Notez des films
Mon AlloCiné
    Rêves d'or
    note moyenne
    4,1
    590 notes dont 106 critiques
    répartition des 106 critiques par note
    23 critiques
    57 critiques
    19 critiques
    5 critiques
    1 critique
    1 critique
    Votre avis sur Rêves d'or ?

    106 critiques spectateurs

    islander29
    islander29

    Suivre son activité 300 abonnés Lire ses 1 848 critiques

    4,5
    Publiée le 4 décembre 2013
    il y a indéniablement de la "magie" dans ce film.....le voyage du Guatemala au états unis est restitué in "modus vivendi" avec une authenticité qui pourrait faire croire, que vous êtes vous même sur le toit de ce train puissant..... On est avec ces sympathiques personnages qui risquent leur vie, vraiment pour gagner le "paradis américain".... Le voyage est loin d'être idyllique, mais il est beau et explicite, réaliste et chaleureux, mouvementé et infini...... Travail des plans , des lumières, la simplicité du scénario ajoute en crédibilité au film, qui par moments prend l'air d'un véritable "reportage"..... Tout est de la même qualité, palpable et chaude, avec l'échec des uns, la réussite des autres, et un film qui éclaire avec poésie et réalisme, la vie en Amérique Centrale......A ne pas rater...
    Frederic B.
    Frederic B.

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 54 critiques

    4,5
    Publiée le 8 décembre 2013
    Il n'y a pas grand chose à dire sur ce film tellement il nous laisse sans voix : secoué, ému, bouleversé, profondément bouleversé ! "Rêves d'or" est de ces films importants et rares qui nous bousculent au point de nous faire saisir jusqu'où le cinéma est capable d'exprimer des choses absolument essentielles ! Ce premier film de Diego Quemada Diez atteint des niveaux d'intensité émotionnelle et de puissance dramatique rarement atteintes au cinéma. La force de ce film témoignage est littéralement décuplée par une mise en scène très réaliste et qui touche à la perfection, mais aussi par une prise de vue qui vient renforcer l'effet dramatique de l'enchainement des séquences. Mais c'est surtout que "Rêves d'or" prend son temps : le temps d'installer des personnages d'une grande profondeur et qui incarnent à merveille un condensé d'humanité, le temps de mettre en place un déroulement dramatique qui ne sacrifie rien à la finalité visée, le temps de laisser la mise en scène nous imprégner de ce terrible sentiment de vivre la même expérience que ces trois personnages. Diego Quemada-Diez ne s'embarrasse d'aucun sentiment d'empathie en sacrifiant au drame et sans état d'âme deux personnages vraiment fort émotionnellement et en plongeant l'unique survivant de cette odyssée ferroviaire en forme de purgatoire dans un final totalement désillusionné. On est finalement vraiment secoué par ce drame qui se joue dans une ambiance à la fois inexorable et sans état d'âme, silencieuse et poétique et bouleversé par cette terrible impression de voir en ces trois personnages toute la force et la fragilité de l'humanité tout entière, comme par un effet de métonymie ! "Rêve d'or" ne nous laisse pas indemne car on ne peut pas sortir indemne d'un film qui va aussi loin dans l'expression de ce qui fait le paradoxe de l'humain : sa force et sa fragilité !
    Otakool-Ciné
    Otakool-Ciné

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 128 critiques

    4,5
    Publiée le 15 janvier 2014
    Le ton du film est donné dès les premières images. C'est à si méprendre un documentaire auquel on aurait ajouté de la fiction. Ce ton permet au film un réalisme (que dis-je, un naturalisme!) constant. Normal, il y a aucun fard : peu de personnages, pas de dialogues inutiles, une mise en scène minimaliste et une histoire simple. Qui dit documentaire dit aussi : pas de studio, résultat : un film entièrement filmé dans des décors naturels, qui nous donnent un film sauvage, où l'instinct de survie est légion. On voit tout ce dont un être humain est capable, à la fois de générosité et de cruauté. Ce qui fait la véritable force du film, c'est qu'il ne tombe jamais dans le piège du plaidoyer moralisateur. Il préfère la puissance du récit, captivant, et que le réalisateur sait relancer avec talent. Deux scènes géniales me viennent à l'esprit : la scène "de paiement de rançon" et l'étape dans les montagnes. Jusqu'à une fin... explicite, Diego Quemada-Diez réalise un drame triste mais jamais tire-larme, pessimiste et optimiste à la fois. Comme l'indique son titre même. Des rêves d'or donc, mais qui le resteront...
    alain-92
    alain-92

