Mon AlloCiné
    Tel père, tel fils
    note moyenne
    4,2
    2552 notes dont 315 critiques
    17% (54 critiques)
    50% (156 critiques)
    23% (71 critiques)
    7% (23 critiques)
    2% (7 critiques)
    1% (4 critiques)
    Votre avis sur Tel père, tel fils ?

    315 critiques spectateurs

    Xavi_de_Paris
    Xavi_de_Paris

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 1 675 critiques

    3,5
    Un sujet de société traité avec sobriété par le réalisateur nippon Hirokazu Koreeda. Il soulève de nombreuses questions, dont celle du bonheur de l'enfant au sein d'un foyer dans lequel il n'a pas grandi. L'interprétation est largement à la hauteur, et l'émotion palpable bien que retenue.
    Elsa C
    Elsa C

    Suivre son activité 3 abonnés

    4,5
    Je viens juste de visionner ce film en DVD car j'avais loupé sa sortie au ciné. Normalement, vous me direz, il faut laisser reposer avant d'en écrire la critique, mais là je ne peux pas résister tellement j'ai été touchée par ce film. Après l'excellent "Knobody Knows", Hirokazu Kore-eda nous étonne une fois de plus avec ce film très subtil sur les relations entre parents et enfants. Il pose évidemment la question de la filiation : est-on plus proche d'un enfant de sang ou d'un enfant qu'on a élevé mais qui n'est pas de notre sang ? Le père d'un des deux enfants échangés à la naissance (le petit Keita) joué par Masaharu Fukuyama (sublime) est à mon avis le personnage le plus intéressant. Enfermé dans une éducation rigide, pleine de principes, il est très pris par son travail et ne voit que par la réussite de son enfant et est donc très exigeant à son égard. Il a lui même eu un père assez distant et ne parvient pas à exprimer ses sentiments vis à vis de son fils. La découverte du fait que le petit garçon qu'il a élevé avec sa femme depuis six ans n'est pas son fils biologique, car il a été échangé à la naissance avec un autre nouveau-né, par une infirmière vengeresse va déclencher chez lui un profond bouleversement bien légitime. Le film raconte alors les tentatives de rapprochement entre les deux familles, la réaction des parents et des enfants face à cette nouvelle troublante. L'hôpital, dans lequel les enfants sont nés, préconise aux familles d'échanger leurs garçons. Mais cela ne va pas de soi. Les parents hésitent, ont du mal à accepter cette solution et en fait aucune famille ne veut vraiment se séparer de l'enfant qu'il a élevé. Les deux familles sympathisent, surtout les mères tandis que les pères expriment des styles d'éducation totalement différents. Les scènes du quotidien et les complicités parents / enfants sont filmées de façon délicieuse, très subtile. Mais, au bout de quelques mois, le père de Keita, influencé par son propre père, va alors privilégier quand même la voix de l'échange et à l'issue d'un procès, cette option est décidée. Les deux familles vont alors s’apercevoir des nombreuses difficultés que cela entraîne : manque de l'enfant aimé, peur de le trahir en s'occupant de l'autre, difficultés des enfants face à cette nouvelle situation qui bouleverse leurs vies. Lorsque le deuxième petit garçon, Ryusei Saiki, fugue et va rejoindre son ancienne famille, il devient de plus en plus évident pour tout le monde que cette expérience est un échec. Le père de Keita retrouve alors des photos prises par son fils adoptif sur son appareil photo et là scène anthologie : l'émotion le submerge .... Je ne raconte pas la fin même si on s'en doute. Les acteurs, grands comme petits sont tous exceptionnels. En somme, je considère que ce film comme un chef d'oeuvre, très délicat et sensible.
    antony Z.
    antony Z.

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 184 critiques

    4,0
    Le sujet traité est dur et interpelle. Comment réagir face à une telle situation? Même si le ryhtme est relativement lent, l'intrigue est omniprésente
    Attigus R. Rosh
    Attigus R. Rosh

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 30 critiques

    3,5
    Tel père tel fils est un film pas mal du tout. J'ai bien aimé l'histoire, je l'ai trouvé assez originale. Autant j'avais déjà vu La vie est un long fleuve tranquille qui avait la même idée de base (une infirmière intervertissant les bébés dans une crèche), autant ce film fait le choix d'une approche plus dramatique et moins comique (ce qui semble plus crédible à mes yeux). Les personnages sont très bien écrits, on a beaucoup d'empathie pour eux, malgré leurs choix parfois contestables. L'histoire est très bien, pas trop prévisible. Les acteurs m'ont semblé très bons. Le côté dramatique est très réussi. Un bon petit film.
    rogerwaters
    rogerwaters

    Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 2 critiques

    5,0
    Avec ce magnifique long-métrage, Kore-Eda atteint la quintessence de son art. A partir d’une histoire déjà contée maintes et maintes fois, il livre une œuvre d’une justesse incroyable et d’une finesse psychologique qui saisit le spectateur du début à la fin. Il décrit des sentiments très durs avec peu d’éclats de voix et un intimisme total, ce qui renforce un peu plus notre empathie envers des personnages qui souffrent tous de cette situation ubuesque. Au final, alors que le réalisateur évite le mélo à chaque instant, son film est un véritable crève-cœur. De l’émotion à l’état brut, nous renvoyant tous à nos relations complexes avec nos parents et nos enfants. Un petit bijou qui touche à l’universel.
    Rictus1260
    Rictus1260

