Notez des films
Mon AlloCiné
    Ma vie avec John F. Donovan
    note moyenne
    3,7
    2889 notes dont 269 critiques
    répartition des 269 critiques par note
    51 critiques
    80 critiques
    54 critiques
    53 critiques
    19 critiques
    12 critiques
    Votre avis sur Ma vie avec John F. Donovan ?

    269 critiques spectateurs

    Shawn777
    Shawn777

    Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 1 684 critiques

    4,0
    Publiée le 14 mars 2019
    Malgré des critiques dans l'ensemble assez négatives ou en tout cas moyennes, je fais partie des spectateurs qui ont beaucoup aimé ce film ! Dernier film en date de Xavier Dolan que j'attendais avec impatience depuis l'annonce de sa sortie et je dois dire que je n'en suis pas déçu ! Je dois avouer de toute façon que j'aime toute la filmographie de Dolan avec certes des préférences et même si ce film n'est pas à la hauteur de "Laurence Anyways" par exemple (il a placé la barre tellement haute avec celui-ci que c'est difficile de faire mieux), il reste quand même à mon goût très bon et assez recherché. C'est donc l'histoire ici d'un homme qui raconte, dans une interview, sa correspondance avec l'acteur John Donovan. Bon vous vous en doutez, le scénario est beaucoup plus fournis que cela. Nous retrouvons d'ailleurs des thèmes très récurrents du réalisateur, notamment le rapport mère/fils qui est d'autant plus mis en avant ici car il y en a deux et ils sont pour autant très différents l'un de l'autre. Même si c'est un thème déjà abordé dans chacun de ses films (avec plus ou moins d'importance), on ne ressent pourtant pas une impression de déjà vu car la façon dont c'est traité n'est pas du tout la même. En plus ici, nous avons une critique assez acerbe du monde du cinéma qui peut laisser parfois froid dans le dos. La narration peut faire penser à celle de "Laurence Anyways" car nous suivons l'histoire par flashbacks, entre coupés par les scènes de l'interview mais pourtant, encore une fois, nous n'avons aucunement une impression de déjà et ce genre de narration ne casse pas du tout le rythme mais apporte, au contraire, des éléments très intéressants sur les personnages. On retrouve un autre thème très récurrent du réalisateur qui est celui de l'homosexualité mais qui est mis ici dans un contexte à la fois scolaire pour un personnage et dans le monde du cinéma pour l'autre, ce qui peut faire des parallèles très intéressants. Nous notons également que c'est la première fois que Dolan tourne un film en anglais et pourtant, il ne tombe pas dans le piège de tomber dans quelque chose de plus classique. Nous retrouvons au contraire très bien son style de mise en scène, encore une fois très bon, et sa patte, très marquée. Nous avons également toujours une très bonne B.O. qui vient rythmée le tout. En ce qui concerne les acteurs, nous avons, entre autres, Nathalie Portman, Kit Harington, Jacob Tremblay, Susan Sarandon, Kathy Bates etc. qui jouent tous franchement très bien ! "Ma vie avec John F. Donovan" est donc, en ce qui me concerne, sans surprises, un très bon film !
    David82
    David82

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 13 critiques

    5,0
    Publiée le 13 mars 2019
    Encore une fois Xavier Dolan me bouleverse avec ce film unique et d’une beauté intense qui va rester longtemps gravé dans ma mémoire et dans mon cœur.
    dominique P.
    dominique P.

    Suivre son activité 557 abonnés Lire ses 2 027 critiques

    5,0
    Publiée le 14 mars 2019
    Voilà du cinéma d'une grande humanité et d'une grande intelligence. Je suis vraiment séduite par cette histoire très touchante, émouvante et humaine. Pour moi c'est le meilleur film qu'a fait ce réalisateur. On sent la qualité de la réalisation et de l'interprétation. J'ai été emballée non seulement par cette histoire très bouleversante mais aussi par l'ambiance générale qui diffuse une atmosphère à la fois classique et mélancolique. C'est une très bonne surprise pour moi, un vrai petit bijou d'émotions.
    Zeu d'Homme
    Zeu d'Homme