    Suivre son activité 245 abonnés Lire ses 1 078 critiques

    4,0
    Publiée le 27 mars 2014
    Un film qui commence très fort avec cette jeune fille qui se coupe les cheveux, se bande la poitrine pour tenter d'effacer toute trace de féminité. Le long métrage pourrait se classer dans les documentaires si ce n'était l'incroyable présence de ces jeunes qui fuient leur pays natal pour un ailleurs qu'ils espèrent meilleur. Diego Quemada-Diez a pris la décision de filmer la vérité brute. Si la mise en scène fait preuve d'une certaine virtuosité, quelques passages gâchent un peu l'intérêt du film. Ces maquettes voulant faire croire à de véritables trains sous la neige, par exemple. Le scénario, d'une simplicité extrême, dénonce les injustices d'un voyage sans retour et va droit au but. Il ne s'éternise pas sur les points les plus douloureux qu'il arrive à faire alterner avec d'autres moments plus optimistes. Une qualité supplémentaire de ce film et plus particulièrement de Diego Quemada-Diez qui a travaillé pendant plus de dix ans sur ce projet. Le réalisateur prend son temps pour appuyer son propos, peut-être un peu trop. Certaines séquences sont très longues au détriment d'autres qui mériteraient d'être plus développées. Ces enfants, sont-ils orphelins ? Les organisations maffieuses mexicaines sont certes, pointées du doigt, mais le film ne démontre en rien le devenir que l'on imagine tragique de ces prises d'otages violentes et barbares. La photographie souffre lourdement de la volonté délibérée du tournage en "Super 16". La réussite du film tient essentiellement de la force qui se dégage de l'insouciance de ces trois jeunes qui vont tenter de parcourir les kilomètres séparant le Guatémala de Los Angeles. Ils ne se départissent pas d'une belle insouciance malgré ce monde étranger qui ne leur fera pas de cadeau. Leur déracinement fera d'eux des clandestins. Des anonymes. C'est douloureux et totalement monstrueux. Ce n'est pas la première fois, certes, que l'atrocité de cette situation, connue de tous, est présentée dans le confort de nos salles de cinéma. Mais avec ces "Rêves d'or", impossible d'oublier ces regards, ce parcours, et ces luttes incessantes pour déjouer tous les dangers. Et, plus que tout, cette envie de vivre qui sera, pour certains, synonyme d'une très approximative réussite, pour d'autres d'un échec irréversible.
    Aspro
    Aspro

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 354 critiques

    4,5
    Publiée le 9 septembre 2014
    Malgré une histoire difficile et plutôt sombre, ce drame de l'Amérique centrale est soutenue par une beauté cinématographique frappante . En conséquence, le film est drôle, effrayant et parfois sombre énervant tout simplement parce qu'il donne un visage très humain sur une question importante. L'accent est mis sur l'une des plus grandes migrations humaines actuellement en cours dans le monde, comme les Latino-Américains en direction du nord à la terre promise.Bien qu'il existe des moments de légèreté le long du chemin, et plusieurs séquences dans lesquelles ces pèlerins débraillés obtiennent de l'aide de la population locale , les scènes les plus mémorables du film comportent des rencontres terrifiantes avec des voyous qui profitent de personnes qui sont les plus vulnérables. La violence soudaine aléatoire est horrible comme ils traversent les montagnes et les déserts, de vastes paysages et des villages animés. Oui, le film fonctionne aussi comme un récit de voyage pittoresque à travers la géographie et la culture de l'Amérique centrale. Et ces jeunes acteurs remarquables, ils sont vifs et tout à fait passionnant, créant unechimie complexe entre eux et les gens qu'ils rencontrent.Diego Quemada emmène le public dans le voyage avec ces jeunes, l'expérience leurs espoir et moments de rafraîchissement, humanité entre les moments où ils sont malmenés par les flics, poursuivi par les agents d'immigration et attaqués par des bandits . En fin de compte, leur compagnie est tout ce qu'ils ont, et même qui est assez fragile le long de cette route. En ce sens, on se croirait dans le film . En ce sens, on se croirait dans un film financé par le gouvernement guatémaltèque dans une tentative de briser le mythe que seul le paradis vous attend mais ilest si habilement assemblé que c'est aussi un document essentiel pour le reste d'entre nous, le rappel que ces immigrants sont des gens comme nous qui rêvent d'une vie meilleure pour leurs familles.
    fabulien
    fabulien

