Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Gemma Bovery
note moyenne
3,4
2418 notes dont 333 critiques
2% (8 critiques)
23% (76 critiques)
41% (136 critiques)
23% (76 critiques)
9% (29 critiques)
2% (8 critiques)
Votre avis sur Gemma Bovery ?

333 critiques spectateurs

P.C.
P.C.

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 697 critiques

3,5
Publiée le 10/02/2019
Je n'ai pas lu l'œuvre originale de Gustave Flaubert donc certaines clés me font défaut pour comprendre toutes les références d’un scénario plutôt bien ciselé. Fabrice Luchini est au sommet de son art dans ce rôle de petit parisien bobo qui revient dans son village natal pour reprendre le cours de sa vie. Sa narration, ses expressions, ses répliques et le charme voluptueux de la magnifique Gemma Arterton apportent une touche d’humanité à cette histoire quasi burlesque dans laquelle on se laisse emporter. C’est frais, riche en références romanesques, bien filmé et la fin, tout en clin d’œil, est à l’image de de la vie onirique du personnage de Martin.
Pierre N
Pierre N

Suivre son activité Lire ses 26 critiques

4,5
Publiée le 01/02/2019
Ce film, basé sur l'adaptation d'un roman graphique anglais est une belle relecture. L'histoire est contée de manière intelligente, avec quelques touches d'humour. Mais le mieux revient à la prestation d'un Luchini très sobre. Probablement l'un des meilleurs films avec Luchini.
gizmo129
gizmo129

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 776 critiques

4,5
Publiée le 31/10/2018
Flaubert savait rendre le banal merveilleux. Cette même qualité peut être donnée à ce Gemma Bovery, film dont l'œuvre littéraire culte de l'écrivain, Madame de Bovary, n'est jamais très loin ! Dans un mise en abyme subtile, le livre et la réalité s'entrecroisent dans un hasard parfois provoqué mais toujours finement amené. La question finale est de savoir si la belle Gemma subira le même sort que le personnage principal du film. Dans une Normandie humide et belle, Fabrice Luchini excelle dans un rôle d'un personnage proche du terroir et des lettres, un partition loin d'être de composition pour l'acteur de talent. Face à lui, une jeune anglaise dont le charme fou ne peut laisser indifférent. Autour d'eux, rien, si ce n'est la douceur de vivre à la française et ce rythme tellement lent mais qui passionne pour autant. Sur une idée originale, ce film hommage au livre est un délice à savourer qui vous donnera l'irrésistible envie de lire ou relire le chef d'œuvre de Flaubert.
Eric C.
Eric C.

Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 1 963 critiques

4,0
Publiée le 02/08/2018
N'étant pas particulièrement un fan du cinéma d'Anne Fontaine, je ne peux pas être déçu par rapport à ses admirateurs qui pour grand nombre à la lecture des critiques ne considèrent pas ce film comme une des grandes réussites de la réalisatrice. Par contre en candide spectateur quel plaisir que ce film et quelle sensualité à fleur de peau omniprésente entre romantisme et érotisme léger et suggéré. A ce titre le pétrissage de la pâte à pain par Gemma Arterton est envoûtant. Un film totalement porté et dominé par 2 acteurs. Le phrasé narratif de Lucchini est une berceuse envoûtante tant il respire la sérénité, la douceur, loin de ses envolées excitatées qui parfois énervent et exaspérent, avec ce désir omniprésent et torride, curieux et même un peu voyeur, particulièrement présent dans son regard, pour cette jeune anglaise qui débarque dans sa vie de l'autre côté de la rue. Il est le trait d'union entre cette jeune femme, cette invraisemblable coïncidence entre son nom d'héroïne Gemma Bovery, l'héroïne de Flaubert et son propre nom réel d'actrice, avec ce transfert permanent entre la vie, les sentiments de cette voisine et le destin romanesque de l'héroïne de Flaubert. Ce parallélisme porté par Lucchini est un élément important du film mais n'est pas l'essentiel finalement car c'est bien le charme de Gemma Arterton qui opère. Lucchini dans son statut de bobo parisien implanté est également le passeur, le guide de cette campagne normande, de cette part de France rurale et provinciale, admirablement filmée et mise en image, avec une photographie et des lumières somptueuses. La vision britannique de ce bout de campagne française est aussi un élément majeur du film. Bref Lucchini est parfait et met remarquablement en valeur et un lumière l'atout indéniable du film Gemma Arterton. Quelle actrice, quelle beauté sculpturale, gourmande et naturelle, quelle sensualité et quelle finesse et subtilité d'interprétation que la prestation de cette très grande actrice anglaise. Gemma Arterton incarne un personnage avec une palette incroyable de nuances et d'émotions, personnage de femme libre, intelligente, forte et fragile à la fois, curieuse de tout et surtout pleine de vie. Elle est la vie elle même et vampirise l'écran de sa présence avec en prime un accent troublant et attachant. Gemma Arterton est sans doute la plus française des actrices britanniques tant on la sent immiscée, intégrée, fondue dans l'univers de ce film et dans le cinéma français. Un film véritable bombe de douceur, d'émotions, fraîcheur et sensualité. Merci madame Fontaine.
Stephenballade
Stephenballade

