 17 février 2008
    La première demi-heure est un peu confuse, mais le dénouement éclaire toute l'intrigue et permet d'y jeter un regard totalement neuf. Un excellent premier film, à l'ambiance unique. Christopher Nolan prouvait déjà à quel point il est doué...
    Virginie.maestro
    Virginie.maestro

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 96 critiques

    3,5
    Publiée le 17 juin 2013
    Le 1er film de Nolan relate les chimères d'un homme atypique en "suiveur" qui sera confronté à des ennuis à la suite d'une rencontre inattendue avec un cambrioleur quelque peu scrupuleux... Un film où la marque "Nolan" n'est pas mise en avant, contrairement aux films qu'il réalisa par la suite, mais le commencement frappe plutôt assez "Haut"
    Artriste
    Artriste

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 868 critiques

    4,5
    Publiée le 26 mai 2019
    Premier film de Christopher Nolan, Following montre déjà toute l'étendu de son talent avec ce thriller de grande qualité. L'histoire se met rapidement en place et m'a happé dès les premières minutes. Il faut dire que l'ambiance qui se dégage de ce long-métrage est juste dingue et que c'est sa grande force. Déjà le fait que ce soit en noir et blanc colle parfaitement avec cette réalisation presque amateur mais qui fait que l'on est au cœur de l'action. Mais en plus de ça s'ajoute une ambiance sonore exceptionnel. La b.o. très présente, saturé et angoissante colle parfaitement à cette histoire. Du coup c'est très prenant et plus les minutes défilent et plus on à envie d'en voir et de connaitre le dénouement. Nolan oblige, on va avoir le droit évidemment à une révélation finale qui va agréablement surprendre. Côté casting les acteurs sont très bons et les personnages sont charismatique. Cobb est ultra classe et la relation de domination qu'il à vis à vis de Bill est très intéressante. J'aurais presque aimé que le film soit un peu plus long mais il se suffit à lui même comme il est. En tout cas à peine visionné que j'ai déjà envie de le revoir pour comprendre toutes les subtilités car la narration étant non chronologique quelques éléments peuvent nous échapper au premier visionnage et donc un second s'impose avec grand plaisir. Vous l'aurez compris, je ne peut que vous conseiller de regarder et de reregarder Following qui est un excellent film.
    Nico G
    Nico G

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 56 critiques

    4,0
    Publiée le 25 juillet 2010
    premier long metrage de christopher nolan tourné en noir & blanc. Une intrigue peu comune et malgré tout très interessante à suivre, the following retrace l'histoire d'un "écrivain" qui suit des gens au hasard dans la rue pour comprendre leur vie et qui tombe sur un individu un peu particulier qui observe la vie des gens en les cambriolants... le ton du film est assez monotone mais jamais ennuyeux car le scenario est complexe et qu'ils faut vraiment être attentifs durant la petite 1h10 de durée du film. Film assez court donc mais cela suffit a mr nolan pour mener son intrigue a therme. fan de testosteronne s'abstenir mais si vous aimez les films de genre, ou le cinema independant, the following devrait vous ravir...
    Mathieu M
    Mathieu M

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 449 critiques

    3,5
    Publiée le 9 novembre 2012
    Pour seulement quelques milliers de dollars,Christopher Nolan nous montre un film epuré et stressant mais surtout scenarisé avec exception.
    Mimit_le_vrai
    Mimit_le_vrai

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 504 critiques

    3,0
    Publiée le 17 novembre 2014
    Au premier abord, le film ne me disait rien. Si je l'es regardé, c'est uniquement grâce au nom de son réalisateur : Christopher Nolan. Pour son premier film, ce dernier nous offre une histoire assez classique, mais rien que pour la mise en scène et la fin réussi du film ça vaut le coup d'oeil. 12/20
    Sébastien Decocq
    Sébastien Decocq

