Mon AlloCiné
    L'Homme irrationnel
    note moyenne
    3,6
    4739 notes dont 427 critiques
    4% (17 critiques)
    33% (139 critiques)
    36% (155 critiques)
    18% (77 critiques)
    7% (32 critiques)
    2% (7 critiques)
    Votre avis sur L'Homme irrationnel ?

    427 critiques spectateurs

    Enki Dou
    Enki Dou

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 2 critiques

    1,5
    Faire jouer un prof de philo déprimé et alcoolique par un type qui ressemble à Aldo Maccione, ç'aurait pu être drôle. Le problème, c'est qu'il n'y a pas une once d'humour dans le film. Pas l'ombre d'un sourire dans la salle durant tout le film - sauf au moment où la lumière se rallume, quand le film est fini. Une étudiante tombe amoureuse du bellâtre philosophe triste : original, non ? Donc on s'ennuie ferme pendant la première demi-heure. Lorsque notre héros fatigué décide, pour donner un peu de piment à sa vie, de tuer un méchant, sur le fondement d'une combinaison hasardeuse de la morale de Kant et de celle de Raskolnikov - il va jusqu'à signer son forfait sur un exemplaire de Crime et Châtiment -, on se dit que le film va peut-être décoller. Mais il reste désespérément au ras du sol. Quant à la chute (du film), elle est nullissime : là, on sent que c'est Woody Allen qui est fatigué - ou qui s'en moque éperdument. Comme, d'ailleurs le spectateur. Le film n'est pas sauvé par ses acteurs : Aldo Maccione - je veux dire Joaquin Phoenix - est transparent. Emma Stone excelle lorsqu'elle joue l'indignation vertueuse, mais elle est horripilante quand elle minaude, ce qu'elle fait la plupart du temps. Seule Parker Posey, en nymphomane futée et sentimentale, tire son épingle du jeu. Bref, quand Woody Allen joue à Dostoïevski, ça donne un petit crime, un petit châtiment, et un tout petit film.
    Frederic S
    Frederic S

    Suivre son activité 586 abonnés Lire ses 231 critiques

    3,0
    Toujours un plaisir de retrouver un Woody Allen. Cette impression d'être avec un vieux tonton qui vous a vu grandir et qui vous raconte la sempiternelle même histoire à quelques variations près. Cette fois, c'est un prof de philo (avec tirades existentialistes et citations de philosophes connus à la clé) perdu aux tréfonds de son âme qui va reprendre goût à la vie en commettant le crime parfait. On est en terrain conquis, Woody le sait et il le fait très bien... quitte à se saborder (un peu) dans une dernière partie prévisible à souhait. Emma Stone domine entièrement le film, gommant, pour une fois, un Joaquin Phoenix bien pâle (et c'est rare) et on se prend même à rêver d'une autre fin où elle se serait alliée avec la géniale Parker Posey. Totalement anecdotique (comme 80% de la filmo de Woody ces dernières années), on ne peut pas s'empêcher de passer un bon moment devant "L'Homme Irrationnel". Il est fort, ce Woody, car il nous donne toujours une envie folle d'aller voir son prochain film... et on ira.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 761 abonnés Lire ses 4 985 critiques

    2,0
    Ah, Woody Allen... D'un côté on ne peut nier l'intelligence, le brio d'un artiste toujours capable de nous dessiner des personnages intéressants et subtils, à l'image de celui interprété par un excellent Joaquin Phoenix. De plus, le film se pare ici d'un certain cynisme lui allant plutôt bien, et s'avérant même le moteur d'un scénario assez bien huilé. Mais bon... Le problème, c'est que cet « Homme irrationnel », le réalisateur aurait dû le faire il y a une quinzaine d'années, à moins que cela ne soit déjà fait tant il nous évoque à plusieurs reprises « Match Point ». Cela se regarde sans trop d'ennui (quoique), parfois séduit par l'écriture et la tournure inattendue que pouvait prendre l'intrigue, mais sans jamais le frisson ni le plaisir qu'a pu me procurer l'auteur d' « Annie Hall » et « Manhattan » par le passé, à l'image d'une Emma Stone charmante mais peu marquante. Tout le cinéma du maître new-yorkais est là, sans jamais retrouver l'inspiration ou l'étincelle qui aurait fait à une époque de l' œuvre une nouvelle grande réussite. Heureusement, le dénouement « brutal » faisant la part belle au destin et au « hasard » permet de sortir de la salle un peu moins blasé qu'on aurait pu le craindre, sans pour autant être conquis. « Minuit à Paris » semble déjà loin.
    Nicolas T.
    Nicolas T.