Suivre son activité 163 abonnés Lire ses 1 157 critiques

3,5
Publiée le 11/06/2018
Anne Fontaine aurait-elle été atteinte, ne serait-ce que temporairement, de bovarysme ? Ma foi, quand on regarde "Gemma Bovery", on serait en droit de se poser la question. Parce qu’on ne sait pas trop si, en s’appuyant sur le roman de l’anglaise Posy Simmonds, elle ne s’est pas tout simplement contentée de revisiter à la sauce moderne le chef-d’œuvre de Gustave Flaubert, "Madame Bovary". Peut-être que le roman de l’auteure britannique n’était qu’un prétexte, après tout ! Allez savoir…Elle a même poussé le vice jusqu’à respecter l’œuvre par une calligraphie très soignée (et telle comme on n’en voit plus de nos jours) lors du générique du début. Toujours est-il que l’idée du film est plutôt pas mal spoiler: (pensez donc : « une femme banale qui ne supporte pas la banalité de sa vie », voilà une histoire somme toute pas très banale), sans compter que ça permet de faire découvrir (de loin) un grand classique de la littérature française à des personnes qui n’ont pas eu l’opportunité de l’étudier étant donné qu’il n’est plus au programme de l’éducation nationale depuis quelques années déjà. Ou de le redécouvrir sou un jour nouveau… Le mérite de l’originalité du scénario revient tout de même à Posy Simmonds. Après, j’ignore si l’adaptation respecte à la lettre le roman, mais faire installer dans la région même où Flaubert a grandi une personne répondant au nom de Gemma Bovery, avouez qu’il y a de quoi jeter le trouble, surtout quand on a une certaine culture et qu’en plus, cette personne est mariée à un dénommé Charlie. Pour interpréter le rôle du cultivé troublé, faites comme Anne Fontaine : n’allez pas chercher bien loin. Un nom s’impose tout naturellement, celui de Fabrice Luchini. On a beau aimer ou pas l’acteur, il faut tout de même reconnaître que le rôle est taillé sur mesure pour lui. Nous savons tous qu’il apprécie le maniement des mots, et le fait est qu’il nous régale de quelques bons mots. D’ailleurs ça vient assez rapidement auprès de son fils Julien (Kacey Mottet Klein). Ce trouble fut si grand pour Martin Joubert (Fabrice Luchini) qu’il se charge lui-même de nous conter comment en parisien « trop con » (réplique extraite directement du film) il a raté sa quête d’équilibre et de tranquillité qu’il est venu chercher en Normandie à proximité de Rouen. Hélas le tout est un peu fade malgré quelques banderilles savoureuses : les répliques prononcées lorsque Gemma se fait piquer (vous les prenez à part, sans images, et elles veulent dire complètement autre chose !), la façon très inattendue avec laquelle Martin dit à son chien de se taire… Heureusement qu’Anne Fontaine n’a pas son pareil pour capter la sensibilité des personnages. Là-dessus, il n’y a rien à redire. La sensibilité de la cinéaste est indéniablement un atout qu’elle sait utiliser, et elle en donnera encore un parfait exemple lors de sa réalisation suivante ("Les innocentes"). Pour preuve, certains plans parlent d’eux-mêmes, bien qu’ils n’auraient rien donné sans l’admirable expression scénique des deux acteurs principaux. Prenez par exemple la séquence où la caméra n’est ni plus ni moins que les yeux de Martin en train de contempler jusqu’au