Notez des films
Mon AlloCiné
    Sunhi
    note moyenne
    3,1
    119 notes dont 20 critiques
    répartition des 20 critiques par note
    0 critique
    4 critiques
    9 critiques
    4 critiques
    1 critique
    2 critiques
    Votre avis sur Sunhi ?

    20 critiques spectateurs

    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 1862 abonnés Lire ses 3 124 critiques

    0,5
    Publiée le 3 septembre 2014
    Oui, je le sais, à chaque film coréen je me pose la même question : pourquoi si peu de films dans nos salles qui nous provienne de ce merveilleux pays du matin calme ? Avant de voir ce « Sunhi », je m’interrogeais encore sur les causes d’une telle rareté et j’hésitais entre une probable baisse de production ou une éventuelle frilosité des distributeurs hexagonaux. Avec « Sunhi », j’ai ma réponse. Maintenant que j’ai vu ce film il est EVIDENT que le problème vient des distributeurs. Comment peut-on décemment choisir ce film là au milieu de tant d’autres pour une diffusion dans les salles françaises ? Ce film, c’est le dernier film que je choisirais quelque soit son origine, quel que soit son auteur, tant il est la quintessence même de l’absence totale d’inspiration, aussi bien dans le fond que dans la forme. Parce que oui : accrochez-vous – « Sunhi » raconte l’histoire d’une jeune étudiante coréenne qui veut aller faire du cinéma aux Etats-Unis et donc elle décide d’en parler à son prof de cinéma, mais aussi à son ancien petit copain qui s’est risqué à faire un film, puis de réfléchir aux démarches à faire… et… c’est tout. Oui oui, c’est tout. En fait le gars n’a déjà tellement pas d’imagination qu’il parle de son quotidien et de son univers, sans plus d’idée que cela. Mais bon, je suis le premier à dire qu’au cinéma comme ailleurs, ce qui va me faire vibrer ce n’est pas forcément le sujet d’une histoire mais plutôt la manière avec laquelle on va me la raconter. Cependant, le gros problème avec ce « Sunhi », c’est que la forme est à la hauteur du fond ! Niveau inspiration : c’est zéro ! La narration est découpée en séquences d’une linéarité affligeante durant laquelle les pauvres acteurs sont contraints de débiter des lignes de texte incroyablement creuses et d’une didactique hallucinante : « je bois parce que je suis triste » ; « je parle un peu plus fort que d’habitude parce que je t’aime », « je te repousse parce que je suis insatisfaite », etc… Franchement, j’ai vraiment plaint les acteurs car avec si peu, on ne peut vraiment rien faire de convainquant à part chercher à limiter les dégâts. Manque de pot, vu qu’aucun ne semble disposer d’une réelle expérience ou d’un réel talent, ils sombrent tous dans un jeu rigide où ils se contentent de débiter leur texte, droits comme des piquets, en haussant la voix de temps en temps et en plissant les yeux pour faire genre qu’ils ne sont pas contents. De toute façon, si on en arrive là dans « Sunhi », c’est qu’on a derrière la caméra un mec qui ne sait même pas diriger des acteurs. Le pire, c’est que le pauvre Hong Sang-Soo a dû se rendre compte quelques fois que ses plans étaient atrocement chiants et qu’ils manquaient de vie, alors la blague a voulu que dans une logique désespérée pour animer l’ensemble, il se risque durant tout le film a un ensemble de zooms-avant et des zooms-arrière menés de manière totalement aléatoire. A ce niveau là, pour moi, on dépasse clairement l’amateurisme. On atteint carrément une forme de néant de créativité et d’esprit autocritique. C’était mon premier Hong Sang-Soo, ce sera clairement mon dernier. Qu’on ne me fasse pas croire après ça qu’il n’y a pas autre chose en Corée du Sud qui mérite d’être vu…
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 452 abonnés Lire ses 2 246 critiques

    0,5
    Publiée le 21 octobre 2014
    Combien de fois Hong Sang-Soo va-t-il nous faire le même film sans que la critique française, toujours à genoux devant ce piètre cinéaste, arrive à s'en apercevoir. Avant même d'aller voir le film, je savais qu'il y aurait une jeune étudiante jolie, un prof de cinéma, des picoles à n'en plus finir. Bingo ! Dans ce film, on n'arrête pas d'entendre dire qu'il faut creuser, creuser toujours plus pour arriver à se connaître. Le problème avec Hong Sang-Soo, c'est, qu'à force de creuser, il a fini par toucher le fond ! Le deuxième problème, c'est que le prochain film de Hong Sang-So, son 78ème en 10 ans, sera encore pire que celui-là, encore plus insignifiant, encore plus creux, encore plus insipide !
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 1023 abonnés Lire ses 3 325 critiques