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 24 critiques

    3,0
    Étant fan de Woody Allen...j'ai été très déçu...j'ai eu l'impression d'avoir déjà vu ce film avant...c'est un mélange de plein de films de Woody Allen...une sorte de best of...très bavard beaucoup plus que d'habitude...seul Joachim Phoenix est grandiose comme d'habitude la seule raison de voir le film à mon avis
    Cineseba
    Cineseba

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 258 critiques

    5,0
    "Ouah ! Le film "L'homme irrationnel " est un formidable bras de fer "philosophique entre la Raison qui se heurte aux questions morales et l'excès qui pousse à se dépasser sans réfléchir pour savourer le bonheur à fond ... Ce qui est incroyable dans le film, c'est que Woody Allen parvient à alterner plusieurs situations montrant les personnages décider ce qu'ils vont faire, s'ils vont aller plus loin ou pas pour nous faire réfléchir sur les avantages et les inconvénients de la Raison et de l'Action non réfléchie, il est très habile dans la construction du scénario et la réalisation du film qui ne dure que 1h35 ! Incroyable pour un réalisateur capable de tourner un film avec pleins d'idées philosophiques tous les ans ! Woody Allen n'arrête pas de m'épater ... Le film "L'homme irrationnel" raconte l'histoire d'un professeur de philosophie devenu dépressif après la séparation avec sa femme et la mort de son meilleur ami, qui arrive dans l'université d'une petite ville et qui rencontre les deux femmes, une mariée et une étudiante déjà attirées par lui, ainsi naissent leurs liaisons amoureuses. Pour se sentir meilleur, pour donner le sens de la vie, ce professeur va commettre un acte inimaginable pour se rendre utile auprès d'une personne qu'il ne connait même pas ... Des informations, des rumeurs, des idées concernant ce fameux acte vont se mêler dans la vie des deux femmes qui discutent en rigolant avec leur amant sans savoir que c'est bien lui l'auteur de l'acte ... Plus elles en parlent, plus l'étau se serre autour de lui qui va devoir trouver des idées pour s'en sortir ... Il y a un air du film "Match Point" ... Le scénario est intelligent et très bien ficelé jusqu'à l'apothéose à la fin du film ! Pas de temps mort ! On reste accroché devant le film, on craint vraiment un rebondissement qui bascule la vie des femmes ... comme un coup de feu dans "Match Point ". Joaquin Phoenix, Emma Stone et Parker Posey sont excellents ... Authentiques, ces acteurs dans ce film ! Woody Allen aime faire jouer les comédiens comme on voit dans la vie quotidienne, il semble toujours éviter leurs gestes disons esthétiques ... Vraiment génial, ce film ! J'ai ADORE ! Allez le voir ! "
    Tchi Tcha
    Tchi Tcha

    Suivre son activité 9 abonnés

    2,5
    Une intrigue légère (voire caricaturale) pour un film qui peut être divertissant et décevant.
    vincenzobino
    vincenzobino

    Suivre son activité 83 abonnés Lire ses 207 critiques

    2,5
    Opus 2015 de Woody Allen bien inférieur a ses 2 précédentes sorties. La bande-annonce mentionnant flirt et meurtre sur un campus universitaire avait de quoi rappeler sexcrimes et je m'attendais a un mélange entre scoop et meurtre mystérieux a Manhattan, de belles réussites tous 2. Ici, la mayonnaise a du mal a prendre au début vu une absence totale d'empathie envers Abe, véritable névrosé et bête de sexe qui va s'amouracher avec une collègue et une étudiante, rappelant la trame initiale de Sexcrimes et subitement en surprenant une conversation dans un restaurant, être tenté par une expérience morbide en supprimant un illustre inconnu ne lui ayant directement causé aucun tort. Autant l'idée de départ est tout a fait louable, autant la mayonnaise, sur un plan moral, a du mal a passer: je ne suis pas du tout expert en philosophie mais j'avoue être amère que l'on puisse en arriver la. Et ce qui n'arrange pas la donne, c'est que l'on devine trop vite comment tout cela va se terminer... en dépit d'une chute et d'une moralité finale assez originale malgré tout. Mais on a connu Woody Allen beaucoup plus inspiré et je fus guère convaincu par Phœnix dont le registre peine ici a convaincre. Emma Stone et Parker Posey s'en tirent fort bien... A vous de voir
    Jorik V
    Jorik V

