Mon AlloCiné
    Snowden
    note moyenne
    4,0
    5143 notes dont 373 critiques
    13% (47 critiques)
    41% (153 critiques)
    30% (111 critiques)
    13% (47 critiques)
    3% (11 critiques)
    1% (4 critiques)
    Votre avis sur Snowden ?

    373 critiques spectateurs

    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2435 abonnés Lire ses 645 critiques

    4,0
    Publiée le 8 novembre 2016
    "Snowden" est un film terriblement efficace et musclé en terme de réalisation et de démonstration ! Et même si l'on a suivi l'histoire d'Edward Snowden en 2013, on ne peut qu'être sidéré face à ce qui nous est montré, voire finement décrypté ! Car sans nul doute le fait d'être surveillé chacun est bien connu, mais c'est ici l'enchaînement de tous les événements que va connaître et traverser ce lanceur d'alertes, ainsi que sa décision finale et personnelle, le tout condensé en deux heures bien remplies, bien agencées et préparées qui va nous scotcher inévitablement ! Et ça marche à fond, puisque tout en connaissant le fond du problème, la manière dont le héros à travers la réalisation de Oliver Stone, nous présente les choses, fait que l'on ne peut que rester atterré du début à la fin... Très chronologique et pédagogique dans sa démarche, l'intérêt du film consiste à révéler de la bouche de chaque personnage essentiel qu'il soit de la CIA ou de la NSA les véritables enjeux de cette cyber surveillance dont nous sommes les victimes... Comme à titre d'exemple édifiant, cette volonté de privilégier l'aspect sécuritaire, que réclame avant tout notre chère société et qui fait ainsi le bonheur des services secrets, quitte à aboutir à nous retirer une partie de nos libertés essentielles, un comble ! Fouiller dans nos vies privées, avant même la lutte anti terroriste, et mériter ainsi ces mesures draconiennes dont nous sommes les premières victimes est en soi une résultante qui laisse pantois ! Par petites touches habiles, par des petites comparaisons avec des faits historiques, le film arrive ainsi à nous faire prendre conscience de manière bien plus affinée et plus précise, des dérivés inévitables de ce contrôle au peigne fin particulièrement effrayant... c'est aussi le prisme par lequel Edward Snowden observe et réalise qui nous interpelle vraiment, à la fois dans son travail, sa vie privée et par l'immensité du "pot aux roses" qu'il nous livre petit à petit sur un plateau... À ce titre l'interprétation qu'en fait Joseph Gordon-Levitt, lui permet de donner toute la crédibilité et la consistance nécessaires à cette excellente prestation. Bien sûr comme beaucoup de réalisations du même genre, ce biopic obéit aux caractéristiques du genre par un certain formatage très américain mais n'en reste pas moins passionnant à suivre ! Effroyable jusqu'au cou, de quoi vite se précipiter sur une petite gommette qu'on placera sur notre webcam, dès notre retour dans notre petit nid qu'on pensait si douillet et préservé !!!
    Cinememories
    Cinememories