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 182 critiques

    4,0
    Publiée le 3 novembre 2015
    Premier long-métrage pour le réalisateur Christopher Nolan qui, malgré qu’il soit méconnu du grand public, beaucoup de spectateurs considérant encore Memento comme le premier film du Britannique, a su se faire connaître via divers festivals indépendants durant lesquels il a raflé quelques récompenses et des critiques élogieuses. Un succès certes discret aux yeux du monde entier mais qui sera pourtant les prémices d’une carrière internationale et reconnue. À l’occasion de cette rétrospective sur le papa d’Inception et d’Interstellar, voici la critique de Following, le suiveur, un film qui mérite d’être vu au moins une fois dans sa vie, ne serait-ce que pour les aficionados acharnés du réalisateur. Faire un premier long-métrage qui puisse être repéré par des producteurs beaucoup plus influents qu’à ses débuts est le but primordial d’un cinéaste. La plupart du temps, pour réussir, il faut se plier aux règles des producteurs en question pour que ceux-ci acceptent de financer le film, le réalisateur n’ayant alors pas encore assez de pouvoir pour imposer son style ou ses ambitions, tout en se pliant aux codes du genre auquel il s’attaque (thriller, comédie, horreur…). Bien que cette remarque s’applique principalement au monde hollywoodien, elle s’adresse pourtant à chaque réalisateur en herbe qui ne cherche qu’à montrer son talent, son savoir-faire. Bien avant de connaître la notoriété grâce à la trilogie de The Dark Knight et ses premières œuvres américaines, Christopher Nolan faisait parti de ces cinéastes et pourtant, en livrant Following, le Britannique a su se démarquer très vite grâce notamment à une technique scénaristique qu’il affectionne tout particulièrement et qu’il réutilisera dans d’autres films (principalement Memento, la première partie de Batman Begins et Le Prestige) : la narration non-chronologique. Le but est simple : le scénario et donc le film racontent une histoire qui ne suit nullement l’ordre établi par le temps. Ainsi, vous vous retrouverez avec une séquence qui se passe avant celle qui la précède dans le montage. Un procédé assez tortueux et risqué auquel le spectateur n’est pas spécialement habitué, pouvant lui faire peur et se désintéresser du long-métrage. Un danger que courait principalement Following, surtout avec une histoire aussi peu accrocheuse (un écrivain paumé qui s’amuse à suivre des inconnus dans la rue et qui devient cambrioleur malgré lui) et des personnages mis de côté au profit de l’histoire elle-même (juste un seul d’entre eux possède un nom). Au début du film, le résultat donné n’en est que plus frustrant : un enchaînement de scénettes à première vue sans aucun lien qui se terminent brutalement par un fondu en noir. Mais le fait d’utiliser une telle narration va permettre à Christopher Nolan de complexifier une histoire pourtant simple sur le papier, de se jouer aussi bien de son personnage principal que du spectateur, comme il l’avait fait pour son court-métrage Doodlebug. Following se présente donc comme un thriller à la trame labyrinthique qui pousse le spectateur à rassembler les morceaux d’un même puzzle pour lui permettre de reconstituer l’histoire dans sa tête, jusqu’au moindre détail, et d’être impressionné par une révélation finale, un twist qu’il n’aura pas su voir venir malgré un synopsis basique. Ce film en quelque sorte interactif, Nolan le raconte certes à sa manière, mais ne laisse jamais le spectateur sur le banc de touche en lui fournissant des plans d’insert, des images subliminales qui permettent d’indiquer l’importance de celle-ci à l’histoire (gros plans sur un objet, séquence qui s’attarde sur le regard d’un personnage…). Un effet de mise en scène classique qui permet néanmoins de titiller la curiosité du spectateur vis-à-vis de l’histoire et d’essayer de la construire lui-même avant que celle-ci ne lui soit révélée. Et comme vous vous laisserez emporter par la trame et les indices disséminés par Nolan, vous vous ferez prendre au jeu comme le personnage principal. Et le format en noir et blanc dans tout cela ? Est-ce par manque de moyen (le budget du film s’élève à 6 000 dollars) ou par caprice de Nolan qui utilise ce dernier depuis ses courts-métrages (Doodlebug en tout cas) ? Si Christopher Nolan est souvent considéré comme un excellent conteur d’histoires (ce film et son montage en sont la preuve) et non un metteur en scène exceptionnel qui use d’effets mémorables, Following saura convaincre les plus réticents à son cinéma. S’il est vrai qu’ici, le réalisateur ne fait que filmer et suivre ses comédiens (très bons, soit dit en passant), le fait d’avoir choisi le noir et blanc participe également à se jouer du spectateur. Cela donne une certaine classe à l’image, certes, mais ce format donne un côté 50’s à l’histoire, si bien que le spectateur peut se retrouver perdu en ce qui concerne l’époque à laquelle se déroule le film. Bien que celui-ci semble se passer dans le présent (suffit de voir les vêtements et les décors), le noir et blanc donne pourtant l’impression que Following embarque le spectateur dans l’époque de la Prohibition en faisant dériver son histoire dans une ambiance plutôt mafieuse où défilent décors luxueux et rétros (un club, un appartement chic), objets anciens (une machine à écrire) et une blonde hitchcockienne (coiffure et apparence vestimentaire d’époque) au service d’une histoire de gangster. Une simple apparence filmique dans laquelle le spectateur va pourtant se laisser plonger sans se rendre compte qu’il a affaire à une illusion, se retrouvant ainsi aussi naïf et impuissant que ne le sera le héros au cours de l’histoire. Bien que Following préfère s’attarder sur son enquête et non sur l’histoire des personnages qui ne servent de pions qu’au déroulement du script, Christopher Nolan livre une première œuvre tout simplement bluffante de maîtrise tout en imposant son style scénaristique. Un coup d’essai réussi pour celui qui deviendra le réalisateur hollywoodien le plus acclamé du XXIe siècle.
    reaperz
    reaperz