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 18 critiques

    4,0
    Sur la trace du grand réalisateur japonais Ozu, Kore Eda nous offre un très beau film sur la famille et a le courage de la placer au centre des problèmes de la société japonaise. Deux familles que tout sépare se rencontrent dans des circonstances dramatiques lorsqu'on leur apprend que leurs fils de 6 ans ont été échangés à la naissance. Les notions essentielles, telles que le temps pris pour la famille plutôt que le carriérisme égoïste, la réussite sociale a tout pris ou encore des thèmes comme la primauté des liens éducatifs par rapport aux liens du sang, le rôle du père dans la famille, sont traités avec bonheur, simplicité et réalisme. Un film qui sait parler des vrais valeurs de la société en toute simplicité et même humour par moment, c'est si rare de nos jours. Réalisateurs français ou américains (je ne les cite pas): prenez exemple!!
    Mathilde Russo
    Mathilde Russo

    Suivre son activité 24 abonnés Lire sa critique

    4,5
    Un magnifique film Japonais qui émeut profondément. Un thème très difficile à la fois terrifiant et bouleversant.
    Black Hole
    Black Hole

    Suivre son activité

    4,0
    Une émouvante fable familiale traitant avec sensibilité un sujet dramatique. On saluera le jeu d'acteur au passage des enfants autant que des adultes.
    gabdias
    gabdias

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 510 critiques

    4,0
    Impossible de ne pas succomber à la magie et à la philosophie de ce drame bouleversant empreint d’humanité, de réflexion et de sociologie. Maîtrisé à tous les niveaux, c’est le genre de film qu’on aimerait voir tous les jours : un vrai mélodrame sensible, poignant et sublime. Qu’auriez-vous fait à leur place ?
    Guy E
    Guy E

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Le début fait penser au fameux "La vie est un long fleuve tranquille", d'Etienne Chatillez. Mais là où le français tourne (parfois) à la farce et à l'humour, le japonais Hirokazu reste dans le domaine d'une analyse subtile des personnages et des sentiments. Un chef d'oeuvre, que Ozu aurait pu aussi réaliser.
    Terence B.
    Terence B.

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 154 critiques

    5,0
    Film sensible, touchant, brillant, émouvant. Une perle de fraîcheur et d'émotions. Un chef d'oeuvre. (Cannes 2013)
    Piotr T.
    Piotr T.

    Suivre son activité Lire sa critique

    4,0
    Un beau film qui questionne la société japonaise et le fossé générationnel. C'est drôle, c'est touchant, c'est à voir !
    Pierre D.
    Pierre D.

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    4,0
    Un couple aisé japonais, lui cadre haut placé, elle au foyer, suit leur fils de 6 ans lors du passage de tests pour l'entrée dans une de ces écoles privées aussi onéreuses qu'impitoyables devant la moindre erreurs de leurs élèves. Mais tout va pour le mieux pour eux. Tandis que le père se donne à fond dans la réalisation d'un projet immobilier d'envergure et que la mère veille sur la santé de sa famille en traquant les mauvais aliments et en aseptisant au mieux leur appartement, le fils sera accepté dans l'établissement désiré. Cette belle harmonie se verra mise à mal quand l'hôpital où est né l'enfant, leur annoncera l'inexplicable échange d'enfants lors de l'accouchement. Leur vrai fils habite en fait dans une famille modeste de petit commerçants... Bien sûr cela rappelle " La vie est un long fleuve tranquille " d'Etienne Chatilliez, seulement ici le traitement est tout autre. Ce n'est pas une comédie grinçante mais une fine étude psychologique des comportements qui attend le spectateur. Hirozaku Kore-eda est un réalisateur sensible et qui filme sans grands effets. C'est calme, posé, sa caméra s'attarde un peu sur les visages, guettant les réactions, comme un témoin parfaitement partial et sans jugement. Cependant son cinéma est de ceux qui ne laisse personne indifférent. Très vite le spectateur est pris dans un questionnement intense. La situation délicate devient le creuset d'une réflexion sur la maternité, la paternité, les liens du sang. Au bout de six ans de vie commune avec un enfant, qui est finalement son père, sa mère ? Les deux familles étant de milieux différents avec des valeurs vraiment opposées, viennent se greffer aussi toutes les questions autour de l'éducation. Et comme l'éducation est le reflet d'une société, le film prend une densité énorme, devenant aussi, en creux, une réflexion sur le monde occidental d'aujourd'hui. Quelle vie choisir ? Travailler plus pour vivre mieux mais en oubliant les valeurs de partage et les besoins d'attentions quotidiennes de sa famille ? Vivre plus simplement mais avec les autres ? Les adultes du film de débattent comme ils peuvent, avec leurs certitudes, leurs obligations. Les enfants, eux, calmement mais fermement, viendront poser leurs petits doigts là où ça fait mal et réfléchir. On dit souvent que Kore-eda est le cinéaste de l'enfance. C'est vrai, mais je crois que c'est avant tout l'observateur attentif d'un monde finissant, celui où le libéralisme a attaqué tout ce qui faisait le ciment d'une société, celui où les adultes oublient très tôt leur âme d'enfant, celui où la technologie prend de plus en plus le pas sur la simplicité ( on préfére faire du sport avec une WII ), celui où l'enfant est un investissement narcissique au mépris de sa personnalité. Il n'a pas son pareil pour laisser sa caméra flâner dans les familles, les intérieurs, offrant ainsi un véritable reportage quasi ethnologique au milieu d'une intrigue captivante. La fin sur le blog
    Kry -.
    Kry -.

    Suivre son activité Lire sa critique

    3,5
    Un joli sujet, des beaux personnages mais la sauce ne semble jamais réellement prendre. Je relativise néanmoins : on ne verrait que des films comme ça, on serait contents !
    dominique P.
    dominique P.

    Suivre son activité 474 abonnés Lire ses 427 critiques

    4,5
    Excellent film dramatique chinois. Très prenant et émouvant. Très bonne réalisation et interprétation.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top