    Suivre son activité 60 abonnés Lire ses 398 critiques

    4,0
    Publiée le 29 mai 2017
    Oliver Stone, c’est du débat interne au système gouvernemental. « Platoon », « JFK » ou encore « Nixon » appuient ce point et il revient avec une révélation qui aura secoué le monde public. Il induit cette prise de parole et de liberté de ton nécessaire dans un genre qui s’adonne au pur sarcasme. Loin d’être le biopic que l’on croit suivre, Stone manie son casting à la perfection, en commençant par donner vie au célèbre Edward Snowden. Et pour cela, Joseph Gordon-Levitt remplit bien ce rôle, dégageant toute la timidité et la sérénité du personnage. Le sujet inspiré de faits réels des livres The Snowden Files: The Inside Story of the World’s Most Wanted Man et Time of the Octopus apporte une vérité devant être connue de tous. La confidentialité, la vie privée, le secret, rien de tout cela n’a de sens une fois le contrôle total des informations centralisées. Cela marque bien évidemment la position de l’ère du numérique à son apogée. Le danger est réel, tout comme ce que l’on tend à nous faire comprendre, à travers diverses exemples. Certains se prêtent au patriotisme ou à la justice Made In USA, mais l’on ne retient qu’un crime sans limite. En abordant le sujet en long et en large, composant avec une mise en scène choquante et efficace, l’intrigue ne persiste pas pour autant dans le côté documentaire de la chose. La vie de Snowden est l’œuvre d’un hommage et d’une critique que l’on se permet de découvrir. Ce côté est humanisé sous le masque qu’il porte, prisonnier de son succès et de sa franchise. La charmante Shailene Woodley campe Lindsay Mills, la compagne du héros. Ce qui est étonnant ici, c’est que le terme « héros » ne prend un sens que tardivement, selon le point de vue du spectateur. En effet, on retrouve un couple tout à fait lambda, au même titre qu’ils représentent individuellement. De plus, elle apporte cette fraîcheur, cette innocence à laquelle on s’identifie à contre cœur. La réflexion commence alors à travailler une fois que les images et les conséquences tombent. Les faits sont irréfutables et la dimension de la technologie de pointe possède son lot de controverses chez les utilisateurs. Tout en subtilité, l’objecteur de conscience Stone parvient à rendre son sujet puissant. « Snowden » confirme de nouveau son habilité à nous vendre les valeurs morales atteintes dans un monde connecté contre son gré…
    LeFilCine
    LeFilCine

    Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 157 critiques

    3,5
    Publiée le 16 novembre 2016
    On avait pu découvrir, dans les salles, en 2015, le documentaire Citizenfour, auréolé de son Oscar du meilleur documentaire. On y assistait à l’incroyable rencontre entre la documentariste Laura Poitras et Edward Snowden, ce jeune informaticien américain qui avait d’importantes révélations à faire. Là où le documentaire, passionnant, nous montrait le moment clé de la révélation et ses conséquences, le film d'Oliver Stone cherche à nous faire voir quel fut le cheminement intellectuel qui a conduit Snowden à devenir un des plus célèbres lanceurs d'alerte du monde. On y découvre que le jeune analyste a fait son travail consciencieusement et sans remords pendant de nombreuses années. Mais que, de fil en aiguille, l'espionnage massif des services américains lui a fait prendre conscience de la fragilité des libertés individuelles, dont les siennes et celles de sa famille. Le film est instructif, bien construit, intéressant, mais n'arrive pas à atteindre la force et l'impact du documentaire Citizenfour, même s’il en est un bon complément. Et Joseph Gordon-Levitt n'a pas le charisme si particulier du vrai Edward Snowden. Oliver Stone s'en rend d'ailleurs bien compte dans une scène finale où il rend à Snowden son vrai visage. Quant à Shailene Woodley, elle est vraiment parfaite dans ce rôle pas facile de fiancée à laquelle on ne peut rien révéler. Le film s'intéresse à tout ce que Snowden a toujours voulu, justement, que l'on ne s'intéresse pas, c'est-à-dire sa vie, son parcours, sa famille. Et c'est pourtant évidemment ce qui attise la curiosité du spectateur, mieux connaitre l'homme qui a eu le courage de se mettre à dos les plus puissantes organisations. Alors le long-métrage d’Oliver Stone navigue un peu entre deux eaux, à la fois sous la forme d’un portrait-biopic de l’homme Snowden, et sous la forme d’une dénonciation du système d’espionnage massif mis en place par l’administration américaine.
    MediaShow
    MediaShow

    Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 18 critiques

    4,0
    Publiée le 5 novembre 2016
    « Snowden » résume parfaitement l’histoire du jeune informaticien ancien employé de la CIA et de NSA, qui a dévoilé au monde entier les détails de plusieurs programmes de surveillance de masse américains et britanniques. Oscillant entre un biopic documentaire et un thriller dramatique, ce long-métrage aura le mérite de dénoncer les failles du système américain et ses dangers envers notre liberté. Le tout est donc très instructif pour notre culture « geek », parfois un peu technique mais surtout très intriguant avec cet approche dramatique en abordant la vie personnelle de Snowden. Le réalisateur trouve donc un juste équilibre dans son scénario, bien que l’on puisse reprocher un rythme un peu lent. Enfin, l’interprétation de Joseph Gordon-Levitt est juste excellente ! Un excellent biopic ! Retrouvez ma critique en intégralité sur mediashowbydk.com ou via le lien ci-dessous :
    David_787
    David_787

