Mon AlloCiné
    L'Homme irrationnel
    note moyenne
    3,6
    4763 notes dont 427 critiques
    4% (17 critiques)
    33% (139 critiques)
    37% (156 critiques)
    18% (76 critiques)
    7% (32 critiques)
    2% (7 critiques)
    Votre avis sur L'Homme irrationnel ?

    427 critiques spectateurs

    Blog Be French
    Blog Be French

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 111 critiques

    3,5
    Publiée le 31 mai 2015
    Après Blue Jasmin et Magic in the Moonlight qui stagnaient dans un classicisme coulant, Woody Allen fait son retour à Cannes avec un film qui s'inscrit plus dans la veine de Match Point ou Scoop. Le réalisateur new-yorkais nous offre une véritable histoire de bouquins policiers, une sorte de polar à l'ancienne, sans tomber dans l'aspect fantasmagorique de ses précédents films. Le schéma narratif se devine rapidement, mais le traitement des différents personnages est tellement bien lié au sujet principal que le spectateur entre obligatoirement dans la trame du film. Ce polar couplé à une histoire d'amour prend forme grâce au duo Emma Stone-Joaquin Phoenix qui introduit à merveille la problématique suivante : un meurtre peut-il s'avérer légitime ? Si la jeunesse et la fougue de Jill abandonne cette question idiote à un domaine chimérique, ce n'est pas le cas de l'irrationnel professeur de philosophie qui tentera de jouer les justiciers masqués pour redonner un sens à sa vie. À travers une réalisation plus travaillée, Woody Allen transporte ses personnages d'un espace idéal à la réalité en un claquement de doigts. On retiendra notamment cette scène de baiser donné dans le palais des glaces d'une fête foraine, où les miroirs déformants côtoient des centaines d'ampoules incandescentes, et qui fait immédiatement revenir Abe du rêve à la réalité par le biais du regret. C'est avec ce genre de séquences qu'on voit que le cinéaste en a encore sous le pied ! Les quelques défauts se trouvent plus dans l'écriture… En effet, on regrettera un fin un peu abrupte, presque risible, et pas du tout conforme à ce que semble transmettre l'ensemble du film. Quand au personnage de la seconde amante, le rôle semble avoir été mis un peu de côté et en devient presque énervant sur la longueur. Globalement, le nouveau film de Woody Allen est plutôt une réussite. Alors certes, cela n'égalera jamais les chefs d'oeuvre de ce grand réalisateur, mais Irrational Man a quand même quelque chose de particulier, comme si une sorte de poésie semblait s'extirper de la rudesse générale de son sujet. Pas du grand Allen, mais un divertissement correct… Retrouvez cette critique et bien d'autres sur Be French !
    Bulles de Culture
    Bulles de Culture

    Suivre son activité 100 abonnés Lire ses 223 critiques

    4,0
    Publiée le 25 mai 2015
    Très proche de Crimes et délits, on est comme toujours avec Woody dans une réflexion approfondie sur les raisons de l'existence. Cependant, on est ici dans un basculement jouissif de sa filmographie, là où le côté sombre et ironique prend enfin la pas sur son côté humaniste et propret. L'ivresse, la transgression, il y a du piquant dans ce film réunissant deux acteurs captivant, Emma Stone et Joaquim Phoenix, les nouveaux Scarlett Johansson et Jonathan Rhys Meyers.
    shindu77
    shindu77

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 441 critiques

    3,5
    Publiée le 27 janvier 2016
    C'était un bon Woody Allen dans son ensemble. Un duo d'acteurs très intéressants, un scénario, une mise en scène efficace et des moments drôles et cyniques font passer un bon moment.
    tony-76
    tony-76

    Suivre son activité 683 abonnés Lire ses 611 critiques

    4,5
    Publiée le 9 novembre 2015
    « Bon alors de quoi s'agit-il ici ? De moral ? De choix ? D'esthétique ? Des aléas de la vie ? » Telle est la réplique d'Abe Lucas, professeur de philosophie alcoolique et dépressif... On reconnait bien la patte de Woody Allen à savoir ces dialogues exquis et raffinés, son atmosphère glauque, son humour noir et cynique et son casting merveilleux. Le cinéaste explore le hasard de la vie avec une transposition moderne, satirique du genre littéraire « Le romantisme noir ». Le dénouement est précédé du début à la fin, spoiler: de pensées tordues et troublantes à la fois drôles et inquiétantes, spoiler: exprimées en voix off par les personnages tirés d'un univers esthétique. Le protagoniste, Joaquin Phoenix incarne un professeur de philosophie en pleine crise existentielle qui repousse à la fois les avances d'une collègue de travail (Parker Posey) que d'une jolie étudiante (Emma Stone). Il multiplie les références comme Simone de Beauvoir, Kant, Dostoïevski... Et approuve que la philosophie est de « la masturbation verbale ». Le personnage est tellement fascinant, intelligent et complexe ! Emma Stone est lumineuse, la nouvelle muse de W. Allen s'avère tout à fait à l'aise, et investi dans son rôle d'étudiante. Ce tandem fonctionne à merveille. D'une noirceur succulente, l'atmosphère est réussie avec une musique omniprésente mais fabuleuse. Le suspens est présent avec une mise en scène élégante. Des plans magnifiquement cadrés. Une réalisation séduisante, donc ! Et puis, la chute... Imprévisible, jubilatoire en tout point !! Elle est particulièrement pétillante, spoiler: rappelant celui de Match Point. En conclusion, Irrationnal Man est un polar philosophique brillant. Un petit bijoux, une vraie perle auquel on prend plaisir à suivre cette intrigue noire hautement ficelée. C'est un très bon cru signé Allen. Un talent fou ce Woody !
    Quentin E. V.
    Quentin E. V.

