Notez des films
Mon AlloCiné
    Le Dictateur
    note moyenne
    4,4
    20720 notes dont 407 critiques
    répartition des 407 critiques par note
    267 critiques
    93 critiques
    33 critiques
    7 critiques
    5 critiques
    2 critiques
    Votre avis sur Le Dictateur ?

    407 critiques spectateurs

    pelu
    pelu

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 924 critiques

    2,5
    Publiée le 25 août 2009
    deux etoiles et demi a ce tres bon film pour moi le meilleur de chaplin je crois que je prefere quand il parle qu'il y a du son car au lieu d'essayer de deviner ce que charles chaplin voulait nous retranscrire par ses tres bon mimes et ben ici par la parole il possede plus de choix et devient vite emouvant touchant juste jouant d'une superbe maniere il denonce avec justesse car le film est environ de 1939 ce qu'il va se passer et avec perfection le personnage de hitler mais c trop fort voir hilarant colerique possesif nerveux intransigeant violent compulsif .... il peint un tableau du fuhrer admirable tous comme sa societe et ses ghettos le tous sur unejolie romance fidele a lui meme me direz vous il nous narre et critique la betise de la guerre les dictateurs la folie meurtriere .. le tous avec legerete et simplicite vraimet un tres vieu film mais bon !! il vous fera sourire sur ces themes si sensibles a voir car c'est quand meme l'un des premiers grands films du cinema
    jul768
    jul768

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 73 critiques

    2,5
    Publiée le 29 juillet 2008
    On est très loin du vrai cinéma de Chaplin, celui du Kid, de la Ruée vers l'or, du cirque, des Lumières de la Ville, des Temps modernes... Le personnage de Charlot est complètement absent du film, la caricature d'Hitler devient vite lourde et je suis désolé de le dire, elle ne suscite pas le rire, mais au maximum, tout juste un sourire... Les gags sont rares, le film manque de rythme et le dialogue à la fin est long... Chaplin n'est pas à l'aise pour faire parler ses personnages, ça se sent, et ça se ressentira également dans les films qu'il fera par la suite. Donc un film plutôt décevant pour les fans de Chaplin et de son cinéma...
    Wobot
    Wobot

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 137 critiques

    2,0
    Publiée le 13 septembre 2012
    Après l' excellent et le touchant "Les Temps Modernes" de Chaplin,j'ai regardé consécutivement "Le Dictateur" du même réalisateur/acteur et ma déception fut grande!J'ai cru,en voyant sur la jaquette que celui-ci serait parlant contrairement au précédent,qu'il allait relevé le défi de faire passer la plupart des émotions par l'image malgré les dialogues.Eh ben non!Tout d'abord,les gags visuels ont perdu en drôlerie et rares sont ceux qui m'ont fait décrocher un sourire.Alors que "Les Temps Modernes" faisaient passer des messages sur la crise ou encore la cruauté du travail rien que par la mise en scène,"Le Dictateur" ne le réussit jamais par ce procédé mais essaye par la parole ce qui fait disparaitre totalement la poésie si chère à Chaplin.Il nous sert donc des dialogues plates jusqu'à un monologue final puant la démagogie. Le coup fait d'autant plus mal qu'il dure quand même 2h05(!!!),trop long pour ce genre de film.
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 168 abonnés Lire ses 3 252 critiques

    4,5
    Publiée le 20 mai 2014
    Charlie Chaplin décide avec "le dictateur" de régler son compte à Hitler et cela donne une œuvre extrêmement drôle. La mise en scène de Chaplin est toujours aussi étonnante et certaines séquences sont vraiment très drôles, comme en témoigne celle de l’obus qu’il faut désamorcer, ou encore celle du dictateur jonglant avec le monde. Charlie Chaplin s’avère en plus excellent dans les deux rôles même si je dois avouer que j’ai une petite préférence pour sa prestation du barbier juif. Ajoutons à cela la présence de la délicieuse Paulette Goddard et d’une photographie remarquable et l’on obtient un film burlesque puissant et toujours aussi passionnant à suivre. A noter enfin que cette œuvre marque la dernière apparition de Charlot et rien que pour cela elle mérite clairement d’être visionner.
    _BUZzKILLeR_
    _BUZzKILLeR_

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 317 critiques

    3,0
    Publiée le 28 septembre 2013
    L'œuvre qui ma permis d'avoir mon brevet, le dictateur est un film comique un peu ringard par moments et aussi vite ennuyante mais qui se doit d'être regarder vu. Des millions de personnes le considère comme le meilleur film de tous les temps. Il faut pas exagérer, comparé aux films de maintenant cela n'a rien a voir !
    zinjero
    zinjero

