Mon Allociné
Les Poings dans les poches
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
3,8 74 notes dont 12 critiques
25% 3 critiques 17% 2 critiques 50% 6 critiques 0% 0 critique 0% 0 critique 8% 1 critique

12 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Par les membres ayant fait le plus de critiques
  • Par les membres ayant le plus d'abonnés
Bertie Quincampoix

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 416 critiques

3,5Bien • Publiée le 23/08/2016

Film culte de l'Italie des années 60, Les poings dans les poches dépeint le mal-être absolu d'un adolescent de la bourgeoisie décadente qui va décider Spoiler: de s'en prendre physiquement à sa famille pour tenter de se débarrasser de ses propres démons. Superbement porté par l'acteur Lou Castel, ce long-métrage porte en lui une incontestable puissance quoique atténuée par des séquences parfois trop longues.

btravis1

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 309 critiques

3,5Bien • Publiée le 05/08/2016

Très beau noir et blanc pour cette histoire de famille italienne déroutante. Les acteurs sont très bons notamment Lou Castel. L'histoire est bien amenée et se durcit en intensité au fil des minutes. Certaines scènes restent en mémoire. A redécouvrir.

Laurent C.

Suivre son activité 65 abonnés Lire ses 577 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 17/07/2016

Le vieil adage d'André Gide "Familles je vous hais !" rôde dans ce trésor cinématographique. Aux allures de polar social, cette œuvre, récemment retrouvée et réhabilitée, est un récit intimiste et dérangeant, coupé au scalpel, où il est question d'une famille étrange, étouffante, dont la mère est aveugle, et dont le frère aîné tente de survivre, tout en surveillant le frère cadet qu'on soupçonne très vite souffrant de folie. En plus de cette histoire parfaitement incroyable dans une Italie conservatrice et religieuse, le réalisateur s'attache à dérouler un huis-clos obsédant, où chacun couvre chacun, un peu comme l'omerta mafieuse. La mise en scène constitue une mine d'apprentissage pour tout cinéphile qui se respecte, tant le montage, la disposition de la caméra, les éclairages, la musique, sont orchestrés avec une minutie d'orfèvre. Tout se joue dans l'art du détail : une main qui tente d'attraper un couteau, un regard noir plongé dans le vide, un tremblement de doigt. Le génie cinématographique se cache derrière cette œuvre qui annonce des Stanley Kubrick ou des Werner Herzog en puissance. On redécouvre le cinéma avec cette œuvre qui parvient à fabriquer une histoire absolument terrorisante, juste grâce à la magie des décors, de la photographie, des plans et du montage. Vraiment, la sortie de ce "Les poings dans les poches" est un cadeau fait aux spectateurs.

cylon86

Suivre son activité 338 abonnés Lire ses 3 852 critiques

3,0Pas mal • Publiée le 07/07/2016

Pour son premier film, Marco Bellocchio n'a pas fait pas dans la dentelle et livre une œuvre d'une noirceur absolue en nous plongeant au sein d'une famille dysfonctionnelle et étouffante. Une famille qui vit à l'écart de la ville dans une maison de campagne et privée de père. C'est donc Augusto, le fils aîné qui fait office de figure paternelle, en particulier pour sa mère aveugle et son jeune frère Leone, malade et légèrement attardé. C'est au sein de ce carcan qu'évoluent également la sœur, Giulia, jalouse de la fiancée d'Augusto ainsi que le frère prêt à imploser : Alessandro. Celui-ci, souffrant d'épilepsie, semble vouer une grande admiration pour son frère aîné tandis qu'il semble vivement désirer sa sœur. Désirant s'affirmer au sein de cette famille de fous, Alessandro entreprend alors de détruire le carcan familial pour se rapprocher de Giulia, quitte à éliminer ceux qu'ils considèrent comme des ''tares'' : sa mère et son frère Leone. Difficile de rester insensible à ce véritable coup de poing que Bellocchio nous assène. Pour sa première réalisation, le réalisateur sait ce qu'il veut et filme sans concessions le personnage d'Alessandro prendre peu à peu le contrôle sur sa famille. C'est noir, parfois grinçant et souvent glaçant. ''Les Poings dans les poches'' n'est d'ailleurs pas seulement troublant dans la manière dont il dépeint ses personnages mais aussi dans sa réalisation. Cadrages parfois très travaillés, ellipses brutales, montage tendu : tout est fait pour que le spectateur ne se sente pas à son aise et regarde cette famille sans d'autre choix que de la voir se détruire, privée d'une figure paternelle forte et imposante (Augusto veut se marier et quitter la maison, Alessandro envisage même de se tuer avec le reste de sa famille). Encore vivace aujourd'hui, l'effet que produit le film doit beaucoup à la réalisation tendue de Bellocchio et à sa façon de nous conter cette histoire en nous montrant des personnages aux motivations troubles. Si l'on peut comprendre ce qui passe par la tête d'Alessandro (la révélation Lou Castel), on peut difficilement saisir les pensées complexes qui envahissent la belle et désirable Giulia (Paola Pitagora, à tomber). Celle-ci, d'abord prête à tout pour briser le couple d'Augusto, méprise Alessandro avant de grandement se lier à lui à partir du moment où il lui confie avoir tué leur mère. Difficile de vraiment saisir ce qui relie ce frère et sa sœur mais l'inceste est dans le coin, accompagnant les meurtres et la folie. Si le grand trouble qui règne autour des personnages fait une des forces du film, elle en est également une des faiblesses, nous empêchant de vraiment saisir toute la complexité des personnages aux relations changeantes. Il faut également relever quelques longueurs venant saper le rythme de l'ensemble mais le doute n'est pas permis une seconde : ''Les Poings dans les poches'' est l’œuvre d'un cinéaste qui n'a pas froid aux yeux et qui n'hésitera jamais à secouer le spectateur quand bon lui semble. Même si on l'avoue, il ne fera pas mieux que ce choc dont on ne s'est toujours pas remis.

