Mon AlloCiné
    Mademoiselle Julie
    note moyenne
    2,6
    196 notes dont 39 critiques
    5% (2 critiques)
    28% (11 critiques)
    21% (8 critiques)
    31% (12 critiques)
    10% (4 critiques)
    5% (2 critiques)
    Votre avis sur Mademoiselle Julie ?

    39 critiques spectateurs

    kristin75
    kristin75

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 32 critiques

    4,0
    Publiée le 10 septembre 2014
    Si le film peut paraître classique, j'ai eu la même impression qu'en voyant Winter Sleep. Il faut se laisser emporter par les acteurs et la beauté du texte. Jessica Chastain est excellente. Après Tree of Life et Zero Dark Thirty, c'est dans un registre complètement différente qu'on la retrouve. Un grand classique du théâtre... et du cinéma!
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 446 abonnés Lire ses 3 531 critiques

    4,0
    Publiée le 12 septembre 2014
    Une tragédie puissante où les sentiments restent otages des convenances sociales. Aussi beau dans la forme que terrible dans le fond.
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    Publiée le 18 février 2018
    du théâtre filmé, rien de plus, c'est ennuyant, on se lasse vite de regarder ce film, impossible d'aller jusqu'au bout !
    jobreaker
    jobreaker

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 15 critiques

    5,0
    Publiée le 10 septembre 2014
    Un sublime trio d'acteurs, un texte magnifique, un moment de pure poésie!
    Daniel C.
    Daniel C.

    Suivre son activité 102 abonnés Lire ses 40 critiques

    3,0
    Publiée le 16 septembre 2014
    Il y a un zeste de "Lady Chatterley" de Pascale Ferran, avec une dose moindre d'érotisme, et une problématique que l'on retrouve dans "La Vénus à la fourrure" de Roman Polanski. Voilà, ainsi le décor est planté. UNe jeune fille joue à s'encanailler avec le valet, qui lui, est de longue date troublé par cette femme. La cuisinière est son amoureuse. Ce trio va nous occuper tout le film. C'est un peu long, un peu lent, assez esthétiquement filmé. Dans la salle, on pouvait entendre quelques baillements (je n'ai moi-même pas été à l'abri de moments de somnolence) et plusieurs spectateurs ont quitté la salle durant le film. Le climat névrotique du livre de Strindberg est sans doute assez bien rendu, mais j'avais, à l'époque, préféré la lecture du livre à ma position de spectateur aujourd'hui.
    L'Info Tout Court
    L'Info Tout Court

    Suivre son activité 250 abonnés Lire ses 11 critiques

    3,5
    Publiée le 17 septembre 2014
    Malgré sa mise en scène un peu trop classieuse, Mademoiselle Julie impressionne par le talent de ses interprètes et la fidélité de son adaptation de la célèbre pièce de Strindberg.
    Fritz L
    Fritz L

    Suivre son activité 118 abonnés Lire ses 530 critiques

    3,0
    Publiée le 19 septembre 2014
    La version de Liv Ullmann, se veut la plus fidèle possible au texte initial (l’affrontement du trio), malgré quelques coupes et une transposition de l’action de la Suède en Irlande. Très peu de fantaisie d’adaptation donc, et c’est dommage. « Mademoiselle Julie » est une tragédie naturaliste où se joue en une nuit (celle de la Saint-Jean fête populaire en Suède où les jeunes gens mettent à l’épreuve leurs relations amoureuses) un véritable tsunami affectif entre Julie, John et Kathleen, entaché de rapports de forces dominant/dominé en constante évolution. Si quelque 125 ans après, le texte conserve son incroyable violence et intelligence, la scénographie (théâtre ou cinéma) ne peut reprendre la base classique au risque d’ennuyer, car trop éloignée de nos préoccupations contemporaines. C’est dans ce sens que le metteur en scène allemand Thomas Ostermeier s’est dirigé en 2013 avec sa création « Miss Julie » (qui est vraisemblablement ce qu’on a produit de mieux à ce jour) adaptant le texte et le situant dans la Russie de Poutine. Le clarissime est donc le principal défaut de ce film. Il aurait fallu concentrer l’action (la caméra s’appesantit souvent) et dynamiser les temps forts du texte en marquant l’âpreté des relations autrement qu’en champs et contre-champs. Ce choix conventionnel confère au film un côté trop théâtral, certes intentionnel chez Ullmann, mais qui au final est pesant. D’autant plus, que le film possède d’indéniables atouts par ailleurs, à commencer par les acteurs. Ce trio infernal avec Colin Farrel, (dont on se dit en voyant son interprétation brillante ici qu’il a raté une partie de sa carrière ces dernières années), Samantha Morton (toute en subtilité) et, plus nuancé cette fois, Jessica Chastain (un peu trop maniérée et vulgaire, là où elle devait être triviale) nous embarquent et surtout nous convainquent. La direction artistique est elle aussi d’un très haut niveau. Mikhaïl Krichman éclaire le film à l’égal d’un Sven Nykvist. Le choix du décor (avec sa gigantissime cuisine, véritable scène de ce théâtre du quotidien) et l’illustration musicale omniprésente (même si elle est convenue) sont parfaits. C’est donc un manque de relief évident de la mise en scène, plus encore la non appropriation du texte par Ullmann (où elle aurait pu habilement contrer la misogynie de Strinberg par exemple) qui plombent cette œuvre. Et si l’ombre de Bergman plane sur le film, Ullmann ne parvient pas à retrouver ni l’acuité du drame social, ni le sens du passionnel passionnant du grand maître suédois.
    Lucas du 9-7
    Lucas du 9-7