moindre petit détail le corps de Gemma dans la pénombre à peine éclairée par le feu de cheminée. Et en plus, Anne Fontaine livre une vraie petite démonstration quant à la maîtrise de la lumière. Alors malgré la relative fadeur dont j’ai parlé quelques lignes plus haut, tout cela, tous ces bons points suffisent à garder l’attention du spectateur et à le garder devant son écran. D’autant plus qu’on ne sait pas trop ce qui anime Martin : la jalousie, ou la peur de voir l’histoire se répéter ? A moins que ce ne soit les deux… Si c’est la jalousie, nous les spectateurs pouvons la comprendre. Après tout l’interprète du rôle-titre, Gemma Aterton (Gemma ? tiens donc !) est jolie (elle est aussi sexy que sombre et mélancolique, voire plus) et puis… (là je m’adresse aux messieurs alors mesdames fermez les yeux !) le fait qu’elle cache ses dessous les plus sexy sous un long manteau… Mamaaaaaa !!! J’adore !! Mieux : j’en rêve !!! Bon, on va se calmer (ah au fait, vous pouvez rouvrir les yeux mesdames) parce que tout ça ne rend pas ce film pour autant mémorable, malgré les décors normands qui offrent un bel écrin de verdure et de charme. C’est franchement dommage, mais la faute en incombe aussi à ce manque de ressenti par rapport à la tension dramatique, que j’aurai espéré plus présente, plus tendue, plus… poignante. Parce que le plus grand paradoxe de ce film, c’est que le spectateur est plus attentif aux tergiversations contrariées de Martin plutôt qu’au sort de Gemma Bovery. Mais reconnaissons que si nous avions été à sa place, il est très probable que nous aussi nous nous serions intéressés de près à ce formidable hasard de voir les Bovery venir vivre là où "Madame Bovary" est née, à condition toutefois de connaître l’œuvre littéraire de ce cher Flaubert. Quoiqu’il en soit, comme le souligne l’internaute cinéphile, l’épilogue intervient de façon inattendue dans lequel il y a un formidable enchevêtrement des responsabilités de chacun des protagonistes. Et la petite touche finale, c’est l’ensorcellement paranoïaque de Martin aussitôt tourné en moquerie en évoquant Tolstoï, ce qui ne manque pas de sel.
gsignahode
gsignahode

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 4 critiques

4,0
Publiée le 02/06/2018
Donne simplement et humblement envie de (re)lire l’ouvrage de Gustave. Luchini qui habituellement m’horripile a réussi l’exploit de s’octroyer ma sympathie à travers ce personnage tellement pathétique... Quand à Gemma qui m’était inconnue donc vierge de préjugés, crève l’écran et nous invite ardemment à découvrir sa filmographie.
Benjamin A.
Benjamin A.

Suivre son activité Lire ses 89 critiques

4,0
Publiée le 28/05/2018
Habituellement peu adepte du genre comédie dramatico-romantique , j'ai été agréablement surpris par ce film ! Une réadaptation moderne et surprenante d'un pilier de la littérature française teinté d'humour et servie par de (très) bons acteurs !
drahcol
drahcol

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 22 critiques

2,5
Publiée le 28/05/2018
film bien joué mais sans grand intérêt..... les comédiens sauvent un scénario pauvre , franco-français et comme souvent basé sur la vie communautaire , dont la franchouillardise ambiante raffole !
ManoCornuta
ManoCornuta

Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 1 762 critiques

3,5
Publiée le 28/05/2018
Anne Fontaine déroule ici une histoire à la fois charmante et tragique, toute en subtilités de langage et de gestes. Notamment servie par un Fabrice Luchini égal à lui-même et une Gemma Aterton très à l'aise, cette transposition moderne d'un classique de la littérature française (que je n'apprécie pas vraiment, soit dit en passant) donne lieu à une mise en abîmes très bien achalandée, pas exempte de certaines facilités mais qui reste plaisante à suivre de bout en bout, avec quelques traits d'esprit bien sentis et un humour plutôt bien dosé, jusqu'au final concentrant l'essentiel du drame avec beaucoup de justesse.
Kristi Anne O
Kristi Anne O

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 1 632 critiques

3,0
Publiée le 29/04/2018
Une comédie intrigante, des acteurs intéressants dont l’actrice principale Gemma Arterton, la philo selon Fabrice Luchini qui se rafraîchit les idées claires, une surprise se prépare à la fin.
Cévenole30
Cévenole30

Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 316 critiques

4,0
Publiée le 13/04/2018
Luchini, efficace et convaincant dans un rôle taillé à sa mesure. Boulanger dans un village normand, grand amateur de littérature et débordant d'imagination, il s'ennuie quelque peu et fantasme éperdument (sous le regard perspicace de son épouse) sur sa nouvelle et ravissante jeune voisine anglaise, superbement incarnée par la splendide Gemma Arterton, dans laquelle il croit voir - suite à une série de coïncidences curieuses - la célèbre et tragique héroïne de Flaubert, Emma Bovary. Il va entreprendre de l'arracher à ce qu'il croit être son funeste destin ... Très bon film qui mérite selon moi 4/5.
Celestia T.
Celestia T.

Suivre son activité Lire ses 47 critiques

3,5
Publiée le 02/01/2018
Un film rafraîchissant servi par des personnages attachants. "Gemma Bovery" est une ode à la littérature et au célébrissime roman de Flaubert. Martin Joubert - l'irrésistible Fabrice Luchini -, archétype du lecteur, en proie au désir d'une femme inatteignable dont il suit les moindres faits et gestes, s'imagine vivre par procuration les expériences de ses amants. Gemma est une femme au charme indéniable mais à la personnalité difficilement saisissable. On se prend au jeu de ses aventures romantico-tragiques, dans un décor bucolique de campagne française attachée aux traditions : le protagoniste est un artisan boulanger menant une vie paisible et rurale qui fait rêver les expatriés anglais. Un film qui se savoure telle une baguette sortie du four - encore tiède mais tellement croustillante.
JR Les Iffs
JR Les Iffs

Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 1 139 critiques

2,5
Publiée le 29/10/2017
Comédie. En province (Normandie), un intello parisien reconverti en boulanger (Luchini) a de nouveaux voisins : un couple d'Anglais. Il devient plus ou moins amoureux de la femme, qui, elle, en aime d'autres... Sujet assez banal et classique : couchera, couchera pas ? Quelques bons dialogues, une réalisation plutôt banale, des chansons en anglais ! Heureusement, il y a le jeu de Luchini, et le chien. Le reste, une romance ordinaire. L'actrice est belle, et après ? La fin dramatique est assez bizarre et relève un peu le ton film.
mazou31
mazou31

Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 871 critiques

4,0
Publiée le 28/08/2017
Comédie très aboutie, élégante et fine, pleine de drôlerie et de fantaisie, avec une pointe de mélancolie. Des acteurs merveilleux : Luchini dans un rôle sur mesure et Gemma Arterton aussi charmante que subtile dans son jeu. Une très bonne comédie, à voir et revoir, tant il y a de finesses. Qui savait que la culture est panifiable et que la baguette est littéraire ?
bikimazal
bikimazal

Suivre son activité Lire ses 14 critiques

4,0
Publiée le 19/04/2017
Quelle belle idée de revisiter Flaubert avec une héroïne contemporaine. Luchini est comme un poisson dans l'eau dans ce film. Beaucoup de plaisir dans cette découverte
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top