Mon AlloCiné
    J'ai perdu mon corps
    note moyenne
    4,1
    567 notes dont 70 critiques
    24% (17 critiques)
    39% (27 critiques)
    23% (16 critiques)
    9% (6 critiques)
    4% (3 critiques)
    1% (1 critique)
    Votre avis sur J'ai perdu mon corps ?

    70 critiques spectateurs

    Christoblog
    Christoblog

    Suivre son activité 392 abonnés Lire ses 689 critiques

    4,0
    Publiée le 8 novembre 2019
    Sensation de la Semaine de la critique à Cannes et du Festival d'Annecy, le premier film de Jérémy Clapin coche toutes les cases du film d'animation pour adulte réussi : des éléments qui ne seront compris qu'à la toute fin du film, une direction artistique subtile, de la tristesse et de la poésie, des effets de mise en scène bien dosés. Le film évoque dans ses premières scènes des films comme L'homme qui rétrécit, et on se demande vaguement comment le réalisateur va gérer sur la distance c'est histoire loufoque de main baladeuse. Heureusement, on constate vite que cette histoire de main n'est qu'une accroche habile, mais que le coeur du film est une histoire touchante, bien plus classique. Ainsi deux films très différents cohabitent à l'intérieur de J'ai perdu mon corps. Tout est tellement bien dans le film, à la fois inventif et absolument sage, que je ne sais pas au final quoi en penser : chef d'oeuvre classique ou essai sympathiquement réussi ? Il est très difficile de parler du contenu du film sans divulgacher son contenu, aussi je vais me contenter de conclure de façon allusive : J'ai perdu mon corps est suffisamment original dans sa trame narrative comme dans sa mise en scène pour mériter d'être vu, même si l'enthousiasme général me semble légèrement suspect.
    leandr_h
    leandr_h

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 14 novembre 2019
    C'est avec brillo que Jérôme Clapin adapte le roman de Guillaume Laurant au cinéma avec tendresse et mélancolie. On n'a pas forcément l'habitude de voir une main se balader sur l'écran en tant que spectateur, et pourtant, on s'y attache à travers ses aventures sui se déroulent en parallèle de l'histoire de Nafouel, jeune garçon qui tombe amoureux de Gabrielle. Et ce mis en scène avec justesse et poésie : juste ce qu'il faut de dialogue pour mettre en valeur les magnifiques images invoquées par les mots par exemple. Ce qui est epatant dans cette oeuvre, c'est aussi le point de vue novateur apporté par le réalisateur pour montrer et faire ressentir les aventures de cette main têtue sur grand écran. J'ai bien écrit "faire ressentir" car c'est une histoire audiovisuelle mais surtout sensorielle... A travers le filtre de la perception de cette partie du corps, les sensations inhérentes au point de vue en sont décuplées: du toucher d'éclats de verre à celui d'une douce moquette, etc. C'est ainsi une prouesse technique et scénaristique, et ce film, vu en avant-première, montre bien aux sceptiques que le cinéma d'animation peut être porteur de belles surprises.... Il faut absolument aller le voir, même si le synopsis n'est pas attirant au premier abord, pour changer de manière de percevoir la matière, et pour le romantisme mélancolique qui se dégage de ce film pour adolescents et adultes qui prend place dans les années 90, avant, selon la pensée du réalisateur, l'ère des technologies tactiles à outrance, qui, qui sait, pourraient bien polluer en quelque sorte nos sens...
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 203 abonnés Lire ses 108 critiques

    4,5
    Publiée le 16 mai 2019
    « J’ai perdu mon corps » est un film d’animation qui alterne plusieurs cycles d’une vie. En noir et blanc, Jérémy Clapin nous décrit l’enfance de Naoufel. En couleurs, son adolescence et sa rencontre avec Gabrielle. En couleurs également, le parcours pleins d’embûches d’une main coupée. Cette main vivante, semble dotée d’émotions et va puiser dans ses forces et sa réflexion pour retrouver son corps, pour retrouver Naoufel. Sur le papier, « J’ai perdu mon corps » pourrait être un film d’horreur ou bien une comédie. En réalité, il s’agit d’une œuvre poétique pleine de mélancolie sur le destin d’un jeune homme en devenir. Sélectionné à la Semaine de la Critique 2019, on espère sincèrement qu’il sera sélectionné par l’Académie des César pour le meilleur film d’animation français. D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
    Le cinéphile
    Le cinéphile