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 23 critiques

    2,0
    Publiée le 13 mars 2019
    J’ai assisté ce soir (28/02/2019) à l’avant première au mk2 bibliothèque en présence de Xavier Dolan et de deux acteurs : Kit Harrington et Susan Sarandon. Ce long métrage est pour moi un naufrage quasi total et un douloureux désastre. Ou est passé l'authenticité, le réalisme et la véracité des situations que Xavier Nolan sait si bien mettre en scéne ? ici, presque tout semble factice, artificiel voir ampulé ! Dans la bande annonce, on entend “personne ne comprendra notre amitié ». Et c’est malheureusement tout le problème du film, on y croit effectivement pas du tout ! Le thème principal du lien et de l’adulation d’un enfant pour une star et de l’amitié de cette star pour cet enfant est inconsistant et totalement improbable; le film repose sur cette idée qui ne parvient pas à prendre corps. La correspondance et les liens qui unissent ces deux personnages sont à peine abordés et bien difficilement crédibles, à tel point que j’ai cru quasi jusqu’à la fin à un retournement de situation révélant que toute cette correspondance n’était qu’un phantasmes de Rupert (ou de John F). Seule la scène de la lecture par Natalie Portman du courrier final de John F à son fils Rupert est réussie et poignante. Il y a bcp de scènes maladroites, clichés et même parfois assez embarrassantes qui sonnent faux (doublés de ralentis lourdauds). Les deux personnages principaux ne suscitent que peu d’émotion. Le personnage de Rupert est même assez horripilant; les relations parfois simplettes entre les personnages avec des moments censés être forts sont loupés (la scène trop appuyée de réconciliation entre le personnage de Natalie Portman et son fils Rupert), des thématiques nombreuses mais aucune vraiment aboutie ou manquant cruellement de maturité et de réelle profondeur (theme de la célébrité et d’’être tout à coup adulé, le rôle des idoles pour les fans, le fait de vivre pleinement sa vie et de ne pas s’oublier, l’homesexualite et l’homophobie extérieure / le fait d’assumer sa nature et qui l’on est, le rôle des parents et en particulier la relation mère fils...). Prises individuellement, il y a pourtant des scènes intéressantes mais l’ensemble manque de sincérité et de consistence, il y a des situations traitées de façon déconcertante de maladresse (la bagarre de John F avec un technicien / scène d’acouphènes à laquelle on ne croit pas un instant). Le casting est extraordinaire avec des acteurs pourtant plein de talent mais ils sont ici très mal exploités (Kit Harington surtout, assez monolithique dans le registre du personnage dépressif à côté de sa vie avec un air quasi perpétuel de chien battu). Il y a des personnages inutiles (la journaliste jouée par la pourtant sublime Tandy Newton), des personnages plaqués pour apporter une morale peu subtile (le personnage âgé qui apparaît à la fin dans le bar et qui parle à John F) et à l’inverse des personnages géniaux que l’on regrette ne pas être davantage présents (l’agent interprèté par la geniale Kathy Bates, le frère de John F qui lui sert de confident / support familial). Le film sombre souvent dans le psychodrame et le melo mal maîtrisé cherchant sa voie au fur et à mesure que le film avance avec des scenes finalement ennuyeuses qui ne suscitent pas d’émotion (John F qui veut renouer avec son boyfriend joué par Chris Zylka). Le manque de dramaturgie empêche de vraiment s’intéresser au sort des personnages qui ne suscitent pas de vrai intérêt ou d’empathie,. Meme les musiques ultra populaires desservent le propos car trop appuyées. Pour moi quasi rien ne fonctionne dans ce film qui est un errement narratif dans son propos et dans son fond, voulant parler de tout mais ne réussissant pas grand chose. Seule la forme est parfaitement maîtrisée: photo, lumière et cadrage sont excellents. Franchement j’adore Xavier Dolan ainsi que tous les actrices et acteurs qui jouent dans ce film, c’est donc pour moi totalement incompréhensible que ce soit si raté. Pour cette avant première, les quelques applaudissements timides en fin de séance d’une salle normalement acquise à Xavier Dolan sont malheureusement symptomatiques de l’échec à venir de ce film. J’espère juste que Dolan s’en remettra vite et retrouvera tout son talent pour son prochain long métragea
    amyrocks88
    amyrocks88

