Mon AlloCiné
    Patéma et le monde inversé
    note moyenne
    4,1
    541 notes dont 48 critiques
    19% (9 critiques)
    38% (18 critiques)
    25% (12 critiques)
    19% (9 critiques)
    0% (0 critique)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Patéma et le monde inversé ?

    48 critiques spectateurs

    L'Otaku Sensei
    L'Otaku Sensei

    Suivre son activité 184 abonnés Lire ses 5 critiques

    3,5
    Publiée le 12 septembre 2016
    Une fois encore, il n'est pas inutile de rappeler que les films d'animation Japonais, ça ne se limite pas aux classiques de Miyazaki ou Takahata; le monde de l'animation Japonais est on ne peut plus vaste et en l'explorant, on se rend compte qu'il contient plein de bonnes surprise. "Patéma et le monde inversé" en est justement un exemple. Loin des studios Ghibli et signé Yasuhiro Yoshiura, Patéma nous plonge dans une aventure qui prend place sur Terre dans un futur post apocalyptique ou, à la suite d'une expérience scientifique qui provoqua une catastrophe sans précédent, toute la gravité de la planète se retrouve affectée et pour une partie de l'humanité, inversée. La modification du champs gravitationnel Terrestre divisa alors la population humaine en 2 peuples distincts, chacun ayant aux yeux de l'autre la tête en bas. Patéma, une jeune fille de 14 ans ayant grandi dans la cité érigée sous terre, décide de s'aventurer malgré les avertissements des siens dans la "zone dangereuse" et tombe par accident dans l'autre monde ou elle fait la connaissance de Age. Séparés par la gravité, les 2 adolescents vont apprendre à se connaître et très vite devenir amis. Mais cette amitié se voit menacé lorsque le tyrannique dirigeant d'Aiga (le monde de Age) découvre la présence de Patéma. Nos 2 héros sont contraints de fuir. Voilà pour le pitch global. Et qu'est ce que j'en pense ? Ben c'est une bonne surprise, toujours un plaisir de découvrir un nouvel anime, la magie et la poésie Nippone me cessera jamais de m'envoûté ! Sorti début 2014 dans les salles obscures Francophones, coincidant directement avec la sorti du dernier film du magicien de l'animation qu'est Miyazaki, Patéma est ce genre de film d'animation venu du pays du soleil levant rassure quand à l'avenir de l'animation Japonaise qui a encore de beaux jours devant elle. On a donc affaire à du bon, pas du joyaux brute mais un petit bijoux modeste et honnête. L'histoire et l'idée de départ son réfléchit et intéressante, l'idée d'un monde partageant 2 gravités différentes, tout de suite ça donne le cadre et le ton du récit sans s'attarder sur une intro de 20 minutes nous expliquant comment le drame est arrivé. Après ce film est bien loin d'être parfait. Patéma c'est un peu ce que j'ai envie de qualifié de "coquille vide", alors, pas au sens strict car le film propose un ensemble de propos véhiculés ainsi qu'un rythme suffisamment soutenu pour nous tenir en haleine, disons juste qu'outre l'idée de départ le reste est trop plat, on insiste pas assez sur les aspects culturels et les différents horizons de chaque patries. L'intérieur est encore bien trop vide. Le point fort de Patéma est aussi de véhiculer des critiques pertinente et largement compréhensives pour les jeunes adolescent (les moins de 10 n'y trouveront sans doute pas leur compte et ne seront pas en mesure de tout assimiler) notamment dans la critique de la Xénophobie basée sur la différence de gravité (un peu bête et méchant dans le fond mais ça reste facilement pertinent) et toute la dimension dénonçant la dictature dans un régime totalitaire ou les jeunes sont littéralement endoctrinés par les idéaux absurdes d'un gouvernement tyrannique.Le film manque de personnages vraiment marquants, Patéma et Age sont des stéréotypes dans leur genre et leur histoire d'amour ne manquera pas de faire référence à Upside Down mais, à la différence d'U.D, je trouve qu'à l'inverse, dans Patéma c'est cette romance qui donne tout l'intérêt des personnages. Autant dans U.D, c'est proche de la niaiserie, autant là, à la sauce Japon...ça rend tout de suite quelque chose de mieux, d'autant que le duo Patéma et Age nous rappellera indirectement le duo Pazu/Sheeta du Château dans le ciel. En parlant de ce dernier, le style de dessin s'en rapproche assez et c'est agréable. Sinon pour en revenir aux autres personnages, les autres sont juste des second rôles sans intérêt, d'autant que la plupart peuvent très vite devenir agaçants (le colonel d'Aiga en particulier^^). Après, j'ai un peu eu cette même impression qu'au terme de mon visionnage de Nausicaä à savoir, un petit goût d'inachevé qui reste. Bon, au final, Patéma, une bonne surprise divertissante et sans prétention, bien meilleur qu'Upside Down en ce qui me concerne, à découvrir. 3,5/5 PS: déconseillé de manger devant ou aux personnes ayant le vertige x)
    gunbuster
    gunbuster