    3,0
    Publiée le 9 juillet 2014
    Sunhi, étudiante en cinéma, de retour à Séoul, rencontre successivement trois soupirants plus ou moins avoués. Un air de déjà vu ? C'est le moins que l'on puisse dire, le film de Hong Sang-soo n'est qu'une nouvelle variation sur ses thèmes favoris : l'image de soi que l'on renvoie, l'incertitude à donner un sens à sa vie, l'incapacité à nouer des relations amoureuses sincères. Le plus troublant est que la forme est toujours la même : de longues conversations (bavardages diront certains) dans des bars où la consommation d'alcool est sans modération. Le charme des films de Hong réside dans son talent à apprivoiser les redondances et à distiller une pointe d'humour dans son pessimisme envers les rapports humains. De ce point de vue, Sunhi est légèrement en deçà de ses opus précédents et frôle parfois la platitude. Mais sa petite musique, pour familière qu'elle soit, finit toujours par faire son (petit) effet.
    ElBlasio
    ElBlasio

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 324 critiques

    2,0
    Publiée le 28 août 2013
    J'ai eu de la peine. Je n'avais rien vu du cinéaste et donc je ne peux pas comparer par rapport à son oeuvre, mais malgré une idée de départ brillante et une mise en scène audacieuse (mais avec ses limites), la sauce n'a pas pris. Le concept, c'est la perception de la personnalité d'une fille par 3 hommes qui en sont amoureux. Ces trois personnes ne sont pas au courant de la convergence de leur attirance sur cette fille. Du coup, Hong s'amuse à illustrer à quelle point la perception d'une personnalité est toute relative. Le film est découpé en de longue scène (10-15 minutes) consistant en plans fixes filmant deux personnes de profil en train de dialoguer. C'est audacieux, intéressant, mais la piètre qualité de la photo m'a repoussé ainsi que le manque d'émotion de ces trois personnages satellites. Pendant qu'ils dialoguent, ils n'expriment pas beaucoup d'émotion. Donc au final, j'ai trouvé ça lent et vain. De la part d'un réalisateur coréen, je qualifierais même ça de film séoulant
    chest D.
    chest D.

