Mon AlloCiné
    L'Homme irrationnel
    note moyenne
    3,6
    4763 notes dont 427 critiques
    4% (17 critiques)
    33% (139 critiques)
    37% (156 critiques)
    18% (76 critiques)
    7% (32 critiques)
    2% (7 critiques)
    Votre avis sur L'Homme irrationnel ?

    427 critiques spectateurs

    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 27 janvier 2016
    Après l'excellent Magic in the moonlight, cela faisait longtemps (depuis Scoop / Matchpoint ?) que le réalisateur new-yorkais préféré des Parisiens n'avait eu autant d'inspiration sur deux films consécutifs. Tout est parfait ici : les acteurs, la musique (merveilleuse), le rythme... L'admiration de Woody Allen pour Dostoïevski n'est un mystère pour personne, encore une fois la preuve ici, la trame rappelant un peu celle de Crime et châtiment, sans compter Nietzsche qui n'est également pas très loin. Placé sous le patronage de ces deux monstres de la pensée sombre et torturée, le film est naturellement pessimiste, philosophiquement très tranché ( = Kant, c'est mignon, sauf que ça ne tient pas dans la vraie vie), mais c'est également un remarquable thriller haletant dans sa seconde partie, sans oublier de purs moments de comédie (dialogues au sommet). Le mélange des genres pourrait être indigeste, il se révèle miraculeux et d'une incroyable harmonie. Woody Allen enfonce le clou après Magic in the moonlight, avec un héros encore plus sombre, plus désespéré, complètement nietzschéen (donc dangereux pour son entourage) et une Emma Stone plus pétillante que jamais.
    LeMagduCiné
    LeMagduCiné

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 24 critiques

    4,0
    Publiée le 26 janvier 2016
    Romantisme, « masturbation verbale », légèreté et métaphysique… La synthèse parfaite du cinéma allenien? Présenté hors compétition au dernier festival de Cannes, L’Homme Irrationnel est le cru 2015 du toujours prolifique Woody Allen (son 47ème film en un demi-siècle). Sa seconde collaboration, après le décevant Magic Moonlight de l’an dernier, avec l’actrice Emma Stone fait déjà d’elle sa « nouvelle muse », la dernière en date étant Scarlett Johanson avec qui il a tourné trois films entre 2005 et 2010 (loin de la dizaine de films faits autrefois avec Diane Keaton et Mia Farrow). C’est en revanche la première fois qu’il dirige Joaquin Phoenix, qui réussit à si bien faire transparaitre l’intériorité tumultueuse de son personnage qu’il ne serait pas étonnant de voir Woody Allen refaire de lui son alter-égo diégétique (est-ce d’ailleurs pour cela que cet adepte de la « méthode » de l’actor’s studio a pris tant de bide ?). Davantage qu’envers les interprètes, Woody fait preuve de fidélité envers son chef opérateur, Darius Khondji, qui a déjà signé l’image lumineuse de cinq de ses films (pour l’anecdote, Khondji et Phoenix s’étaient rencontrés sur le plateau de The Immigrant, le dernier film de James Gray). C’est donc épaulé par une belle équipe que le réalisateur va tenter de s’éloigner de la tonalité de comédie romantique qui caractérisait ses précédentes réalisations pour revenir vers un thriller, un genre qu’il n’a toutefois jamais réussi à aborder sans une certaine approche comique. En effet, la trame de cette histoire d’amour renvoie tout autant aux œuvres d’Alfred Hitchcock qu’à celles de Douglas Sirk ou Billy Wilder, autant de classiques incontournables du cinéma américain dont Allen s’est fait le digne héritier, mais -et c’est là tout son génie- auxquels il mêle une intrigue criminelle d’une noirceur digne d’un David Fincher ou un Denis Villeneuve, et surtout cette petite pointe toute personnelle qui donne à la légèreté de ses dialogues une certaine résonance philosophique.
    Delwinn
    Delwinn