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 4 critiques

    0,5
    Publiée le 4 mars 2019
    Vu a TIFF. Adoratrice de Xavier Dolan... je dois admettre que ce film est raté. L'idée était bonne, le casting magistral. La musique est magnifique comme à son habitude, mais le scénario se pert entre les flashbacks et l'interview au présent ( cette dernière semble complètement fausse). Très clairement ce film est sorti et à été distribué grace au super travail des PR, de la production qui ont crée une attente sans précédent ( bon j'exagère un peu) et avec un casting tel, et la notoriété de Dolan, il était facile à vendre. Ne courrez pas le voir, vous serez deçu.
    tisma
    tisma

    Suivre son activité 62 abonnés Lire ses 795 critiques

    3,5
    Publiée le 9 avril 2019
    Un Dolan a l'etat pur, une histoire boulversante intriguante mais prenante ! Le jeu d'acteur est tellement impressionant qu'il merite plus d'etre vu en VOSTFR. Malgré quelques scenes un peu longue, et un manque de dynamisme attendu, on est emporté par le film grace à sa tension émotionnelle et a sa bande originale ! Au final, c'est un long mais beau message que nous transmet ici le realisateur.
    cityyofstars
    cityyofstars

    Suivre son activité Lire ses 8 critiques

    4,5
    Publiée le 13 mars 2019
    Génial. Un film assez fort en émotion qui se révèle être différent des autres de Dolan. La réalisation est incroyable et toujours dans un but d'émouvoir le public, ce qui marche. Des acteurs au top, même si je reste un peu perplexe sur la prestation de Nathalie Portman. Cependant, je ne comprends pas trop les critiques négatives. J'espère le voir remporter des prix cette année. 4/5.
    Stéphane C
    Stéphane C

    Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 387 critiques

    5,0
    Publiée le 16 mars 2019
    Un film poignant qui fait converger ses deux protagonistes (l'un étouffé par la gloire, l'autre vivant celle-ci par procuration) vers la vérité. En plus d'être profondément critique sur l'archétype du cinéma hollywoodien, X. Dolan, sert (presque de manière obsessionnelle) des thématiques qui lui sont propres : la maturité précoce, les rapports mère/fils souffrant de l'incommunicabilité, la difficile acceptation de soi. Dire que la direction d'acteurs est remarquable est peu dire, les mères : Susan Sarandon et Nathalie Portman sont bouleversantes tout comme leurs fils... 🎬🎬🎬🎬
    Dandure
    Dandure

    Suivre son activité 116 abonnés Lire ses 163 critiques

    2,0
    Publiée le 14 mars 2019
    Attention, cet avis contient des spoilers tels que : spoiler: le bœuf bourguignon, un truc de beaufs ? 2 étoiles, le prix de la déception. La bande-annonce semblait promettre...euh...je ne sais pas trop en fait. Mais Dolan nous avait habitué à des contrastes saisissants entre comédie et tragédie, des équilibres fragiles autour de la mélancolie, de brillantes mises en scène poétiques, des couleurs acidulées, une pétillance de dialogues, à des personnages un peu barrés magistralement cadrés. "Ma vie avec..." serait-il le film "de la maturité"? Quand on cesse d'être un enfant, le cinéma n'est plus un jeu. Ici, la mise en scène et les relations entre personnages sont très figées. Il y a en fait 3 histoires, 3 tunnels tous traités de la même façon avec plus ou moins d'inspiration. Peut-être l'autobiographie impose-t-elle sournoisement le manque de recul. Peut-être tourner en langue américaine oblige-t-il à la retenue. Finis les effets visuels, fanées les couleurs, les plus beaux plans sont aériens comme dans une série TV. Plus embêtant, les films de Dolan étaient des démonstrations. Il montrait plutôt que de dire. Ici, le prétexte politique du film est verbalisé : les questions d'identités sexuelles ou de solitudes des célébrités dans les sociétés occidentales seraient du même ordre que les persécutions meurtrières des minorités dans certains pays d'Afrique ou du Moyen-Orient. Etre pourchassé par une meute de journalistes people ou par des milices armées serait semblable ? Xavier, ta pyramide de Maslow est à revoir. Je crois qu'on ne vit pas sur la même planète. Heureusement, on en découvre plein au cinéma.
    LeMagduCiné
    LeMagduCiné

    Suivre son activité 50 abonnés Lire ses 626 critiques

    4,0
    Publiée le 7 mars 2019
    Alors qu’il est déjà en train de tourner son prochain film Matt & Max, huitième en date, le prodige québécois livre enfin Ma Vie avec John F. Donovan, après une longue attente et quelques péripéties. Le film n’est pas franchement à la hauteur de Laurence Anyways ou du très beau Mommy mais pourtant, l’émotion qui se dégage de ce dernier film, dont la dimension presque autobiographique fascine, est d’une grande puissance. Critique à lire en intégralité sur Le MagduCiné. Gwennaëlle Masle
    Greg A.
    Greg A.

