Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Terre des Ours
note moyenne
3,3
247 notes dont 30 critiques
20% (6 critiques)
27% (8 critiques)
30% (9 critiques)
23% (7 critiques)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Terre des Ours ?

30 critiques spectateurs

canonbeber
canonbeber

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 56 critiques

4,5
Publiée le 03/03/2014
Très bon fil documentaire. Le cadre est magnifique, les paysages splendides. La musique est très belle. On pourra regretter l'absence d'humour pour captiver l'attention des plus jeunes. Sinon c'est un film fait pour faire rêver petits et grands.
Loty84
Loty84

Suivre son activité Lire ses 16 critiques

4,5
Publiée le 15/03/2014
Il ne faut pas s'attendre à un film, avec un scénario, etc. Ici c'est un reportage animalier où tout est magnifié, l'Ours est filmé sous tous les angles, avec des procédés incroyables, on a jamais été aussi proche de lui auparavant! Chapeau à toute cette équipe qui a su nous ramener toutes ces prises de vue inédites. Suivre l'Ours à travers les saisons quelle bonne idée pour saisir leur destin perpétuel. Le bémol, à mon sens, la bande son n'est pas à la hauteur de la beauté du film. Par contre, les chansons interprétées par Cécile Corbel sont magnifiques et vont parfaitement avec le reportage. La voix de Marion Cotillard manque de dynamisme, mais elle est si douce qu'elle transmet parfois de fortes émotions à l'écoute du récit. La 3D est très bien utilisée, bref du grand écran qui n'aura pas eu le succès mérité, c'est fort dommage.
Adrien M.
Adrien M.

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 4 critiques

4,5
Publiée le 04/03/2014
La force d'un grand film réside dans sa simplicité, son évidence. Guillaume Vincent fait plus que le documentaire annoncé. En partant d'un sujet particulier -les ours, il réussit à évoquer notre humanité qui prend ses racine dans la nature et qui est également sujette à ses instincts vitaux. Le sujet du film trace le quotidien de quelques uns de ces animaux égarés sur une terre russe où se côtoient lave et neige. Une distinction est faite immédiatement, celle du genre. Alors que nos sociétés tendent -à juste titre- d'amener les sexes à jouir des mêmes droits, les instincts de genre prévalent encore chez les ours. Ils ne sont cependant jamais gommés non plus chez l'homme. Egalité n'étant pas identité. Nous suivons donc le destin de trois ours, la mère et ses deux petits, l'un mâle, l'autre femelle. C'est la fin de l'hiver et les jeunes animaux sont à l'âge d'apprendre à vivre seul et à perpétuer les rituels figés qui s'imposent en été puis en hiver. Le fil conducteur étant pour chacun (la mère, les petits et les grands mâles solitaires croisés en chemin) de préserver son existence, sa vie, de lutter chaque jour contre la mort implacable -arbitre souverain de ces existences fragiles de six tonnes et de trois mètres de haut... Pour cela, les animaux composent avec le métronome de leurs actions : leur environnement, la nature. En effet, après un hiver de presque 8 mois de jeûne passé dans des grottes glaciales, nos ours suivent chacun leur propre route et sont irrémédiablement conduit vers les petites prairies naissantes au milieu du tapis de neige glacée alentour. Ces « plaines » ne doivent leur existence qu'à des geysers et des sources d'eau chaude que l'activité volcanique autorise. Là, les petits ours affamés remettent leur système digestif en route grâce aux herbes qui y poussent. Les grands mâles solitaires et les mères débarrassées de leur progéniture sont mieux préparés à affronter l'hiver (un ours peut vivre jusqu'à trente ans) et peuvent ainsi reporter la rupture de leur jeûne. Les quatre mois restant vont être consacré à un rituel annuel, implacable, sublime et absurde : la chasse des saumons épuisés par plusieurs mille marins et qui viennent mourir d'épuisement au source du fleuve qui les a vu naître ou dans les pattes de nos ours qui ne cessent de manger en prévision d'un hiver interminable et implacable. Les ours mères ont -comme bien souvent dans notre espèce- la lourde charge de préserver la vie qu'elles ont donné et le devoir de ne pas mourir. Elles chassent donc pour trois ou quatre. Les vieux mâles savent d'ailleurs s'effacer devant la violence exceptionnelle de ces femelles qui défendent leurs espace de survit : quelques mètres carrés d'un fleuve plus propices à la pêche... Ce spectacle mécanique et immuable donne le vertige mais force l'admiration. Il y a, en effet, un génie naturel qui agence ce ballet millénaire qui fait que la nature prodigue à chacun un sauf-conduit de quelques jours, de minutes en minutes, de jours en jours, de semaines en semaines et d'années en années. Ainsi, dès que nos ours perçoivent la fin de l'été par un mystère mathématiquement plus sophistiqué que nos instrument de mesure, les mâles fécondent brièvement les femelles et chacun part en quette d'une grotte pour reprendre ce ballet de l'existence quelques mois plus tard... Comment ne pas voir là, à une échelle plus frustre, les grandes lignes de nos propres existences et comment ne pas en tirer des leçons. Même sur un canapé trois place, l'homme demeure seul face à son destin et les lois de la biologie et du vivant dépassent les éclairs de notre imagination ou de nos désirs. Ce film est porté par la voix de Marion Cotillard d'une justesse et d'une discrétion exquises. Un beau film, un documentaire esthétique, une belle œuvre.
Dunno The Movie
Dunno The Movie

Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 256 critiques

2,5
Publiée le 17/02/2014
Guillaume Vincent (Bonobos, La citadelle assiégée…) propose avec Terre des Ours la rencontre avec des animaux sauvages dans un habitat naturel exceptionnel, presque inhabité. Terre des Ours a plusieurs vocations : familiariser son public avec le mode de vie cyclique des ours bruns, offrir une grande bouffée d’air frais et de l’évasion en choisissant de tourner dans une contrée aussi lointaine et méconnue que grandiose et enfin, faire passer un message écologique et responsable concernant la préservation de ces trésors naturels.
The CRITIQUE
The CRITIQUE

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 102 critiques

3,5
Publiée le 28/02/2014
A voir pour les amoureux des documentaires animaliers, des paysages à couper le souffle et une narration à la hauteur qui nous en apprend beaucoup sur ces mammifères atypiques. Chapeau pour l'équipe du film qui a pu nous ramener ces magnifiques images du fin fond de la Sibérie. Bravo
Paul T
Paul T

Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 207 critiques

4,5
Publiée le 11/08/2014
Terre des Ours, qui sortira le 26 février 2014, est le premier documentaire de Guillaume Vincent à avoir l’honneur de sortir en salle. C’est également le premier documentaire à être filmé en 3D avec le soutien technique, excusez-nous du peu, de James Cameron. Nous étions à l’avant-première niçoise.La Terre des Ours, c’est le Kamtchatka, en extrême-orient russe. La Terre des ours bruns. Perdue entre les geysers et les volcans encore en activité. Un territoire sauvage et brut, encore vierge de la main de l’Homme. Le documentaire commence à la fin de l’hiver, début de l’année pour nos acteurs improvisés.. Après une longue hibernation, pouvant durer jusqu’à huit mois d’un hiver sibérien très rigoureux. Dans sa caverne, des enfants attendent impatiemment que leur mère se réveille. La caméra s’éloigne peu à peu de ce lieu d’intimité, et dès lors nous suivons plusieurs ours avec davantage de distance. Cette distance permet de donner de l’ampleur aux paysages magnifiques parmi lesquels les ours vivent.Marion Cotillard raconte l’histoire des différents protagonistes ursinés : une mère et ses deux enfants, un jeune adulte et un vieil ours. Pour tous, c’est une course pour la survie individuelle, et pour celle de l’espèce. Il s’agit de manger le plus possible pour passer le prochain hiver. Pour le vieil ours, puissant et informé, il n’y a pas urgence. Il sait quoi faire, et prend le temps de flâner, et de renouer viscéralement avec la nature triomphante du printemps. On le suit s’ébrouer dans l’eau, et se frotter aux arbres avec un plaisir non dissimulé. Le jeune ours est quant à lui hésitant, entre le désir de s’amuser et la nécessité se faisant jour de trouver de quoi se restaurer. La mère, enfin, se sacrifie, et pêche pour ses enfants. La tâche s’avère difficile lorsque de vieux mâles tentent de lui subtiliser les meilleurs emplacements. Au bord de la rivière, tous attendent avec impatience, l’arrivée des saumons.Les saumons sont les autres héros du documentaire. En pèlerinage, ils reviennent sur les lieux de leur naissance. Ils remontent les cours d’eau, dans une course effrénée dont certains, épuisés, ne verront pas la fin. Soit parce qu’ils mourront de fatigue, soit parce qu’ils seront la proie des ours. Les survivants pondront et perpétueront l’espèce. L’une comme l’autre espèce rentrent donc chaque année dans le cercle sans fin d’une sublime absurdité : la perpétuation de la vie pour elle-même, malgré les souffrances endurées par les individus. C’est un peu le cœur du documentaire, la beauté de la vie, la nécessité impérieuse de sa continuité. À la suite de Barjavel, et de son incroyable essai intitulé La faim du tigre, le commentaire de la voix-off pose la question, insidieusement : ce que vivent les ours, dans ces terres magnifiques du Kamtchatka, n’est-ce pas la malédiction qui sévit sur tout le règne du vivant ?Retrouvez nos autres critiques sur Une Graine dans un Pot :
Minh V
Minh V

Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 1 235 critiques

2,5
Publiée le 28/04/2014
Un petit retour à la nature ne nous fait jamais de mal et ce sera cette fois en compagnie de ces grosses peluches que sont les ours. Direction le Kamchatka avec Marion Cotillard en guise de voix off pour un documentaire plutôt sympathique avec de belles images, où on apprend 2-3 choses sur la vie des ours mais on ne peut s’empêcher de constater que pas mal de scènes tirent un peu en longueur. A part les voir prendre des bains et essayer d’attraper des saumons, on ne peut pas dire que la vie de ces grands mammifères soit très excitante. Au départ assez séduisant, au fil du temps il y a une certaine lassitude qui s’installe dans Terre des ours qui le rend au final assez banal.
Mehdi Deux Foiis
Mehdi Deux Foiis

Suivre son activité Lire ses 36 critiques

4,0
Publiée le 03/03/2014
Bon documentaire et pour une fois tous les acteurs sont excellents et où le scénario est nature ! Bravo
Koroxx
Koroxx

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 137 critiques

3,0
Publiée le 01/03/2014
Documentaire intéressant m'ayant appris pas mal de choses sur les ours et rempli de magnifiques paysages (au début surtout), mais devenant relativement monotone après une quarantaine de minutes. Concernant la 3D, jolie mais pas particulièrement utile.
Laurent N.
Laurent N.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 3 critiques

3,5
Publiée le 01/03/2014
Très touchant récit du cycle de la vie illustré ici par la pérennité de ces ours dans une nature belle mais hostile. Le manque de rythme ainsi que les commentaires assez classiques portés par une Marion Cotillard à la voix un peu lassante ternissent quelque peu ce grand spectacle.
dominique P.
dominique P.

Suivre son activité 396 abonnés Lire ses 1 900 critiques

5,0
Publiée le 27/02/2014
Un excellent et remarquable documentaire sur des ours bruns sur un territoire en Sibérie où c'est l'hiver très rude durant 8 mois par an. On suit pendant toute une année différents ours, en particulier un jeune mâle de 4 ans tout seul, une mère de famille avec ses petits puis d'autres mères avec leurs petits et des mâles tous seuls. Cela commence à la fin d'un hiver après l'hibernation. Tout le long du film pratiquement on va les suivre, les regarder vivre mais surtout on va voir leur quête de nourriture qui se compose essentiellement de saumons sauvages qui remontent le long des rivières. C'est dur pour eux car ils doivent manger le plus possible pendant les 4 mois dehors pour avoir assez de réserve en graisse pour ensuite hiberner pendant les 8 mois d'hiver. De plus à certains moments ils sont très nombreux pour pouvoir se nourrir et malgré l'abondance des saumons tous les ours ne pourront pas se nourrir suffisamment. Le film se termine quand l'hiver d'après arrive. C'est très beau comme documentaire mais aussi triste. Attention, restez bien jusqu'à la toute fin du générique car il y a encore 2 belles images à voir.
Alex007France
Alex007France

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 119 critiques

3,5
Publiée le 27/02/2014
Excellent documentaire, très belles images. J'imagine la patience que tout cela a probablement nécessité.
Lechamoniard
Lechamoniard

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 115 critiques

5,0
Publiée le 26/02/2014
Terre des ours est un des films de 2014 que j’attendais avec le plus d’impatience. Au scénario, Yves Paccalet, un écrivain et philosophe, ancien collègue du commandant Cousteau et grand connaisseur de la nature. Au chant et à la harpe, Cécile Corbel, ma chanteuse préférée. De plus, j’aime beaucoup ce genre de documentaire qui nous montre des paysages et des animaux magnifiques. Car ce documentaire nous montre des paysages sublimes, qui vont des montagnes enneigées aux rivières et lacs. Les ours sont très biens filmés. Ce sont des animaux très impressionnants. La musique est très belle. La chanson de Cécile Corbel pendant qu’on voit les ours au bord du lac donne une des plus belles scènes du film. La 3D est très belle. Il n’y a rien qui sort de l’écran mais l’effet de profondeur est très beau, notamment sur les plans du lac. Un documentaire magnifique.
Gregory W
Gregory W

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 12 critiques

5,0
Publiée le 26/02/2014
Terre des ours est un documentaire tout juste magnifique !!!! Une 3D gérée à la perfection, une image et des plans de paysages d'une grande beauté, une bande originale merveilleuse pour les oreilles, dont les chants celtiques de Cécile Corbel, nous entraîne dans ce superbe voyage de la vie des ours et la voie bien choisi de Marion cottillard fait de ce documentaire une vrai réussite. Je le conseil à tout les fans du genre :) !!!!
NoPopCorn
NoPopCorn

Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 285 critiques

3,5
Publiée le 24/02/2014
Une belle immersion dans la vie d'un ours ! Héritant de la superbe mise en scène de Guillaume Vincent, le documentaire Terre des Ours est une véritable immersion dans la vie de ces ours bruns de Kamtchatka, terre à l'état sauvage située en Extrême-Orient russe. Dommage que la narration de Marion Cotillard soit un peu plate. Pour en savoir plus, lisez notre critique complète NoPopCorn !
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top