    Suivre son activité 549 abonnés Lire ses 76 critiques

    2,5
    Il semblerait que Woody Allen soit moins inspiré par sa nouvelle muse, en l’occurrence Emma Stone, qu’il ne l’était par Scarlett Johansson il y a dix ans. En effet, cette dernière lui avait inspiré le chef d’œuvre du thriller « Match Point », la comédie romantique inoubliable « Vicky Cristina Barcelona » et le sympathique et ludique « Scoop ». L’an dernier, « Magic in the Moonlight », déjà avec Emma Stone, se révélait être un sympathique jeu de faux-semblants sans pour autant être inoubliable. Aujourd’hui avec « L’homme irrationnel », monsieur Allen semble s’être reposé sur ses lauriers en nous livrant une réflexion sur le sens de la vie mâtinée de thriller guère enthousiasmante. Et surtout, des impressions désagréables de déjà-vu, et en mieux, chez l’auteur. La première partie navigue entre discussions philosophiques et littéraires interminables entre les différents protagonistes et ne nous enchante guère. Lorsque le crime entre en jeu, on est loin des sommets de suspense de « Match Point » justement mais plutôt dans une légèreté distrayante mais guère stimulante et encore moins accrocheuse. Tout cela se suit néanmoins relativement bien et la conclusion reste étonnante et futée. De plus, le contexte de la faculté fictive de Providence donne un petit coup de jeune bienvenu au film. Il aurait en effet pu paraître plus vieilliot et rébarbatif sachant que ce n’est pas une œuvre de la filmographie de Woody Allen qui marquera le renouveau dans sa carrière. Le metteur en scène semble en effet se mettre paisiblement dans ses chaussons sans chercher à surprendre… Au détriment de ses spectateurs. Les réflexions sur le hasard et le destin sont parfois bien vues mais le plus souvent nébuleuses. Heureusement, comme toujours chez Allen, les acteurs qui les ont en bouche sont bons. Il est donc clair que, sans pour autant être déplaisant, la cuvée annuelle du cinéaste binoclard ne figurera pas au panthéon de ses meilleurs œuvres. Trop bavarde et verbeuse, elle risque d’en décevoir plus d’un. Gageons qu’après deux œuvres mineures, sa prochaine réalisation atteigne les sommets de « Blue Jasmine » dernier film mémorable en date du cinéaste. « L’homme irrationnel » sentant un peu trop la naphtaline et le manque d’ambition.
    Sissine Yass'
    Sissine Yass'

    Suivre son activité

    0,5
    Ce film est très ennuyant. Des dialogues lourd mais aucun apport physiologique
    tixou0
    tixou0

    Suivre son activité 268 abonnés Lire ses 1 098 critiques

    2,0
    "Fantaisie" cinématographico-philosophique, où un enseignant "libéral" (c'est-à-dire gauchiste, à la mode américaine), Abe Lucas (Joaquin Phoenix - bedonnant) qui vit mal la crise de la quarantaine, schopenhauerien non assumé, alcoolique et impuissant, trouve la voie de sa libération, intellectuelle, comme générale : l'acte gratuit. Ce qui lui ouvrira le lit de Jill, 25 ans, sa meilleure étudiante (Emma Stone - à nouveau distribuée, après "Magic in the Moonlight"), en suivant celui de la compatissante Rita (Parker Posey), une collègue scientifique, un poil plus âgée que lui. "Hasard et coïncidences"... selon Woody Allen - où sont convoqués (notamment) Dostoïeski, les existentialistes français, Hannah Arendt (pour la "banalité du mal" - justifiant le destin du juge Spangler) et le courant romantique..... Pour l'occasion, WA délaisse à nouveau son cher New-York, pour le fictif "Braylin College", du côté de Providence (RI) - ce qui donne à son propos un cadre "New England" très photogénique (c'est déjà ça..). Pour ma part, je suis à nouveau déçue par l'opus annuel de Allen.... Ceci se répétant d'année en année, depuis (pour moi) son dernier très bon film (en 2012), "To Rome with Love". Cet "Irrational Man" peine à trouver le rythme idoine, tire à la ligne, pour arriver à la durée filmique standard (1 h 35 ici, génériques compris).... Où est la verve allénienne, dans le dialogue, surtout ?.... "Brillant, cynique, intelligent" - comme le proclame l'affiche française, reprenant un commentaire journalistique enthousiaste ("Télérama"..) ? Hélas, non : poussif, à moraline, pseudo-intello.....
    lugini
    lugini

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 158 critiques

    5,0
    Un petit régal. Du vrai Woody Allen. On peut dire qu'on a retrouvé dans les deux derniers films toute la verve dont est capable ce monsieur, avec de l'humour, du suspens, des réflexions philosophiques et un brun de romantisme.
    frederic M.
    frederic M.

    Suivre son activité 2 abonnés

    0,5
    Statique, sans mise en scène et scénario improbable.
    Quentin D.
    Quentin D.

    Suivre son activité

    0,5
    Plat, ennuyeux et prévisible... le plus mauvais Woody Allen depuis des années !! Lent, et sans rythme, le film titube son scénario vers une fin prévisible et mal jouée.
    Medolag
    Medolag

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 14 critiques

    0,5
    Un scenario digne d'Enid Blyton. W Allen filme avec une extrême platitude des stéréotypes de société comme le réalisateur fatigué qu'il est J Pheoenix joue avec une nonchalance forcée, sa midinette est tout droit sortie des feux de l'amour. Ce film est un pensum à fuir, ni second degré, même pas un sourire. Et puis cette musique appuyée comme un leitmotiv qui revient en boucle pour souligner un montage poussif. Comme conseillé dans les dialogues woody prend vite ton viagra pour soigner tes neurones et enrichir tes fantasmes à 2 balles
    Christian R.
    Christian R.

    Suivre son activité

    2,5
    Le dernier Woody Allen (chose rare) m'a déçu. La magie habituelle ne fonctionne pas. Tout semble lourd, caricatural et démonstratif. La réflexion philosophique ne vole pas bien haut et l s acteurs ont font des tonnes.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top