Mon AlloCiné
A perfect day, un jour comme un autre
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
note moyenne
3,8
969 notes dont 123 critiques
7% (9 critiques)
49% (60 critiques)
31% (38 critiques)
7% (9 critiques)
3% (4 critiques)
2% (3 critiques)
Votre avis sur A perfect day, un jour comme un autre ?

123 critiques spectateurs

Christoblog

Suivre son activité 303 abonnés Lire ses 977 critiques

4,0Très bien
Publiée le 18/03/2016

Il y a quelque chose de vraiment étonnant dans le fait que les espagnols savent parfaitement faire des films qui semblent américains. L'efficacité de la mise en scène, le réalisme impressionnant des décors, le rythme bien balancé du montage, les prestations des acteurs juste en deça du cabotinage : tout concourt à faire de A perfect day un film aux allures US. Certains ont parlé d'une sorte de MASH de l'humanitaire, mais le film d'Altman était grinçant, alors que Benicio del Toro et Tim Robbins donnent plutôt ici une tonalité désabusée aux (més)aventures des personnages. On n'est pas dans la dénonciation ou la parodie, mais plutôt dans le constat absurde et résigné. Le côté picaresque de la recherche de la corde est parfaitement exploité par un scénario très malin, dont la chute finale constitue le point d'orgue ironique. Roublard, distrayant et instructif.

http://www.christoblog.net/2016/03/a-perfect-day.html

Pauline_R

Suivre son activité 145 abonnés Lire ses 388 critiques

3,5Bien
Publiée le 14/03/2016

Une bonne surprise, à mi-chemin entre film de guerre et comédie burlesque, emmené par un casting aux petits oignons. Sur un ton souvent sarcastique, le film nous montre les absurdités de la guerre (ou plutôt de la fin de guerre), les conflits d'intérêts entre ONG humanitaires et l'ONU. C'est souvent drôle, avec des dialogues savoureux entre les cinq personnages principaux, parfois émouvant et même dur, nous rappelant la cruauté des hommes. Côté casting, mention spéciale à Tim Robbins qui apporte une grande force comique au film.

-Snatch-

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 32 critiques

4,0Très bien
Publiée le 19/03/2016

j'ai beaucoup aimé ce film qui nous dévoile un aspect décalé de la guerre des Balkans. On découvre à quel point les humanitaires sont démunis et impuissants face à l'inertie et l'absurdité des administrations, des conventions et des procédures. L'histoire est portée par un très bon casting, une BO superbe et de magnifiques paysages.

SamuelOTook

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 38 critiques

4,0Très bien
Publiée le 23/03/2016

J'ai bien aimé ce film, qui nous présente 48 heures à la fois mouvementées et vides de 5 humanitaires (4 expatriés et 1 interprètes) dans les Balkans à une période de fin de guerre en 1995. Plus que l'horreur de la guerre, le film nous fait ressentir son absurdité (un peu comme dans le livre "le Désert des Tartares", il n y a pas d'héroïsme, mais juste la vanité des efforts). Les anti-héros humanitaires sont un peu désabusés, un peu têtes brûlées, un peu chieurs, un peu froids, un peu égocentriques, un peu lâches, mais, au final, les personnages apparaissent attachants, par les rapports qu'ils développent entre eux dans cette merde (des caractères contrastés, pas mal de dialogues bien écrits, et qui, pour certains, nous font sourire), et le petit soupçon d'humanité, qui les pousse à réessayer de faire un geste même après avoir essuyé un échec. Il ne s'agit pas d'un film d'action ou de guerre, où pleins de choses (faits d'armes, rédemptions,...) vont être accomplies : on pouvait craindre que seule l'impression d'enlisement nous reste du film, mais au final, c'est assez dense, et les nombreux arcs narratifs sont bien bouclés. Et, puis, outre l'interprétation sympathique et les images bien léchées, on ne boude pas notre plaisir àa chaque passage soutenu par la musique. Belle B.O.