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 35 critiques

    4,5
    Publiée le 26 avril 2014
    Le sujet du flux migratoire Sud-Nord sur le continent américain a déjà été montré au cinéma, en long, en large et en travers, avec du bien (Babel, Norteado), et du beaucoup moins bien (Sin nombre). Ce long métrage prend un point de vue traditionnel en contant l'histoire de jeunes gens au destin cruel et ordinaire, partis du Guatemala, noyés au milieu d'une vague de plusieurs milliers de personnes. Malgré ce "pitch" plutôt banal, le scénario s'avère au final absolument époustouflant. Il nous plonge au coeur des vies de ces adolescents (l'autre à avoir fait aussi bien retranscrit la période adolescente à Cannes 2013 était Kechiche), et ne nous épargne rien des événements et des embûches qu'ils rencontreront au cours de leur voyage spoiler: , quitte à laisser le doute quant à la survie d'un des personnages principaux . Les inégalités sociales et la violence aveugle qui rongent l'Amérique centrale sont illustrés sans misérabilisme aucun et avec une rugosité très exacte, grâce à des lieux choisis avec une grande intelligence. Ces lieux rythment le voyage des jeunes innocents, et nous permettent de nous éloigner très rapidement des images de pauvreté entassée au-dessus des trains de marchandise, grand classique du genre. Et quand bien même, même ces scènes au premier abord loin d'être originales sont réussies dans Rêves d'or, le réalisateur réussissant avec brio à percer le regard de chacun des participants anonymes à cette quête de dernière chance. A souligner avec la plus grande insistance : c'est un premier film. On attend donc avec impatience ce que le talent de Diego Quemada-Diez nous réserve.
    CineRepertoire.free.fr
    CineRepertoire.free.fr

    Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 1 289 critiques

    3,5
    Publiée le 3 janvier 2014
    On peut juste regretter le côté "déjà vu" sur le fond, dans les tenants et aboutissants du film : illusions et désillusions de migrants, parcours semé d'embûches que l'on devine plus ou moins fatales... Sinon, c'est une belle réussite. Le réalisateur Diego Quemada-Díez croque cette tranche de misère humaine et d'espoir sans aucun misérabilisme. Cet ancien assistant de Ken Loach (notamment) signe un premier long-métrage dont le réalisme social, âpre et violent, est irrigué par une sensibilité sobrement émouvante, une certaine poésie également. Si le scénario a été nourri par des centaines de témoignages de migrants fuyant le Guatemala ou le Mexique, Quemada-Díez a su trouver un juste équilibre entre documentaire et fiction. En fait, il a réussi à combiner deux regards : le sien, mélange de lucidité, d'empathie, d'amertume, et celui de ses personnages principaux, ces ados qui se frottent à un univers hostile et dangereux, sans perdre pour autant leur fraîcheur, leur sourire, leurs désirs. On est donc à la fois embarqué (comme si l'on y était) dans un road-movie chaotique, épique, tragique, et plongé dans une chronique ado délicatement sentimentale, avec un joli trio amoureux et un développement touchant sur la fraternité. Très mobile avec sa caméra super-16, le réalisateur est toujours là où il faut : perché sur les trains de marchandises qui convoient des centaines de migrants, au coeur des courses folles pour échapper à la police, tournant autour de ses personnages avec discrétion et précision pour en capter les moindres vibrations... Avec une telle acuité, pas besoin de beaucoup de dialogues, pas besoin non plus de traduire les propos du jeune Indien. Quemada-Díez et ses acteurs (tous excellents) laissent deviner une pléiade d'idées et de sentiments avec une économie de moyens assez remarquable et une sacrée intelligence dramatique. C'est simple, c'est limpide, c'est beau. C'est aussi infiniment triste. Une tristesse que l'on garde en soi quelque temps après la fin du film.
    buzzbomb
    buzzbomb