    Suivre son activité 106 abonnés Lire ses 713 critiques

    4,5
    Publiée le 10 novembre 2019
    #JaiPerduMonCorps est peut être le meilleur film que j'ai vu cette année au cinéma. Une œuvre à la portée émotionnelle sans limite. Une écriture intelligente et pertinente. Une vision humaniste incroyable et subtile. Du grand art.
    Cinemadourg
    Cinemadourg

    Suivre son activité 95 abonnés Lire ses 9 critiques

    3,5
    Publiée le 8 novembre 2019
    Voici un film d'animation pour le moins original puisque nous allons suivre les aventures d'une main amputée qui va traverser tout Paris à la recherche du corps auquel elle appartient, le jeune Naoufel... Lors de cette quête, ce sera l'occasion pour le spectateur de découvrir qui est ce jeune homme et comment il a pu en arriver à perdre cette main. Bourrée de poésie et de bienveillance, cette aventure insolite surprend et intrigue autant qu'elle captive. Un scénario déroutant mais très intelligemment construit : ce long-métrage mérite vraiment le détour ! A découvrir pour sa singularité et son humanité. Site www.cinemadourg.free.fr
    CinÉmotion
    CinÉmotion

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 16 critiques

    4,0
    Publiée le 10 novembre 2019
    Magnifique film d'animation. La direction artistique est belle, avec beaucoup de détails sur l'ambiance et décor urbain. Les personnages attachants et bien développés. Des idées de scènes vraiment sublimes dans le scénario et retranscrites de la plus belle des manières à l'écran. La musique apporte vraiment une charge émotionnelle incroyable, et est extrêmement bien pensée et utilisée avec les différentes séquences et ambiances, en mêlant plusieurs genre et sonorité selon l'évolution du personnage et de "sa main". Une beauté visuelle, sonore et poétique, avec une fin qui redonne une nouvelle force émotionnelle au récit. A voir.
    Valérie G
    Valérie G

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 8 novembre 2019
    Magnifique animation scénario dessins couleurs musique les détails tout est au rendez-vous J'ai adoré
    Bérénice Dunkan
    Bérénice Dunkan

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 8 novembre 2019
    Un film éblouissant. On se laisse porter par images magnifiques où l’on retrouve un Paris un peu gris mais profond et poétique. Un rythme souvent haletant et parfois plus onirique lorsque reviennent les souvenirs d’une enfance heureuse. Un vrai suspense : comment cette main a été amputée ? Evadée d’un hôpital, elle entreprend une traversée de la ville à la recherche de son corps. De son côté, son propriétaire, Naoufel, tombé amoureux de Gabrielle, cherche désespérément à changer une vie devenue absurde et à échapper à son destin. Y parviendra-t-il ? Le titre du livre de Guillaume Laurant (à qui l’on doit aussi Le fabuleux destin d’Amélie Poulain) donne un indice : Happy Hand…
    poet75
    poet75

