Révélations
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • VOD, DVD
  • Musique
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   3,8 pour 2 892 notes dont 252 critiques  | 
  • 67 critiques     30%
  • 112 critiques     50%
  • 15 critiques     7%
  • 15 critiques     7%
  • 11 critiques     5%
  • 5 critiques     2%

252 critiques spectateurs

Trier par 
Les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
Jérémie Deuzé

58 abonnés | Lire ses 134 critiques |

   3.5 - Bien

Révélations est un film avec une histoire poignante. Pour preuve, il dure plus de 2h30, et je n'ai pas vu le temps passé. Si j'adore Russel Crowe dans tous ces films, je l'ai trouvé vraiment bon ici. Face aux grandes industries du tabac et sa paranoïa, on le voit dans ses derniers retranchements, complètement à nu. Avec ce journaliste, ils vont essayés de sauver plusieurs millions de vies. Et c'est à priori là où le film veut se voir dramatique. Si tout est réuni pour citer ce film comme un chef d'oeuvre, j'avoue ne pas avoir d'atomes crochus avec le tabac et son histoire. Un film à voir, montrant le combat de deux intégristes face aux travers des grandes enseignes, ne pensant qu'à 'fidéliser" les consommateurs et amasser de l'argent.

Florentin B.

11 abonnés | Lire ses 307 critiques |

   4.5 - Excellent

Inspiré de faits réels , un film juste excellent signé Michael Mann ( Heat, Collatéral) qui nous offre un film, chef doeuvre serait le mot juste, prenant et captivant, porté par une bande son efficace,un duo Ai Pacino/Russel Crowe exceptionnel et ,avant tout, sa réalisation....magique.


ermite71

6 abonnés | Lire ses 403 critiques |

   4 - Très bien

Tout bonnement excellent. Plongée dans le milieu journalistique avec les enjeux et les pressions des intérêts "supérieurs". Magistral Al Pacino; Russel Crow est très convaincant en homme déterminé. La mise en scène et le scénario sont excellents. En résumé, ça ne fait que des points positifs.