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 19 octobre 2016
    Snowden est un excellent film ! C'est un habile mélange entre un documentaire et une fiction, pour être rassembleur et vulgariser un maximum ce sujet. La mise en scène et l’interprétation de son acteur principal ne démérite pas face au propos. Un film très divertissant et éducatif sur le monde qui nous entoure.
    Flaw 70
    Flaw 70

    Suivre son activité 226 abonnés Lire ses 98 critiques

    4,0
    Publiée le 9 novembre 2016
    Il en aura fallu du temps pour qu'Oliver Stone reprenne du poil de la bête. Sa carrière post-2001 est pour ainsi dire assez déplorable avec des œuvres qui au mieux étaient maladroites et au pire totalement insignifiantes. Pourtant à travers l'histoire de Snowden il retrouve l'inspiration qu'il avait insufflé à ses meilleurs biopics comme son mémorable JFK. Comme si le parcours de ce lanceur d'alarme lui avait fait comprendre dans quelle routine il s'était embourbé et qu'il avait trouvé un moyen de s'y affranchir. Car même si on n'atteint pas le niveau de ses meilleures œuvres ici, on reste dans ce qu'il a fait de mieux depuis un long moment et le tout arrive même à s'imposer comme du très bon cinéma. Le film est très documenté ce qui lui permet d'être crédible dans ce qu'il représente car même si parfois il romance un peu les événements, il le fait toujours avec intelligence et de manière authentique. S'appuyant sur ce que Stone a appris de Snowden et du documentaire Citizenfour de Laura Poitras, dont le film articule sa narration autour de la rencontre entre Snowden et Poitras et s'impose comme un formidable complément au documentaire, le tout est d'une finesse d'écriture assez admirable pour donner un point aux questionnements du personnage principal et aux enjeux entourant ses révélations. Le scénario offre à la fois une construction minutieuse de ce qui a poussé Snowden à se retourner contre son propre gouvernement en ne lésinant pas sur le suspense avec de quoi faire rougir les meilleurs thrillers d'espionnage mais en plus il brosse un portrait intime assez intéressant du personnage. Même si sa relation avec Lindsay Mills n'évite pas quelques poncifs dans le film, elle reste écrite avec justesse et parvient à vraiment nous impliquer dans ce que traverse les personnages. Les relations sont d'ailleurs toute très bien gérées, que ce soit entre Snowden et ses collègues mais aussi avec son patron. Les évolutions et leurs échanges sont souvent captivants. Au final on reprochera surtout une construction narrative beaucoup trop répétitive et qui tend à devenir un peu longue sur la fin. Le récit s'appuie aussi sur l'excellence du casting, avec Joseph Gordon-Levitt qui est impressionnant de mimétisme. Il se confond totalement avec la personnalité qu'il l'incarne et on se rend vraiment compte de la perfection de son jeu lorsque que le vrai Edward Snowden reprend le relais pour la conclusion et que les différences entre les deux hommes sont minimes. Il est aussi soutenu par Shailene Woodley impeccable de justesse dans le rôle de sa petite amie et Rhys Ifans, savoureux dans une caricature de patriote américain. Mais ce qui aide vraiment à rendre l'expérience exaltante, c'est la mise en scène inspirée et astucieuse d'Oliver Stone. Que ce soit la scène où il explique comment fonctionne le réseau de surveillance, celle du vol des données par Snowden ou encore la brillante séquence qui voit Snowden être en conférence avec son patron, toute font parties des moments les plus mémorables vus dans un film américain en 2016. Notamment le passage de la visio-conférence qui est une leçon de montage et de tension, un grand moment de cinéma. Stone prouve qu'il en a encore dans le ventre et qu'il est encore capable de tirer le meilleur du divertissement US tout en étant capable de servir un propos. Snowden est un très bon film de cinéma quand bien même il est loin d'être un sommet dans l'oeuvre de son cinéaste. Néanmoins on assiste vraiment à une renaissance d'Oliver Stone qui prouve qu'il peut encore surprendre son audience, chose qu'il n'a plus fait depuis presque 20 ans. Le résultat est donc à saluer surtout lorsqu'il dispose de scènes mémorables, d'une écriture appliquée et d'un casting formidable. Et si ce n'est pas suffisant pour vous, Snowden est un des rares films à offrir un rôle tout en retenue et qui sort en salles à Nicolas Cage et ça ce n'est pas rien.
    this is my movies
    this is my movies