    Suivre son activité 190 abonnés Lire ses 148 critiques

    4,5
    Publiée le 6 novembre 2019
    Le thème de la main coupée n’a rien d’inédit. Gérard de Nerval en avait fait le sujet d’une nouvelle (La Main enchantée) qui fut adaptée au cinéma par Maurice Tourneur en 1943 sous le titre de La Main du Diable. Il y eut aussi Les Mains d’Orlac, roman mi-policier mi-fantastique écrit par Maurice Renard et adapté quatre fois au cinéma. Or le film d’animation de Jérémy Clapin, film déjà acclamé à Cannes où il a reçu le Grand Prix de la Semaine de la Critique ainsi qu’à Annecy où lui ont été décernés deux Prix, ce film donc renouvelle l’approche du thème en question. Sans lui enlever son caractère fantasmagorique (difficile de faire autrement quand on met en scène une main coupée en mouvement), le cinéaste insiste sur un autre aspect, celui de la quête, de la recherche irrépressible de ce qui manque, autrement dit le corps dont dépendait la main en question. Pas de magie comme chez Nerval ni d’affaire criminelle comme chez Maurice Renard, mais la nécessité impérieuse de retrouver le corps perdu. De ce fait, dès le début du film, on est impressionné, car la main, symbole identitaire très fort, ne se contente pas d’agiter ses doigts, mais elle se met en mouvement, s’échappe du laboratoire où elle est conservée et entreprend un périple périlleux pour aller à la rencontre du corps dont elle a été retranchée. L’organe semble être doté d’une volonté propre, ce qui ne peut manquer de déconcerter mais qui, pourtant, s’impose rapidement comme une sorte d’évidence. De quoi est capable une main toute seule, coupée des autres membres ? J’allais dire qu’elle n'a qu’une chose en tête, ce qui est absurde pour une main, et pourtant la vérité est de cet ordre : c’est comme si elle avait une pensée propre ou, en tout cas, un désir, se traduisant par l’obsession de la quête du corps manquant, ce qui fait qu’elle prend tous les risques et affronte tous les dangers, entre autres ceux du métro où elle manque de se faire écrabouiller puis dévorer par des rats ! Mais le film ne se cantonne pas à nous faire haleter en suivant les déambulations de la main. Il nous raconte aussi, en parallèle, l’histoire de Naoufel et de Gabrielle. Le premier, quand il était un petit garçon, rêvait d’être à la fois pianiste et cosmonaute ! Les deux, oui ! Malheureusement, une fois devenu un jeune homme obligé de résider chez un oncle du fait du décès de ses parents, ses ambitions sont réduites à néant. Il n’a pour tout travail que de faire le livreur de pizzas. Or c’est précisément grâce à cet emploi qu’il fait la rencontre de Gabrielle. Une rencontre qui ne se concrétise que par étapes car, au départ, le garçon, arrivé très en retard à l’adresse de Gabrielle à qui il devait livrer une pizza, n’a droit à rien de plus qu’à la voix de cette dernière, par interphone interposée. Cela donne lieu à une scène assez longue qui est, sans doute, l’une des plus belles, des plus réussies, des plus émouvantes du film. Le seul son de la voix de Gabrielle suffit à changer la vie de Naoufel. Il n’a dès lors qu’une obsession, qui est de faire la connaissance de la jeune fille. Sa quête lui donne l’occasion de trouver un nouvel emploi chez l’oncle de Gabrielle, un emploi dans la menuiserie, bien plus valorisant que celui de livreur de pizza. Quoi qu’il en soit, pour les deux jeunes gens, commence l’histoire de la quête de l’autre. On le comprend, dans ce film, il n’est question que de cela : la main recherche son corps manquant tout comme Naoufel et Gabrielle, malgré leurs déboires, se recherchent l’un l’autre. Comment ces histoires finissent par n’en faire qu’une seule, je ne le précise pas pour ne pas divulgacher, comme disent les Québécois. Ce qui est sûr, c’est que ce film surprenant, audacieux, mérite amplement les Prix qui lui ont été décernés. Il s’encombre de peu de dialogues, mais est servi par la beauté des images, leur précision et leur poésie. Quant au thème, ne nous rejoint-il pas tous d’une manière ou d’une autre dans la mesure où nous recherchons, nous aussi, une part manquante dont nous avons besoin pour nous épanouir ?
    Berry's Bear
    Berry's Bear

    Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 6 novembre 2019
    Énorme ! Une claque ! Un film courageux qui dérange dans le bon sens, on en sort différent. A ne pas manquer !
    margauxdb
    margauxdb

    Suivre son activité 1 abonné

    5,0
    Publiée le 6 novembre 2019
    ce film est une oeuvre à part, un film d'animation d'une maîtrise rare et dont l'histoire ne laissera personne insensible ! A voir en toute urgence !!!!
    FBX75
    FBX75

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 6 novembre 2019
    un chef d’oeuvre sur la perte de l’innocence, rempli de poésie et de tableaux magnifiques. A voir absolument !
    agreen
    agreen

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 6 novembre 2019
    Un film absolument magnifique ! Un vrai bijou, et d'une poésie enivrante.... Il m'a complètement bouleversé.
    Drouman
    Drouman

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 6 novembre 2019
    Film extraordinaire! C'est un nouveau genre mêlant amour, action, poésie, animation et scénario original! Le top!
    Delphine Benoit-Mayoux
    Delphine Benoit-Mayoux

    Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 6 novembre 2019
    Film d'une très belle esthétique avec des dessins plus vrais que nature. Une adaptation réussie on se laisse bercer par l'histoire pleine de romantisme et de messages positifs. La musique est un régal
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top