Mon AlloCiné
La Forêt de Quinconces
note moyenne
2,8
89 notes dont 14 critiques
21% (3 critiques)
29% (4 critiques)
14% (2 critiques)
21% (3 critiques)
14% (2 critiques)
0% (0 critique)
Votre avis sur La Forêt de Quinconces ?

14 critiques spectateurs

poet75

Suivre son activité 147 abonnés Lire ses 607 critiques

4,5
Publiée le 23/06/2016
On a déjà eu de nombreuses occasions d'apprécier le talent d'acteur de Grégoire Leprince-Ringuet, aussi à l'aise dans un film de Christophe Honoré que dans un autre de Bertrand Tavernier ou encore de Robert Guégiguian. Or le voici qui non seulement se produit comme acteur mais comme scénariste et réalisateur. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que ce premier essai contient beaucoup de promesses. C'est un film intrigant, quelque peu déroutant peut-être, mais irrésistiblement séduisant, qu'a écrit et mis en scène Grégoire Leprince-Ringuet. En se basant sur des poèmes qu'il avait écrits il y a longtemps, il a bâti un fil dramatique et des personnages. Les dialogues du film sont donc constitués pour une bonne part de poèmes versifiés de manière très classique (des alexandrins mais aussi des octosyllabes, m'a-t-il semblé) et rimés. Et c'est un des grands plaisirs que procure ce film que de faire entendre ces vers. Ils interviennent de manière très naturelle, sans s'exhiber, mais en imprégnant le long-métrage de leur musicalité. Car, qu'on le veuille ou non, et même si beaucoup de poètes contemporains l'ont laissé choir (ce que je regrette!), il n'y a rien de tel que le vers de forme classique pour faire chanter les mots. L'alexandrin et l'octosyllabe sont naturellement musicaux et ce film en bénéficie extraordinairement. Il donne l'impression d'être chanté en effet. Une des autres grandes qualités de « La Forêt de Quinconces », c'est son casting et, en particulier, outre le rôle tenu par le réalisateur lui-même, le choix des deux actrices principales, toutes deux superbes et très talentueuses : Amandine Truffy dans le rôle d'Ondine et Pauline Caupenne dans celui de Camille. Enfin, outre l'excellence de son écriture et du choix des acteurs et actrices, il faut louer la mise en scène et la réalisation du film, plein de bonnes idées, parsemé d'indices qui éclairent et déroutent tout à la fois, comme il se doit quand on a affaire à un conte. Car, même si l'intrigue se noue et se dénoue au cœur des réalités les plus ordinaires de notre temps, c'est bien sous ce registre qu'il faut le percevoir. Et comme dans les meilleurs contes, il est ici question d'ensorcellement et d'objets dotés de pouvoirs. Il est question aussi d'une forêt, celle qui donne son titre au film, la forêt de quinconces qui est plantée d'arbres si ordonnancés qu'on s'y perd. Autour de soi, quand on s'y trouve, s'ouvre une multitude de chemins. Pour Paul (le personnage joué par Grégoire Leprince-Ringuet lui-même), cela fait écho aux atermoiements du cœur, aux difficultés d'aimer ou d'apprendre à aimer en vérité. Qu'en est-il d'Ondine qui, après qu'il l'ait fait littéralement tomber, décide de le laisser parce qu'elle le trouve trop distant ? Et qu'en est-il de Camille l'ensorceleuse que Paul rencontre un peu plus tard à la faveur de la séquence la plus extraordinairement mise en scène de tout le film ? Après un échange de propos des plus étranges avec un sans-abri qui prend figure d'augure, Paul croise le chemin de Camille dans une voiture de métro, la main du premier s'approchant autant qu'il est possible de la main de la deuxième enserrant une barre. Paul prend ensuite la belle inconnue en filature jusqu'à entrer à sa suite dans une salle de spectacle où tous deux se rejoignent au milieu de danseurs. Et c'est sur les toits que tous deux se retrouvent enfin pour parachever leur alliance. Et pour mettre fin à une séquence dont il faut louer tous les aspects, sans oublier l'extraordinaire bande-son. Cela étant dit, même dans ses scènes les plus ordinaires, voire triviales (un échange de propos dans un escalier ou sur un trottoir de Paris), le film n'est jamais banal. Il respire tout entier de son empreinte poétique. Et il s'ouvre, de ce fait, sur de multiples interprétations. Ne peut-on pas voir dans les blessures infligées au coude et aux genoux d'Ondine, du fait de sa chute, et à la joue de Camille qui s'orne d'une balafre d'où s'écoule une goutte de sang qui désenvoûte, ne peut-on pas voir dans ces blessures des ouvertures sur le mystère des êtres, sur les cœurs insondables qui y palpitent ? Ce qui est sûr, en tout cas, c'est que ce film gagnera à être revu autant de fois qu'on le voudra. Semblable aux meilleurs recueils de poésies qu'on peut lire et relire tout au long de sa vie sans jamais en épuiser la substance, « La Forêt de Quinconces » également, j'en suis persuadé, fait partie de ces films qu'on n'a jamais fini de redécouvrir et qui n'ont jamais fini de surprendre (parce qu'ils ne se donnent jamais tout entier, comme les poésies). Et ces films-là sont les meilleurs de tous ! 8,5/10
velocio