    Suivre son activité 205 abonnés Lire ses 1 239 critiques

    3,0
    Publiée le 15 mars 2014
    Cette histoire était intéressante sur le papier, dès son annonce de production. Deux mondes coexistent, l'un des deux ayant une gravité inversée. Les deux héros de cette histoire, sont deux jeunes qui se sentent ne pas être à leur place et vont se rencontrer. Sur fond de S-F, le long-métrage aborde les thèmes de l'amitié entre les peuples, la fraternité et plus couru, ceux de la liberté et du droit de choisir son destin. Comme beaucoup de films avec une bonne idée de base, leur auteur n'arrivent à réussir à la fois sur le fond et sur la forme. L'aspect graphique, les retournements de cadres, effets de lumières, tout cela est réussit et magnifique. Mais le scénario reprends tous les stéréotypes des romans d'aventure où deux ados en quête de liberté et découverte, s'opposent à un monde contrôlé par des adultes, synonyme d'autorité et de secrets, dans un monde figé et monotone. Le summum se concrétise dans le personnage du tyran mégalomaniaque, souhaitant éradiquer les êtres ne répondant pas à ses critères physiques et idéologiques, seuls personnages du film à posséder une arme à feu, capable de donner la mort, représentant le danger ultime des héros, et faisant toujours obstacle à l'amour/amitié naissante entre les deux ados. Je pense que le réalisateur s'est trop concentré sur la forme, au détriment du fond, donnant un goût de déjà-vu à l'intrigue du film, des passages entiers étant plus que prévisible, sans compter les nombreux retournements de situations dans les 10 dernières minutes du film. Alors non, le film n'est pas une copie d'Upside Down (les deux projets étant nés la même année), mais on y voit des références, en terme d'animation, aux Ghibli, notamment Laputa, Le Château dans le Ciel. Mais on peut y voir une reprise des univers de science-fiction américaine des années 70, où la jeunesse est persécutée par une société totalitariste et déshumanisée tel que l'Age de Cristal et THX 1138.
    Akureyri.68
    Akureyri.68

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 88 critiques

    4,0
    Publiée le 26 mars 2014
    Éloge à la tolérance Les scientifiques ont voulu jouer aux apprentis sorciers. Résultat : l’apesanteur s’est inversée pour une partie de la population. Certain ont été aspiré dans le ciel, d’autres se sont réfugiés dans un monde souterrain. Pour le reste des habitants, rien ne s’est modifié. Parmi eux, l'ado Patéma a pour mentor Labos, un irréductible aventurier qui n’hésite pas à se dépasser en bravant les interdits de sa société. Il refuse d’emmener Patéma avec lui, car il l'estime trop jeune. Patéma décide néanmoins de faire le voyage, seule, ce qui la conduit à se retrouver face à Age, lycéen de l’autre monde, celui de la terre, avec ciel pour horizon. Aucun de ces deux mondes n’est libre. Le monde souterrain n’a accès ni à la lumière, ni au ciel étoilé. L’autre monde bénéfice d'un environnement qui pourrait nous être familier, mais son régime est totalitaire, un remix de 1984 d’Orwell. Les inconscients collectifs, fermement encrés, interdisent à chacun des peuples de rencontrer l’autre, qui reste l’inversé du premier. Sans qu’aucun souvenir ne subsiste, on met toujours en exergue des légendes monstrueuses qui permettent d’apeurer la grande majorité de la population menant à une auto-restriction des tentations. Ce film d’animation est une fable sur la tolérance et la compréhension entre peuples apparemment différents, mais, à mieux y regarder, si semblables. Il propose donc de dépasser les apparences, de se plonger dans la profondeur de chacun et accepter l’autre avec ses nuances, tel qu’il est. Il est conseillé à partir de 6 ans, mais je ne vois de réelle compréhension du scénario, assez sophistiqué, qu'à partir de l'adolescence.
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 361 abonnés Lire ses 3 097 critiques