    Suivre son activité 163 abonnés Lire ses 1 944 critiques

    4,5
    Publiée le 24 décembre 2016
    Difficile de crier au grand retour de O. Stone mais en tous les cas, il reste indéniable qu'il a trouvé le sujet adéquat pour son talent et sa verve. Biopic impressionnant et ultra-documenté sur l'un des plus gros scandales de notre époque, cette dénonciation virulente fonctionne à plein régime en dépit d'un regard forcément trop partisan mais s'attachant à certains faits. Les acteurs sont tous excellents et le film file à un bon rythme malgré ses 2h14 au compteur. Sa narration éclatée se justifie pleinement et on reste souvent scotché à l'écran face à la maestria visuelle de Stone et son directeur photo A. Dod Mantle. Un film engagé donc, qui nous plonge dans les arcanes des services secrets modernes, ne s'abaissant jamais à la provocation facile mais préférant nous ouvrir les yeux, nous instruire, nous faire réfléchir sur un monde sous surveillance. Et Stone de ne jamais s'abaisser à faire de l'anti-américanisme mais plutôt de traiter des maux de ce pays qu'il aime tant (comme son héros) mais dont les gouvernements font n'importe quoi, au nom d'idéaux pourtant louables. D'autres critiques sur
    Yetcha
    Yetcha

    Suivre son activité 123 abonnés Lire ses 2 049 critiques

    4,0
    Publiée le 10 janvier 2017
    Oliver Stone nous offre ici une lecture qu'on sent sincère de la situation incroyable de cet homme qui a eu le courage et l'audace de dénoncer une manœuvre d'état globale. On est au plus proche de lui, on le suit, on découvre sa nature simplement humaine et empathique. Comment ne pas ressentir une profonde tristesse face à cet homme que les États-Unis veulent "abattre" à tout prix? Le parti prix est sans appel, mais on ne peut rester de marbre et cela nous pousse à creuser un peu la question en allant chercher plus d'informations sur Edward Snowden. Passionnant et stupéfiant.
    Leo .B
    Leo .B

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 5 critiques

    4,0
    Publiée le 5 janvier 2017
    Aller ont change (qu'a moitié). Pour "Snowden" Oliver Stone a fait fort. Le réalisateur a repris du service, mais cette fois sans coup de feu, sans soldats ni explosions. Oui, devant des écrans, des conversations de hackers, des données et surtout une affaire globalement civile et médiatique. Et il y arrive à merveille. Si bien qu'il a transformé un possible documentaire palpitant uniquement pour les passionnés, en un "thriller"/biopic très immersif, pour tout type de spectateur. J'ai l'impression que quand Oliver Stone sort un film, ce n'est pas un film, c'est un dossier. Qui se rappelait vraiment d'Edouard Swoden au jour d'aujourd'hui ? Qui en parle encore ? Et surtout, qui savait la moitié de ce qui est dit dans ce film ? Un excellent biopic et un bon thriller. Ce qui nous donne : un bon film à regarder que vous soyez intéressé par la sécurité mondiale comme par, qui peut voir votre historique.
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 573 abonnés Lire ses 1 401 critiques

    4,0
    Publiée le 31 octobre 2016
    A 70 ans, Oliver Stone est toujours aussi vert et prêt à dégainer pour dénoncer les failles du système américain. Il a beau jeu dans l'affaire Snowden, qui a déjà fait l'objet d'un documentaire, de dénoncer la surveillance de masse organisée par la CIA et consorts, un dispositif digne d'un super Big Brother. On retrouve l'Oliver Stone démonstratif, sans nuances, qui n'a d'autre but que d'ériger une statue à l'informaticien surdoué considéré par les différents présidents américains comme un vulgaire hacker et un anti-patriote. Le film ne laisse guère le temps de la réflexion, toute l'argumentation de Stone tient dans le profil d'un Snowden suprêmement intelligent et décidé à révéler la vérité sur des procédés dignes d'une dictature. Du coup, il insiste beaucoup sur la vie privée du héros et sur son courage. Un spectateur un peu au courant voit bien qu'on est dans un film univoque, à la limite de la propagande. D'un autre côté, son efficacité est redoutable et son rythme sans temps mort. Ok, Snowden est un divertissement (de masse) mais remarquablement fait et propulsé à une haute altitude du fait du jeu en apparence modeste mais admirable du métronome Joseph Gordon-Levitt. Plus que crédible, avec son air candide il pourrait nous faire avaler n'importe quelles fadaises. En l'occurrence, ce n'est pas le cas et, au-delà de son caractère manipulateur, le film a le mérite de démocratiser une affaire quand même bien sombre pour la pseudo démocratie américaine.
    T-rhy
    T-rhy

    Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 183 critiques

    3,5
    Publiée le 28 septembre 2016
    Snowden.... Réalisé par Oliver Stone (Tueurs Nés, Nixon, Wall street, Platoon, JFK, World Trade Center, ...) et avec en tête d'affiche Joseph Gordon Levitt (The Walk, Don Jon, Looper, Inception, Batman The Dark Knight Rises, ....), dans le rôle du désormais célèbre "hacker" ayant révélé aux yeux du monde, en 2013, les agissements peu orthodoxes de la NSA, CIA et d'autres organismes gouvernementaux américain. Un biopic donc. Et un très bon. Une agréable surprise. Porté par un excellent cast. Avec bien sûr, en premier lieu un Joseph Gordon Levitt qui ne cèsse de prouver qu'il est l'un des meilleurs acteurs de sa génération. Mais on retrouve aussi une Shailene Woodley très convaincante, nous montrant enfin autre chose que sa facette de jeune ingénue en mal d'amour, dont elle nous as habitué jusqu'à aujourd'hui dans ses précédents rôles (la série des Divergent, Nos étoiles contraires, etc...). On retrouve aussi Mélissa Léo, Tom Wilkinson, Zachary Quinto, Rhys Ifans et Timothy Oliphant. Tous délivrent des prestations impeccables. La réalisation est de belle volée, bien que l'on sente le réalisateur se recycler un tout peu dans certains de ses plans. Le scénario est plutôt réussi et assez intelligent. Se concentrant sur le parcours atypique de Edward Snowden et ses rencontres les plus marquantes, le tout narré par le jeune activiste, jusqu'à la révélation des informations qu'il a dérobé à ses anciens employeurs. Le côté humain est bien évidemment au centre du récit et les dilemmes moraux l'assaillant tout au long de ses expériences sont parfaitement retranscris. La bande son est bonne. Ponctuant habilement les passages de tensions avec ceux plus dramatiques ou plus légers. Bref, Snowden est un bon divertissement, mais également un très bon film. Un long métrage politique et engagé qui aura certainement plus d'écho que le documentaire de Laura Poitras "CitizenFour" (récompensé par l'Oscar du meilleur documentaire), pour éveillé le plus grand monde à ce scandale ayant defraillé l'actualité il y a maintenant 3 ans. Il sort le 1er novembre prochain, et je recommande chaudement. 😉
    Requiemovies
    Requiemovies