    Suivre son activité

    2,5
    Publiée le 24 septembre 2014
    Le film est à réserver aux fans de Strindberg voire de Bergman ou aux amoureuses de Colin Farrell (encore que les acteurs soient tous très bien). Mais l'ensemble est inutilement lent (sans être contemplatif) et un peu chichiteux sans être érotique Dommage que le film ne soit pas une ADAPTATION mais une sorte de captation fidèle quoique horriblement académique de la pièce, avec juste un 4ème mur à la place des feux de la rampe pour faire genre c'est du cinéma Pratique pour survoler la pièce si elle est au programme d'un concours. Scolaire et long.
    Bulles de Culture
    Bulles de Culture

    Suivre son activité 100 abonnés Lire ses 223 critiques

    3,0
    Publiée le 10 septembre 2014
    Difficile d'oublier devant ce film son origine théâtrale. D'ailleurs, Liv Ullmann ne s'en cache pas : également metteur en scène de théâtre, Liv Ullmann dirige merveilleusement ses comédiens mais leurs débordements, leurs postures et cette impression de scène théâtrale filmée fait à un moment regretter le fait de ne pas voir cette histoire sur la scène d'un vrai théâtre et de voir en vrai ces personnages se débattre sous nos yeux. Et c'est pour cette raison que même si les faux-semblants et les retournements se multiplient dans le film, celui-ci paraît à certains moments un peu longuet. Mais même si la réalisatrice ne propose pas un regard très cinématographique sur la pièce, il reste le plaisir de voir trois comédiens dirigés d'une main de maître : Jessica Chastain se jette à corps perdu dans son personnage provocateur et suicidaire, Colin Farrell s'amuse dans son rôle de valet tourmenté et Samantha Morton s'efface derrière son rôle. En résumé, Mademoiselle Julie est une belle pièce de théâtre tragique à voir mais il est dommage qu'il n'y ait pas dedans un peu plus de cinéma.
    pamela13
    pamela13

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 18 critiques

    4,5
    Publiée le 11 septembre 2014
    Certes, c'est un cinéma qui peut paraître classique, mais on est vite happé par la tension qui règne dans ce huis clos étouffant, la beauté du texte (bien plus moderne qu'il ne laisse paraître) et par la force de l'interprétation des trois acteurs, Jessica Chastain en tête. La photographie, absolument magnifique nous plonge dans un véritable tableau dramatique. A voir!
    shindu77
    shindu77

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 441 critiques

    2,5
    Publiée le 19 mai 2016
    film moyen dans l'ensemble. L'histoire est intéressante à défaut d'originalité et les acteurs sauvent le film. Toutefois, que de longueurs interminables... La mise en scène est tout effe et ratée.
    aldanjah
    aldanjah