Sebi Spilbeurg

48 abonnés | Lire ses 1037 critiques |

   4.5 - Excellent

En 1995, le réalisateur Michael Mann se faisait un nom au cinéma. Il avait beau être le producteur de la série Deux flics à Miami et être le cinéaste responsable des films Le Sixième Sens (la première adaptation de Dragon Rouge et non le film avec Bruce Willis) et du Dernier des Mohicans, c’est avec Heat qu’il a obtenu la reconnaissance. Aussi bien auprès de ses confrères que du public. En même temps, orchestrer le face-à-face entre Robert De Niro et Al Pacino, avec toute une ribambelle d’excellents petits camarades (Val Kilmer, Tom Sizemore, William Fichtner, Jon Voight, Ashley Judd, Danny Trejo, Ted Levine, Natalie Portman, Hank Azaria…), de la manière la plus classe qui puisse exister (le film devenant un modèle pour tous les divertissements de braquage), nous ne pouvons l’oublier aussi facilement. C’est donc avec un certain enthousiasme que je découvre le film qui lui fait suite (dans la filmographie de Mann), Révélations. Et le résultat s’avère être à la hauteur ! Point de départ de ce film : un simple article publié dans Vanity Fair. Qui parlait d’un homme, Jeffrey Wigand (docteur de profession), qui travaillait pour Brown & Williamson Tobacco Corporation, une entreprise qui fabriquait des cigarettes, et qui tenta de tout révéler sur un des composants utilisés jugé cancérigène, recevant en échange des menaces de mort. En bref, une sorte de thriller politique, avec quelques séquences de tribunal et du suspense, dont les Américains sont assez friands. Surtout quand un tel film fait intervenir de véritables monstres du cinéma. Mais cela, nous y reviendrons plus tard. Révélations, c’est l’histoire de ce Jeffrey Wigand. Ou plutôt sa pénible descente aux enfers. Lui, qui avait tout : une splendide maison, une femme aimante, deux petites filles sous son aile, des relations qui foisonnaient… Jusqu’à ce qu’il décide de tout révéler. Et cela non pas du jour au lendemain ! En effet, le bonhomme se fait virer, et puis c’est tout. Il suffira juste de l’intervention d’un journaliste pour que tout bascule. Pour qu’il soit poussé à donner une interview dans le but de dénoncer. C’est à partir de là que les choses se gâtent pour notre homme : un sentiment de paranoïa prend forme, des menaces de morts apparaissent, les enfants commencent à avoir peur, sa femme comptent bien le quitter pour se mettre à l’abri… Oui, son épouse se montre très cruelle envers lui. Ne le défendant jamais. N’étant jamais à ses côtés quand il le fallait. S’interrogeant tout de suite sur leur situation financière à l’annonce du licenciement de son époux. Tant de détails de ce genre, plutôt mesquins, qui la pousseront à partir. Et à laisser Jeffrey tout seul dans sa misère. Faisant de Révélations un film incroyablement touchant, qui suit cette déchéance avec une puissance inimaginable et une ironie plutôt salace : cet homme qui essaye de bien faire et qui se retrouve finalement à tout perdre. Une histoire dramatique qui ne serait rien sans l’intervention de la presse dans tout cela. Car, avant tout chose, Révélations met surtout le monde journalistique sur le devant de la scène. Car c’est bien à cause de celui-ci que Jeffrey Wigand subit un tel calvaire. Le journaliste Lowell Bergman étant l’élément déclencheur. Celui qui l’a, en quelque sorte, forcé à participer à une émission de télévision dans le seul but de révéler certains secrets. Lui qui, comme ses confrères, ne pensent qu’à faire de l’audimat, à mener à bien son job pour garder sa renommée. Au point de se soucier peu du sort de leurs sources. Fort heureusement pour Wigand, Bergman ne se montrera pas aussi indifférent (quoique qu’à certains moments…). Où il apporte une aide à tout cela, mais en restant impuissant face aux événements qui s’en suivent. Et c’est là aussi que Révélations trouve également toute sa puissance : ce journaliste qui déclenche tout à cause de son éthique professionnelle et qui ne peut rien faire pour éviter cette descente aux enfers vécue par sa source. Donnant ainsi une place peu emballante au domaine de la presse dans ce film, qui est constitué de dirigeants qui ne pensent vraiment qu’à sortir les gros titres qui arrangent la majorité (et ce même si les intéressés sont dans le camp adverse). Ajoutez à cela une mise en scène comme Michael Mann n’en a jamais livré, et vous obtenez un véritable chef-d’œuvre visuel ! Par là, il faut bien entendu s’attendre à des plans finement travaillés, des jeux de lumière somptueux et une bande originale prenante qui, ensembles, permettent à la mise en place d’une atmosphère exceptionnelle. Qui nous happe aussitôt ! Celle qui nous fait partager chaque sentiment éprouvé par les personnages principaux (la paranoïa, l’impuissance, la désolation, la solitude…) avec un savoir-faire qui offre à Révélations la même classe qu’à Heat. Et n’oublions pas le casting, d’une envergure titanesque. Il est vrai que niveau noms, la distribution de Révélations en possède bien moins que Heat. Mais cela montre à quel point la prestance d’un casting (le fait d’afficher X stars au générique) importe peu au film. Suffit juste de choisir les bons comédiens. C’est justement sur ce point que Révélations supplante la concurrence, car même les seconds rôles (Christopher Plummer, Philip Baker Hall, Colm Feore, Gina Gershon, Michael Gambon, Rip Torn…) sont tout bonnement excellents. Mais tout de même loin derrière un Al Pacino égal à lui-même, dont le jeu « je m’en foutiste » réussi grandement à son personnage. Le comédien étant également à son tour loin, loin derrière un extraordinaire Russell Crowe, qui n’en était qu’à la « veille » de Gladiator et d’Un homme d’exception. Montrant déjà qu’il est encore aujourd’hui l’un des « meilleurs grands acteurs » de sa génération. Assister à 2h38 d’un thriller politique, cela peut paraître assez long pour la plupart des spectateurs. Mais tout comme Heat (qui durait pas loin de 2h50), Révélations se montre haletant, prenant et donc jamais ennuyeux. Un nouveau chef-d’œuvre à rajouter à la filmographie de Michael Mann qui sera compléter par la suite d’Ali et de Collatéral. Malgré une future baisse de succès (Miami Vice et Public Enemies), le réalisateur reste un incontournable du thriller hollywoodien. Surtout que garder le prestige de Heat pour un film qui lui fait suite et étant d’un genre totalement différent, il fallait le faire !

http://leclubspilbeurg.canalblog.com/archives/2...

mazou31

14 abonnés | Lire ses 530 critiques |

   4.5 - Excellent

Très grand film d’investigation, “à l’américaine”, qui confine au chef-d’œuvre. C’est long (2h35) et on ne s’ennuie pas une minute, tant l’histoire est bien menée, rythmée malgré de nombreux dialogues, captivante car très contemporaine et superbement interprétée. Michael Mann est assurément un des plus grands cinéastes vivants et Al Pacino un des plus grands acteurs. Le réalisateur de plus, changeant de style, use de façons de filmer nouvelles — je dirais géniales — et navigue de l’intégrité, de l’honneur, du panache au doute, au désespoir, à l’indignation trahie. Du très, très grand cinéma.

Thibault F.