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 456 critiques

    3,5
    Publiée le 13 mars 2019
    Avec un beau travail de réalisation très appliqué et maîtrisé , un superbe casting dont on retiendra entre autre les très belles performances de Kit Harington et Jacob Tremblay , ainsi qu'une bande son variée accompagnant certaines scènes clefs du film de fort belle manière ; on suit cette étonnante et intime correspondance entre deux êtres que tout oppose mais qu'au final tout rassemble , ainsi que de son impact affiché lors d'une conclusion réussi , délivrant un jolie message d'humanité et d'espoir . Un drame mettant en scène deux individus liés par le combat et la peur qu’ils mènent afin de se faire acceptés tels qu’ils sont vraiment . Ma note : 7/10
    Fêtons le cinéma
    Fêtons le cinéma

    Suivre son activité 131 abonnés Lire ses 1 097 critiques

    4,5
    Publiée le 19 octobre 2019
    Il est des réceptions critiques qui, par un consortium tacite, décident d’enterrer une œuvre en raison des difficultés inhérentes à sa réalisation et à son montage, en raison d’une divergence d’opinion à l’égard d’un artiste qu’on refuse de voir délaisser son Québec natal pour les États-Unis, en raison de son ambition d’affronter le récit biographique mythifié et mythologique, de s’essayer au romanesque dramatique. Ma Vie avec John F. Donovan fait un pied-de-nez aux bulles colorées qui constituaient l’une des caractéristiques du cinéma de Xavier Dolan pour se concentrer sur l’envers du décor. Aller voir au-delà de l’écran, derrière les paillettes. S’agriffer à la solitude d’un acteur qui, en vendant du rêve à des millions de spectateurs, semble s’être perdu en chemin. Si nous traversons les flashs des photographes, si nous dépassons les néons d’une boîte de nuit branchée, c’est dans des îlots de solitude que nous nous engouffrons, à l’instar de la chambre d’hôtel qui raccorde l’individu aux solitudes environnantes. L’hôtel comme somme de pièces et de portes, de solitudes aussi. Donovan recouvre là le sentiment d’appartenir à une communauté. Il y a la baignoire pleine de mousse, souvenir de l’enfance. Ou cette table placée au beau milieu de la cuisine d’un petit restaurant. Ces lieux isolés obsèdent et inspirent l’artiste qui, par l’intermédiaire de l’écriture épistolaire, trouve le moyen de se dire, de s’inventer pour mieux s’explorer. Car l’essentiel ne réside pas dans la véracité d’une correspondance entre John et Rupert, davantage dans la relation de synchronicité qui se construit entre deux personnages unis par les pouvoirs de la fiction à exprimer la souffrance. En multipliant les focalisations et les ellipses, en suturant des lieux et des âges, Xavier Dolan change son montage en art du rapiéçage nostalgique où le souvenir ainsi revivifié explose en bouche et dans l’esprit de l’auditrice. C’est également l’occasion pour le cinéaste de se dire, de projeter ses fantasmes, ses espoirs et ses angoisses comme au carrefour d’une pluralité de chemins tant spatiaux que temporels. Dès lors, le film épouse la structure muable et amovible de la restitution d’une mémoire : tout repose sur l’acte de transmission, sur la puissance figurative de la parole enregistrée sur cassette avec ses mots et les images qu’elles façonnent. Œuvre sur le langage verbal et cinématographique – ou la capacité imagogène de la parole à engendrer de la fiction – Ma Vie avec John F. Donovan embrasse l’humain dans sa polyphonie et sa complexité fondamentales. Ce faisant, il touche au cœur. Et bouleverse à jamais.
    zorro50
    zorro50