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 107 critiques

    1,0
    Publiée le 26 janvier 2016
    Je sais parfaitement que le personnage principal n’était pas censé être très sympathique, mais je l’ai trouvé particulièrement désagréable de bout en bout (et sa théorie fumeuse, depuis le début, d’où mon manque de considération pour le personnage d’Emma Stone également), ce qui m’a empêchée d’accorder beaucoup d’intérêt à ce film. J’ai de ce point de vue encore préféré les aspects plus « thriller » de la deuxième moitié, plus dynamique, à la relation interdite d’une élève avec son professeur (ce qui, d’après le pitch, était quand même censé être le cœur du film). En somme, malgré un regain de rythme dans la dernière demi-heure, ce Woody Allen m’a globalement désintéressée et laissée de marbre ; je suis loin d’avoir vu tous ses films, mais je peux dire avec certitude que celui-ci n’est vraiment pas le meilleur de sa filmographie.
    ForestEnt
    ForestEnt

    Suivre son activité Lire ses 91 critiques

    2,0
    Publiée le 25 janvier 2016
    C'est très bien joué, monté et filmé et tout mais ça ne sauve pas le scénario qui est beaucoup trop abstrait et dans lequel on ne rentre pas un seul instant.
    JimmyGlass
    JimmyGlass

    Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 24 janvier 2016
    "L'homme irrationnel" est un film divertissant mais qui ne marquera pas les esprits. Oscillant entre plusieurs genres (la comédie, la romance ou le film policier), le film n'arrive pas à surprendre réellement ou à fasciner, même si certaines scènes sont évidemment très réussies. Et c'est aussi un des problèmes du film, il est trop inégal: la première partie est très réussie puis, progressivement, l'ensemble devient plus bancal. La mise en scène est bonne, classique mais peu audacieuse, trop académique, au point qu'elle passe plutôt inaperçue. L'histoire, peu originale également, fait très vite penser à un autre film de Woody Allen, qui était autrement plus réussi, Match Point. La pirouette finale, plutôt amusante en soi, est assez mal exploitée, que ce soit dans la réalisation de la scène ou dans le jeu des acteurs et la fin paraît du coup un peu rapide, limite bâclée. L'humour fonctionne moyennement tout au long du film et il pourra même vous paraître un peu long. La musique ne m'a pas marqué mais elle passe plutôt bien (même si une chanson en particulier est utilisé un nombre incalculable de fois). On en vient à Woody Allen en lui même ; je n'ai rien contre ce réalisateur mais je le trouve un peu surestimé, surtout que beaucoup de ses films ne me paraissent pas follement intéressants. C'est aussi un problème de goût personnel, je suis juste difficilement excité a l'idée de voir un film de Woody Allen en général, même si ses films ne sont pas mauvais (de ce que j'ai vu en tout cas) et il faut absolument que je rattrape Blue Jasmine par exemple. Bref, je tiens quand même à dire que je n'ai pas détester le film du tout et que j'ai même plutôt apprécié, même si c'est un film plutôt anodin. Je finirais par les points (très) positifs du film: tout d'abord le très bon éclairage du film, qui lui rajoute un charme certain. Et puis le casting ! Joaquin Phoenix, toujours à la limite du surjeu, est excellent ici et prouve qu'il a vraiment un très bon jeu d'acteur qui lui permet d'incarner des personnages très différents. Quant à Emma Stone, elle est aussi proche de l'excès mais c'est voulu, c'est dû au caractère de son personnage; sa performance prouve donc que cette actrice est vraiment l'une des plus douées de sa génération et elle apporte un charme et une fraîcheur à chacun des personnages qu'elle incarne (même si j'adorerais la voir dans des rôles plus différents de ceux qu'elle joue d'habitude, elle devrait peut-être faire un tour chez Winding Refn ou Scorsese). Donc voilà, c'était mon avis sur "L'homme irrationnel", c'est un bon film qui m'a un peu laisser sur ma faim mais qui est loin d'être honteux et il plaira assurément aux fans de Woody Allen.
    Olivier J.
    Olivier J.

