Mon AlloCiné
Moonwalkers
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Moonwalkers" et de son tournage !

Tourner en ridicule la théorie du complot

C'est en cherchant des images des premiers hommes ayant marché sur la lune pour les montrer à son fils de 6 ans qu'Antoine Bardou-Jacquet a constaté que la plupart sont consacrées à la théorie du complot. L'une d'elles, via le documentaire "The Dark Side of the Moon", voyait même Stanley Kubrick impliqué dans cette soi-disante imposture. Pour tourner en ridicule cette théorie, le metteur en scène en est venu à imaginer comment la CIA aurait pu mettre sur pied un tel dispositif. Il a ainsi écrit une dizaine de pages sur cette idée et les a présentées à un producteur.

Costumes d’époque

Les costumes de Moonwalkers évoquent des références précises de personnages marquants de l'époque durant laquelle se déroule l'intrigue du film, à savoir la fin des années 1960. Antoine Bardou-Jacquet explique : "La fille porte une robe blanche à fleurs inspirée de Jane Birkin, Rupert rappelle davantage le Blow up d’Antonioni, le personnage de Glenn est une sorte de Jimmy Page, Derek a des costumes entre Brian Jones et Carnaby Street, les Hells Angels ont des look empruntés aux vrais Hell’s Angels Londoniens qui faisaient la sécurité aux concerts des Rolling Stones…"

Choix de mise en scène

Contrairement à ce qu'il a l'habitude de faire en publicité, la branche professionnelle d'où il vient, Antoine Bardou-Jacquet a privilégié pour Moonwalkers la comédie et non les effets complexes ou autres mouvements de caméras difficiles. Le réalisateur a davantage cherché à retranscrire une atmosphère avec pour objectif de faire rire les spectateurs.

Une raison

La raison principale ayant poussé Ron Perlman à accepter le rôle provient du fait que Moonwalkers soit une comédie. Comme sa filmographie en témoigne, il s'agit d'un genre dans lequel l'acteur s'illustre peu compte tenu de son physique de dur à cuire, même si ce dernier rappelle tout de même qu'il a fait ses débuts en tant qu'humoriste.

Ron Perlman sur son personnage

"C’est l’agent le plus coriace de la CIA et il a participé aux missions les plus secrètes. Il souffre désormais d’un stress post-traumatique, mais il n’en parle à personne parce qu’il ne veut pas se mettre en danger en révélant ses faiblesses psychologiques. Il doit tenir le cap même s’il a des visions, qu’il a les mains qui tremblent et qu’il a des suées en raison des horreurs dont il a été témoin au Vietnam. Lorsque ce dur à cuire qui est allé au combat se retrouve face à ces artistes et à ces poseurs, il explose – surtout quand il n’obtient pas ce qu’il veut. Il n’est pas habitué à ce que sa mission échoue : il est prêt à tout pour obtenir ce dont il a besoin."

Un défi...

Pour les besoins du tournage, Rupert Grint a dû apprendre à marcher sur la lune ! Ainsi, le comédien a étudié des images d’archives pour bien cerner la dimension physique de la gravité zéro et la reproduire de manière convaincante.

Une année riche

Moonwalkers se déroule dans l’ambiance psychédélique du Londres des seventies. Une époque qui fascine particulièrement Antoine Bardou-Jacquet pour sa richesse culturelle : "L'année 1969 a été riche et fascinante. Du concert des Stones à Hyde Park aux premiers pas sur la lune, Woodstock, Warhol, la guerre du Vietnam etc. C’est une période incroyable sur le plan culturel et musical : David Bowie, The Who, les Stones, Led Zeppelin… C’est un tournant, une libération, on passe d’un monde gris contrôlé par des vieux à un monde en couleur où la jeunesse expérimente tout ce qui passe, la sexualité, les drogues, des modes de vie différents…"

Effets spéciaux

L'équipe a eu recours aux effets infographiques pour représenter certaines avenues londoniennes pleines de monde, mais aussi pour concevoir les plans se déroulant dans l'espace ou encore le trip sous acide de Ron Perlman qui mélange prises de vue réelles expérimentales et images de synthèse.

Une maison sous LSD

La maison du personnage du réalisateur a été pensée par les décorateurs comme une sorte de mélange entre celle de Mick Jagger dans le film Performance et la Factory d’Andy Warhol. Soit une grande maison abandonnée d’architecture classique, aménagée par une communauté d’artistes plus ou moins talentueux et portés sur le LSD.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Brillantissime (2017)
  • 24H Limit (2017)
  • 3 Billboards, Les Panneaux de la vengeance (2017)
  • In the Fade (2017)
  • Ami-ami (2017)
  • 36 Quai des Orfèvres (2004)
  • Phantom Thread (2017)
  • Downsizing (2017)
  • Verónica (2017)
  • Le Grand jeu (2017)
  • Les heures sombres (2017)
  • Les Tuche 3 (2017)
  • Pentagon Papers (2017)
  • Jumanji : Bienvenue dans la jungle (2017)
  • Normandie Nue (2017)
  • The Passenger (2018)
  • La Promesse de l'aube (2017)
  • The Greatest Showman (2017)
  • La Surface de réparation (2017)
  • Star Wars - Les Derniers Jedi (2017)
Back to Top