    Suivre son activité 82 abonnés Lire ses 217 critiques

    1,0
    Publiée le 13 mars 2019
    Un film raté, très décevant et totalement dépourvu de sentiments et d’émotion. Cela m’a fait penser à une mayonnaise qui ne veut pas prendre. Le gamin, à la fois hystérique, prétentieux et cachotier, est particulièrement détestable. Dolan est fâché avec la génétique car, en aucun cas, cet enfant ne pourra ressembler à l’adulte qu’il devient ensuite (nez en trompette/nez camus, cheveux châtains/cheveux noir corbeau, lèvres fines/lèvres épaisses, dentition normale/dentition fantaisie, etc …). Ce genre d’erreurs bénignes me fait lâcher prise aussi sec ! Dolan est aussi fâché avec les mathématiques car cet enfant de 11 ans au moment où la vérité éclate sur sa correspondance secrète, est parfaitement identique à l’enfant qu’il était 5 ans auparavant, donc à 6 ans, car on insiste bien sur le fait que tout a débuté 5 ans plus tôt, et dans les années qui suivent, il continue à avoir 11 ans ! C’est inepte ! Comment peut-on croire qu’un enfant de 6 ans, même surdoué, soit déjà capable d’entretenir une correspondance, et cela à l’insu de sa mère durant 5 longues années ? Comme rien n’est crédible, on cesse de s’investir pour lire les très nombreux sous-titres qui s’effacent avant même qu’on ait le temps de les lire. Les personnages secondaires, bien qu’interprétés par des « guests stars » de talent pour attirer le spectateur, sont tellement mauvais par manque de conviction, on le serait à moins, que des grands noms comme Susan Sarandon, Kathy Bates ou Michael Gambon nous servent leurs boniments dans la plus totale indifférence. Pour moi, ce film est un navet à oublier très vite.
    Loïck G.
    Loïck G.

    Suivre son activité 133 abonnés Lire ses 1 013 critiques

    2,5
    Publiée le 14 mars 2019
    Alors de quoi parle-t-il, de quoi veut-il parler ? Dans un brouillon de mise en scène au nombrilisme affiché, Xavier Dolan parait vouloir remettre à niveau les compteurs d’une célébrité qui semble lui peser. Par ses artifices, ses devoirs et ses obligations. Deux cerveaux pour illustrer le propos, deux personnages qui ne se rencontreront jamais et toute la difficulté d’assurer sinon la liaison, du moins la symbiose entre nos protagonistes. C’est là que Dolan devient pénible et laborieux et dans l’oubli de l’inédit, quelques scènes fulgurantes ( sous la pluie ) nous rappellent à son bon souvenir. Qu’il retrouve sérénité, repos et bien-être avant de reprendre le cours de ses investigations personnelles. POUR EN SAVOIR PLUS : lheuredelasortie.com
    vidalger
    vidalger

    Suivre son activité 127 abonnés Lire ses 1 011 critiques

    4,5
    Publiée le 13 mars 2019
    Le petit génie canadien a encore frappé; Il pourrait servir d'étalon au cinéma mondial et notamment français. On ne peut que se lamenter - en général, certes, car il y de rares exceptions - quand on doit affronter les premiers films des réalisateurs de notre pays, la pauvreté de leur inspiration souvent et l'absence d'innovations dans la forme. Dolan a disposé ici d'un budget à la hauteur de son talent, mais d'aucuns au niveau de la production semblent considérer qu'il en a abusé et que le produit fini ne vaut pas grand chose. Ce n'est pas mon avis. Brodant à nouveau sur les thèmes qui lui sont chers, ceux de l'homosexualité (ses joies et ses tourments) et du rapport du fils avec sa mère, le réalisateur (et scénariste) Xavier Dolan nous entraine dans une histoire à double évolution, celle d'un jeune acteur, Rupert, qui a entretenu une relation épistolaire quand il était enfant avec une star de la télévision au destin tragique, le fameux John F. Donovan. C'est l'occasion d'un jeu subtil de miroirs entre passé et présent, entre les mères respectives des deux principaux protagonistes - les sublimes Susan Sarandon et Natalie Portman -, entre la chute de John F. Donovan et l'ascension de Rupert, devenu lui aussi un artiste reconnu. L'interprète du jeune Rupert, Jacob Tremblay, n'est pas pour rien dans l'émotion qui jaillit à chaque instant de ce film. La forme, comme toujours chez Dolan, est très travaillée, mais le réalisateur qui a enfin perdu la manie de chercher à démontrer sa dextérité et son expertise technique,verse presque dans la sagesse et la sobriété. J'ai dit presque. Un film ambitieux, sincère qui ne dépare pas dans l'œuvre de Xavier Dolan.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top