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 61 critiques

    4,5
    Publiée le 19 janvier 2014
    Une docu-fiction grave qui traite d'un sujet qui ne l'est pas moins. Et malgré cette gravité, "Rêves d'or" n'est jamais lourd. Il sait même être léger. Cette légèreté qui pointe parfois doit beaucoup au choix du réalisateur de suivre sur le parcours des migrants clandestins d'Amérique du Sud vers les Etats-Unis à travers des adolescents. La série documentaire "Les routes de l'extrêmes" avait déjà choisi ce thème pour l'un de ses épisodes. Et ce que montrait cet excellent reportage se retrouve dans ce film qui, ayant pris le biais de la fiction, peut aller encore plus loin et dévoiler ce qu'un documentaire ne pourrait montrer faute d'images. L'extrême précarité d'hommes et de femmes qui, démunis de presque tout et sans défense, sont confrontés tant à la police qu'à des bandes mafieuses qui abusent de leur faiblesse. Par certains ressorts narratifs que je ne peux dévoiler ici sans trop en dire sur l'histoire, ce film nous met au plus près de la peau des protagonistes, nous amenant à vivre avec eux ce long du rail, ce fil d'Ariane vers un avenir plein de rêves et d'espoirs dont peu verront les fruits. Plus qu'un témoignage, "Rêves d'or" est aussi une dénonciation amère du sort réservé aux migrants et de l'arsenal répressif mis en place par les autorités mexicaines et américaines. Un jour, un mur est tombé à Berlin et l'émotion fut grande. Depuis, d'autres se sont construits qui provoquent l'indignation internationale comme en Israël ou une quasi indifférence comme celui qui sépare les Etats-Unis du Mexique. Diego Quemada-Diez nous rappelle là son existence.
    ferdinand
    ferdinand

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 445 critiques

    4,0
    Publiée le 11 décembre 2013
    Beau film, sans concessions. Ce road movie (plutôt un railway movie) est d'un réalisme tel qu'on croirait voir un reportage. A voir absolument et aussi pour compléter le dossier "immigration" après "Welcome" de P. Lioret, par exemple.
    hpb
    hpb

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 214 critiques

    4,5
    Publiée le 5 janvier 2014
    Un film poignant, et plutôt dérangeant pour les occidentaux nantis que nous sommes ... Le début (la première demi-heure) pourrait laisser penser que l'on s'oriente sur un documentaire sur l'immigration ... donc sentiment de "déjà-vu" , mais la suite nous montre heureusement un vrai grand film avec une histoire que l'on gardera longtemps en mémoire. Le réalisateur a le grand mérite de ne pas sombrer dans le misérabilisme et de montrer une réalité que l'on espère exagérée (mais est-ce bien le cas ?) Il faut ajouter que tout cela est admirablement filmé , surtout les scènes de train , avec beaucoup de symboles ... Un grand bravo aux 3 acteurs très attachants et tellement "réels" dans leur rôle.
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 664 abonnés Lire ses 3 177 critiques

    3,5
    Publiée le 3 décembre 2013
    De l'Amérique centrale aux États-unis, on sait de quels périls est fait ce périple. Rêves d'or conte le destin d'adolescents en route vers un mirage. La veine est d'abord documentaire, un cheminement laborieux qui passe d'abord par le train. Le film de Diego Quemada-Diez est une sorte de "rail movie" dont le récit rappelle immanquablement ceux de La grande Dépression. Steinbeck est toujours actuel. Le rythme de Rêves d'or est lent c'est vrai mais il a pour lui une mise en scène qui privilégie les grands espaces, comme dans un western, qui s'opposent aux nombreux gros plans. Le film possède quantité de très belles scènes sans que le réalisateur ne joue la carte de l'ostentation esthétique. Le parti pris est celui du réalisme, il est parfaitement assumé et maîtrisé.
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 369 abonnés Lire ses 2 133 critiques