    Suivre son activité 131 abonnés Lire ses 786 critiques

    4,0
    Publiée le 28 septembre 2016
    (...) On y croyait toujours un peu, mais son retour semblait de plus en plus se figer comme une ombre lointaine. « Snowden » semblait donc au premier abord le sujet évident dans les mains du plus sarcastique et piquant des réalisateurs américains. Sa liberté de ton en a fait un metteur en scène utile et nécessaire du 7ème art. Les héros de Stone ne sont pas de cape et de collants. Cela a toujours été les citoyens américains (principalement) qui luttaient contre un système, pourfendeurs d’une bonne conscience made in USA. Comme souvent chez Stone, le casting étoilé a toujours son importance, autant de par la composition de ce dernier que par le rôle principal régulièrement tenu par un comédien, doué et charismatique. Comme le mimétisme de Val Kilmer dans « The Doors », d’Anthony Hopkins dans « Nixon », Joseph Gordon-Levitt endosse parfaitement le rôle d’Edward Snowden. C’est ce qui marque en premier lieu. Pour qui a pu voir « Citizenfour » (excellent documentaire oscarisé sur l’affaire Snowden) dès les premiers plans, Joseph Gordon-Levitt embrasse son rôle d’un accord majeur. Voix identique, mimiques, gestes, tenu et façon de s’exprimer, nous bluffent. Tout semble être réuni pour faire de « Snowden » le film attendu. L’intelligence de Stone est d’avoir voulu rendre immédiatement accessible cette affaire aux contours parfois complexes. Aussi il ne s’embarrasse pas d’instants de vie à rallonge pour ce qui n’est en rien un biopic (uniquement centré sur l’affaire et les années post scandale) et réussi de manière très explicite à mettre son personnage dans un contexte limpide (malgré certaines séquences purement inventées pour le bon déroulement de la fiction). Et l’idée majeure du film, basée sur la vraie relation de Snowden et Lindsay Mills (brillamment interprété par Shailene Woodley), est certainement d’avoir fait de son personnage un citoyen américain lambda, l’humaniser et le confronter à ses convictions politiques et ce au sein même de son couple, discret fil conducteur de ce combat pour la liberté. (...) Objecteur de conscience du politique libérale et capitalisme, le metteur en scène réalise avec saveur un film nécessaire pour comprendre les dessous d’une affaire majeure dans l’atteinte à nos libertés. Moins rentre dedans que par le passé, la subtilité et la finesse qu’il injecte dans son film, dont le fil rouge serait la relation sentimentale du couple Snowden-Mills, pierre angulaire du film pour démontrer le sacrifice que son héros a du faire. Brillant le film l’est assurément, bien que peu spectaculaire (heureusement), le concentré délivré ici est bien plus subtile, sans pour autant réduire la complexité des évènements qui ont amené Snowden à devenir la figure d’une certaine liberté de tout une génération, d’une époque. Et, à fin de donner un impact majeure à son récit, une dernière surprise s’offre au spectateur afin de lui rappeler que ces deux heures de fiction sont proches d’une réalité qui nous concerne tous. Et si le «…je n’ai rien a caché… » de Lindsay Mills nous renvoie directement à un raccourci de pensée qu’il faudrait mieux éviter, en simplement quelques mots, Oliver Stone confronte intelligemment le spectateur à son propre statut de citoyen, à la subjectivité de sa pensée, de sa conscience, et semble être définitivement de retour.
    ConFucAmuS
    ConFucAmuS

    Suivre son activité 170 abonnés Lire ses 341 critiques

    3,5
    Publiée le 2 novembre 2016
    Oliver Stone s'attaque à Edward Snowden, rendu célèbre à la suite de ses révélations sur les dispositifs de surveillance illégaux utilisés par les principales agences de renseignements? Même si la réunion de ces deux figures n'a rien de bien surprenant, il est difficile d'y rester insensible. Le sujet est aussi présent aujourd'hui qu'il ne l'était en 2013, et Oliver Stone avait l'occasion de retrouver les cimes qu'il a souvent touché. Pas que ces derniers films manquaient d'intérêt (malgré un mineur Savages), mais plutôt de cette rage que Stone imprimait sur ses chefs-d'œuvre. Même si Citizenfour (le documentaire de Laura Poitras) est déjà passé par là avec brio, le personnage de Snowden avait encore beaucoup de chose à raconter. Le film éponyme choisit donc de coller aux basques du lanceur d'alerte, de son entrée dans les services secrets à sa "trahison" il y a trois ans. Avec pédagogie et un sens évident du rythme, le film a le mérite de rendre intelligible la complexité de la situation. Citizenfour avait déjà ouvert la voie, mais Stone veut rendre le propos accessible à tous, et il y arrive sans mal. On échappe pas à certains dialogues évidents, mais à aucun moment ils n'entament le récit. D'une part car la mise en scène ne s'éparpille pas, et les acteurs rivalisent d'excellence. Joseph Gordon-Levitt est magistral en Snowden, Shailene Woodley épate en Lindsey Mills (la petite-amie de Snowden), et Rhys Ifans compose un inquiétant "mentor". Avec ce film, Oliver Stone retrouve un peu de sa superbe. L'art et la manière sont beaucoup plus palpables que sur ses derniers longs. Mais la rage qui caractérisait ses plus grands films et parvenait à les hisser au sommet est encore trop discrète. Plus que jamais la voix et la vision de Stone sont nécessaires en des temps plus que troubles. Le souci d'informer et si possible d'éveiller les consciences est toujours présent. Et c'est déjà pas mal. Mais l'audace de bousculer est beaucoup plus contenue. Ce qui est tout à fait compréhensible après tant de films aussi complexes que furieux. Mais j'ai tout de même le sentiment que le réalisateur aurait pu faire de Snowden un film encore bien meilleur. Certaines pistes narratives ne dépassent pas l'esquisse (notamment concernant le personnage de Nicolas Cage, par ailleurs parfait). Il y avait matière à raconter beaucoup d'histoires avec un tel sujet. Oliver Stone a choisi la plus directe. En ce sens, il remplit l'objectif sans problème. Mais il aurait pu le transcender.
    Le cinéphile
    Le cinéphile