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 185 critiques

    1,0
    Publiée le 8 décembre 2010
    Aujourd'hui cette comédie a mal vieilli. Gags répétitifs à l'excès, succession de sketches sans réel scénario et un Chaplin bien trop bavard. Quelques scènes à retenir : l'avion, le globe terrestre, les gâteaux fourrés... Le reste est pas loin d'être pénible. Une déception.
    piro95
    piro95

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 170 critiques

    1,0
    Publiée le 20 décembre 2009
    Les pitreries de chaplin sont mediocres mais ce film reste culte par le fait qu'il est fait en pleine guerre mondiale et qu'il est osé,j'imagine qu'on pouvait en rire avant mais apres les années 80,ce film ne devient qu'un simple film pour les enfants de 6 ans
    MaCultureGeek
    MaCultureGeek

    Suivre son activité 796 abonnés Lire ses 1 168 critiques

    4,0
    Publiée le 6 février 2020
    Là où Les Temps Modernes tournait en ridicule une société déshumanisée par un humour prodigieux et sa critique du cinéma parlant toute en discrétion, Le Dictateur, sous ses excès de comédie satyrique à dialogues, dépeint par ses séquences muettes un portrait attristé, presque démoralisé de ce Nouveau Monde inhumain, ultraviolent, cruel, bien loin de l'espoir et de la légèreté de son précédent essai politisé. Il pose, dès les premières minutes, la nature de ses situations comiques : l'humour parlant, qu'on pourrait considérer comme source d'inspiration principale de la folie des Monthy Pythons, témoigne du manque de maîtrise d'un auteur si virtuose avec le muet qu'il semblerait ne pas savoir canaliser ses idées avec du son. Trop généreux dans le grotesque et l'absurde, il se perd souvent dans des délires qui semblent ne mener nul part, sans toutefois posséder la justesse de ses gags habituellement seulement construits sur des gestes et des mimiques. Chaplin, génie de l'expression qui en dit peu en sous-entendant beaucoup, abandonne, durant disons la moitié de son film, ses habitudes pour une écriture décevante qui tente de faire passer les codes du muet ultra-expressif et outrancier dans des situations parlées déjà bien exagérées dans l'infantilisation de leurs dialogues et la simplicité du traitement des personnages, qu'on croirait stéréotypés et qu'on pourrait seulement voir comme des personnages fonction. C'est justement en croyant ceci qu'on passerait à côté de ce qui fait du Dictateur un si grand film : si le passage du cinéma muet au parlant est discutable, il faut reconnaître à Chaplin un sens aigu de la tragi-comédie qu'il pousse ici jusqu'à son paroxysme. La scène du globe, tout aussi comique qu'elle puisse paraître, témoigne d'une poésie toute fragile, assimilant cette satire d'Hitler à un enfant méchant avec les autres, qui une fois seul chez lui laisse voguer son âme de rêveur enchanté envieux de façonner la Terre à son image, non parce qu'il est profondément mauvais, mais bel et bien parce qu'il est profondément seul. Ce désir de conquête, si franc qu'il en deviendrait presque pur, est de fait régit par de mauvaises motivations : dominer le monde n'aura jamais été l'ambition des hommes de bien, ni d'opprimer un peuple qui n'avait jusqu'ici demandé que de trouver sa place dans une société en pleine reconstruction. Il n'empêche que de le voir de retour en enfance, à faire rebondir son rêve comme en apesanteur, aura quelque chose d'indubitablement attendrissant : la figure de terreur, en fait sale gosse capricieux, bascule l'oeuvre du côté de l'émotion au moment de casser son jouet, un monde léger, fragile, prophétie immuable du destin écourté de ce dictateur de pacotille qui ne réalisera jamais son rêve. C'est là le prix des mauvaises actions. Et s'il y a quelque chose de profondément humain et faible chez lui, il le dissimulera au moment de se retrouver en société, sans pourtant parvenir à cacher ses actions d'enfant : le conflit capricieux avec l'autre parodie de Mussolini, séquence un poil lourdingue, renvoie à ses moments de solitude et d'intimité, terminant de poser l'une des thématiques principales du Dictateur, l'apparat comme source de pouvoir, le soin laissé aux détails d'apparence pour s'imposer comme le meilleur, le plus prestigieux, finalement celui qui sera digne de dominer un monde considéré comme en attente de leader fort. Persuadé de la légitimité de leur hérésie, les deux se livrent bataille comme chien et chat en s'aimant au fond comme deux frères totalement différents à la volonté propre pratiquement identique, construisant, sans le savoir, le destin d'un petit barbier juif sans histoire qui, justement, la marquera. Ainsi, la construction tout en filigrane du récit élève discrètement notre personnage principal vers des sommets vertueux qu'on ne remarque pas de suite, habitués à le voir bien agir, plaçant son destin sur des rails de grandeur insoupçonnée. Toujours en fuite, les évènements le rattraperont sans qu'il ne puisse les éviter sur la fin, n'ayant plus d'autre choix que celui d'assumer les conséquences de ses actes en donnant lieu à l'un des plus beaux discours/monologues de l'histoire du cinéma, certes un poil utopiste mais d'une beauté solennelle qui prend aux tripes, et bien touchant aux vues des évènements qui suivront dans la véritable Histoire, trop absurde, celle-ci, pour se finir d'aussi jolie manière que Le Dictateur. Ainsi, il reste après le visionnage à se battre pour construire un monde de raison.
    GodMonsters
    GodMonsters

