Mon AlloCiné
On the Milky Road
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "On the Milky Road" et de son tournage !

100% film

On the Milky Road s'inspire de plusieurs épisodes de la vie d'Emir Kusturica. Pour ce film, le réalisateur, habitué à mêler les arts, a souhaité développer un langage purement cinématographique.

Tournage éprouvant

Si l'histoire est simple, le film ne l'a pas été. Pour Emir Kusturica, l'expérience a même été particulièrement éprouvante : "Le tournage a duré très longtemps et on s'est battu contre les éléments", décrit le réalisateur. "On a surtout tourné en extérieurs car je recherchais des paysages qui transcrivent l'intimité des rapports entre les protagonistes – un homme et une femme qui tombent amoureux et qui sont prêts à se sacrifier dans la nature".

Trois histoires en une

Emir Kusturica s'est basé sur trois histoires précises pour réaliser On the Milky Road : l'histoire d'une femme qui tentait d’échapper à un espion anglais dans la Yougoslavie des années 1990, une seconde histoire durant la guerre en Afghanistan, avec un homme qui parcourait 20 km par jour pour ravitailler en lait un camp militaire russe et qui a vu sa vie sauvée par des serpents alors que le camp était détruit. Enfin, la troisième histoire est celle d’un homme qui, en Bosnie, a réussi à retrouver la liberté en dirigeant un troupeau de moutons à travers un champ de mines.

Première et dernière fois

Emir Kusturica l'annonce : On the Milky Road sera le dernier de ses films à traiter de la Guerre de l’ex-Yougoslavie. "Je tourne définitivement cette page-là, j’en suis sûr et certain. Pourtant, nous continuons à vivre dans un monde en guerre", affirme-t-il. Il s'agit en revanche de sa première histoire d'amour.

Une fois et c'est tout

Autre première fois : pour On the Milky Road, Emir Kusturica a la double casquette d'acteur et de réalisateur. Une expérience particulière qu'il ne souhaite pourtant pas réitérer : "Ce film est la suite d’un court métrage que j’ai réalisé pour un projet collectif baptisé Words with Gods et dans lequel je jouais un moine. Ce rôle me plaisait, du coup j’ai continué. Mais, c’est la dernière fois. En tant que réalisateur, vous devez tout contrôler. En tant qu’acteur, vous êtes un élément de cet ensemble. Passer de l’un à l’autre est très difficile. Je ne le referai pas".

Clin d'oeil

Dans la première scène où apparaît Monica Bellucci, on voit l'actrice regarder un film : il s'agit de Quand passent les cigognes de Mikhail Kalatozov, Palme d’or à Cannes en 1957 et l'un des films de guerre préférés d'Emir Kusturica.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Justice League (2017)
  • Happy Birthdead (2017)
  • Au revoir là-haut (2017)
  • Le Musée des merveilles (2017)
  • Maryline (2017)
  • Jalouse (2017)
  • M (2017)
  • Carbone (2017)
  • Epouse-moi mon pote (2017)
  • L'Etoile de Noël (2017)
  • Le Sens de la fête (2017)
  • Star Wars - Les Derniers Jedi (2017)
  • Thor : Ragnarok (2017)
  • Madame (2017)
  • Mon poussin (2017)
  • Tout nous sépare (2016)
  • La Montagne entre nous (2017)
  • Le Brio (2017)
  • A Beautiful Day (2017)
  • Le Bonhomme de neige (2017)
Back to Top