Mon AlloCiné
La Consolation
Séances
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "La Consolation" et de son tournage !

Deuxième film

La Consolation est le deuxième long-métrage de fiction de Cyril Mennegun, cinq ans après Louise Wimmer, déjà avec Corinne Masiero. Le réalisateur a volontairement choisi de prendre le contrepied de son précédent film : "Faire un premier film ressemble à un dépucelage, à une aventure pas complètement vécue, dans le sens où la forme d’inconscience avec laquelle on l’a fait soulève plein de questionnements, de nouvelles envies et j’ai dit à mon producteur : « Pour mon deuxième film, j’aimerais faire un film pas cher, sans trop de pression financière qui m’oblige à donner une réponse autre qu’artistique et personnelle", déclare-t-il. Lors d'une interview à AlloCiné, Cyril Mennegun avait confié la peur inhérente au deuxième film : "On a l’innocence en moins. Et du coup, on commence à avoir peur. C’est là qu’il faut se cramponner, garder sa personnalité, et se poser vraiment la question du cinéma qu’on veut faire".

Question du financement

La manière dont a été écrit le scénario de La Consolation a décontenancé les éventuels partenaires financiers selon Cyril Mennegun : "J’ai écrit le film de manière très particulière, avec une colonne pour l’image et une colonne pour le son. De par sa forme, le scénario de La Consolation a été en partie incompris par un certain nombre de financeurs du cinéma". Le réalisateur a finalement dû composer avec un budget restreint pour 19 jours de tournage.

Nouveau visage

La Consolation marque le premier rôle principal pour Alexandre Guansé au cinéma. C'est en pensant à lui que Cyril Mennegun a écrit son scénario : "J’ai écrit pour Alexandre, avec la volonté de faire du sur mesure. Je voulais comprendre l’homme qu’il était pour ensuite, dans la direction d’acteur, m’accrocher à son propre vécu, son corps réel. Pour l’instant, je ne peux pas écrire un personnage en me disant : on verra bien qui l’interprétera. J’ai besoin d’écrire pour quelqu’un qui existe, avec qui je peux parler, qui a un corps, un visage…".

Une rencontre étonnante

Cyril Mennegun a rencontré Alexandre Guansé complètement par hasard, de l'autre côté de l'océan Atlantique : "Alors que j’étais en vacances à New-York, j’ai eu l’opportunité d’assister à une masterclass donnée par Patsy Rodenburg, la papesse de Shakespeare aux Etats-Unis, et coach d’actrice comme Meryl Streep", se souvient-il. "Et là je vois un jeune élève qui travaillait un texte de Shakespeare et j’ai été capté. [...] Un acteur américain, ce n’était pas du tout ce que je cherchais pour mon film mais je suis quand même allé le voir et il s’est avéré que ce garçon était franco américain, et vivait à Paris – il était venu à New-York justement pour faire ce stage. On s’est revu à Paris et il ne m’en fallait pas plus pour me mettre à écrire le film pour lui. Alexandre était le véhicule parfait pour retrouver des choses qui ont à voir avec ma propre enfance, mes propres sensations, peurs ou rêves".

Morceaux choisis

Le morceau de Liszt qui clôt le film en porte également le titre : La Consolation. C'est Alexandre Guansé lui-même qui joue les morceaux que l'on entend dans le film. Le réalisateur explique ses choix pour accompagner son film, qui ne contient que peu de dialogues : "Schumann, Schubert, Liszt, Bach… J’ai choisi des choses que j’aimais [...]. Il s’agissait aussi, car cela demandait beaucoup de travail à Alexandre qui jouait lui même ces morceaux, d’éliminer les morceaux qui techniquement étaient trop complexes. Surtout il fallait trouver les morceaux que je n’avais pas déjà entendus 10 des milliards de fois au cinéma, qui me parlaient, me faisaient venir des images".

Pellicule

Cyril Mennegun a tourné La Consolation en pellicule. S'il avait toujours eu ce désir, il ne pensait pas pouvoir l'exaucer avec un film à petit budget ; c'est pourtant son producteur qui le lui a proposé : "Lui pensait que c’était justement ce film-là qu’il devait me permettre de tourner en pellicule. [...] Ce qui a été un moment d’apprentissage très fort, que j’ai mené avec le directeur de la photographie, Thomas Letellier".

Tournage dans les Hauts de France

Le tournage de La Consolation s'est déroulé dans les Hauts-de-France.

Inspirations diverses

Parmi ses inspirations, Cyril Mennegun cite volontiers Tarkovski, Bergman, Bresson : autant de repères qu'il s'est lui-même forgé. "Je suis autodidacte, je ne me suis pas construit sur une culture cinéphilique. Plutôt que des références, je me suis trouvé des figures tutélaires qui ont imprimé mon inconscient et m’ont permis de constituer une iconographie propre dont je ne sais plus très bien au bout d’un moment si elle vient de mes rêves, des films que j’ai vus ou de l’interprétation que j’en ai faite", confie-t-il. Le réalisateur lorgne aussi du côté des maîtres de la peinture : "Je suis aussi impressionné par la peinture hollandaise, Le Caravage et certains maîtres du XIXème. Leur traitement du clair obscur, la composition de l’image, comment ils arrivent à rendre de la chair et du sentiment humain… Tous étaient habités par une forme de spiritualité, un lien avec un au-delà de l’humain, auquel l’art est une réponse".

Titre de travail

La Consolation a dans un premier temps été annoncé sous le titre Daniel.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Message from the King (2016)
  • Life - Origine Inconnue (2017)
  • Fast & Furious 8 (2017)
  • Sous le même toit (2016)
  • Mes vies de chien (2017)
  • Les Gardiens de la Galaxie 2 (2017)
  • Baby Boss (2017)
  • Braquage à l'ancienne (2017)
  • Gold (2016)
  • Jour J (2017)
  • La Belle et la Bête (2017)
  • Cessez-le-feu (2016)
  • Glory (2016)
  • À bras ouverts (2016)
  • Ghost In The Shell (2017)
  • Split (2017)
  • Les Schtroumpfs et le village perdu (2017)
  • Lion (2016)
  • Corporate (2016)
  • Le Procès du siècle (2016)
Back to Top