chrischambers86

Suivre son activité 1038 abonnés Lire ses 9 857 critiques

4,0Très bien • Publiée le 31/07/2012

Marco Bellocchio, l'unique cinèaste qui, peu après la dècennie 60, semblait devoir imposer de manière absolue [...] a fait surgir le doute que l'impètueuse iconoclastie de son premier long-mètrage, l'impressionnant "I Pugni in Tasca", allait rester sans suite! Ainsi le critique italien Lino Miccichè (les puristes apprècieront) rèsumait-il pour "Cinemato" le fulgurant dèpart et le piètinement de Bellocchio! Rien n'est venu depuis lever le doute et le dèmentiel "familles (bourgeoises) je vous hais" qu'il poussait ici avec une sauvagerie mesurant savamment ses effets dans ce terrifiant premier film, s'est muè semble t-il, en un scepticisme proprement dèsespèrè! Lancè par ce mètrage où il dètruisait sa famille avant de se dètruire lui-même, Lou Castel livre une prestation èpoustouflante en imposant un personnage de jeune anarchiste! Du très grand Bellocchio pour un film qui annonçait dèjà "Mai 68"...

soniadidierkmurgia

Suivre son activité 143 abonnés Lire ses 2 618 critiques

3,5Bien • Publiée le 14/07/2012

Bellochio nous plonge sans ménagement et sans plus de préambule au sein d'une fratrie malade regroupée autour d'une mère aveugle (on ne saura jamais rien du père) . L'inceste qui unit le grand frère à sa sœur est peut-être la clef de toute la haine qui ronge le cadet épileptique qui choisit d'éliminer tous ceux de sa famille. Mais après avoir tué sa mère et son jeune frère attardé, il meurt lors dune ultime crise d'épilepsie. Pour son premier film comme réalisateur, Bellochio choisit de choquer son public avec un film sans concession qui à partir de l'exposition des tares d'une famille bourgeoise dénonce l'emprise conjointe de 'église et de son meilleur vecteur, la cellule familiale. Selon Bellochio, c'est l'asservissement de l'individu emmuré dans ses deux institutions ancestrales de l'Italie qui l'empêche de se développer pour accéder à sa véritable personnalité. C'est le message brutal que veut nous transmettre le héro joué par un Lou Castel habité tout à la fois séducteur, lâche et manipulateur. Un film coup de poing qui laisse pantois juste après sa vision.

Parkko

Suivre son activité 66 abonnés Lire ses 2 012 critiques

3,5Bien • Publiée le 31/05/2012

Il y a une jolie virtuosité dans la mise en scène et la photographie est, je trouve, magnifique. Visuellement parlant c'est vraiment excellent. Le noir est blanc est vraiment très très beau. Le réalisateur a parfois du mal à complètement installé l'ambiance vénéneuse qu'il voudrait mettre, mais ça reste tout de même vraiment bon. C'est un film vraiment intriguant et intéressant, je peux pas dire que j'ai adoré car en soi ça ne m/a pas spécialement parlé, mais j'ai trouvé ça vraiment de bonne qualité et en ce sens là j'ai bien aimé.

Noistillon

Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 406 critiques

3,0Pas mal • Publiée le 28/05/2012

Le film s'ouvre sur une musique inquiétante et lugubre, préambule de ce film extraordinairement cruel qui dépeint les moeurs d'une famille de tarés en se focalisant sur le personnage de Sandro, adolescent qui aime sa sœur et qui tuera sa mère et son frère. L'ensemble, avec un sujet pareil aurait pu me fasciner mais malgré les qualités évidentes du film, l'ensemble est un peu trop froid et austère.

SO.so

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 18 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 11/04/2010

Tout le film n'est que poésie et cruauté. Bellochio touche le sublime. L'opéra ne cesse d'inspirer le réalisateur de Vincere lors de scènes démentes qui dessinent cette famille particulière. C'est un pur chef-d'oeuvre.

melisemelise

Suivre son activité 0 abonné Lire sa critique

4,0Très bien • Publiée le 29/03/2010

Eugénisme paroxystique dans un contexte d' absence de père:oeuvre éminement symbolique et objet artistique incontournable!

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse