Mon AlloCiné
La Maison au toit rouge
note moyenne
4,0
190 notes dont 24 critiques
8% (2 critiques)
63% (15 critiques)
25% (6 critiques)
4% (1 critique)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur La Maison au toit rouge ?

24 critiques spectateurs

alain-92

Suivre son activité 219 abonnés Lire ses 1 081 critiques

4,0Très bien
Publiée le 28/04/2015

Yôji Yamada, une découverte, en ce qui me concerne. Ce film tout en flash back pourrait laisser penser qu'il s'agit des propres souvenirs du réalisateur si le film n'était l'adaptation d'un roman. Cette maison au toit rouge pourra en rebuter certains. En emballer d'autres. Je suis de ces derniers. Le décor principal fait rapidement penser à Douglas Sirk. Les couleurs, les arbres en fleurs, le raffinement, tout est là mais très vite le scénario s'impose et nous entraîne pendant plus de deux heures dans cette histoire, d'une simplicité extrême, et riche d'enseignements sur la société Japonaise des années d'avant-guerre à nos jours. Un beau film de femme(s) et un terrible constat. Pas assez belle pour devenir une geisha, l'héroïne n'a aucune autre issue que celle de la servitude. Elle ne se plaint pas, même si, de toute évidence, elle ne sera jamais la maîtresse de son destin. Elle fait preuve d'une fidélité extrême envers cette famille pour laquelle elle se dévoue. Ni femme de chambre, pas uniquement servante. L'ensemble est beaucoup plus subtil. Voire cruel. Elle vivra ces années dans un quasi enfermement. Étouffée sous le poids extrême des traditions qui lui interdiront toute possibilité d'ouverture sur le monde en la maintenant dans l'ignorance des évènements tragiques qui sont en train de se produire. Un film comme il n'en existe quasiment plus. Un très beau mélo, vieillot, peut-être mais magnifique de bout en bout.

FlecheDeFer ..

Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 100 critiques

4,0Très bien
Publiée le 18/04/2015

Un beau film. Un film élégant. C'est vraiment le mot qui me vient à l'esprit. Tout y est élégant, esthétique, soigné. Même si ce n'est pas forcément apparent tout de suite, le film est aussi fort triste, ode nostalgique aux jours heureux qui furent et ne seront plus, par les yeux d'une femme dont la vie s'est plus ou moins arrêtée le jour de son départ de la petite Maison au toit rouge qui marque la fin de la meilleure période de son existence. Le générique de fin est à ce titre véritablement bouleversant. Le film autorise aussi une double lecture, délicatement (mais selon moi clairement) révélée par l'affiche du film: il est en effet permis de se demander si la véritable histoire d'amour dont il est question ici n'est pas tant celle de la maîtresse de maison et de son amant mais bien celle de la maîtresse et de sa servante, relation impossible subtilement mise en scène pour ne jamais rien dire ou même suggérer, mais laissant deviner par petites touches que le fait que Taki-chan décide de ne pas amener la lettre à l'amant de sa maîtresse n'est peut-être pas tant motivé par la sauvegarde de l'équilibre du ménage que par un sentiment que toute personne qui a jamais aimé d'un amour unilatéral a ressenti au moins une fois dans sa vie: la jalousie.

ER9395

Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 1 339 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 07/04/2015

Voici une petite merveille que nous offre à nouveau le cinéma japonais , nous observons le quotidien d'une famille tokyoïte dans les années 30 ou une jeune femme à été embauché comme bonne et qui sera témoin d'un lourd secret .Même après son départ , elle leur restera dévouée en préservant ce secret et leur mémoire et ce jusqu’à sa mort . Une véritable pièce d’orfèvrerie tout en finesse et en délicatesse

traversay1

Suivre son activité 348 abonnés Lire ses 2 616 critiques

4,0Très bien
Publiée le 01/04/2015

Coïncidence de date de sortie : La maison au toit rouge de Yôji Yamada aurait aussi pu s'appeler Journal d'une femme de chambre. C'est au travers de ses souvenirs que le cinéaste nous conte en flashback la vie d'une bonne dans le Tokyo des années 30 à 40. L'octogénaire Yôji Yamada a déjà une très longue filmographie derrière lui bizarrement ignorée en occident. La maison au toit rouge qui finit par se révéler pour ce qu'il est : un mélodrame semblera bien désuet à beaucoup de spectateurs tant son style, élégant et suranné; n'a pas la prétention d'être moderne. On y retrouve comme des échos des films de Sirk ou Naruse, une histoire simple qui cache pourtant un secret. Le cinéaste prend son temps pour capter l'air du temps tokyoïte du conflit sino-japonais jusqu'à la fin de la deuxième guerre mondiale. Anti-militariste, très ancré socialement, le film est aussi profondément féministe avec trois superbes portraits de dames emmurées par la tradition et le respect de la norme. C'est d'une beauté cristalline et poignante comme se doit de l'être un bon mélo.

selenie

Suivre son activité 323 abonnés Lire ses 4 344 critiques

4,0Très bien
Publiée le 02/04/2015

Par flash-backs, Taki aujourd'hui âgée écrit ses mémoires appuyé et encouragé par son petit-fils... En 1935 elle est embauchée comme bonne dans une famille bourgeoise avec qui elle sera heureuse au sein d'une maison au toit rouge. Où comment, mine de rien la grand-mère Taki semble édulcorer le passé. L'adultère dont est témoin Taki est alors le tabou absolu dans cette société très patriarchale et devient un symbole vis à vis du Japon et de leur devoir de mémoire. Un récit particulièrement émouvant, d'abord partagée entre les certitudes de la jeunesse et les souvenirs difficiles d'une génération qui préfère oublier les douleurs du passé. Un joli film à voir et à conseiller.

Extremagic

Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 483 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 14/02/2016

Je ressors un peu mitigé de ce film. Il va sans dire que c'est de qualité. Simplement que je n'ai pas été aussi pris que je l'aurais souhaité. C'est un japon que j'aime mais on reste trop enfermé dans cette petite maison, on aimerait aller en plein air, on aimerait que tout ça ait un peu plus de coeur, un peu plus de corps, un peu plus de souffle, un souffle chaleureux. Alors en terme de mise-en-scène on est vraiment dans du pur japonais, c'est très noble, très classieux, il y a une sens du placement des personnages, c'est très sobre mais aussi avec une certaine force souterraine. En tout cas j'aime bien mais j'ai trouvé que c'était pas assez puissant, pas assez fort, en gros je me suis ennuyé alors que c'était super bien. Là où j'ai vraiment senti l'intensité venir c'est sur le plan ud bombardement, là je me suis pris ma claque, j'avais des frissons dans tout le corps et puis il dure, le temps qu'il faut, juste pour que l'émotion monte et coupe avant qu'elle redescende pour enchaîné avec ces plans de nature magnifique. Du coup on voit une société japonaise très traditionnelle qui me plaît. L'actrice qui joue la maîtresse de maison est magnifique, dommage que le film soit trop prude. J'ai aussi aimé la dévotion qu'avait la servante, c'est toute une autre manière de penser, il y a quelque chose de sacrificiel en filigrane, c'est assez beau même si d'habitude je ne suis pas fan de ce genre de personnages. En fait je dois dire avoir apprécié la sobriété du film parce qu'il suffisait qu'il y fasse trop pour que je déteste le métrage mais là tout est très bien dosé, simplement qu'il m'a manqué le petit quelque chose pour que je tombe totalement amoureux de cette histoire. Aussi j'ai trouvé que toute la fin n'était pas nécessaire, il aurait très bien pu s'arrêter au bombardement, c'était tellement intense que ça aurait été superbe. Ensuite il relance son intrigue et l'émotion était déjà passée. C'est bien fait mais trop de petits détails m'ont empêché d'adorer.

velocio

Suivre son activité 248 abonnés Lire ses 1 807 critiques

4,0Très bien
Publiée le 10/09/2015

C’est dans l’intimité d’une famille japonaise de la moyenne bourgeoisie, au moment de la guerre avec la Chine suivie de la 2ème guerre mondiale, que nous conduit "La maison au toit rouge", le 82ème film de Yoji Yamada. Adaptation du roman homonyme de Kyôko Nakajima, l’histoire de cette famille est racontée par Taki, la bonne, arrivée à Tokyo en 1936 en provenance de la région de Yamagata, au nord du pays. Dans cette famille sans problème, un événement a priori anodin va venir perturber Tokiko, la maîtresse de maison : l’arrivée d’Itakura, un jeune collègue de Masaki, son mari. L'allure d’artiste et la délicatesse de Itakura ne vont pas manquer d'attirer Tokiko au delà de ce qui serait raisonnable. Situation d’autant plus difficile que son mari et le Président de la société où il travaille ne cessent de la pousser à convaincre Itakura de se marier. Un autre personnage est également perturbée par ce qu’elle ne peut pas éviter d’observer : Taki, la bonne, la narratrice.

nikolazh

Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 1 052 critiques

4,0Très bien
Publiée le 08/05/2015

Auteur japonais réputé à la carrière impressionnante, c'est pourtant la première fois que Yoji Yamada à les honneurs d'une sortie en salle chez nous. Il nous livre un film emprunt de cette atmosphère si particulière qu'on retrouve toujours avec plaisir dans les films d'animation du studio ghibli ou les bandes dessinées de Taniguchi, mélange de nostalgie, de douceur de vivre et de gravité. On suit ici le récit fait par une jeune fille qui quitte sa campagne à la fine des années 30 pour devenir bonne dans une petite maison accrochée aux pentes de la banlieue tokyoïte. Récit sous forme de conte, puisque c'est seulement à la fin de sa vie et sous les conseils de son neveu qu'elle se décide à écrire son autobiographie. Tout ceci contribue à construire une atmosphère prenante et la petite galerie de personnages qui défile sur ces deux époques est particulièrement attachante. Un film simple et plein de vie, tendre et touchant, et qui présente la vie des japonais dans ce contexte difficile de la seconde guerre mondiale, offrant un regard différent sur les événements toujours bienvenu.

gaby94

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 80 critiques

4,0Très bien
Publiée le 03/05/2015

les Japonais ont un sens inné de la délicatesse et du raffinement. Ce film en est la preuve, une fois de plus. L'histoire nous est contée avec pudeur et retenue par une vieille dame. Les flash back nous montre sa vie lors de ses jeunes années alors qu'elle était bonne dans une famille, à Tokyo, à la fin des années 30 et pendant la seconde guerre mondiale. Le bonheur des premières années cède la place aux difficultés dues à la guerre et un lourd secret vient peser sur le cœur juvénile de cette jeune femme. Les événements vont progressivement briser le bonheur, les rêves, amours et espérances de tous les protagonistes de cette histoire. Très beau film, empreint d'une grande douceur nostalgique dont la mise en perspective avec les actes terribles de l'armée japonaise pendant la même période est assez sidérante. L’aveuglement des civils japonais par rapport aux entreprises militaires de leur gouvernement est d'ailleurs bien montré et les souvenirs de cette vieille dame (avant l’écrasement final) restent ceux d'années bonheur tandis que l'europe et la chine étaient à feu et à sang. Un beau film à voir.

tuco-ramirez

Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 972 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 24/04/2015

1936, Taki quitte sa campagne japonaise pour faire la servante au sein d’une famille bourgeoise de Tokyo. A travers les yeux de la jeune servante, nous allons assister à 10 ans d’Histoire nippone, et surtout à l’adultère simple et discret de sa maitresse de maison. Le film se déroule sur trois époques : le deuil de Taki aujourd’hui ; les dernières années de vie de Taki et les confidences faites à son petit neveu et surtout la jeunesse de Taki dans le Japon en guerre. Cela permet plusieurs choses intéressantes dont la confrontation entre l’histoire avec un grand H dont le petit neveu est le garant et l’histoire perçue par les contemporains. Il est éloquent de voir la différence entre l’Histoire enseignée officielle et l’histoire perçue. Ensuite, ce mélodrame est d’un classicisme éculé. Le scénario désuet et inoffensif est au diapason d’une mise en scène surannée portée par un vieux monsieur. Habitué aux mises en scène nippones léchées ; ici tout n’est que plan fixe, caméra à hauteur ; et le bombardement de Tokyo est pitoyable … Donc un peu long au début, très long et gratuitement didactique à la fin ; seul le milieu du film tient une tension dramatique suffisante dans un Japon d’époque joliment reconstitué. On se croirait même dans le dessin animé de Miyazaki : « le vent se lève ». C’est en fait « Journal d’une femme de chambre » nippone, sans transgression, sans inventivité et porté par un modeste secret. Pas nécessaire, le cinéma japonais fait mieux.

kalua

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 184 critiques

3,5Bien
Publiée le 22/04/2015

Le film commençant dans le présent et installant un point de vue contemporain a cette histoire d'un autre temps nous amène a réfléchir sur notre point de vue de notre passé.Ceci est très intéressant et engendre une découverte bien plus original qu'il n'y parait de cette histoire qui semblait a son synopsis si commune. Les allers retours passionnant entre passé et présent bien loin de ralentir l'histoire y donne une autre dimension et le dernier acte conclut formidablement cette volonté du réalisateur. Loin d'une dramatisation calculé il y est juste ici conté l'histoire de sentiments humains montré dans leur plus belle simplicité.

Jack K.

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 40 critiques

4,0Très bien
Publiée le 15/04/2015

Ce film est un mélodrame délicat et lent. Outre l'histoire d'amour qui fait le fil de la petite histoire, il décrit subtilement dans la grande Histoire, la fin d'un certain art de vivre irrémédiablement détruit par la guerre que cette époque a engendré. Et la petite maison au toit rouge est charmante.

Fidelou

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 311 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 09/04/2015

En même temps que le Journal d’une femme de chambre que Benoît Jacquot vient d’adapter, Yoji Yamada propose le récit d’une autre bonne, Taki. L’histoire se passe entre 1936 et 1944, dans un Japon qui sort d’un conflit avec la Chine… avant de s’engager contre les Etats-Unis. A l’inverse de Célestine qui a fait le trajet Paris-Province, la douce Taki arrive à Tokyo pour se mettre au service de Tokiko, une maîtresse de maison bourgeoise mais respectée. Encore moins que dans le film précédent, le journal de Taki ne verse dans la critique sociale. Il témoigne d’abord d’un art de vivre dans une société corsetée à l’extrême par le poids de la tradition, à une période belliqueuse où domine l’esprit nationaliste. Et c’est cette minutieuse peinture d’un milieu et d’un moment qui intéresse. « Une époque épouvantable ou tous les Japonais ont fait des choix contraires à leur volonté », dit le film. Le reste est un journal à l’eau de rose. Qui tourne autour d’un secret qui lie les deux femmes. Leur quotidien est troublé par un jeune collègue du mari qui joue les incruste. Le charme du dandy ne laisse pas Tokiko indifférente. A défaut de pourvoir elle-même succomber à celui qui fait souffler un vent de modernité dans la Maison rouge, Taki gardera le silence sur l’amour chaste de sa maîtresse… La petite histoire est délicate. Mais il manque une bonne dose de saké pour relever ce gentil mélo.

poet75

Suivre son activité 114 abonnés Lire ses 477 critiques

4,0Très bien
Publiée le 06/04/2015

Quand, après la mort de la vieille tante Taki, l'on retrouve parmi ses affaires des cahiers dans lesquels elle avait rédigé son autobiographie, il en est qui ne sont pas surpris. Son petit-neveu et, dans une moindre mesure, sa petite-nièce avaient été mis dans la confidence depuis longtemps. C'est d'ailleurs à la demande du premier que Taki avait entrepris de faire le récit de sa vie. Une vie banale, pourrait-on dire, mais à une époque qui ne l'était nullement. Nous voilà donc transportés dans les années 1930 et dans un Japon belliciste qui, très vite, va basculer dans la guerre, d'abord avec sa voisine la Chine puis avec les Etats-Unis. Pour Taki cependant, la priorité reste de trouver un emploi de domestique. En ces années-là, explique-t-elle, les filles de la campagne n'avaient guère d'autre solution: les plus jolies pouvaient certes être recrutées comme geishas mais, pour les autres, il n'y avait d'issue que dans la domesticité en attendant un éventuel mariage. Taki a de la chance: après un passage éclair chez un écrivain, elle entre au service d'une famille bourgeoise de Tokyo composée de trois membres: M. Hirai, sa femme Tokiko et leur fils âgé de 6 ans. Taki prend place dans la maison au toit rouge, celle qui donne son titre au film, elle s'attache très vite à l'enfant et se plaît bien avec ses maîtres. Avec Tokiko s'établit même au fil du temps une relation affectueuse et complice. Malgré les bruits de guerre, tout semble paisible et tranquille. Mais la survenue d'Ikatura,un jeune collègue de travail de M. Hirai va perturber ce bel ordonnancement. Le jeune homme devient vite un familier de la maison, si familier et si présent que Tokiko en vient à s'éprendre de lui. Taki, si proche de sa maîtresse, ne peut pas ne pas se rendre compte de ce qui se passe. Elle observe, elle est le témoin malgré elle de cette passion interdite. Mais il faudra compter avec la guerre et avec un Japon qui envoie, l'un après l'autre, ses ressortissants au combat. Dans un temps où, comme l'explique Taki, l'individu est dépouillé de son libre-arbitre, même un jeune homme aussi peu apte à se battre qu'Ikatura risque d'être enrôlé. Quant à Taki, ne sera-t-elle pas dans l'obligation d'être davantage qu'un simple témoin et de devoir prendre de difficiles décisions? Réalisé par Yôji Yamada, un cinéaste peu connu chez nous mais très apprécié dans son pays, ce superbe mélodrame prend l'apparence d'un hommage au cinéma de jadis. Quel bel hommage cependant! Certes on retrouve ici beaucoup de codes du mélodrame à la japonaise, mais tout est si bien filmé et mis en scène que c'est comme si on les redécouvrait. Et puis, sous ses apparences de film sage, cette oeuvre laisse paraître aussi, avec subtilité, son esprit critique: elle se perçoit comme une dénonciation de l'aveuglement des politiques menant leur pays au désastre mais aussi du sort réservé aux femmes dans le Japon d'autrefois. Une oeuvre apparemment plus humble et moins subversive que "Le Journal d'une femme de chambre" de Benoît Jacquot qui sort au même moment sur nos écrans, mais une oeuvre bien mieux réalisée et bien plus captivante! 8/10

ninilechat

Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 479 critiques

4,5Excellent
Publiée le 05/04/2015

Deux histoires de bonnes à deux jours d'intervalle.... Eh bien, les bonnes se suivent et ne se ressemblent pas. A l'insolente Célestine succède la docile Taki. Autre pays, autre mœurs? Certes, mais Taki, avec son cœur simple, pourrait bien s'inscrire dans une nouvelle de Maupassant.... Yoji Yamada est un très vieux monsieur. Son cinéma est vieillot, sur la forme comme sur le fond. Et pourtant..... là où Célestine sera vite oubliée, on garde au cœur Taki. Ce cinéma classique, tout en silences, tout en non dits a un charme extraordinaire, à la manière d'Ozu; on en sort ému, troublé, profondément touché... Et en même temps, soulignons que c'est un vrai documentaire historique et sociologique sur ce Japon nationaliste et belliciste du siècle écoulé, et sur la vie de tous les jours d'un couple aisé, urbain, qui passe d'un jour à l'autre, d'une heure à l'autre de la tenue occidentale au costume traditionnel. J'ai trouvé cet aspect là également passionnant, car entre les films en costume et ceux qui se passent de nos jours, ou qui se passent à la campagne, il y a toute une période que le cinéma a peu exploré et qu'on connait mal. On est dans les années trente cinq environ; Taki (Haru Kuroki) arrive de sa lointaine province, au nord -pays pauvre et reculé où la neige est la reine d'un long hiver, où les habitants patoisent avec un accent épouvantable, pour se placer comme bonne à Tokyo. Bonne, ce n'est pas si mal: les jeunes filles apprennent toutes les choses de la conduite d'une maison et, avec un peu de chance, elles peuvent épouser un bourgeois, (surtout si celui ci est veuf et chargé d'enfants comme celui qu'on proposera à Taki... Taki est placée chez un couple sympathique et moderne; ils se sont fait construire une belle maison avec un énorme toit de tuiles d'un rouge..... voyant. Enfin, moderne.... c'est le Japon d'avant guerre. les hommes se retrouvent pour diner entre eux, parlant de choses importantes, les affaires, la guerre (sino-japonaise en l'occurrence); la femme a juste le droit de venir remplacer la cruche de saké quand elle est vide.... quant à la petite bonne, elle doit être toujours présente et prête à remplir une tâche, et toujours en retrait..... Les liens qui se tissent entre les deux femmes sont forts. Taki admire éperdument Tokiko (Takako Matsu) sa belle maitresse. Et celle ci est très gentille. Ces liens sont encore renforcés par le fait que le petit garçon de la famille est atteint de poliomyélite, et que Taki exécute avec beaucoup de doigté et de dévouement les massages nécessaires pour qu'il retrouve un bon usage de ses jambes. Un jour, au cours d'un de ces diners entre hommes, Masaki (Takatarô Kataoka) amène un nouveau collègue, qui ne ressemble pas aux autres, Itakura (Hidetaka Yoshioka). Bon, avec son bob, ses petites lunettes rondes d'intello à la John Lennon et ses costumes clairs et lâches, il suffirait de lui mettre une lavallière pour qu'il soit le sosie de Cédric Villani.... Il a fait les Beaux Arts; comme Tokiko il aime la musique classique.... Vous imaginez ce qui peut se passer. D'autant plus que la direction a décidé qu'Itakura, réformé pour cause de myopie, doit se marier pour vite donner à la patrie de petits futurs-soldats japonais, et que Tokiko est choisie pour servir d'entremetteuse..... Dans l'âme pure de Taki, qui l'imagine aussi, c'est un typhon (comme celui, bien réel, qui nous vaut une séquence très spectaculaire). Elle ne se peut imaginer dans une maison où il se produirait quelque chose d'aussi horrible, d'aussi monstrueux qu'un adultère; en même temps, elle voudrait que Tokiko soit heureuse.... Que peut elle faire, elle, petite bonne, pour qu'il ne se produise rien de mal? Et puis, on se doute que sans même oser se l'avouer, elle est elle même amoureuse d'Itakura.... Et puis, il y aura la guerre, attendue, espérée par des japonais bellicistes et sûrs de leur victoire (le patron de Masaki est particulièrement gratiné....) et le terrible bombardement de Tokyo qui laisse la ville en ruines.... Tout cela est raconté, bien des années plus tard, par Taki devenue une très vieille dame (Chieko Baisho); elle ne s'est jamais mariée. Son petit neveu étudiant la pousse à écrire ses mémoires; il comprend qu'il y a chez Taki quelque chose de secret, un remords qu'elle traîne depuis toutes ces années, qui l'a empêchée de vivre sa vie, et que nous découvrirons à la toute fin du film -deux heures quinze qui passent comme un rêve. Allez y. C'est film rare, subtil, délicat, comme on n'en fait plus. Un très joli film d'un autre temps. Qui fait du bien. Qui nous lave de tant de vulgarités!

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top