Mon AlloCiné
Mommy
note moyenne
4,5
12503 notes dont 1130 critiques
42% (472 critiques)
34% (386 critiques)
9% (107 critiques)
7% (74 critiques)
4% (49 critiques)
4% (42 critiques)
Votre avis sur Mommy ?

1130 critiques spectateurs

selenie

Suivre son activité 366 abonnés Lire ses 4 640 critiques

5,0
Publiée le 09/10/2014
Pour une fois, le petit génie du Québec mets tout le monde d'accord avec ce film abouti, riche en émotion, qui se termine sur une dernière scène qui réussit l'exploit de mêler espoir et pessimisme. Un grand film assurément.
FrenchSniper

Suivre son activité Lire ses 24 critiques

0,5
Publiée le 21/11/2015
On croirait une mauvaise blague. On nous rebat les oreilles avec ce soi-disant surdoué de la caméra comme on nous rebattait les oreilles avec Hal Hartley dans les années 90. Qui se souvient aujourd'hui des films de Hal Hartley ? Chaque décennie produit ses fausses valeurs et personne, ou presque, n'ose contredire le consensus général, la certitude établie que nous tenons là un génie, sous peine d'être traité de réactionnaire. Or quand on voit les films de Dolan on tombe de haut, et celui-ci n'échappe pas à la règle, avec sa psychologie de bazar et ses personnages qui pèsent des tonnes à force de suffisance. C'est prétentieux et vain, filmé comme un video clip, assourdissant de musiques et de dialogues inutiles. Pour être tout à fait honnête, il est vrai qu'une ou deux scènes, par leur violence subite, surnagent dans cet océan de banalités. Mais comparez ce film avec "we need to talk about Kevin", sur un sujet similaire, et vous comprendrez.
Caine78

Suivre son activité 698 abonnés Lire ses 7 180 critiques

4,0
Publiée le 07/06/2015
Il y a sans doute quelques excès et longueurs, certaines scènes à moitié convaincantes... Mais bon, il y a aussi tellement de puissance, d'intensité, d'émotion brut qu'il est difficile de rester insensible à ce « Mommy » assez dévastateur à de nombreux égards. Que ce soit cette dimension à la fois très cruelle et presque délicate d'aborder cette explosive relation mère-fils, cette façon de filmer en définitive très précise et surtout cet hallucinant trio Anne Dorval - Antoine-Olivier Pilon - Suzanne Clément méritant tous les éloges et distinctions, l'œuvre fait souvent l'effet d'un uppercut, avec tout ce que cela implique d'éprouvant, mais aussi de fascinant, comme si ce sujet rebattu nous était raconté pour la première fois tant la vision du jeune québécois a quelque chose d'ébouriffant et même un peu dingue, le tout ponctué d'une bande-originale allant de Céline Dion à Oasis en passant par Lana Del Rey du plus bel effet... Bref, sans être exempte de tout reproche, voilà une œuvre avec beaucoup d'ambition et une personnalité folle, de celles dont on se souvient longtemps après être sorti de la salle : j'étais sévèrement brouillé avec Xavier Dolan après l'indigent « Les Amours imaginaires », voilà nos relations réchauffées au plus haut point. Un immanquable de 2014.
Steevnat

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 68 critiques

1,5
Publiée le 03/02/2015
Beaucoup d'ennui comme dans beaucoup de film de Dolan où l'histoire n'avance pas, le sujet est là mais n'évolue pas, on a l'impression de revoir plusieurs fois la même scène. Contrairement à ce qu'on entend souvent, je ne vois aucune maturité dans le style de Dolan qui utilise de grosses ficelles et des effets grossiers (musique sur ralenti, effet de format). Les acteurs sont par contre tous excellents. Faites des courts-métrage M.Dolan.
sniper d.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 5 critiques

1,5
Publiée le 30/10/2014
C'est mauvais, c'est plat, pendant 2h20 j'ai eu droit au film le plus ennuyeux que je n'ai jamais vu. Il ne se passe pratiquement et grâce à la "merveilleuse" mise en scène, les rares moment où il se passe quelque chose sont rendus chiant. Beaucoup décrivent ce film comme " émouvant ", moi je dirai plutôt " chiant " ou " plat ", car ce film est horriblement plat. Je ne le conseille pas du tout : - Le scénario est moyen, plat et banal. - Le jeu des acteurs est correct mais sans plus. - La mise en scène est juste nulle; ( ex : spoiler: ils sont censés être pauvres mais ils habitent une maison de 100m2 et le fils a un casque à 150€, très crédible ). Je le répète, allez voir autre chose et ne perdez pas 2h30 à aller voir ce film.
willydemon

Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 1 524 critiques

4,5
Publiée le 26/10/2014
Après un petit temps d'adaptation au format 1/1 qui est vraiment magnifiquement utilisé par Dolan, on tombe sous le charme de ce trio DIE/Steve/Kyla, interprétés par des acteurs au top. Kyla qui est vraiment pour moi Le personnage principal du film tant la prestation de Suzanne Clément au bégaiement si charmant m'est restée en mémoire même longtemps après la vision du film. Une merveille, on passe du rire aux larmes et on ne voit pas les 2h20 passer et surtout, on se met à écouter honteusement Céline Dion "On ne change pas" (la séquence l'utilisant étant un des nombreux sommets du film). Génial.
Etienne V.

Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 10 critiques

3,0
Publiée le 20/10/2014
Une esthétisation systématique et lourde, manquant d’authenticité, que Dolan sur-utilise à chacun de ses films, mais qui présente ici néanmoins l’intérêt d’être en écho au fonctionnement maternel autour duquel « ça tourne !», provoquant alternativement et successivement l’attirance ou le rejet. Une vulgarité pudique, qui veut tout montrer, paradoxe de celle qui a comme des choses à se reprocher, incapable de garder le secret comme pour continuer à mieux le cacher. « Mais si, dis le moi, sinon je vais pas réussir à m’endormir ce soir ». Elle finie toujours par « lâcher le morceau », lui permettant ainsi de continuer à protéger l’essentiel. Une jolie histoire d’un trio marginal qu’on voudrait ne pas détester, qui s’aménage un espace ou il se passe (enfin!) des choses mais ou rien ne semble suffire … placements, déménagements… tout bouge mais rien ne change … fuites ou éloignements, retours en arrière ou déplacements ? Dolan me semble parvenir à nous faire toucher cette incertitude systématique, qui remet toujours tout en question, pour chacun des trois. Entrecroisement de parcours existentiels hors normes, en pleine reconstruction normative et narrative, c’est à dire en cours de guérison … entre déséquilibre stable et équilibre instable, manquant à chaque instant de faire basculer sa situation et celle de l’autre. Ils ne parviennent pas à positionner le curseur de leurs relations, de la même manière qu’elle ne sait pas aller à la banque autrement qu’en tailleur rose, récupérer un gros tas de petites coupures. Dolan ne semble pas mieux parvenir à positionner le curseur émotionnel, entrant en résonance avec ses personnages mais limitant également son oeuvre. Dommage qu’il ne sache pas lui-même changer de registre pour nous montrer la finesse de l’évolution de « Steve et son trouble », effectivement non réductible a une réponse chimique. A ce titre, les discours du social et du psychiatrique apparaissent grossiers, tout en dénonçant une certaine réalité quand même, et un certain vécu aussi. L’espérance est à trouver ailleursspoiler: , et pourtant c'est par là que la mère en trouve momentanément ! Peut être aurait-il pu utiliser le personnage de la voisine, mais dont la difficulté est justement de ne pas pouvoir dire, d’être là à la fois indispensable et simple faire-valoir dont on abuse voire qu’on agresse, présente dans les rêveries de la mère qui semble pour autant incapable de lui donner sa juste place dans la réalité. Mais c’est bien cette complexité du positionnement qui est racontée ici, et merci de le faire. Effectivement la bande son, les cadrages et les nombreux ralentis sont franchement gavants. Mais d’une part ça raconte plus notre difficulté à accepter qu’il faut trouver l’espérance en nous et ne pas l’attendre du film, qu’une faiblesse du film. D’autre part c’est une mise en abime entre le contenu et la forme de ce Mommy, et avec l’ensemble de l’oeuvre de Xavier Dolan. On peut espérer pour lui qu’il parvienne dans la suite de sa carrière à changer de registres, à dialoguer.
Maitre Kurosawa

Suivre son activité 177 abonnés Lire ses 1 245 critiques

4,0
Publiée le 19/10/2014
Après le sidérant « Tom à la ferme », un deuxième film de Xavier Dolan sort sur nos écrans cette année. Prix du Jury au dernier Festival de Cannes, « Mommy » n’est pourtant pas exempt de maladresses dans sa réalisation (notamment dans le montage de certaines scènes) et baisse légèrement en intensité dans sa deuxième heure. Mais le film parvient à séduire grâce à un élan de générosité hors du commun et à une sincérité incontestable. L’utilisation fréquente de musique pop n’est d’ailleurs jamais là pour relancer un récit qui s’essoufflerait, mais parce qu’elle colle aux états d’âme (parfois extrêmes) des personnages. Ces derniers sont le cœur du film, ceux que Dolan ne contredit jamais et aussi ceux qui nous font vibrer. Et ce qui rend « Mommy » si fort, c’est qu’il traite d’un sujet grave à la fois avec une douleur inévitable mais aussi avec un humour rafraîchissant et jamais cynique. Enfin (et surtout), le film doit beaucoup à ses trois principaux comédiens, d’une justesse parfois bouleversante, avec une mention spéciale à la magnifique Suzanne Clément. Imparfait, original et audacieux: un bloc d’émotion précieux et enivrant.
ffred