5 abonnés | Lire ses 249 critiques |

   4.5 - Excellent

Après le décevant Heat, Michael Mann revient au mieux de sa forme avec ce drame qui porte sur la dangerosité de l'industrie du tabac. Envoûtant, intrigant, émouvant, ce film nommé dans 7 catégorises des oscars est une véritable surprise d'une beauté indéniable. C'est avant tout l'histoire de deux hommes confrontés au méandres de l'industrie et du pouvoir. Ils vont devoir tout quitter, quitte à se faire détester pour que la vérité éclate. Des acteurs aux sommets de leurs arts (Russell Crowe est tout simplement remarquable et méconnaissable), une réalisation sublime (les mouvements de caméra à l'épaule renforce l'idée que le spectateur est littéralement transporté dans la trame narrative); Mann appuie l'aspect que le spectateur doit être concerné par ce qu'il voit et ce qu'il entend, il doit sentir les sentiments de chaque personnages... Et que dire de la bande sonore, mélancolique, triste, inquiétante... Une pure merveille!

lejojoducoin

6 abonnés | Lire ses 564 critiques |

   4 - Très bien

Sans mauvais jeu de mot, ce film est une belle révélation. Oui je sais, c'est facile, mais je n'avais jamais trop entendu ce film, et c'était un tort, parce que c'est vraiment bien réalisé. L'histoire est vraiment prenante, et on angoisse terriblement avec ce pauvre Russel Crowe, qui s'est mis dans de salle drap. Le duo fonctionne très bien, et Russel Crowe est vraiment très juste et réaliste dans son rôle. Les scènes de tension psychologique sont géniales. D'ailleurs, lors de la dernière demi-heure, je trouve que certaines scènes sont trop longues, et la tension moins présente. Le film est d'ailleurs un peu moins intéressant. En plus, je trouve la fin assez complexe, avec plusieurs personnages qui s'entrecroisent, et des rebondissements dans tous les sens. Mais ce film reste une très bonne enquête journalistique, qui s'est basée sur l'histoire vraie de Jeffrey Wigand, qui divulgua la vérité sur la fabrication des cigarettes. Vraiment à découvrir

vinetodelveccio

16 abonnés | Lire ses 690 critiques |

   4 - Très bien

Un film solide et dense qui ravit par sa fidélité au genre et son audace formelle. Michael Mann nous démontre encore une fois tout son talent de metteur en scène : dans un film de genre dont les conventions seront respectés au maximum, il parvient à inscrire sa patte : une caméra douce qui bouge avec une grâce infinie, des plans d'une grande beauté et une manière de filmer les personnages qui immerge totalement le spectateur. C'est classe et efficace. Le scénario est dense et haletant tandis que les personnages sont incarnés avec une grande force par deux acteurs phénoménaux. Superbe.

Florian Malnoe

9 abonnés | Lire ses 321 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Au coeur du plus gros scandale de santé publique du 20ème siècle, la société de consommation du Pays de l'Oncle Sam épinglée par l'un de ses propres compatriotes dans une reconstitution amère, qui menée par un duo d'acteur d'exception (Al Pacino et Russel Crowe), nous fait réfléchir et nous amène à nous poser des questions sur l'industrie du Tabac où la notion de profit est prépondérante. La mise en scène, la façon dont est filmée le film, les musiques sont géniales et l'enquête est extrêmement intéressante à suivre. Il faut bien suivre et rentrer dans le scénario. Car quand on y parvient on ne veut plus en lâcher une miette. La puissance qui émane de ce film m'a subjuguée et m'amène à qualifier ce film rare comme un véritable chef-d'oeuvre dans son genre. La psychologie des deux protagonistes principaux est (mention spéciale à celle du personnage de Crowe) très bien traitée. Bref, Révélation est un film "consternamment" puissant et un film coup de poing (au sens figuré) comme on en voit seulement une petite poignée par décennie ( et encore...). Aucune hésitation sur le 5/5.

MC4815162342

152 abonnés | Lire ses 1459 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Révélations est un drame réel bien que romancé réalisé avec brio par l'excellent Michael Mann, une réalisation plus qu'admirable, les flous, les ralentis, la camera qui à la bougeotte, enfin c'est un style quoi et personnellement j'adore, le scénario est foutrement bien écrit et rempli de tension, de suspens, le film dispose également d'une bande son tout simplement somptueuse, de la musique qui fout les boules bien comme il faut, il est aussi doté d'un casting plus que parfait avec en tête d'affiche le duo Crowe/Pacino absolument formidable. En bref: formidable !

Précédente Suivante

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Vidéos liées à ce film
Révélations Bande-annonce VF
14 281 vues
Révélations Extrait vidéo VF
437 vues
Révélations Extrait vidéo (2) VF
112 vues
7 vidéos liées à ce film
Playlists
7 vidéos
Quand les gros durs écrasent une larmichette...
6 vidéos
Xavier Dolan dans tous ses états !
4 vidéos
On peut aussi rire avec "50 Nuances de Grey" !
Toutes les playlists
Tous les meilleurs films au ciné