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 502 critiques

    3,5
    Publiée le 17 octobre 2014
    Premier film du réalisateur, rééditer récemment en dvd de part sa notoriété grimpante en flèche car introuvable auparavant. Le manque de moyen était légitime, car jeune cinéaste, premier film on ne prend pas de risque. Tout du long l'image est en noir et blanc et la qualité plutôt moyenne mais qu'importe. On peut faire d'un film une réussite sans un déluge d'action et d’effets spéciaux à condition que l'histoire se révèle à la hauteur. ici c'est le cas, le dénouement final est très appréciable offrant une chute à tout ce qui c'est passé avant, renversant comme dans Inception. Il y'a à certes des longueurs ici et là du fait de sont ancienneté mais tout le reste est très bon. Le premier film qui hissera mr Nolan au rang des meilleurs cinéastes actuel.
    TheDarkKnight74
    TheDarkKnight74

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 194 critiques

    3,5
    Publiée le 7 janvier 2013
    Le tout premier long métrage de Christopher Nolan est une étape qui se présente comme tout à fait logique dans sa carrière. Après s'être fait remarqué pour quelques courts métrages intéressants, il a l'occasion de tourner Following, et pour s'ouvrir un avenir avec cet essai numéro 1 décisif, il fallait se faire remarquer avec les moyens du bord. Le budget est bien entendu ridicule, le film en noir et blanc...bref au lieu de s'employer à mettre en scène une série B farouche d'efficacité et révolutionnaire (excusez du peu mais ce fut grâce à ce genre de films que se sont hissés bon nombre de cinéastes importants), il mise tout sur le scénario, qui ne coûte rien si ce n'est des neurones. Un scénario peut plaire plus ou moins au niveau subjectif, mais soit il est bon dans son ensemble, soit il est mauvais. Cela écarte d'ores et déjà la prise de risque trop conséquente. Le choix des acteurs se révèle fructueux puisqu'ils assurent bien leur rôle, et le noir et blanc était forcé mais cela renforce l'aspect « thriller ». La musique rare mais vibrante, creuse, décharnée, au rythme endiablée, à l'image de celle d'un très lointain The Dark Knight Rises, participe elle aussi à accentuer le côté sombre du film. Délaissant la narration linéaire pour livrer un film en forme de puzzle assez jouissif à rassembler lorsqu'on se prend au jeu, Nolan complexifie peu à peu son film au fur et à mesure que l'on progresse dans l'histoire, augmentant les écarts temporels entre les scènes. Globalement, Following suit trois grandes lignes : le présent, où Bill parle à un policier ; la première partie du passé de Bill où ce dernier ne s'est pas encore coupé les cheveux ; la seconde partie où les machinations qui l'entourent prennent une ampleur considérable. Si contrairement au récent Inception qui reste son chef d’œuvre, Nolan ne laisse ici aucune portes ouvertes concernant l'interprétation de son film et boucle son script de façon définitive, l'approche de la conclusion se montre très excitante intellectuellement parlant, et cette dernière laisse tout sourire devant tant d'ingéniosité. Le scénario est le héros de Following, son protagoniste Bill n'étant qu'un idiot et Cobe un méchant au final très classe. On se plaît à relever une foultitude de détails dans les décors, à chercher tout les indices qui passent à notre portée : Following est filmée de manière à ce que l'on puisse identifier et saisir chaque situation en un clin d’œil (une scène qui s'ouvre sur le plan d'une porte vitrée déjà aperçue auparavant...). C'est cette richesse, cette faculté de tout prévoir pour le spectateur, qui donne une épaisseur supplémentaire à Following et achève d'en faire un véritable tour de force dans la carrière d'un des réalisateur actuel les plus prometteurs.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 19 octobre 2013
    Following est un film du désormais très connu Christopher Nolan tournée avec seulement 6000 Dollars et des acteurs amateur Nolan réussit quand même un véritable coup de maitre avec ce long métrage le scénario est simple mais efficace pareille pour la mise en scène c'est simple mais c'est super efficaces Nolan prouve avec ce film qu'il était déjà un grand cinéaste a voir et a revoir.
    Nicolas B
    Nicolas B

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 3 critiques

    3,5
    Publiée le 19 juin 2013
    Saisissant au début, laborieux et intrigant au milieu, stupéfiant à la fin, cette oeuvre de Nolan est à ne pas rater. Partant d'une idée originale, le spectateur écoute d'abord les paroles d'un mystérieux Cobb avec autant d'attention que le personnage principal puis l'intrigue s'installe dans un rythme plus lent bien que dynamisé par des intrigues croisées, c'est alors peut-être le final qui donne toute sa valeur au film. A noter un bon jeu d'acteurs peu connus mais doués.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top