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 690 critiques

    4,0
    Publiée le 12 septembre 2014
    L'histoire est conçue à l'origine pour le théâtre. Il faut y être préparé car les personnages évoluent en en huis clos (ou presque) et il y a très peu de temps morts. Tellement peu de temps mort qu'on a l'impression que les personnages basculent d'une émotion à l'autre un peu brusquement. On a l'impression d'avoir des personnages inconstants : - Le premier (Colin Farrell) est un valet d'origine modeste, qui rêve d'ascension sociale. Pourtant lorsqu'il a l'opportunité de faire quelque chose qui pourrait changer sa destinée, il se limite lui même, se rabaissant au statut de valet qui lui est si confortable. -La seconde, Julie, (Jessica Chastain) est une comtesse qui passe pour une manipulatrice froide. Elle joue de son charme et de son statut, mais elle ne sait pas vraiment ce qu'elle veut non plus. D'abord elle rentre dans un rapport de jeu, de séduction, ensuite elle est dégoûté, son amant la répugne, pour ensuite est prête à de nouveau tout abandonner pour lui. Elle refuse catégoriquement qu'un homme la traite en esclave, et pourtant ses actions laissent entendre le contraire. -Quant au troisième personnage (Samantha Morton), sa conception de la société et son sens des conventions est tellement encrée qu'elle préfère s'isoler car elle ne peut supporter la réalité, la situation qui rentre trop en conflit avec ses principes. Chacun est dévoré par ses propres démons, et les personnages sont bourrés de contradiction ce qui peut dérouter le spectateur non averti. L'intrigue est uniquement basé sur les sautes d'humeurs imprévisibles des personnages, et le suspense est au rendez vous, puisque jusqu'au dernier moment on ne sait pas vraiment comment l'histoire va finir. Au fil de l'histoire, on découvre et on essaye de comprendre la psychologie des personnages. Le film devient support à plusieurs réflexions : - Chacun rêve de ce qu'il ne peut avoir La comtesse Julie voudrait échapper à son statut : faire la fête, danser avec qui elle veut, se mélanger au peuple, boire de la bière, se rouler par terre, ou embrasser les bottes du servant lorsque cela lui chante. Les servants eux aussi échapper à leur statut de leur statut : ils veulent boire de bons vins, rester à l'écart du peuple, et revendique des principes d'honneur et de respect qu'on attribue généralement à la noblesse. - Le rapport à la mort Le valet, qui a déjà cotoyé la mort, tient beaucoup à la vie, alors Julie n'y a jamais été confronté, et est prête à envisager la mort comme une délivrance. - Les origines sociales Même si chacun essaye de donner une image de soi différente de la réalité, les personnages ne parviennent pas sortir de leur statut. Il est très compliqué de s'extirper de son milieu social d'origine (thème intemporel, développée aussi dans le très bon l'Esquive de Kechiche). - Le rapport amoureux Leur relation amoureuse est rendu quasi-impossible à cause des conventions sociales. Ce qu'on voit surtout, c'est des rapports de force, de pouvoir, qui évoluent continuellement au fil de l'histoire. Les différences de statut (servant vs noble), de sexe, d'émotivité, de sincérité sont autant de facteurs qui font que subitement le dominant (le décideur) devient dominé (exécutant), et vice versa. Mais dans tout rapport amoureux, si on cherche bien, il y a un rapport de force qui sommeille, que ce soit conscient ou pas.. non ? Le débat est ouvert..
    crachou94
    crachou94

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 136 critiques

    4,0
    Publiée le 15 septembre 2014
    Ce film est magnifiquement filmé par Liv Ullman, un huis-clos oppressant dans l'Irlande de la fin du 19 ème siècle avec des acteurs magnifiques au jeu éblouissant,
    DfilmsetDmots
    DfilmsetDmots

    Suivre son activité 9 abonnés

    2,5
    Publiée le 18 septembre 2014
    Une histoire d’amour impossible confrontée à la lutte des classes ; le conflit entre un homme et une femme pour le pouvoir et la domination morale ; une oeuvre sur la nécessité d’être entendu ; une affaire de sentiments… "Mademoiselle Julie", tragédie écrite par August Strindberg en 1888, aborde des sujets qui continuent d’inspirer metteurs en scène et cinéastes. Liv Ullmann, muse et épouse d’Ingmar Bergman, reconnaît quant à elle avoir trouvé dans cette pièce de théâtre des « motifs qui [lui] importaient personnellement : être vue ou demeurer invisible, donner une image de soi qui ne correspond pas à ce que l’on est vraiment, être pour soi-même et non pour ce que les autres voient en vous, les rapports des sexes, les crises qui en découlent… ». L’actrice, désormais cinéaste, livre une version austère et froide de ce huis clos tragique conjugué à trois, qui repose en majeure partie sur l’interprétation enlevée des acteurs. Jessica Chastain campe une héroïne fragile et hystérique, et se révèle formidable dans ses excès de caractère. Face à elle, Colin Farrell, tour à tour détestable et touchant dans le rôle de l’amoureux-bourreau qui refuse sa condition de simple valet mais semble pourtant résigné. Quant à Samantha Morthon, la docile et honnête cuisinière mue par une morale infaillible, elle tire son épingle du jeu grâce à une interprétation tout en finesse qui gagne en intensité à mesure que le film avance....
    mem94mem
    mem94mem

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 145 critiques

    1,0
    Publiée le 24 septembre 2014
    Il n'y a rien à sauver dans ce film. C'est d'un ennui sans égal. On reste complètement en dehors du contexte, de l'époque, des préoccupations des personnages, du décor. Les images de l'enfance de Julie sont illustratives, sans intérêt. Les images en extérieur sont jolies, c'est tout. Le texte dans une mise en scène aussi ratée, tant elle est minimale, ne prend aucun sens. Ce film est une catastrophe.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top