Mon AlloCiné
A Most Violent Year
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "A Most Violent Year" et de son tournage !

Changement total de casting

Le rôle d'Andrew Walsh joué par Albert Brooks dans A Most Violent Year était initialement prévu pour Stanley Tucci (Hunger Games, Transformers : l'âge de l'extinction, Le Diable s'habille en Prada). De plus, Oscar Isaac n'était pas le premier choix du réalisateur J. C. Chandor. En effet, au moment du développement du film, Javier Bardem tenait le rôle d'Abel Morales, mais après quelques désaccords avec le cinéaste, l'acteur a préféré se retirer du projet. C'est finalement Jessica Chastain, qui proposa d'intégrer Oscar Isaac au film. Par ailleurs, elle aussi ne devait pas être au casting, puisque le personnage d'Anna Morales était prévu pour être tenu par Charlize Theron.

De vieilles connaissances

Oscar Isaac et Jessica Chastain se sont connus à l'Ecole Julliard de New York en 2003, où ils étaient tous deux inscrits dans la section théâtre. Ils souhaitent jouer ensemble depuis presque une décennie, A Most Violent Year marque leur première collaboration.

Un budget conséquent

Pour A Most Violent Year, J. C. Chandor a profité d'un budget à la hauteur de ses espérances de 19 millions de dollars. En effet, le réalisateur avait réussi à obtenir un budget moindre de 3,4 millions pour son premier film, Margin Call, évoquant les dernières heures d'une équipe de traders sur le point de subir un crash boursier. Pour son second long-métrage, All is Lost (2013), basé sur une histoire de survie en pleine mer, dont le seul et unique rôle est tenu par Robert Redford, 9 millions de dollars ont pu être réunis.

Base scénaristique

A Most Violent Year a en commun avec les deux précédents films de J. C. Chandor (Margin Call, All Is Lost) qu’il traite d’une crise violente dans laquelle survient une défaillance d’ordre professionnelle, physique ou financière. Le réalisateur plonge alors le spectateur au cœur de ce tourment et expose la vulnérabilité des personnages et leurs dilemmes moraux pour mieux appuyer la dimension humaniste de son récit.

Rêve américain

Le film s’intéresse également au rêve américain et à tout ce qu’il entraine comme dilemmes et sacrifices : "Avec le personnage d’Abel Morales, j’ai eu envie de m’intéresser à l’individualisme forcené et au besoin d’autonomie financière (…) Je crois profondément que pour réussir aux États-Unis, il y a des choses qu’on peut faire et d’autres pas", déclare le réalisateur J. C. Chandor.

Personnage

L’acteur Oscar Isaac déclare avoir trouvé le personnage d’Abel Morales intéressant de par son ambiguïté mais également de par son devoir moral : "J’ai perçu un mélange intéressant chez Abel qui, pour moi, évoque le type qui rêve d’appartenir à une société capitaliste, qui aspire à mener la belle vie, et qui résiste à son impulsion d’avoir recours à la violence pour arriver plus vite à faire fortune". En ce sens, A Most Violent Year est davantage le récit du parcours d’un homme d’affaires désirant réussir à tout prix.

Genèse du projet

Fasciné par la vie de New York du début des années 80, J. C. Chandor a eu l’idée de ce film en étudiant le parcours de certaines familles qu’il connaissait personnellement et qui avaient monté de grandes entreprises à une époque où la ville était rongée par la criminalité et la corruption. A travers ces histoires de famille, le réalisateur a imaginé un couple qui tente de bâtir un empire pendant une période difficile.

Retrouvailles

Les comédiens Jessica ChastainDavid Oyelowo et Elyes Gabel qui sont à l’affiche de A Most Violent Year figuraient tous trois au casting du film de science-fiction de Christopher Nolan sorti en 2014 : Interstellar.

Écriture des dialogues

Pour l’écriture des dialogues, J. C. Chandor dit s’être inspiré des dialogues âpres et réalistes des polars de Sidney Lumet. Le réalisateur déclare également être ravi de pouvoir filmer à nouveau des joutes verbales après avoir tourné All Is Lost, film quasiment muet.

Reconstitution

L’objectif de J. C. Chandor et du chef décorateur John Goldsmith était de montrer une ville de New York sur le déclin. Goldsmith s’est inspiré de clichés d’artistes comme Carl Burton et Dinanda H.Nooney qui avaient beaucoup photographié la ville à cette époque. Il a également puisé son inspiration dans des magazines d’architecture et des catalogues de grands magasins de l’époque.

Lieux de tournage

Le défi pour J. C. Chandor et le chef opérateur Bradford Young était de trouver des lieux appropriés qui pouvaient refléter le déclin mais aussi la prochaine renaissance de la ville de New York dans les années 70-80. Désirant s’éloigner de l’image de la ville décadente dépeinte dans des films comme Taxi Driver ou French Connection, Bradford Young désirait ajouter un peu de raffinement à cette image déliquescente de New York : "Ce qui manque dans ces deux films, c’est l’élégance et le raffinement propres au déclin que la ville connaissait alors. Ce que je voulais, c’était filmer cette décadence de manière extrêmement précise et documentée", déclare-t-il.

Climat

A Most Violent Year a été tourné au début de l’année 2014 pendant un hiver très rigoureux. Le climat a rendu le tournage extrêmement compliqué mais le réalisateur J. C. Chandor et son équipe s’en sont accommodés : "L’isolement est l’un des thèmes majeurs du film, et le combat d’Abel et d’Anna est très solitaire : la neige met tout cela remarquablement en valeur. Ces silhouettes dans un paysage enneigé qu’on aperçoit avec la vapeur qui leur sort de la bouche, les mains dans les poches et les épaules avachies, sont parmi les images les plus mémorables du film", déclare le cinéaste.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Le Brio (2017)
  • Justice League (2017)
  • Girls Trip (2017)
  • L'Expérience interdite - Flatliners (2017)
  • Au revoir là-haut (2017)
  • Madame (2017)
  • Battle of the Sexes (2017)
  • Coco (2017)
  • Marvin ou la belle éducation (2016)
  • Jungle (2017)
  • Star Wars - Les Derniers Jedi (2017)
  • Happy Birthdead (2017)
  • C'est tout pour moi (2016)
  • Jalouse (2017)
  • American Assassin (2017)
  • Gone Baby Gone (2007)
  • Carbone (2017)
  • Le Sens de la fête (2017)
  • Good Time (2017)
  • Grand froid (2017)
Back to Top