ffred

Suivre son activité 247 abonnés Lire ses 2 740 critiques

4,0Très bien
Publiée le 20/03/2016

Le seul film de Fernando Leon de Aranoa que j'ai vu, Amador, était déjà un mélange de comédie et de gravité (la vieillesse, la mort). A perfect day suit le même chemin. C'est ici la guerre des Balkans dans les années 90 qui tient lieu de prétexte à un film drôle, plutôt rafraichissant et très sympathique. Le propos est léger en surface (une équipe d'humanitaires a besoin d'une corde) et plus sombre en dessous (pour retirer un cadavre d'un puits avant qu'il ne soit empoisonné), démontrant une fois de plus l'absurdité de la guerre (par le rire). Le tout est écrit et mis en scène de façon très rythmée et pleine d'humour, tout en n'oubliant pas d'appuyer, ça et là, où ça fait mal. L'équipe d'acteurs n'est pas pour rien dans la réussite du film. Casting international où personne ne tire la couverture à soi. L’excellent Benicio del Toro et le trop rare Tim Robbins sont bien entourés par les françaises Mélanie Thuerry et Olga Kurylenko, le bosniaque Fedja Stukan et l'espagnol Sergi Lopez. Une certaine bonne humeur et une belle énergie règnent tout au long du film, malgré quelques scènes plus dures, et nous font passer un très bon moment. Au final, une comédie assez jubilatoire, plus drôle que dramatique. A voir donc.

http://lecinedefred2.over-blog.fr

Seemleo

Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 829 critiques

4,5Excellent
Publiée le 17/03/2016

A Perfect Day déroule une scénographie assez unique. Une pièce de théâtre vaudevillesque est tournée sur un champs de bataille. Un huit-clos de quelques personnages durant 24 heures parmi les mines, les vaches putréfiées et les casques bleus. La mise en scène jamais banale et l'esprit du film se situent entre le drame distancié de Breaking Bad, la goutte de folie ibérique et un humour que le cinéma norvégien ne renierait pas. En toile de fonds, la guerre ressort d'autant plus dans toute son horreur, sans toucher directement les engagés de l'ONG. Dans cet exercice d'équilibriste, le réalisateur réussit son tour de force. On est séduit sur toute la ligne.

selenie

Suivre son activité 311 abonnés Lire ses 4 303 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 17/03/2016

Un réalisateur dont les thématiques sont toujours d'ordre social, il ne fait pas abstraction avec "A Perfect Day" où cette fois il nous plonge dans le conflit serbo-bosniaque en 1995 avec les membres d'une ONG. Le réalisateur veut rendre hommage à ces hommes et femmes qui luttent à leur manière, quotidiennement, tout en mettant en avant l'absurdité du conflit jusqu'à ses tracasseries administratives. Le réalisateur signe là un pamphlet amusant à l'humour grinçant mais sans être trop noir et sans jamais oublier que la guerre reste une tragédie. C'est sur ce fil ténu que le réalisateur réussit son coup.

http://www.selenie.fr/2016/03/a-perfect-day-un-jour-comme-un-autre-2016-de-fernando-leon-de-aranoa.html

Ufuk S.

Suivre son activité 133 abonnés Lire ses 492 critiques

3,5Bien
Publiée le 17/03/2016

"à perfect day" est un film qui sort des sentiers battus en effet il dénonce l'horreur de la guerre d'une manière décalé et ironique certaines séquences sont limité irréel il est vrai que ce n'est pas le film du siècle cependant la composition d'ensemble surtout Tim robbins qui donne le Ton à ce film ainsi que les moments drôle et parfois poignant laisse une bonne impression d'ensemble.

chas

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 71 critiques

3,5Bien
Publiée le 16/03/2016

Une équipe d’humanitaires dans les Balkans affrontés à l’absurde, nous fait partager un humour qui les sauve du désespoir. Dans deux véhicules, deux vieux baroudeurs et la petite dernière à initier, assurent sous des dehors forcément désinvoltes, une mission dont l’efficacité ne tient qu’à une corde. Les paysages sont magnifiques, les filles jolies, les puits maléfiques, les vaches piégeuses, un innocent ballon devient un objet de pouvoir révélateur des incompréhensions. Excellent, on peut penser à « M.A.S.H. ».

rollioni

Suivre son activité 205 abonnés Lire ses 1 577 critiques

4,0Très bien
Publiée le 17/03/2016

Un film intéressant qui choisit de traiter la guerre des Balkans par une histoire absurde et anecdotique, il s'agit de trouver une corde pour.....On est pris dans une sorte de tourbillon calme et décalé, une sorte de trip dans des paysages montagneux et arides, croisant des soldats, des forces des nations unies avec des personnages assez désabusés et des histoires personnelles entre eux....la route est souvent piégée par des vaches......On notera des acteurs confirmés et qui n'ont si je me souviens pas jouer ensemble ? (Mélanie Thierry, Benicio del Torro, Tim Robbins) qui sont je trouve bien complémentaires et convaincants dans leurs rôles respectifs.....Belles photos, un humour parfois décalé, une histoire d'amour, cette histoire de guerre traite avec originalité et sans violence un conflit qui lui fut assez douloureux.....