Suivre son activité 284 abonnés Lire ses 2 052 critiques

1,0
Publiée le 20/06/2016
Ce premier film du comédien Grégoire Leprince-Ringuet a été présenté en séance spéciale lors du dernier Festival de Cannes. Une intrigue à la Rohmer et beaucoup de risques au niveau de la réalisation. En effet, la plupart des dialogues se font en alexandrins. Problème : cela fonctionne au théâtre, à la rigueur dans le cadre du théâtre filmé mais cela sonne très, très, trop artificiel au cinéma. Résultat : l'ennui pour de nombreux spectateurs (pas tous : ayons l'honnêteté de le reconnaître !).
Cinéphiles 44

Suivre son activité 129 abonnés Lire ses 2 452 critiques

3,5
Publiée le 22/05/2016
Grégoire Leprince-Ringuet aime les mots. L’acteur a joué pour Honoré, Téchiné ou encore Guédiguian. Mais il était temps pour lui d’écrire cette poésie cinématographique. La Forêt de Quinconces n’est pas un simple triangle amoureux comme on en voit beaucoup. C’est une œuvre au phrasé particulier, constitué exclusivement de vers, en alexandrins ou en octosyllabes de huit pieds. Cet objet inattendu, qui finalement se rapproche un tant soit peu, à quelques œuvres de Demy, a été présenté en Séance Spéciale au Festival de Cannes 2016. Ce conte rythmé plus par la diction que par la mise en scène, a quelque chose d’attachant. Alors que le cinéma français cherche toujours plus de réalisme, le réalisateur nous bouscule dans une bulle parnassienne, voir même chimérique. Malgré ces efforts incontestablement admirables, La Forêt de Quinconces est laborieuse dans sa construction. Cet insolite lyrisme a, somme toute, peu d’aisance à tenir le cap sur près de deux heures. Grégoire Leprince-Ringuet a pourtant le mérite d’ouvrir la question de l’acceptation du cinéma d’aujourd’hui à s’ouvrir à autre chose à l’intemporalité de la langue de Baudelaire. D'autres critiques sur ma page Facebook : Cinéphiles 44
1ou2mo

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 417 critiques

2,5
Publiée le 25/06/2016
Un galop d'essai , des acteurs déclamant sur la toile en versifiant à tout va. Le côté insolite intéressera certains probablement mais ce décalage en fin de compte est gênant et n’enthousiasme pas trop. Des comédiens sur les planches recueilleraient certainement plus d’adhésion avec les mêmes textes.
Jean-Patrick Lerendu

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 143 critiques

4,0
Publiée le 02/07/2016
Paul est tre amoureux et voit sa compagne l'écarter car son amour est trop envahissant.. Il va vouloir retrouver l'amour à travers Camille qui va construire ac ec lui une autre forme d'amour. Beaucoup de poésie à travers ce film plein de lenteur et de charme et des acteurs bien attachants.
Dom Domi

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 171 critiques

4,5
Publiée le 29/06/2016
Un film entre réalités et rêves, amour et haine, vie et mort. On plonge au plus profond de l'état amoureux qui se termine par la séparation des protagonistes et le deuil de cet amour. Tout prend alors une forme et une tournure particulières et les émotions prennent une force qui peut conduire au pire, au geste ultime et fatal. Ce film retrace le parcours chaotique d'un amour fusionnel qui prend fin au début et donne le ton à l'ensemble du film. Les dialogues sont " ciselés " et mis au service de la langue et des rimes. Les images défilent avec beaucoup de symbiose avec la situation et les mots. Bref un grand film pour celui qui a connu au moins une fois dans sa vie les sentiments et les idées qui prennent le pouvoir dans la tête par le manque issu de la fin d'un amour. dom
pierre72

Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 364 critiques

3,0
Publiée le 28/06/2016
Aller voir un film dont la moitié des dialogues sont en alexandrins, pour moi, pas vraiment amateur de poésie, c'est une performance. Y prendre un certain plaisir et en sortir en ayant l'impression d'avoir vu un film assez gonflé, en plus d'être réjouissant, mérite d'être noté. Sans être le chef d'oeuvre du mois, " La forêt de quinconces", déploie une originalité et une grâce assez étonnantes. Sur le thème rebattu du triangle amoureux, GLR ( Grégoire Leprince-Ringuet) pose une patte littéraire que l'on sent nourrie de poésie ( Paul Valéry entre autre) mais aussi de contes, de théâtre et de cinéma. Bizarrement j'ai pris un plaisir fou à écouter cette langue, ces rimes parfois pauvrettes, mais qu'importe, ces sonorités un peu désuètes, ces mots de moins en moins employés ( sortilège, chimère, ...), cette langue de tragédie apposée à une univers mi moderne, mi fantastique. Les comédiennes surtout y sont pour beaucoup, le texte sortant naturellement de leur bouche, sans emphase, ni déclamation. Et même si l'histoire est cousue de fil blanc, elle est émaillée de moments assez réussies. Ainsi, on avait connu GLR (Grégoire L....) chantant chez Christophe Honoré, on le retrouve ici, dansant, dans une scène de séduction pleine de sentiments et d'énergie. J'ai apprécié aussi les deux apparitions de Thierry Hancisse ( de la Comédie Française), formidable en clochard céleste dans deux séquences pourtant un poil trop appuyées. Le film avance ainsi de petits morceaux de bravoure en scènes plus banales, tissant un portrait de jeune homme qui se brûle les ailes auprès de deux jeunes femmes loin d'être innocentes et qui, hésitera longtemps avant de trouver la direction à donner à sa vie d'adulte. La fin sur le blog
Colin F.

Suivre son activité Lire sa critique

4,5
Publiée le 27/06/2016
C'est film qui s'offre aux spectateurs. J'ai été surpris du début à la fin . Pour un premier film, il y a une audace remarquable et un talent indéniable. Pari ambitieux et réussi. A voir !
weihnachtsmann

Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 2 812 critiques

2,0
Publiée le 28/06/2016
Un film bourré d'excès. Un langage ultra châtié et un amour de la démesure. Un kaléidoscope musical assez atroce et quelques scènes vraiment insupportables. Assez prétentieux dans le style et laid dans ses images.
zhurricane

Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 1 301 critiques

1,5
Publiée le 09/05/2018
Non non c'est juste pas possible de sortir un tel film, c'est du théâtre filmé. Pourtant j'aime plutôt le théâtre filmé, basé sur des dialogues. Ce qui fonctionne dans le théâtre, ne fonctionne pas dans le cinéma, si non c'est non on appel ça le surjeux. Mais là c'est juste pas possible, les dialogues sont jamais naturels, on a l'impression d'entendre des étudiants en théâtre récités leurs textes. Les 3 acteurs principaux sont juste horribles de nullité, en clair il nous offre une leçon de surjeux à vomir. Et en plus de cela, il faut que l'intrigue tombe dans un cliché de l'amour qui fait mal insupportable. Et pourtant je ne donne pas la note minimale à ce film, pour deux raisons. La première étant Thierry Hancisse qui dans le rôle du clochard est magistral, il surjoue mais jamais on ne tombe dans un artifice, ça c'est le talent, dommage qu'il est droit à même pas vingt minute. Et la deuxième raison c'est ses dialogues (en alexandrin et avec des rimes) qui prie séparément, sont supers beaux, mais déclamé par des acteurs aussi mauvais ça donne envie de baffer les acteurs, quel dommage.
Lautaine B.

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Publiée le 25/09/2017
J'ai vu ce film en DVD la semaine dernière et les quelques maladresses à la mise en scène ne m'ont rien enlevé au plaisir de voir cette première oeuvre . J'aime la liberté que ce film donne et la magie qui en découle. L'audace donne à ce film toute sa splendeur .
Compagnie E.

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Publiée le 29/05/2017
Je viens de voir ce film en dvd et je suis très agréablement surpris. Faire aujourd'hui un film entièrement tourné vers la poésie est remarquable.
Pauline L.

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Publiée le 26/05/2017
C'est un premier film audacieux et plein de rêve qui redonne au nouveau cinéma un vent de jeunesse . Bravo au jeune cinéaste !
MickJagger

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 110 critiques

2,0
Publiée le 08/02/2017
Prix du film singulier du syndicat français de la critique de films 2016. Oeuvre théatrale du fait de dialogues en vers (alexandrins ? ou quelque chose comme ça, je ne suis pas assez littéraire pour le préciser), le fantastique pointe le bout de son nez et disparait sans que l'on ait compris grand chose sur ce passage à l'âge adulte, où l'on doit accepter et reconnaître les peines de coeur. Difficile de noter cet ouvrage lorsqu'il vous échappe à ce point. Trop de pistes inexplorées.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top