Mon AlloCiné
Dans la forêt
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Dans la forêt" et de son tournage !

Idée de départ

La naissance de Dans la forêt est à mettre en parallèle avec des voyages que Gilles Marchand et son frère faisaient lorsqu'ils étaient enfants pour rejoindre leur père qui vivait à l’étranger. Le metteur en scène se rappelle : "C’était impressionnant d’aller le voir dans un pays lointain, de découvrir une vie dont on ignorait tout. À l’inquiétude se mêlaient la curiosité et une forme d’attention très aiguë. J’ai fait appel à des souvenirs, mais surtout à des sensations. Je voulais faire ressentir des choses à travers des yeux d’enfant. Le regard qu’on porte sur les choses quand on est petit est tellement puissant. On ressent le réel comme une aventure."

Le monstre

L'idée du trou dans la tête du monstre que voit Tom est venue à Gilles Marchand lorsqu'il a trouvé, en compagnie des maquilleurs Frédéric Lainé et Guillaume Castagne, la photo d'une gueule cassée de la guerre de 14-18. Cet homme défiguré avait paradoxalement des yeux très doux et c'est ce contraste que le réalisateur a voulu représenter dans le monstre que l'on voit dans le film.

La forêt

Personnage à part entière, la forêt est montrée comme à la fois féerique et angoissante. Gilles Marchand explique à ce sujet : "La forêt c’est le projet du père. L’incarnation d’un idéal qu’il veut partager avec ses enfants. Il fallait qu’elle soit grande et forte, que le voyage soit beau et désirable, qu’il leur apporte des choses. Dans leur vie citadine, Tom et Ben n’ont jamais vu de tels endroits. Avec la pureté de ses paysages, ses grands espaces, ses arbres, ses lacs, la forêt suédoise contient cet idéal. C’est un décor magique et puissant. La forêt ne nous a pas attendus pour exister. Elle n’a pas besoin de nous. On peut s’y perdre."

La cabane

La cabane du film existe réellement dans la réalité. Gilles Marchand précise même qu'il est très fréquent, dans les forêts de Suède, d'en trouver. "Celle-ci était complètement abandonnée. J’aimais l’idée qu’elle paraisse prisonnière des arbres et de la forêt. Et puis ce n’est pas une simple cabane de chasseur, c’est une véritable petite maison. Ça semble incroyable qu’on ait construit une maison pareille, aussi isolée, loin de toute route ou même chemin. Elle paraît assez viable et permet de se projeter dans le désir d’autarcie du père. Mais elle porte déjà en elle l’échec qui a conduit à ce qu’on l’ait déjà abandonnée. C’est une histoire qui a sans doute déjà eu lieu. Et qui se répète."

Le choix Elkaïm

Gilles Marchand avait en tête d'engager Jérémie Elkaïm pour le rôle qu'a finalement tenu Melvil Poupaud dans son précédent film L'Autre monde mais les choses ne se sont pas faites. Pour Dans la forêt, le cinéaste a d'abord envisagé de prendre quelqu'un de plus âgé avant de le choisir. "Jérémie a des enfants de l’âge de ceux du film, il sait parfaitement ce que c’est que d’être père", confie Marchand.

Investissement

Jérémie Elkaïm a suivi le projet dès l’origine puisqu'il en est le producteur avec Valérie Donzelli. Ils ont ainsi été les premiers lecteurs du scénario et étaient présents lors des repérages en Suède. L'acteur s'est par ailleurs préparé physiquement pour le rôle comme s'en rappelle Gilles Marchand : "Physiquement, je lui ai demandé d’oublier son côté urbain et de se préparer à ce que le tournage soit éprouvant. Tirer la barque dans la forêt, ramer pendant des heures, jouer seul face à des enfants, et surtout plonger dans le cerveau d’un homme tourmenté, ce n’est pas forcément facile ou agréable."

Trouver Tom

Pour trouver l'interprète de Tom, Gilles Marchand et les personnes en charge du casting ont vu une centaine d’enfants. Parmi eux, Timothé Vom Dorp s'est démarqué. "Ce n’est pas seulement qu’il a d’incroyables dons de comédien, une compréhension des situations, une présence et une justesse hors du commun, une façon d’amener systématiquement du concret dans les scènes... Autant de choses que bien des comédiens expérimentés ne possèdent pas toujours...", confie le réalisateur.

Travail avec la chef op

Gilles Marchand et la directrice de la photographie Jeanne Lapoirie ont cherché à sentir les yeux des enfants briller dans la nuit. "Que se dessine une petite lueur dans le noir des pupilles. Je souhaitais une image presque « manga » des enfants", selon le premier, qui poursuit : "Je lui ai aussi beaucoup parlé des cadres. Je les voulais alternativement serrés sur les visages, ou au contraire très larges, avec les personnages minuscules au milieu des arbres ou des lacs. Ce contraste, entre la présence des visages et le côté perdu des corps dans le paysage en scope, me semblait simple mais fort."

Retrouvailles

Gilles Marchand retrouve Sophie Quinton qui tenait le rôle principal de Qui a tué Bambi ?. A noter également que Jérémie Elkaïm avait un petit rôle dans ce film et que Valérie Donzelli y jouait Nathalie.

Multiples références

Côté références, Gilles Marchand avait en tête La Nuit du chasseur de Charles Laughton, La Féline de Jacques Tourneur, Shining de Stanley Kubrick (pour la thématique de la folie du père), Le Retour d’Andreï Zviaguintsev (dont les éléments de départ sont très proches de ceux de Dans la forêt), L’Esprit de la ruche de Victor Erice, Délivrance de John Boorman, Sixième Sens de Shyamalan mais également les films de Hayao Miyazaki, David Lynch ainsi que le livre Sukkwan Island de David Vann.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Star Wars - Les Derniers Jedi (2017)
  • Le Crime de l'Orient-Express (2017)
  • Ferdinand (2017)
  • Coco (2017)
  • Santa & Cie (2017)
  • Spy (2015)
  • Paddington 2 (2017)
  • Garde alternée (2017)
  • Jumanji : Bienvenue dans la jungle (2017)
  • La Promesse de l'aube (2017)
  • La Deuxième étoile (2017)
  • Drôles de petites bêtes (2017)
  • Tout là-haut (2016)
  • Le Brio (2017)
  • Wonder (2017)
  • Seven Sisters (2017)
  • C'est tout pour moi (2016)
  • Bienvenue à Suburbicon (2017)
  • Les Gardiennes (2016)
  • Girls Trip (2017)
Back to Top