    4,0
    Publiée le 21 novembre 2013
    Depuis de nombreuses années, le périple vers les Etats-Unis de migrants originaires de l'Amérique Centrale est devenu un genre cinématographique à part entière. Il y a 4 ans, "Sin Nombre", de Cary Fukunaga, avait permis à ce genre de faire une timide percée commerciale dans notre pays : Prix du Jury à Deauville, près de 150 000 entrées dans l'hexagone. Intéressant par son sujet, le film souffrait d'une réalisation un peu trop calibrée, un peu trop artificielle. Sur un sujet similaire, le réalisateur espagnol Diego Quemada-Diez nous offre un film beaucoup plus juste, beaucoup plus sincère et, par conséquent, beaucoup plus fort : pour son premier long métrage, Diego Quemada-Diez a frappé fort et juste. Le spectateur est littéralement happé par ce conte bouleversant, mélange de film sociologique, de documentaire, de western et de thriller. Pas de doute : Rêves d'or fait partie des toutes meilleurs réalisations sur ce thème de l'exil de populations fuyant la misère régnant dans leur pays d'origine dans l'espoir d'un avenir qu'ils voudraient doré.
    Sylvain P
    Sylvain P

    Suivre son activité 118 abonnés Lire ses 1 156 critiques

    4,5
    Publiée le 5 décembre 2013
    Les drames de l'émigration donnent souvent des films poignants et justes. Rêves d'or est un très bon cru. En choisissant de faire vivre aux personnages principaux différentes anecdotes vécus par les migrants que le réalisateur a pu rencontrer, le trait est légèrement forcé. Néanmoins, ces drames sont tous réels et horribles. Rêves d'or est une aventure humaine choc et choquante.
    Cineseba
    Cineseba

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 474 critiques

    5,0
    Publiée le 12 décembre 2013
    Reves d'or", Excellent film relatant le voyage clandestin des trois adolescents originaires du Guatemala, traversant la Mexique vers les Etats Unis et suivis par un indien ne parlant pas l'espagnol. Poignant, Intense ! Ces quatres jeunes courageux et plein d'espoirs, s'acharnent à aller jusqu'au bout de leur route malgré les milieux dangereux comme le racket des mafias mexicains, le trafic de drogue ou la prise des otages des femmes pour les prostituer. Ils rebondissent à chaque fois pour continuer leur chemin. Leurs vies peuvent très vite se basculer par leur naievété et leur innocence, la tension est omniprésente et palpable dans le film ! Reussiront-ils à atteindre Les Etats Unis ? Combien seront-ils ? D'ailleurs, la scène où les ados marchent sur les rails, m'ont fait penser au film "Stand by Me". La mise en scène est grandiose, les plans superbes ! C'est une belle occasion de découvrir des paysages mexicains sur le toit des trains ! Les jeunes acteurs sont époustouflants ! Ce film a une qualité d'un grand reportage sur l'immigration clandestine. Absolument Génial, ce film ! Allez le voir ! "
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 9 décembre 2013
    Brut, tragique, réaliste. À conseiller à toute personne qui se dit que quelqu'un qui migre le fait pour voler notre travail/stylo/pays... À tous ceux qui oublient que nous sommes tous le résultat de X générations de migrants avec des destins aussi tristes que ceux-là... Et à tous ceux qui oublient à quel point les femmes morflent dans ce contexte, pourquoi si peu partent et pourquoi beaucoup n'arrivent jamais ou pas comme elles l'auraient imaginé dans leurs pires cauchemars. Une claque, ce film. Très bon, mais si criant de vérité sur la minable race humaine dès que le miroir de la promiscuité la révèle.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top