Mon Allociné
The Beast
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
3,5 154 notes dont 34 critiques
15% 5 critiques 26% 9 critiques 35% 12 critiques 9% 3 critiques 9% 3 critiques 6% 2 critiques

34 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus utiles
closer444

Suivre son activité 216 abonnés Lire ses 482 critiques

3,5Bien • Publiée le 30/12/2015

Quand bien même deux défauts (l’un qui sera validé par tous, l’autre qui peut-être laissé à la propre appréciation de chacun) entachent quelque peu « The Beast », on ne peut nier que c’est un bon thriller réalisé au cordeau et dont l’intrigue est suffisamment retorse et bien écrite pour nous captiver durant plus de deux heures. Ce film policier flamand n’a rien à envier à ses homologues américains ou mêmes coréens qui tiennent la dragée haute depuis vingt ans dans ce domaine. L’intrigue est complexe mais compréhensible et on attend qu’une chose, c’est de voir le coupable se faire arrêter. Mais effectivement, tout cela sent le déjà-vu et personne ne criera au chef-d’œuvre, tant de nombreuses productions ont déjà surfé sur les modèles du genre tels que « Seven » bien sûr ou encore le plus récent « Prisoners » pour le côté américain, « Memories of Murder » et « J’ai rencontré le Diable » du côté coréen. Entre copies conformes et honteuses, séquences plagiées ou manque d’inspiration confondant camouflé en hommage, on ne compte plus ces thrillers poisseux et glauques ayant inondé les écrans espérant tabler sur le succès de leurs illustres ainés. On ne peut donc pas dire que « The Beast » soit follement original ou renversant mais on sent une volonté de créer quelque chose d’inédit sans vraiment y parvenir. Cette volonté se traduit par l’autre défaut du film qui n’en est pas vraiment un mais peut déranger : l’extrême complaisance dans la noirceur et le nihilisme qui traverse le long-métrage, quasiment jamais vue sur grand écran. L’histoire parle déjà de pédophilie (ce qui est une qualité et met la Belgique face à ses propres démons) mais il faut dire que le synopsis en rajoute des louchées dans le malsain et la noirceur : pratiques extrêmes, morsures, séquestrations, perversions, … On avait rarement vu aussi dérangeant voire écœurant. Et on n’est pas dans un film d’horreur à la « Saw » avec du torture-porn que l’on peut regarder avec recul ou second degré par son invraisemblance. Non, tout cela pue le réalisme et choque durablement. La réalisation d’Hans Herbots est en adéquation avec le sujet ; les plans sont sombres, l’ambiance anxiogène et la direction artistique totalement adaptée. Si l’on est preneur c’est réussi. Si l’on est sensible, il vaut mieux éviter. Alors, sur le fil, en occultant cet aspect délétère et glauque, on apprécie le film en dépit de son manque d’innovation dans le domaine peut-être trop balisé du thriller à serial-killer, ici dévié en séquestration et attouchements en série. Et le réalisme qui parcourt les bobines fait froid dans le dos. Tout comme le jusqu’au boutisme avec lequel l’intrigue déroule ses révélations jusqu’au final, parfaitement cohérent avec le reste. Le plaisir de cinéphile est là mais le fond et certaines images montrées interrogent tout de même après la projection sur le bienfondé de leur présence à l’écran. A vraiment déconseiller aux âmes sensibles, « The beast » pouvant se rapprocher par son aspect putassier plus ou moins assumé du déjà très controversé « 8 MM ». https://www.facebook.com/cinemapassion4444/

Alain D.

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 748 critiques

2,5Moyen • Publiée le 26/05/2016

Un Polar signé Hans Herbots. Une mise en condition immédiate dans ce début de film au rythme très élevé, soutenu par un montage efficace. Le scénario, pas toujours crédible, prend ensuite une tournure très confuse en multipliant les fausses pistes et les flashbacks ; nous délivrant une histoire de psychopathe sombre et macabre. Geert Van Rampelberg est parfaitement efficace dans le rôle principal de Nick Cafmeyer. Le pitch : Un triple enlèvement a été perpétré. L’inspecteur Nick Cafmeyer, déjà affecté par la disparition non élucidée de son frère, démarre l’enquête. La traque peut commencer.