    2,5
    Publiée le 18 mars 2014
    A partir d’un pitch assimilable à celui du film Upside Down, sorti neuf mois plus tôt mais entré en production en même temps, qu’est celui de se faire rencontrer, par le biais de deux personnages allant vivre une petite histoire d’amour, deux mondes aux lois de l’apesanteur inversés, Yasuhiro Yoshiura a développé une histoire pleine de rebondissements et de bon-sentiments suffisamment dosés pour éviter de justesse de sombrer dans la niaiserie. Si l’intrigue reste globalement très attachée aux stéréotypes du film d’aventures enfantines et des récits de science-fiction les plus manichéens, c’est dans le traitement habile de cette gravité à double sens que l’écriture trouve ses meilleures idées, qui malheureusement finissent pas s’essouffler et à nous mener vers une conclusion qui laisse une impression d’inachevé. Du point de vue de l’animation elle-même, c’est visuellement très joli même si on peut regretter que le design des personnages soit assez rudimentaire mais la façon qu’a le réalisateur de constamment retourner l’image au point de nous faire perdre nos repères, mais aussi les nombreux effets de flou et de mise au point, rendent la vue de ce dessin-animé vertigineux plutôt déconcertante.
    Crow75019
    Crow75019

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 77 critiques

    3,5
    Publiée le 16 mars 2014
    Le film démarre plutôt bien avec une présentation assez efficace qui provoque une immersion immédiate dans cet univers "vertigineux" a plus d'un titre. Patéma et le monde inversé tient le bon bout pendant une heure de par sa simplicité narrative presque enfantine et la poésie qui se dégage de son propos principal MAIS le film s'enlise ensuite dans des embranchements complexes qui nuisent terriblement a sa compréhension et qui dérèglent surtout une trame qui prenait pourtant le bon chemin. Reste de jolies trouvailles visuelles, des personnages attachants et l'univers dictatorial post apocalyptique qui est passionnant mais dont la profondeur aurait pu être encore plus détaillée (le dictateur lui, prend beaucoup trop de place) Les thématiques de l'universalité et de la tolérance prennent aisément le pas sur le message écologique mais encore une fois ce qui me parait le plus marquant ici c'est la déshumanisation d'une société totalitaire mise en opposition avec "a l'inverse" l'empathie merveilleuse que nouent au fil du temps Age et Patéma. Finalement un bien joli film qui a perdu son chemin... Dommage
    Freakin' Geek
    Freakin' Geek