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 23 janvier 2016
    J'ai beaucoup aimé ce dernier Woody Allen. On oscille entre polar, comédie, histoire d'amour, fable existentialiste, avec ce cynisme et l'impertinence propre au réalisateur. Phoenix est comme à l'habitude génial, et les personnages féminins sont à mon avis extrêmement bien travaillés et interprétés. Elégant, intelligent, j'ai pris beaucoup de plaisir à voir ce film.
    Dixit-Movie
    Dixit-Movie

    Suivre son activité 1 abonné

    4,0
    Publiée le 22 janvier 2016
    Autant vous dire direct que j'attendais impatiemment ce film ! Je suis un énorme fan de Joaquin Phoenix et d' Emma Stone, ce sont deux acteurs que je trouve extremement talentueux alors l'idée de les avoir ensemble ... Ils sont ici dirigés par Woody Allen, je respecte ce réalisateur sans etre un fanatique.. Quoiqu'il en soit j'ai enfin vu le film malgré le boycott de pas mal de salles de cinéma. On retrouve bien la présence du réalisateur avec des personnages très profonds, mysterieux, intelligents, complexes etc.. Le film par sur le vieux cliché de la jeune et belle étudiante qui tombe amoureuse de son prof mais que cette idée soit importante dans le déroulement du film ce n'est pas le plus important. En effet ce qui vient perturber la vie de Abe ( J. Phoenix ) va l'amener à faire choix - plus ou moins mauvais selon les points de vue - et ce qui est intéressant ce ne sont pas les choix qu'il fait en eux memes, mais les impacts qu'ils ont sur la vie du protagoniste ou encore, la façon dont il les justifie. On suit donc " deux histoires " ; l'amour entre une étudiante et sont professeur et les choix et l'evolution du personnage principal. Le tout est très drole et les acteurs sont impressionnants, de son coté Joaquin Phoenix rend son personnage mysterieux, inaccessible et captivant et Emma Stone nous donne l'impression d'être le personnage, elle nous donne un réalisme assez incroyable grâce à son excellent jeux ( comme d'habitude d'ailleurs .. ). On a donc un bon Woody Allen avec deux acteurs dont le génie se rapproche de celui de la personne qui écrit cet article, le tout nous donne un film très intéressant et nous apporte plein de réflexions. A voir !
    Gautier G
    Gautier G

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 86 critiques

    1,0
    Publiée le 22 janvier 2016
    Woody Allen a clairement perdu sa recette magique pour faire des films brillants. Voilà maintenant plus de 5 ans qu'il nous livre des films plats, des personnages sans reliefs et surtout des dialogues d'un ennui extrême. Irrational man ne déroge pas à la règle, c'est long, pas intéressant, Woody Allen essaie de nous faire passer des messages pseudos philosophiques qui ne raviront que les pseudos cinéphile du dimanche. Qu'il est loin le temps du brillant, de l'humour et de la magie avec Match Point ou Whatever works. CInéma aseptisé sans intérêt, quelle déception!
    Michel P.
    Michel P.

    Suivre son activité 4 abonnés

    3,5
    Publiée le 22 janvier 2016
    Comme chaque année, le nouveau millesime est arrivé. Après le somptueux Magic in the Moonlight, Woody Allen s'intéresse encore à l'habituelle propension de l'homme à donner des leçons à ses congénères, sans appliquer pourtant les préceptes énoncés. Lorsqu'un nouveau professeur de philosophe (Joaquim Phoenix) arrive sur le campus, sa réputation d'alcoolique et de séducteur le précède. Une jeune et jolie étudiante (Emma Stone) va tomber sous le charme. La vie des deux personnages va changer de cours lorsqu'un événement fortuit et anodin survient. Lui, va retrouver son envie de vivre et mettre en accord ces dires avec ses actes, alors qu'elle devient suspicieuse à son égard. "La philosophie est une masturbation de l'esprit". Plus que l'espoir, l'action est à privilégier, et va prendre la forme d'un crime parfait, apparement justifié par la morale. Sartre ne disait-il pas que "l'enfer, c'est les autres"? L'interprétation de ce petit monde tourmenté est servie par des acteurs admirables. Un début un peu long, mais le génie tient dans la résolution du mystère à rebours. Pas le meilleur Allen, mais tout s'imbrique de façon élémentaire jusqu'à la fin. Bravo!
    emmanuel b.
    emmanuel b.

    Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 22 janvier 2016
    Du très bon Woody Allen. C'est fou comment il peut rendre simple la philosophie. La morale et l'éthique de responsabilité sont très bien illustrés et montrent que cette première est une notion changeante qui se modifie au gré des événements.
    7eme critique
    7eme critique

    Suivre son activité 123 abonnés Lire ses 1 073 critiques

    4,5
    Publiée le 22 janvier 2016
    "L'homme irrationnel" ou quand Woody Allen offre un premier rôle au génie Joaquin Phoenix sous un scénario à l'écriture divine ! Inutile de constater que le cinéaste Woody Allen a pu décevoir de nombreux admirateurs ces derniers temps, mais ça c'était avant. En effet, et pour notre plus grand plaisir, Woody Allen revient en force avec ce long-métrage, qui viendra rapidement côtoyer l'immense "Match point". Woody Allen livre une histoire réellement passionnante, tant l'écriture est soignée, et tant son acteur principal rayonne de talent. Intelligent et maîtrisé de A à Z, voici un des meilleurs Allen, à voir de toute urgence.
    Louise S.
    Louise S.

    Suivre son activité 32 abonnés Lire sa critique

    3,0
    Publiée le 22 janvier 2016
    Un woody Allen pas très surprenant. le début est entraînant j'ai aime l'histoire à deux voix de narrations. Par contre, je ne suis pas pour les musiques de fond qui baissent le rythme du film et le rendent long.
    defleppard
    defleppard

    Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 1 734 critiques

    3,0
    Publiée le 22 janvier 2016
    Un bon cru, ce Woody Allen ci. Des situations qui s'enchaînent. On passe un bon moment. 3 étoiles........!!!!!!!!!!!!
    FenêtreSurÉcran
    FenêtreSurÉcran

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 333 critiques

    4,0
    Publiée le 21 janvier 2016
    Woody Allen décide cette fois de mélanger les genres, jonglant ainsi de manière subtile entre comédie et thriller macabre. Le film comporte néanmoins des défauts, mais ses atouts en font heureusement un bon divertissement. La réalisation de Woody Allen est véritablement pleine d’intérêt et heureusement, un petit charme s’opère très vite. On apprécie également les décors du film, bien travaillés. Joaquin Phoenix et Emma Stone sont convaincants, Parker Posey est superbe. Le scénario jongle subtilement entre les genre et ses rebondissements, virages permettent de maintenir de l’intérêt pour le spectateur. L’écriture rend ses personnages intéressants, tous, de la jeune étudiante au professeur de philosophie à la dérive, dépressif, faussement romantique, et qui essaie de trouver un moteur qui donnerait un sens à son existence. On apprécie également l’enquête décalée Mais, la négligence de certains points cruciaux tirent le film vers le bas. Tout d’abord, les personnages ont finalement peu de relief, de profondeur et le triangle amoureux posé se révèle basique. L’issue n’est pas aussi intéressante que l’on aurait voulu et les enjeux faibles, le seul intérêt du récit qui le rend moins linéaire est si le personnage ira jusqu’au bout de son idée ou non. Enfin, la fin est totalement négligée. En somme, "L’homme irrationnel" est un film sans risques qui aurait pu être meilleur, mais heureusement, plusieurs atouts le rendent assez divertissant, rompent quelque peu la linéarité du récit et essaient de rendre les personnages plus intéressants.
    mat niro
    mat niro

    Suivre son activité 37 abonnés Lire sa critique

    3,0
    Publiée le 21 janvier 2016
    Un professeur de philosophie (Joachim Phoenix) en pleine dépression et suicidaire s'éprend de l'une de ses élèves et à travers un crime reprend goût à la vie. Pour son 47ème film, Woody Allen fait ce qu'il sait le mieux faire : jouer avec le spectateur sur le thème du bien et du mal avec sa patte humoristique. La première partie est plutôt réussie avec un Joachim Phoenix très crédible et une Emma Stone sous sa coupe jusqu'à l'assassinat du juge. La suite est plus rébarbative. spoiler: Reste la fin, plus qu'inattendue.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top