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 88 critiques

    4,5
    Publiée le 25 juillet 2014
    Comme dans les films d’été de Rohmer (Conte d’été, Le Rayon vert), Sunhi est fait de rencontres de hasard. Sur le banc d’un campus, la jeune Sunhi rencontre, au début du film, son professeur et lui demande une lettre de recommandation pour poursuivre ses études à l’étranger. Depuis l’étage d’un fast-food, elle aperçoit ensuite son ex-petit ami et l’invite à la rejoindre. Au fil de la conversation et des verres de soju, on apprend que celui-ci est encore amoureux d’elle, mais quelque chose sonne faux dans le dialogue (« Je n’ai aimé que toi »), les mots n’ont plus aucune magie. Ce qui se dit, dans toutes les conversations qui se tissent dans ce film très bavard, n’a pas beaucoup plus de sens ou de poids : les mêmes banalités (« Il faut savoir ce qu’on veut dans la vie », « Il faut creuser ») sont reprises d’une séquence à l’autre, à chaque fois par un personnage différent, comme dans une pièce absurde du théâtre français. Une romance coréenne qu’on entend trois fois évoque le souvenir d’une rencontre amoureuse : « Où étais-tu partie ? N’étais-tu qu’un rêve? ». Mais la rencontre amoureuse n’a pas lieu dans ce film où le hasard devient peu à peu une habitude. La magie de la rencontre – celle d’Haewon et du magicien dans Haewon et les hommes, le précédent film d’Hong Sang-soo – est perdue. Le mouvement final du film le prouve : dans le parc où les trois personnages masculins (le professeur, l’ex petit ami de Sunhi et un troisième homme qu’elle a embrassé sous la pluie) se retrouvent, une comédie se joue dans les toilettes. Sunhi ne croisera aucun de ses prétendants, elle ne fait plus partie du jeu, elle a déjà disparu, laissant aux hommes le souvenir d’une jeune fille qui passe et se dérobe. En se débarrassant du spleen qui marquait la tonalité d'Haewon et les hommes, son précédent film, Hong Sang-soo a réalisé un film où rien ne semble grave, presque une comédie. Certains éléments du récit évoquent un univers de comédie : la réécriture de la lettre de recommandation, la rencontre finale des trois prétendants dans le parc, la répétition de la romance coréenne qui tourne au running gag. Mais loin d’être utilisés tout à fait comme des procédés, ces éléments rayonnent de simplicité et de légèreté. Une légèreté qu’il faudrait plutôt non pas par la superficialité mais comme quelque chose de volatil et d’éphémère, qui se dissipe dans l’instant. Chaque rencontre, malgré sa durée, donne une même impression de précarité, permettant au spectateur de comprendre, au final, la beauté de ce qui a été vécu. Car dans ce film, tout est offert au spectateur. Comme Restless de Gus van Sant, Sunhi a le charme des grands films modestes, son amateurisme apparent (image cheap, zooms arrivant sans crier gare) est le vêtement modeste dont il s’habille pour ne pas révéler son élégance, qui vient, comme chez Rohmer, d’un très grand travail de composition. Tout fait retour (les lieux, les conversations, la romance) sans jamais alourdir la construction d’ensemble, si bien que le film donne constamment la sensation d’assister à un impromptu. Et puisque ce terme est emprunté à la musique, il me faut encore reparler de l’usage qui est fait de la chanson : elle ne fait pas seulement partie d’une logique répétitive, elle vient aussi illuminer l’ivresse des personnages, comme c’est parfois le cas dans la vie. On boit en effet beaucoup dans Sunhi, on ne pense même qu’à se désaltérer, mais ce n’est pas le chagrin que l’on noie dans l’alcool, l’ivresse donne surtout un peu de temps aux personnages, elle ralentit un peu le débit de la parole, permet d’apercevoir la beauté d’un geste, comme ce baiser discret que Sunhi donne à son professeur avant de le laisser en plan. Beaucoup de films d’aujourd’hui veulent nous montrer à quel point ils sont beaux, élégants, altiers: la bande-annonce du Saint-Laurent de Bonello, mise en ligne ces derniers jours, effraie déjà par la façon dont elle affirme, à travers le portrait du couturier, son désir de Beauté. « La rue est vulgaire », y entend-on. C’est pourtant dans la rue, dans les cafés et les parcs que le cinéma français devrait revenir comme à sa grande époque. Et c’est ce qui attriste aussi à la vision de Sunhi : le fait qu’un tel film ne soit plus possible aujourd’hui en France, que personne ne puisse en retrouver ne serait-ce que l’esprit. C’est donc à Séoul qu’il faut aller, cet été, pour retrouver un peu de la magie des contes de Rohmer.
    WutheringHeights
    WutheringHeights

    Suivre son activité 74 abonnés Lire ses 930 critiques

    3,5
    Publiée le 13 juillet 2014
    Hong Sangsoo livre son nouveau cru, Sunhi, nouvelle variation sur l'indécision amoureuse, l'alcool et le cinéma. La mise en scène est de plus en plus épurée et le cinéaste parvient toujours à séduire en quelques plans. La suite :
    norman06
    norman06

    Suivre son activité 105 abonnés Lire ses 1 315 critiques

    3,0
    Publiée le 18 juillet 2014
    Des enseignants et étudiants en cinéma, des réalisateurs, des beuveries au saké, des plans fixes, des amourettes... Le cinéma de Hong Sang-soo peine à se renouveler mais le charme opère toujours.
    willydemon
    willydemon

    Suivre son activité 50 abonnés Lire ses 1 544 critiques

    2,5
    Publiée le 30 juillet 2014
    Alcool, cinéma, plan fixes, amour et longues conversations. Un film avec un certain charme mais son charme "auteuriste" me laisse plutôt de marbre.
    Flore A.
    Flore A.

