Notez des films
Mon AlloCiné
    At Berkeley
    note moyenne
    3,8
    60 notes dont 4 critiques
    répartition des 4 critiques par note
    1 critique
    0 critique
    1 critique
    2 critiques
    0 critique
    0 critique
    Votre avis sur At Berkeley ?

    4 critiques spectateurs

    Robert L.
    Robert L.

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 23 critiques

    3,5
    Publiée le 25 février 2014
    Un solide documentaire de Frederick Wiseman sur l'université publique américaine, plus particulièrement l'emblématique campus de Berkeley situé dans la baie de San Francisco en Californie. Berkeley est classée comme l'une des meilleures universités au monde, détentrice de plusieurs prix Nobel, mais fût dans les années 60 et reste encore, un haut lieu de l'expression démocratique (l'un des foyers du mouvement hippy, de l'opposition à la guerre du Vietnam, des luttes contre la racisme et surtout du "free speech movement", visant à autoriser la liberté d'expression des étudiants au sein de l'université). Malheureusement, la crise financière et les restrictions budgétaires drastiques menacent de plus en plus la volonté de démocratiser l'enseignement supérieur. Les étudiants des classes moyennes s'endettent pour couvrir leur frais d'inscription et l'administration ne peut leur apporter, faute de finances suffisantes, toute l'aide qu'elle souhaiterait. Wiseman suit donc durant trois mois Berkeley pour voir comment chacun fait face à ces difficultés. Il en profite pour montrer le climat bien spécifique du campus, entre bain de soleil californien et animations de rue. Au final, il livre un portrait plutôt flatteur de l'administration (peut-être trop?) et de la communauté même si ce tableau collectif est saisissant, par sa richesse et sa complexité.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 460 abonnés Lire ses 1 808 critiques

    2,5
    Publiée le 16 mars 2014
    "At Berkeley" fait salle comble au Reflet Médicis, qui est - il est vrai - la seule salle parisienne à le diffuser. Son sujet : l'université de Berkeley en Californie. Son auteur : l'Américain Frederik Wiseman, 84 ans, l'un des maîtres du documentaire. Sa durée : 4h04. Autant dire que j'avais l'impression d'être analphabète parmi des normaliens, polytechniciens, docteurs en astrophysique et/ou agrégé d'histoire. Avec mes lunettes, ma serviette en cuir et mon costume-cravate, je pense que mon école a, elle aussi, été aisément identifiée ! "Le Monde" a consacré une page - et décerné trois étoiles - à ce documentaire-fleuve. Pourtant je lui trouve bien des défauts dont je ne sais trop s'ils sont imputables au documentariste ou à l'université qu'il filme. Le premier est de s'être focalisé sur des épisodes très réducteurs de la vie d'un campus. La caméra de Wiseman ne filme paresseusement que deux types d'événements répétitifs : des cours et des conseils d'administration. Chaque scène est répétée, quatre heures durant, avec une métronomie rapidement lassante : 8-10 minutes environ entrecoupées de 1-2 minutes de plans extérieurs. N'y avait-il pas autre chose à filmer ? Les élèves notamment dont on ne s'approche jamais sinon sur leurs lieux de cours. Wiseman n'aurait-il pas eu les autorisation de filmer leurs logements ? leurs soirées ? leurs discussions ? Ils ne sont que des pions interchangeables qui promènent leur face silencieuse dans des amphis ensoleillés. Le deuxième est de s'organiser autour d'une seule problématique : comment rester une université privée, accessible à tous, proposant un enseignement de qualité et offrant donc des salaires attractifs à ses enseignants sans augmenter les frais de scolarité alors que l'Etat se désengage pour cause d'austérité budgétaire ? La question est intéressante. Mais tournée dans tous les sens pendant quatre heures - sans qu'il y soit d'ailleurs apportée de réponses stimulantes - elle devient vite répétitive. Le troisième est plus subjectif. Il tient aux étudiants eux-mêmes dont j'ai été surpris. par la médiocrité. Je m'attendais à quoi ? Aux seins rebondis des cheerleaders de "La revanche d'une blonde" ? Au charme ténébreux des beaux gosses de "Kaboom" ? Les étudiants de Berkeley sont moches, mal fringués et - ô surprise - ne transpirent pas d'intelligence. Quand ils se mettent en grève, ils singent leurs aînés soixante-huitards - le talent en moins. Mais c'est sans doute la jalousie qui me fait parler. J'aurais adoré étudier à Berkeley. Je n'y arriverai jamais Me reste donc à essayer d'y enseigner ! le droit public ? le cinéma ?
    romkail
    romkail

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 23 critiques

    5,0
    Publiée le 27 avril 2014
    4 heures sans un temps mort, 4 heures indispensables pour avoir une vision l'université, du système éducatif et du peuple américain qui dépassent tous les clichés habituels. Le montage est incroyablement malin, les plans superbes et chaque personne filmée est totalement respecté pur chef d œuvre !
    dogoug
    dogoug

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 3 critiques

    2,0
    Publiée le 2 mars 2014
    Fim fleuve, une punition! A trop vouloir être exhaustif, Weiseman crée une oeuvre pesante et ennuyeuse et bavarde sans humour ni légèreté sur un lieu pourtant mythique, Berkeley et son université, ici un ghetto dont on sort à peine, donnant l'envie de le fuir pour retrouver la rue, les passants, de l'air! Dommage, et incompréhensibles les critiques qui , comme souvent, encensent unl film sans que l'on comprenne les raisons de leur engouement.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top