    Suivre son activité 734 abonnés Lire ses 2 645 critiques

    4,5
    Publiée le 1 août 2010
    Le film a vieilli mais il reste encore aujourd'hui d'actualité ! Il y a beaucoup d'humour , la réalisation est soignée, les acteurs jouent de façon très "théâtrale", et j'adore... Mais le plus étonnant c'est qu'il est réalisé en 1940, bien avant la guerre et les massacre des Juifs ! Charles Chaplin a donc voulu prévenir les gens à travers son œuvre. A voir !
    spider1990
    spider1990

    Suivre son activité 650 abonnés Lire ses 1 589 critiques

    5,0
    Publiée le 1 mars 2009
    Le meilleur film de Chaplin ou son talent a enfin atteint le sommet grâce à son charisme qui atteint la perfection. Chaplin se dresse contre Hitler en se démarquant des autres qui le caricaturent aussi comme c’est la période des films de guerre, en nous offrant une caricature alléchante avec un jargon étonnant. Un double jeu étonnant permettant de voir une nouvelle image de Chaplin qui est devenu brillant. Un film ayant un grand potentiel visuel qui attira un large public grâce à ses blagues hilarantes et des personnages attachants. La liberté est quasi invisible durant la période de crise, mais l’espoir sommeil en nous et les cinéastes sont là pour raviver la flamme quasi éteinte.
    stebbins
    stebbins

    Suivre son activité 323 abonnés Lire ses 1 747 critiques

    3,5
    Publiée le 5 décembre 2011
    Quand l'homme le plus adorable de la planète rencontre le temps d'un film l'homme le plus détestable du XXeme siècle, cela donne : The Great Dictator. Un film brillant certes, mais qui ne possède pas le génie visuel des précédants films de Chaplin ( je pense surtout au Temps Modernes ), peut-être parce qu'il s'agit de son premier film parlant. Quoi qu'il en soit, Le Dictateur est un film ambitieux, et une nouvelle fois drôle et émouvant. Chaplin reprend Paulette Goddard ( qu'il avait déjà dirigé dans Les Temps Modernes ) dans le rôle de la femme aimée du barbier juif. Certains gags sont relativement lourds ( je pense notamment au gag du plat de spaghettis ), mais d'autres forcent l'admiration ( le célèbre ballet de Hynkel et du globe terrestre, magnifique métaphore du pouvoir et de son absurdité ). Le discours final, morceau d'anthologie, possède une force considérable, d'autant plus qu'il s'agit des premiers mots de Chaplin au cinéma. A noter une anecdote: Charlie Chaplin et Hitler sont nés le même mois de la même année ( avril 1889 ) et portent tous les deux la même moustache.
    NeoLain
    NeoLain

    Suivre son activité 264 abonnés Lire ses 4 726 critiques

    5,0
    Publiée le 8 janvier 2008
    Déclaration de paix. Le Dictateur, ou comment Chaplin pêcha le plus gros poisson d’avril de l’histoire… Ce film est sorti aux Etats-Unis le 15 octobre 1940, mais son tournage débuta le 9 septembre 1939, une semaine à peine après l’invasion de la Pologne par les nazis. Accusé par la presse de vouloir nuire aux relations entre Américains, Allemands et Italiens, Chaplin voit son film décrié et repart bredouille des Oscars. Pourtant, l’avenir lui donnera tragiquement raison. Sorti dans nos salles le 1er avril 1945, le film prendra alors des airs de poisson d’avril, avec néanmoins cinq ans de retard. Venons-en au propos du film, forcément très polémique. Se payer la tête du führer en faisant de lui un bouffon pathétique, qui plus est en lui adjoignant un sosie dans la personne d’un petit barbier juif, cela équivaudrait aujourd’hui à proposer un programme de télé-réalité sur la famille de Saddam Hussein. Imaginez le tableau. Non, n’imaginez pas, vous pourriez donner des idées à certains… Bref, tout ça pour dire que pour sortir un film pareil en 1940 il fallait avoir, passez moi l’expression, une sacrée paire de couilles. Il est d’ailleurs bien connu que Chaplin collectionnait les aventures. Bénéficiant de moyens plutôt confortables pour le tournage, Chaplin a pu donner dans la démesure et ainsi décrire la folie mégalomaniaque du plus grand monstre du 20ème siècle. Que dire de plus sur ce chef d’œuvre sans me laisser aller à analyser dans le détail chaque scène ? Peut-être une autre fois. En tout cas, voici certainement le plus universel et le plus amusant des hymnes à la démocratie.
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 188 abonnés Lire ses 2 522 critiques