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 518 critiques

    3,5
    Publiée le 27 juillet 2014
    "Sunhi" est un film mélancolique mais souvent assez drôle. L'indécision amoureuse est une fois encore le sujet choisi par le réalisateur coréen, et même si la mise en scène est impeccable, je lui préfère son autre film de l'année "Haewon et les hommes" que "Sunhi" n'est pas sans rappeler puisque c'est aussi un portrait de jeune étudiante à la situation amoureuse compliquée, hésitant entre autre étudiants et professeurs ...
    Bertie Quincampoix
    Bertie Quincampoix

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 1 133 critiques

    2,5
    Publiée le 2 septembre 2014
    Un petit film sans prétention, particulièrement bavard, vraisemblablement réalisé avec des moyens très limités (en l'absence de chef opérateur...?). Hong Sang-soo s'amuse à faire répéter les propos de chacun de ses personnages dans la bouche d'autres personnages au fur et à mesure de l'avancée du film : l'effet comique est certain, mais de manière plus profonde, veut-il nous dire que le cinéma, comme la vie, n'est qu'un éternel recommencement ? C'est parfois drôle, toujours léger, souvent très long...
    Peter Franckson
    Peter Franckson

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 734 critiques

    1,5
    Publiée le 18 août 2016
    Le" Eric Rohmer" coréen persiste et signe en filmant toujours les mêmes histoires de chassé-croisé amoureux. Le film raconte les relations d’une étudiante en cinéma avec son ex, un étudiant qui a réussi à faire un film et un enseignant. C’est très bavard et toujours aussi mal filmé : plan fixe pour un long plan séquence, les 2 personnes étant filmés de côté, sans aucun plan de coupe, ni champ contre champ. Ennuyeux !
    Sandrine M.
    Sandrine M.

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 101 critiques

    2,5
    Publiée le 29 juillet 2014
    Mon premier Sang-soo Hong, j'ai lu qu'on le nome le Rohmer coréen et je suis plutôt d'accord. Qui suis-je ? Où vais-je ? Dans quel état j'erre ? c'est quoi l'amour ? Dans les bars, des plans fixes, de longs dialogues, de alcool, du bon poulet et le tour est joué, les hommes qui croisent Sunhi tombent sous son charme, ils sont amoureux... c'est un peu long, répétitif, un peu drôle tout de même, original mais sans plus... et le traitement vidéo avec le zoom avant/arrière bof, bof...
    Erdan 7
    Erdan 7

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 13 critiques

    3,0
    Publiée le 4 août 2014
    Bon film dans l'ensemble, malgré un thème musical un peu enfantin. Par contre j'ai moins aimé le fait que l'héroïne encaisse flirt sur flirt, mais ce n'est que mon avis :) Un film sympa à voir pour ceux, comme moi qui aiment le cinéma asiatique.
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 654 abonnés Lire ses 3 461 critiques

    3,0
    Publiée le 14 juillet 2014
    Le dernier film du « Erice Rohmer coréen », comme l’appellent certains, est parfaitement dans l’esprit de que ce à quoi il nous a habitués ces dernières années. La façon qu’à Hong Sang-soo de filmer, dans une succession de longs plans fixes, les conversations entre Sunhi et ses soupirants peut en effet sembler terriblement laborieux à suivre mais ceux qui réussiront à adhérer à cette mise en scène monotone ne verront finalement pas le temps passer tant les dialogues sont écrits avec une finesse exquise. L’opposition entre la solitude de cette jeune coréenne, obsédée jusqu’à en déprimer de l’image qu’elle donne d’elle, et les sentiments qu’éprouvent les trois garçons qui l’entourent va donner lieu à des situations embarrassantes qui s’avèreront tour à tour amusantes et mélancoliques. C’est dans la façon où chacun des trois amoureux va décrire Suhni (étudiante en cinéma, pour qui l’image est donc importante) que le film prend réellement sens et s’inscrit dans la série de réflexions sur les relations entre hommes et femmes qui forment la base de la filmographie du réalisateur.
    Ciné2909
    Ciné2909

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 1 398 critiques

    3,0
    Publiée le 19 septembre 2014
    C’est vraiment un film curieux que ce Sunhi. A travers le parcours de la jeune étudiante, on va faire la connaissance de 3 hommes pas totalement indifférents au charme de notre héroïne finissant donc par devenir des prétendants. C’est au niveau de la réalisation que le film de Hong Sang-soo surprend puisque les plans de caméra sont réduits au minimum et le sentiment de répétition n’est pas qu’une impression. Autour d’un verre de Soju ou en attendant de déguster un délicieux poulet, ce sont alors des plans-séquences qui peuvent parfois durer jusqu’à 10 minutes qui rythment le film. Par contre, l’utilisation faite du zoom donne un effet plutôt amateur. Déconcertant, il faut quand même une certaine patience et faire preuve de curiosité pour cette sympathique découverte.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top