    Suivre son activité 90 abonnés Lire ses 83 critiques

    3,0
    Publiée le 21 janvier 2016
    Tout au long du film, il y a deux points qui n'ont cessé de me tarauder. Le premier est le hasard, comme par hasard la fille qui est proche du tueur ne cesse de recueillir une à une toutes les informations et révélations qui permettent de savoir ce qu'il a fait. Est-ce un effet voulu par woody Allen que le hasard soit omniprésent, en faisant la corrélation entre la roulette russe et le hasard ? Comme il l'avait fait avec la balle au filet de tennis et la bague au bord du fleuve dans Match Point, force est de constater que cela fait beaucoup de coïncidence... Le Second point est évoqué dans le premier, on pense trop à Match point dans ce film, sauf que l'on préférait amplement l'aspect immoral du film avec rhys-meyers et Johansson plutôt que l'homme irrationnel où la fin est justement trop moral... Le côté philosophie ne sers à rien dans ce film, car on ne comprend pas les théories qu'ils avancent... Joaquin phoenix est bon, très bon, mais ce sera certainement la seule chose que je retiendrai ici.
    Le film d'Ariane
    Le film d'Ariane

    Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 4 critiques

    3,5
    Publiée le 20 octobre 2015
    Je n'avais pas aimé "Minuit à Paris" ni "Scoop" mais j'avais pris un plaisir fou à "Blue Jasmine" et adoré "Match Point" auquel son dernier film me fait penser, avec ce mélange bien dosé de cynisme et d'humour noir drapé de réflexions comiques et philosophiques. Abe Lucas est d'ailleurs un prof de philo à la dérive qui vient enseigner sur un campus de province. Précédé d'une réputation sulfureuse, suscitant crainte et admiration de la part du corps professoral et des étudiants, il promène son mal être et son désespoir dans les couloirs de l'université. Son alcoolisme et sa misanthropie séduisent néanmoins une collègue dont le mariage bat de l'aile puis une élève brillante qu'il commence par repousser avant d'en tomber amoureux. Il faut dire que Joachim Phoenix prête son charisme et son sex-appeal à cet enseignant fatigué. Sobre (au sens propre du terme évidemment), intense et touchant, il est formidable, tout comme Emma Stone, délicieuse et virevoltante. Ils forment un couple atypique et crédible qu'on voudrait voir s'aimer pour toujours. Mais le hasard, bien sûr, va compliquer les choses… car à la faveur d'une conversation à laquelle ils n'auraient jamais dû assister, Abe retrouve un sens à sa vie. Et c'est là que le film bascule vers une direction assez inattendue. L'immoralité la plus totale, les pensées les plus folles, un projet insensé et sinistre, redonnent à un scénario plutôt ronronnant, le twist farfelu qui lui manquait. Avouez que l'apologie du crime comme remède au vide existentiel ne manque pas de sel. Les dialogues font mouche et même si le film souffre, à mon avis, de 10 minutes un peu longuettes dans la dernière demi-heure, la fin, pour le moins cocasse, est réjouissante. Woody n'a pas perdu la main et sur cet opus aux tons chauds (le grand Darius Khondji à la photo), plane, comme souvent, un voile pudique de tristesse et de mélancolie. Photo de Le film d'Ariane.
    Alexis C.
    Alexis C.

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 10 critiques

    3,5
    Publiée le 27 octobre 2015
    Un homme irrationnel n'est pas une grade cuvée, Woody Allen nous sortant un film tout les ans et ne peut pas surprendre à chaque fois. Sans être transcendant il n'en reste pas moins intéressant. L'on peu lui remarquer en plus d'une histoire assez sympathique un bon casting, avec notamment Joachim Phoenix qui donne ici une performance marquante, alors que hélas Emma Stone bien qu'elle soit présente tout le film semble effacé par Joachim Phoenix. Un film dont il ne faut pas trop chercher à en savoir, et qu'il ne marquera pas plus que ça les esprits en comparaison avec d'autres Woody Allen.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top