    Suivre son activité 166 abonnés Lire ses 214 critiques

    2,5
    Publiée le 14 mars 2014
    Parce qu'il n'y a pas que le Studio Ghibli en matière de films d'animation japonais, il est bon de découvrir parfois quelques un des nombreux films qui sortent au Pays du Soleil Levant et qui restent bien souvent inédits en France. Un travail que l'on doit au distributeur Eurozoom qui nous délivre régulièrement des œuvres originales et de qualité. Patema est une jeune fille rescapée d'une expérience scientifique qui mal tourné. A vouloir défier les lois de la gravité, une bonne partie de la planète s'est subitement envolé et a disparu dans le ciel avec ses habitants. Curieusement certaines personnes n'ont pas été touché par cette catastrophe et ont rebâtit une civilisation avec des lois très strictes. D'autres qui ont étés condamnés se terrent en sous sol dans un monde inversé. C'est le cas de Patema qui trop curieuse fini un jour par basculer dans l'autre monde, elle y fera la rencontre d'un jeune homme qui va l'aider à rentrer chez elle. Deuxième long métrage de Yashuhiro Yoshiura après l'inédit en France Time Of Eve, Patema Et Le Monde Inversé fût l'un des événements du festival d'animation d'Annecy où il a été présenté hors compétition en avant première avant même sa sortie au Japon. La raison de ce succès vient du teasing effectué par le réalisateur qui avait mis en ligne gratuitement la série Patema Inverted sur internet. Quatre épisodes d'une mini-série qui représentent en réalité les vingt premières minutes du long métrage. L'histoire de Patema et le Monde Inversé n'est pas sans rappeler le récent Upside Down de Juan Solanas. Pourtant il n'y a ni inspiration, ni pompage entre ces deux films en production au même moment. Une pure coïncidence puisqu'en dehors de la rencontre entre un garçon et une fille de deux mondes opposés, les histoires n'ont strictement rien à voir. Les personnages sont ici plus jeunes et insouciants, pas vraiment conscient d'être manipulés par un tyran qui veut édicter sa loi. Il n'est pas non plus question d'amour mais d'une profonde amitié qui va s'amplifier avec la découverte d'un lien dont il ne se doutait pas. Ces histoires de gravité inversé complique sérieusement un scénario qui fini par donner le tournis. A force de passer d'un monde à l'autre, on fini par perdre la boule au point qu'on ressort du film avec l'impression de ne pas tout avoir compris. Un effort aurait du être fait pour développer une fin plus explicite qui aurait fait toute la lumière sur l’expérience ratée et régler le problème. Peut être que le réalisateur qui a aussi sorti un manga de cette histoire compte la développer dans une franchise ? Heureusement les personnages imaginés par Yasuhiro Yoshiura sont particulièrement attachants. La jeune Patema est amusante et téméraire et Age est courageux et responsable. Garçon ou fille pourront donc facilement s'identifier aux deux héros pour vivre pleinement l'aventure. Et pour être un peu tatillon, on pourra juste reprocher la ressemblance un peu trop forte entre Age et Shinji, le héros d'Evangelion a cause de leur tenue d'écolier très similaire. Techniquement, nous ne sommes pas non plus dans le haut niveau. On est bien loin de la beauté des films du Studio Ghibli que ce soit du point de vue artistique que de l'animation. Il faut cependant reconnaître quelques trouvailles de réalisation comme des effets de caméscope assez inédit. Sinon on a plus l'impression d'une qualité de série animé pour la TV que d'un vrai long métrage. Sympathique mais pas assez abouti techniquement, Patema et le Monde Inversé se regarde cependant avec plaisir. Le plus gros problème vient d'un scénario mal écrit qui a tendance à nous perdre avec les changements de gravité. C'est surtout la fin du film qui est pêche le plus et laisse donc une dernière impression plutôt décevante.
    Dandure
    Dandure

    Suivre son activité 106 abonnés Lire ses 50 critiques

    2,5
    Publiée le 13 mars 2014
    Attention, cet avis contient des spoilers tels que : spoiler: Si tomber par terre est bassement primaire, se jeter dans le ciel est déjà plus élégant. C'est Roméo & Juliette pour les rêveurs et les enfants : 2 « familles » symétriquement opposées, 2 enfants rebelles, un amour en apesanteur. Le plus tragique là-dedans est le nombre vertigineux de questions flottant sans réponse. Tant pis, on se contentera de belles idées symboliques qui prennent tout leur sens dans ce monde où coexistent l'envers et son contraire. Moins une fable écologique qu'un poème sur l'empathie et la solidarité par complémentarité. Mignon et naïf, dans le bon comme dans le mauvais sens. Moralité : Le totalitarisme, c'est mal ; la curiosité, c'est bien. Qui en doutait ?
    kleun
    kleun