Suivre son activité 293 abonnés Lire ses 2 989 critiques

2,0
Publiée le 13/10/2014
Dolan se recycle à la limite de l'auto-parodie. Ce n'est que cris, hystérie et effets de style d'où ont bien du mal à poindre quelques jolis moments d'émotion. Seule la formidable Suzanne Clément sort du lot. Déception et le moins moins Dolan à mes yeux.
cylon86

Suivre son activité 429 abonnés Lire ses 4 384 critiques

4,0
Publiée le 12/10/2014
Acclamé par la critique, ce cinquième long-métrage de Xavier Dolan est forcément inévitable par les temps qui courent où tout le monde crie au génie. Si, à mes yeux, ce mot est trop fort pour qualifier le film et Dolan, "Mommy" n'en est pas moins un film bouleversant et se pose comme le meilleur film de son réalisateur à ce jour. En racontant l'histoire de cette mère seule qui doit s'occuper de son fils impulsif et violent, le réalisateur nous livre un film sensible, plein de justesse et d'émotion où il nous brosse le portrait d'une femme forte. Déclaration d'amour à la figure maternelle de manière générale, "Mommy" contient tout de même quelques longueurs mais qui se font rapidement oublier quand interviennent les moments de grâce dans lesquels l'émotion s'insinue. Écrit avec plus de subtilité qu'il n'est mis en scène, le film ne tombe jamais dans le cliché ou dans la facilité et tient la route de bout en bout grâce à une interprétation remarquable de la part de ses acteurs. Que ce soit Anne Dorval (pleine de charme et de sensibilité), Antoine-Olivier Pilon (à fleur de peau) ou Suzanne Clément (décidément magnifique), chaque acteur semble totalement en osmose avec le sujet du film et à eux trois ils nous livrent une composition bouleversante. C'est d'ailleurs bien à eux que le film doit sa réussite.
poet75

Suivre son activité 147 abonnés Lire ses 606 critiques

4,0
Publiée le 11/10/2014
Dans une interview à Télérama, le jeune prodige du cinéma québecois Xavier Dolan affirmait être hypocondriaque, avoir "tout le temps peur de mourir ou de ne plus pouvoir [s']exprimer". Est-ce la raison pour laquelle il enchaîne les films à une cadence effrénée et qu'à 25 ans seulement il présentait au dernier festival de Cannes son cinquième opus filmique, "Mommy", à présent sur nos écrans? Quoi qu'il en soit, ce qui est sûr, c'est que la profusion de ses réalisations ne nuit en rien à leur qualité. "Mommy" est un film impressionnant de maîtrise et de virtuosité, qui méritait amplement le prix du jury qui lui fut accordé à Cannes. C'est aussi un film qui passionne par le sujet qu'il aborde, celui de la filiation, des rapports compliqués entre mère et fils. Dans un Canada légèrement anticipé, où l'on a promulgué une loi autorisant les parents à placer en institution leur enfant turbulent, Diane (Anne Dorval) doit récupérer son fils adolescent Steve (Antoine-Olivier Pilon), un garçon perturbé, hyperactif, capable de soudains accès de violence et usant sans complexe du dialecte local (le joual), un mélange de français et d'argot des plus truculents! Etrange "famille", d'autant plus étrange qu'intervient, assez rapidement, une énigmatique voisine, Kyla (Suzanne Clément), qui, délaissant quelque peu son mari et son enfant, s'attache à nos deux éclopés au point de s'incruster, comme on dit, dans leur vie. Son calme et sa présence apaisante la font non seulement accepter mais désirer. Ainsi se forme le curieux trio que Xavier Dolan fait évoluer dans des scènes contrastées, faisant alterner de grandes crises avec de grands bonheurs, des larmes et des joies, des angoisses et du bonheur (ou un semblant de bonheur). L'amour est là, bien présent, mais, comme on s'y attend quand on a affaire à des écorchés vifs, il s'exprime souvent de façon maladroite et non sans ambiguïté. Tout au long du film, on s'interroge, par exemple, au sujet de l'amour réel de Kyla pour Diana et son fils: comment peut-elle aimer à ce point ces deux-là alors que, dans le même temps, elle semble délaisser presque totalement sa propre famille? Xavier Dolan, en réalisateur malin et talentueux, donne des pistes mais se garde d'infliger des explications. Il enchaîne scènes fortes et scènes plus paisibles, le plus souvent avec bonheur, mais avec, de temps à autre, une scène un peu trop étirée, nous laissant nous débrouiller avec ses personnages truculents et énigmatiques. Il use d'un cadre étroit qui enserre les personnages, mais qui soudain s'élargit pour faire place aux scènes les plus heureuses du film. Il ose des scènes lyriques d'une grande beauté à la fois visuelle et sonore. Il impose des scènes violentes et des dialogues très verts... Son talent de metteur en scène est indéniable et il séduit, même quand il est quelque peu excessif! 8,5/10
pierre72

Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 364 critiques

4,0
Publiée le 09/10/2014
Vous pensez bien qu'en plus du déferlement médiatique enthousiaste qu'il y a autour ce film, moi, admirateur de la première heure de Xavier Dolan, je me suis rué dans la première salle le projetant. Et j' y ai vu tout ce que le jeune canadien sait si bien faire, ce mélange sans pareil et sans honte de kitsch assumé, de couleurs criardes, de mélo, de ralentis, de musiques populaires ou pas. J'y ai retrouvé un cinéma vivant, énergique, créatif jusqu'à tutoyer les limites du bon goût. J'y ai une nouvelle fois admiré une direction d'actrices surtout et d'acteur bluffante, admirablement servis par des dialogues forts, truculents et ménageant cette indispensable zone de non-dit, permettant au film de jouer sur une petite complexité ambiguë de haute tenue. Avec "Mommy" Xavier Dolan a concocté un film art et essai grand public. Un film qui peut plaire à tout le monde et donner l'impression que, pour une fois, on a vu un chef d'oeuvre mêlant histoire émouvante et forte et réalisation originale. On pourra ainsi s'insérer dans le courant hystérico/admiratif du moment en toute quiétude et bonne foi. Car, en effet, ce film est virtuose. Qui d'autre que Xavier Dolan peut réaliser une scène d'une justesse dramatique et d'une force émotionnelle imparable uniquement avec une chanson de Céline Dion ? Qui d'autre que lui peut nous imposer une image petit format presque carré (dit 1:1) qu'un des héros agrandira d'un geste, pour montrer le bonheur et la liberté, sans que cela fasse lourdingue ? Qui d'autre est capable de nous coller des ralentis à tout moment sans être lourd et ennuyeux, soulignant seulement par ce temps retenu les instants d'intense émotion ? Personne n'est capable de présenter un mélange aussi réussi de drame et de comédie avec juste ce qu'il faut de mauvais goût et de rentre-dedans. Alors, si l'on n'est pas un familier du réalisateur, son cinquième long métrage sera sans doute un choc visuel et émotionnel, et c'est tant mieux car mérité. C'est ici sûrement l'apogée de son style, ses effets ont été enfin digérés et lissés pour obtenir un résultat plus cohérents, plus populaire (dans un sens non péjoratif). Personnellement, et c'est le seul bémol que je ferai, j'ai trouvé que cette virtuosité si totale m'avait tenu à l'écart de l'émotion pourtant désirée par le réalisateur. C'est un trop bon film, mais trop est parfois l'ennemi de bien. Tout le temps accaparé qui par une performance d'acteur, qui par une scène ou un plan magnifiques, l'histoire passe un peu à la trappe. Mais, et c'est aussi l'autre réussite du film, il s'adresse aussi à la frange pointue du public, celle qui va y voir les courants sous-jacents qui charpentent le film. La fin sur le blog
Pkoi P.

Suivre son activité Lire sa critique

0,5
Publiée le 12/10/2014
Difficile de comprendre l'engouement général pour ce film. Je n''y ai vu qu'un enchainement décousu de scènes dans lesquelles le réalisateur utilise toutes les figures de style pataudes et sans finesses pour générer de l'émotion. Tantôt ces rires, tantôt ces pleurs ralentis, ces cris, cette vulgarité, sur bandes sons éprouvées. Une grosse usine à guimauve émotionnelle où l'on nous prend à témoin du martyre de cette mère "qui ne cessera jamais d'aimer son fils". Ces impressions confirmées à la 45eme minutes rendaient la dernière heure et demi particulièrement pénible et je voyais alors de l'arrogance dans la démarche de Xavier Dolan. J'avais aimé sons premier film mais ce dernier fais craindre qu'il n'est commencer à se prendre au sérieux..
scrabble

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 468 critiques

0,5
Publiée le 16/12/2014
crispant à mourir. je n'en pouvais plus de voir cette mère et ce fils a la "retourne". je pense que ce jeune réalisateur a encore beaucoup de travail à faire pour être au sommet de cet art
starman93

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 160 critiques

0,5
Publiée le 12/11/2014
A intervalles réguliers le gratin médiatique,qui n'a rien d'autre à se mettre sous la dent,s'emballe autour de..RIEN.Ce film complaisant et pathétique n'a RIEN à dire et il le fait mal,pourtant les thèmes de la maladie mentale,de l'aliénation/enfermement ont donné quelques chefs-d'oeuvre:"Vol Au Dessus d'Un Nid de Coucous","Les Evadés".
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top