    5,0
    Publiée le 6 juin 2018
    Comment ne pas mettre 5 * à ce monument historique au sens réaliste du mot. Je ne pense pas qu’il existe un film burlesque aussi ouvertement opposé à tel dictateur, capable de tout dans l’horreur. En plus du pamphlet le plus ostentatoire qui soit, le dictateur est prémonitoire en 1940 lorsqu’il sort aux Etats-Unis. C’est évidemment sa première qualité mais coté cinéma il est loin d’être raté car la fin compense largement le début assez médiocre lors de la guerre de 14/18. Charlot y joue un rôle mémorable et son talent d’acteur y est pour beaucoup. De plus, en 1940 le cinéma n’avait pas tout inventé en tant que véhicule du savoir et en tant que mélange des genres…Le dictateur à fait éclater le septième art et inversement le septième art doit beaucoup à Charlie Chaplin, ce ne sont pas la centaine de grands réalisateurs mondiaux qui l’ont connu qui diront le contraire. A voir et à revoir à chaque occasion.
    this is my movies
    this is my movies

    Suivre son activité 187 abonnés Lire ses 3 046 critiques

    5,0
    Publiée le 5 janvier 2017
    Une comédie corrosive et parodique, qui dénonce la montée du nazisme. Sur une histoire improbable, C. Chaplin montre toute l'étendue de son génie, aussi bien burlesque que cinématographique. Parodiant à merveille Hitler et Mussiollini, le film enchaîne les gags, entrecoupé de séquences plus posées qui développent l'histoire et d'autres plus poétiques (la scène ou le dictateur joue avec le globe terrestre, beau mais terriblement tragique dans sa signification). Chaplin n'utilise guère le son, mis à part dans sa scène finale (le discours), qui demeure pour moi un des plus beau monologue de l'histoire du cinéma. Un vrai petit bijou intemporel. D'autres critiques sur
    cristal
    cristal

    Suivre son activité 144 abonnés Lire ses 789 critiques

    5,0
    Publiée le 5 octobre 2008
    Certes, parler aujourd'hui du Dictateur, c'est accepter d'écrire un texte avant tout scolaire. En parler maintenant plutôt qu'à une époque où l'on aurait pu le faire, c'est un peu se résigner à écrire sans dangers et hors des normes du Temps. Vouloir à tout prix le chérir par les mots, c'est oublier que le cinéma, car c'est du Cinéma avec un grand C dont on parle, est le duel inachevé entre les yeux et le coeur, la vue et l'émotion, en cela liés que l'oeil dicte au coeur le ressenti et l'émotion, et que le coeur dicte à l'oeil comment percevoir, quand pétiller ou quand rire. Certains ont dit, et à raison, que "Le Dictateur" reposait sur ce calembourg suprême qu'était la moustache, celle d'un Charlot devenu Hitler, la star mondiale du Bien incarner une caricature de la star mondiale du Mal, alors que ce Mal lui-même allait devenir, après que le film fût tourné, le traumatisme d'un peuple, d'un pays et d'une planète, arborant fièrement... la même moustache que Charlot porta innocement. C'est tout dire à quel point Chaplin fût visionnaire, en le voulant, ou pas. Mais comme d'autres auront sûrement bien mieux parlés que moi de cette pilosité hilarante et bouffonne, il m'en vient à remarquer qu'en 1940, année de production du film (qui, rappelons-le, ne sortit en France qu'en 45, peu après le suicide d'Hitler), se jouaient déjà les bases du monde artistique et politique contemporain, et s'établissaient les frontières entre la fin d'une ère, et le commencement d'une nouvelle, celle qui aurait enfin acceptée le génocide, le crime contre l'humanité grâce à une repopularisation et des changements considérables. L'évolution du Monde, Chaplin, à peine à la moitié de son siècle, la visualise : en une scène, dans laquelle le barbier juif retrouve son commerce et se fait humilier par des soldats allemands dont il ignore les vils desseins avant de leur balancer un sot de peinture à la figure, divertissement liquide de la tarte à la crème que l'on retrouve dans les cirques d'avant-
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top