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 458 critiques

    2,5
    Publiée le 12 mars 2014
    J'étais quelque peu déçu par cet animé. Le film traite du sujet de 2 mondes avec des gravité différentes. En soit, rien de bien extraordinaire puisque celui-ci a déjà été traité l'an passé avec le film Upside Down (que j'ai moyennement apprécié puisque le sujet principal était axé sur l'histoire d'amour entre deux êtres des deux mondes). Pour Patema, je m'attendais à ce qu'il y ait un traitement plus sérieux. C'était plutôt bien parti sauf que peu à peu l'histoire s'est centré sur la fuite de nos 2 héros face à la tyrannie d'un dictateur. On n'a pas vraiment d'explication sur les 2 gravités ... voir mêmes beaucoup d'incompréhension (le soleil: il fonctionne comment, d'où sort cette Lune, y-a-t-il des habitants ... Côté animation ou bien du character design, rien de bien transcendant. Les décors ne sont pas moches mais pas forcement bien détaillés. Ce qui m'a le plus énervé c'est l'utilisation excessif des flous zoomés avec un rendu flou pour le second plan, au début c'était sympa mais à force de l'exploiter, on est très vite lassé .... dommage spoiler: A la fin du film, le héro stipule que la morale de son histoire c'est qu'il peut se mettre à la place sa dulcinée quand celle-ci a besoin de s'accrocher à lui vu qu'il a vécu cette sensation de vide ... Je n'ai point compris sa morale
    Mythrand
    Mythrand

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 1 octobre 2014
    fabuleux! superbe interprétation de la perception contradictoire du monde par les sophistes modernes! nous avons là un dessin très soigné! des personnages attachants assoiffés de découvrir autre chose que leur petit territoire cloisonné. une intrigue bien ficelée et dont les réponses ne seront claires qu'à la toute fin! voilà encore un excellent animé! les idées ne sont vraisemblablement pas sorties du territoire Nimpon à en voir les navets délabrés et réchauffés trop de fois, que nous sortent les scénaristes et autres sophistes hollywoodien et français...
    Minh V
    Minh V

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 662 critiques

    2,5
    Publiée le 17 mai 2014
    Ce film d’animation japonais signé du méconnu Yasuhiro Yoshiura fera forcément penser, du moins aux spectateurs avertis, au Upside down de Juan Solanas. On se retrouve ainsi au cœur de deux mondes gravitationnellement opposés avec une histoire mêlant amour & amitié mais Patéma et le monde inversé nous laisse clairement sur notre faim. D’abord visuellement ça n’est pas très brillant avec des graphismes et une animation de bonne facture mais on aurait bien apprécié davantage de magie. On ne la trouvera pas non plus dans une histoire qui manque de dynamisme et qui nous endort au fil des minutes, les personnages sont loin d’être attachants bref on n’en gardera pas un grand souvenir !
    xela26
    xela26

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 42 critiques

    3,5
    Publiée le 25 mai 2014
    Je suis rentré dans la salle avec les meilleurs dispositions: sans savoir ni avoir rien lu de ce qui m'attendait. Patéma est un film assez classique dans la forme et les personnages ( spoiler: les ados rebelles qui se rapprochent, le méchant mégalomane, les adultes qui ne remettent pas en place l'odre établi, le sidekick mauvais perdant mais qui aide...) et un peu longuet... Mais qui réserve un twist final surprenant et bienvenu, qui m'a fait littéralement travailler pendant plusieurs heures mes petites cellules grises! J'ai pu résoudre une partie du mystère à ma grande satisfaction. Reste à savoir si la suite en manga confirmera mes hypothèses. Bref, à aller voir si vous n'aimez pas les scénarios et les intrigues cousues de fil blanc.
    Septième Sens
    Septième Sens

    Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 516 critiques

    2,5
    Publiée le 26 mars 2014
    Parfois, le hasard fait mal les choses. Quand par exemple, deux films ayant la même histoire sortent à des dates similaires, il faut avouer que ça tombe mal. Film japonais indépendant, Patéma et le monde inversé nous parle d'une terre qui a été séparée en deux après une catastrophe écologique. Pour les fans de Kirsten Dunst, cela vous rappellera forcément le moyen Upside Down. Mais pour les accrocs de japanim, ce film est fait pour vous. En contemplant cette œuvre, nous sommes donc forcés de ressentir un goût de déjà-vu, que cela soit dans le schéma narratif, le système politique évoqué, les enjeux moraux (y a-t-il une race supérieure ?) ou cette romance impossible entre deux êtres ne venant pas du même « monde ». Peut-être est-ce lié à la culture nippone, mais le fait de mélanger différents genres à l'intérieur d'une même scène peut parfois dérouter. Nous passons en effet du tragique au comique en un laps de temps très court qui casse parfois la beauté de certaines séquences. Malgré un rythme un peu lent, on s'attache vite à des personnages qui, s'ils ressemblent à des archétypes (la fille courageuse voulant découvrir le monde et le jeune homme, unique révolté d'une société répressive), n'en demeurent pas moins touchants. Patéma comporte également de très belles séquences, notamment la première, apportant une ambiance post-apocalyptique à l'ensemble. Avec un travail sonore approfondi, on pourrait presque se croire dans un documentaire hybride. Il est moins plaisant de savoir qu'il y a eu six épisodes animés avant ce film, considérés comme des préquels. Non pas parce que Patéma ressemble à un énième opus d'une série, mais parce que nous avons l'impression d'avoir loupé certains éléments narratifs importants, mais aussi d'entrer dans cette ambiance anxiogène un peu trop brutalement. Pour ceux qui affirment enfin que l'animation est dénuée de tout sens réaliste, il suffit de leur rappeler l'accident nucléaire survenu à Fukushima en 2011, afin de tracer des parallèles évidents...
    Pétros Barbas
    Pétros Barbas

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 5 critiques

    4,5
    Publiée le 28 mars 2014
    Super film, mais je ne pense pas que cela sois pour de très jeunes enfants
    Benjamin A.
    Benjamin A.

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 3 critiques

    3,5
    Publiée le 11 mai 2014
    Voici l'intrigue : des chercheurs ont tenté de tirer de l’énergie de la gravité et ça a été un terrible échec : la planète se retrouve divisée en deux et le ciel des uns constitue un gouffre terrifiant pour les autres. C'est dans cet univers que vie Patéma, une ado avec des rêves d'exploration plein la tête. Au cours d'une de ses expédition elle fera la rencontre d'Age, un ado de l'autre moitié de la Terre qui ne se sent pas à sa place. Hélas la présence de Patéma dans un monde qui n'est pas le sien est très loin d'être du goût des autorités de ce dernier... La patte graphique est excellente, maîtrisée, les retournements de situations se font ici AU SENS PROPRE et au final c'est juste très beau. Peut-être qu'en temps qu'amateur d'ambiance cyberpunk l'idée de société du haut et société du bas AU SENS PROPRE m'empêche d'être totalement objectif mais qu'importe. Par contre je déconseille vivement ce film aux jeunes enfants (surtout si ils ont le vertige) ainsi qu'aux agoraphobes (et à tout ceux qui ont très facilement le vertige) sous peine de les traumatiser. Pour tout les autres allez-y. Le scénario quand à lui, quoi que répondant aux archétypes du genre (A et B évoluent dans des sphères différentes où ils se sentent mal à l'aise, puis se rencontrent, s'apprécient et défient l'autorité surprotectionniste en place pour rester ensemble) et ayant quelques failles éparses spoiler: Pour envahir la moitié "inférieure" du monde ils s'en vont à cinq?!? reste toutefois convenable. L'amitié/romance entre les deux protagonistes ne verse pas dans le mielleux et presque tout les personnages sont attachants... Et puis surtout c'est beau !!! Verdict : bien qu'il soit bon "Patéma et le monde inversé" ne deviendra pas un film d'animation culte. Cela dit il aurait très clairement mérité une promotion digne de ce nom en France, d'autant plus qu'il est graphiquement renversant. (blague facile... désolé.)
    bobo S.
    bobo S.

    Suivre son activité Lire sa critique

    4,5
    Publiée le 16 mars 2014
    Excellent ! Surprenant ! drôle ! quelle histoire originale, nous avons adoré !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top