velocio

Suivre son activité 246 abonnés Lire ses 1 772 critiques

4,0Très bien
Publiée le 01/05/2016

Les Balkans il y a 21 ans. La guerre entre bosniaques, croates et serbes. Une guerre dans laquelle les religions (musulmanes, catholiques, orthodoxes) tiennent une part importante. Une guerre sur le point de se terminer. Terminée, terres minées : deux points très importants dans le film de Fernando León de Aranoa ! Sur place, il y a les forces des Nations Unies, mais aussi des ONG, telle "Aid Across Borders". "A perfect day", adaptation cinématographique du roman "Dejarse llover" de Paula Farias, nous fait partager "un jour comme les autres" de 4 membres de cette ONG : Mambrú, un porto-ricain, responsable de la sécurité, qui doit rentrer chez lui dans quelques jours ; B., un américain quelque peu déjanté et dont on ne sait jamais si on doit prendre au sérieux ce qu'il dit ou ce qu'il fait ; Sophie, une française spécialiste en purification de l'eau ; cette mission est la première qu'elle effectue et elle se montre à la fois naïve et volontaire ; Katya, responsable de l’évaluation et de l’analyse des conflits, une russe qui a eu une aventure avec Mambrú et qui est là pour décider si l'ONG doit ou non rester dans la région. Il y a aussi Damir, le local, l'interprète du petit groupe. Toute la journée, le groupe va s'efforcer de trouver une corde qui permettrait de sortir du seul puits non miné de la région un cadavre qui y a été plongé afin d'en polluer l'eau. Cette recherche va les mettre en contact avec les populations locales, dont l'interprète dit que ce sont les rois de l'humour, avec l'absurdité de cette guerre, avec l'absurdité des comportements et des décisions des représentants des Nations Unies. En contact aussi avec un gamin qui rêve d'un ballon de football. D'un bout à l'autre du film, la situation est manifestement dramatique, mais Fernando León de Aranoa, qui a décidé de faire ce film pour rendre hommage aux ONG dont il avait eu l'occasion de voir le travail en tournant "Buenas noches, Ouma" pour MSF, en Ouganda, a choisi de la peindre en utilisant un humour très distancié dans lequel Tim Robbins, qui interprète le rôle de B., joue un rôle très important. A ses côtés, Benicio Del Toro est un Mambrú très attachant, Mélanie Thierry, une Sophie nature, la franco-ukrainienne Olga Kurylenko, une Katya très forte et très troublante. Les paysages, magnifiques, représentent un personnage important. A noter que ce ne sont pas des paysages des Balkans, mais des paysages de l'Andalousie et de la Castille. Vu le contexte, on est très surpris lorsqu'on entend de la musique pour la première fois : "TTT" par le groupe de punk-rock The Buzzcocks. D'autres musiques plus ou moins punks vont venir se succéder sans pour autant "écraser" le film (MarilynManson, The Ramones, Gogol Bordello) et prouver que, finalement, cette musique âpre et déjantée convient finalement très bien à la situation vécue par notre quatuor. On entend aussi The Velvet Underground dans "Venus in furs" et, sur le générique de fin, "Where Have All the Flowers Gone", la magnifique chanson de Pete Seeger, dans l'interprétation de Marlene Dietrich, puis "There is No Time" par Lou Reed. "A perfect day, un jour comme un autre" avait rencontré un franc succès à la Quinzaine des Réalisateurs de Cannes 2015, beaucoup de spectateurs évoquant une parenté avec "No Man's Land" de Danis Tanovic. Il y a du vrai, même si "No Man's Land" était un véritable chef d'œuvre alors que "A perfect day" n'est ... qu'un excellent film.