    Suivre son activité 106 abonnés Lire ses 714 critiques

    3,5
    Publiée le 4 novembre 2016
    Oliver Stone signe un biopic très efficace et très professionnel à défaut d'être original. Il met en avant les fraudes de son gouvernement qu'il adore malmener et une histoire prenante et passionnante de ce lanceur d'alerte exfiltré en Russie. Joseph Gordon Lewitt est très convaincant, mais Oliver Stone reste trop terre à terre pour donner une véritable épaisseur au monde virtuel qui reste à l'état précaire. Snowden demeure très intéressant grâce à sa dimension d'information qu'on ne peut remettre en doute, mais Stone veut tout montrer et aurait d'avantage réduire son long métrage. Reste un final touchant, un peu pathos, mais qui fonctionne parfaitement. https://m.facebook.com/La-7eme-critique-393816544123997/
    THE-CHECKER
    THE-CHECKER

    Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 467 critiques

    4,0
    Publiée le 25 décembre 2016
    Plus une tentative de sensibilisation des masses sur l'envers du décor des sociétés modernes (dites démocratiques) que réel film d'espionnage, Snowden s'inscrit dans la longue série de films politiques visant à dénoncer un système victime de sa propre schizophrénie, utilisant paradoxalement les mêmes outils pour éveiller les consciences que ceux destinés à nous endormir (remember les docs de Michael Moore sous l'ère Bush) . Articulé autour de la personnalité énigmatique d'Edward Snowden, Oliver Stone, en bon Woodstockien (soit l'équivalent du gauchiste ex soixante huitard chez nous) renoue avec ses vieilles thématiques militantes pour mieux nous plonger au coeur de l'hypocrisie d'une société bien plus soucieuse de maintenir son hégémonie politique que d'assurer la sécurité réelle d'une population tellement bercée d'insouciance qu'elle participe malgré elle à l'élaboration de sa propre perte. Si l'exercice en soit est très louable, il est cependant regrettable que le film ne pousse pas la réflexion plus en avant (ne serait-ce que d'un point de vue philosophique) quand à l'effectivité d'une démocratie dont la responsabilité individuelle s'efface dès qu'elle est confrontée à la privation de son confort personnel. Parce qu'à moins d'être né hier, difficile de ne pas s'interroger sur les questions de fond relatives à la convergence d'intérêts rendant possible cette surveillance de masse, tout comme dans ceux pouvant expliquer la volonté de tout révéler autrement qu'au travers du simple prisme du bien en opposition au mal. Surtout en considérant l'effroyable naïveté qu'il faut pour ne pas réaliser plus tôt la portée moralement discutable que l'espionnage caractérise en soit de la part d'un génie de l'informatique bien plus au fait des technologies de pointe que le conspi de base techniquement moins aguerri mais autrement plus sceptique sur la véracité du postulat gouvernemental officiel en la matière Du coup, difficile de voir dans ce film autre chose que le sacrifice vain d'un type qui aurait peut être gagné à être moins bon devant un ordinateur, à moins que tout balancer n'ait été que le moyen d'éviter de se faire torpiller anonymement pour d'autres raisons par ses anciens collègues (tout en se faisant passer pour un héros), ce que le film d'Oliver Stone au final ne dit pas...
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top