Sally Ecran et toile

Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 298 critiques

4,0Très bien
Publiée le 02/04/2016

« A perfect day : un jour comme un autre », intrigue autant par son affiche que par sa bande annonce. Novices de l’univers du réalisateur Fernando León de Aranoa, c’est assurément le qui nous a donné l’envie de nous y intéresser…et on ne l’a pas regretté ! Avec sa bande originale 100% rock, « A perfect day », nous montre combien tout ce qu’on verra dans ce film sera décalé et pourtant magistralement orchestré. En effet, c’est sur fond de « Sweet dreams » de Marylin Manson, « Pinhead » des Ramones « There is no time » de Lou Reed (en passant par Marlene Dietrich et Velvet Underground) que se déroule l’histoire de nos cinq protagonistes. Détachés dans la campagne balkanique aride pour aider au mieux une population locale démunie, on pouvait s’attendre à un film déprimant, moralisateur ou politique… et pourtant ! Rien de cela ne transparaît dans la dernière réalisation de Aranoa, que du contraire. L’humour est de mise, les situations sont cocasses, parfois dramatiques sans être (trop) sombres, et offrent un long métrage équilibré, très agréable à regarder. Le secret de cette réussite ? Son casting de luxe excellentissime. Mais qui présenter en premier ? Difficile d’opérer un choix car le réalisateur a eu l’intelligence de mettre tous ses acteurs sur un même pied d’égalité. Aucun des personnages ne ressort plus qu’un autre, aucun comédien n’efface les autres et bien que l’on ait quelques préférences, on doit reconnaître que cette union fonctionne à merveille et nous fait presqu’oublier que c’est film de fiction que nous sommes en train de regarder.. ..Mais puisqu’il faut bien commencer par quelqu’un, autant le faire avec Benicio Del Toro (qu’on a adoré retrouver dans « Sicario » de Denis Villeneuve et dont la suite est en préparation). Avec son charisme et sa « gueule » bien à lui, l’acteur démontre une fois de plus qu’il est taillé pour des rôles de grande envergure. Dans ce film, il incarne un responsable de la sécurité blasé par les aléas de son métier. Tantôt ironique, tantôt empathique, son personnage roule sur les chemins caillouteux avec aisance, à l’image du comédien qui a su rouler dans une carrière sans faute. A côté de lui, Tim Robbins grand par la taille (1,96m !) autant que par le talent. Il nous fait l’incommensurable plaisir de revenir sur nos écrans avec un rôle qui lui va comme un gant. L’acteur- réalisateur multi facettes (« Mission to mars », « Mystic River» qui lui a valu l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle, « La guerre des mondes») offre ici une prestation qu’on ne peut qu’adorer. Border line, déjanté, parano ou trop prudent, on ne sait jamais vraiment à quoi s’attendre… Surpris à chaque instant par ses répliques (truculentes, vraiment !) ou ses réactions, il démontre que l’étendue de son talent n’a pas de limite… On en redemanderait bien un peu mais comme toutes les bonnes ont une fin, il faudra se satisfaire de ces 1h45 de pur plaisir… Substantif étrange à écrire quand on connaît le résumé de l’histoire et la réalité que le réalisateur a voulu nous présenter…mais c’est pourtant la vérité : que bon moment ciné ! Côté féminin, on trouve Mélanie Thierry et l’ex-mannequin ukrainienne Olga Kurylenko. Alors que la première est une ressortissante française qualifiée dans le maintient de la qualité de l’eau et des conditions sanitaires, la seconde est une chargée de mission russe envoyée sur le terrain pour faire un rapport détaillé aux Nations Unies. Chacune à leur façon, elles apportent un brin de charme et de candeur dans cet univers dévasté. Sensible ou forte, les deux jeunes femmes prêtent leurs traits à des personnages teintés de sincérité. Et pour compléter la dream team d’exception, on trouve un Fedja Stukan tout aussi performant que ses petits camarades. Si son visage semble connu (peut-être l’avez-vous aperçu dans « Enfant 44 », « Crossing Lines » ou « Au pays du sang et du miel » ?), on doit reconnaître que c’est pour nous, une vrai découverte, et qu’il mérite amplement sa place au casting ! Tout comme Sergi Lopez, dont l’intervention est un peu trop courte mais tellement appréciable. Ah Sergi, tu n’as nul égal et à chaque fois, tu nous régales ! A la fin de la projection, on ne peut donc que remercier Fernando León de Aranoa, réalisateur espagnol engagé pour ce « jour comme un autre » qui pour nous, ne l’était pas du tout ! Pourtant prolifique depuis 1997, il s’entoure de castings tout aussi méconnu pour nous, exception faite des « Lundis au soleil » où il fait tourner Javier Bardem, ou prochainement « Escobar » où il réunira à l’affiche Penelope Cruz et … tiens tiens, Javier Bardem. Ravi de la découverte, le rendez-vous est déjà pris pour son prochain long métrage et nous espérons qu’il nous offrira à nouveau une œuvre intelligente et insolite. On a d’ailleurs pu lire, ici et là, que le film manquait d’originalité, de profondeur ou qu’il était affublé d’un scénario minimaliste… Soit, c’est vrai qu’il est plutôt simpliste (mais pourtant profond) et fort heureusement ! Une histoire plus « compliquée » aurait sans doute occulté tout le talent de réalisation et d’acteurs que l’on peut apprécier ici. Après 1h45 de film, la boucle est bouclée, le ressenti 100% positif, que demander de plus ? Nous, on a véritablement trouvé ce qu’on était venu chercher et on ne peut que vous recommander de faire un petit tour dans les quelques salles qui proposent ce petit bijou espagnol… un peu trop discret (ou modeste ?) à notre goût.

http://www.ecran-et-toile.com/mars-2016/a-perfect-day-un-jour-comme-un-autre

Emma Schell

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 91 critiques

4,0Très bien
Publiée le 23/03/2016

Que reste-t-il de la guerre de l’ex Yougoslavie ? Peut-être parce que j’étais plus jeune ou moins sensible au monde qui m’entoure, ce conflit a été vite oublié, enfoui dans un coin de ma mémoire ; et pourtant la notion du Vivre Ensemble (qui nous fait tellement défaut aujourd’hui) venait déjà de prendre du plomb dans l’aile ! A Perfect Day est l’occasion de replonger dans ce conflit et d’accompagner 4 humanitaires et leur traducteur pendant plus d’une journée. Mission : Aider les habitants à avoir de l’eau potable Lieu : quelque part dans les Balkans (magnifiques paysages au passage) Période : quelques jours après les accords de Dayton en Décembre 95 Entre l’idéaliste Sophie, dont c’est la première mission ; le chef de groupe Mambru, qui en a vu des vertes et des pas mûres ; ou B., qui n’a rien d’autre dans sa vie que son engagement (mais, c’est déjà beaucoup), les avis divergent mais jamais leur détermination à trouver une solution (notamment face à l’absurdité des décisions officielles, à l’hostilité des combattants, à la méfiance des habitants…). Vous l’aurez compris, j’ai adoré passer cette Journée Parfaite (translation ;-)) en compagnie de Benicio del Toro (Quel sex-appeal ! C’est marrant, cela ne m’avait pas sauté aux yeux jusqu’à maintenant), Tim Robbins (chouette en gars bourru à l’humour noir) et Mélanie Thierry (petit bout de femme pleine de douceur dans ce monde de brutes). Petit Plus (et pas des moindres) : la bande son PUNCHY nous en met plein les oreilles (de Lou Reed à Marlene Dietrich en passant par The Ramones, Velvet Underground et autres groupes locaux). A voir pour ne pas oublier !

http://quelcinemma.canalblog.com/

jaggg

Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 162 critiques

4,0Très bien
Publiée le 22/03/2016

Il était une fois une petite équipe de gentils travailleurs humanitaires quelque part dans les Balkans, qui se battaient au péril de leur vie contre … des moulins à vent. Comme le disait l’une d’eux : « Je me demande si vous avez jamais réussi à réparer quoi que ce soit. » Leur quotidien est effectivement A « perfect » day : ces humanitaires font face à une guerre soi-disant terminée mais qui perdure sur le terrain, à une population très très hostile, aux règles de leur propre système, aux relations même entre les différentes entités présentes venues pour « aider à régler le conflit ». L’humour grinçant n’est pas sans rappeler le mythique « MASH », mais n’arrive pas à effacer la tension omniprésente, car ici, tout est miné, matériellement comme mentalement. Le travail entier de l’ONU comme des ONG se solde, dans la triste réalité, à ressembler à l’histoire absurde d’un problème en apparence simple mais irrésoluble dans ce pays, consistant à sortir un cadavre d’un puits, mais à chaque fois il retombe et retombe et retombe, comme pour dire : c’est inutile, c’est sans fin, c’est sans issue. Saluons Benicio Del Toro qui crève l’écran par son jeu toujours sobre, et Tim Robbins drôle, cynique, pragmatique, apportant un peu de sourire dans un monde de brutes.

MarcusParis

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 8 critiques

4,0Très bien
Publiée le 21/03/2016

Fernando León de Aranoa signe là un très bon film. Une histoire simple. Un objectif on ne peut plus simple en temps normal. Mais en temps de guerre tout est compliqué. On est plongé dans las banalité de la vis et en même temps dans l'extraordinaire de la guerre. La caméra suit les personnages pour mieux nous plonger dans l'univers. La guerre et ses horreurs absurdes. L'absurdité administrative. Les Balkans et son imbroglio ethnique et territorial. L'humour pour supporter tout cela. Fernando León de Aranoa nous balade pendant une journée dans la vie de quatre humanitaires et d'un traducteur à la recherche d'une corde. Et il arrive à nous faire découvrir la complexité humaine avec cette petite quête qui n'a l'air de rien mais qui nous tiens de bout en bout. A voir, presque absolument.

Les meilleurs films de tous les temps
Back to Top