Captain_Axel

Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 32 critiques

4,0Très bien • Publiée le 09/11/2015

Un film sans concession, esthétique dans sa cruauté, qui s’inscrit dans le renouveau du film noir européen ! Une réussite – à ne pas mettre entre les mains de tout le monde. Critique dans son intégralité sur le lien: http://pulp-movies.com/2015/11/critique-the-beast-le-renouveau-du-film-noir/

Ewan A.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 2 critiques

1,0Très mauvais • Publiée le 10/06/2015

The Beast est un film dont l'ambiance est l'intrigue est au début assez interessante. On nous parle d'une affaire quelque peu sinistre dont les éléments ne nous rassurent en aucun cas, puis on s'imagine avec de la peur -comme tout spectateur ou presque- ce qui à pus arriver. Au fil du film on comprends doucement. Puis viens le moment fatidique final ou le spectateur à très bien compris ce qu'il se passait, et l'on découvre que c'est bien pire que ce que l'on à pus s'imaginer! De plus on nous donne l'image ATROCE (et j'insiste) de ce que le spectateur à deviné. C'est cette image marquante, choquante que j'ai gardé du film Spoiler: d'un père forcé à violer son fils sous la menace d'une arme porté par un psychopathe dérangeant en pleine masturbation . Ayant le soeur solide et l'habitude du gore réaliste, je n'ai jamais été aussi choqué de ma vie en regardant un film. De plus le criminel est présenté comme une sorte d'extrémiste cherchant à créer un sérum (d'on ne sait quoi) et il n'y a aucune explication de sa psychologie, du pourquoi de son acte obligeant le film à se concentrer sur le gore. Comme dirait ma prof d'audiovisuel: c'est un parfait film putassier qui dans le but des films d'horreurs cherche à vendre pour que le spectateur se dégoute.

traversay1

Suivre son activité 222 abonnés Lire ses 2 201 critiques

2,5Moyen • Publiée le 30/12/2015

Les thrillers flamands se révèlent en général d'une grande noirceur sans franchir cependant la ligne jaune. Jusqu'à The Beast de Hans Herbots qui lui, ne s'y arrête pas, et s'engouffre dans des zones sordides avec une volonté affichée de choquer en évoquant (pas en montrant, encore heureux) des actes innommables. Evidemment que faire peur au cinéma n'a rien de criminel mais le film pousse le bouchon beaucoup trop loin dans le glauque et l'insupportable. Pourtant, The Beast, adapté d'un roman de Mo Hayder, est plutôt maîtrisé si l'on s'en tient à son aspect de polar poisseux dont la figure centrale de l'enquêteur est hantée par un drame personnel. L'on retrouve là une ambiance qui rappelle les romans noirs scandinaves, notamment. Ne serait-ce cette surenchère dans un sujet, la pédophilie, suffisamment sombre en lui-même, le film, par ses choix esthétiques et son enchevêtrement d'intrigues sinueuses, aurait pu être loué pour son atmosphère et son cheminement fatal. Mais sa complaisance dans le malsain est rédhibitoire.

Prad12

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 697 critiques

1,0Très mauvais • Publiée le 14/05/2016

Histoire convenue et mainte fois vue, flic qui se torture sur une histoire ancienne qui revient par flash back, plusieurs méchants, une collègue attentionnée une autre moins..... c'est brouillon car on s'endort et c'est abscons car cela se veut intellectuel....cette beast est caricaturale et ce thriller reste bien fade.....

tbyuqqh747 N.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 2 critiques

2,0Pas terrible • Publiée le 13/05/2016

thriller tres moyen.je ne donnerai aucune mention a l acteur principal , le policier chargé de l affaire .il a l air hallucine du debut a la fin du film ; en tout cas ca fait pas du tout realiste ni vraiment tres pro pour un policier cense etre un bon flic.en plus il y a pas mal d incoherences dans le scenario : le flic laisse se suicider quelqu un : vous avez dit non assistance a personne en danger ?? un peu plus loin il maltraite au sang un malade...le film avait une bonne intrigue , les autres acteurs sont bons mais l acteur principal gache tout ce qui fait qu on n y croit pas...c est vraiment dommange car cela aurait pu etre un bon film...

zvock083

Suivre son activité 93 abonnés Lire ses 3 333 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 10/12/2014

Cela faisait longtemps que je n'avais pas mis la note ultime même plusieurs années, mais là, j'étais obligé ce film est tout simplement parfait, j'ai été captivé du début à la fin, c'est un film qui m'a vraiment marqué. Le sujet est ultra-sensible sur la pédophilie avec une histoire qui prend vraiment aux tripes, c'est impossible de rester de marbre face à tout ça. C'est un thriller très sombre bien construit, l’enquête est très bien menée, le réalisateur prend son temps pour bien faire avancer l'intrigue et c'est un choix payant, car malgré que le rythme soit lent (c'est pas un reproche) il y a une telle tension qui se dégage du film que c'est incroyable. Rien ne nous est épargné il y a des scènes assez choquantes au plus on avance au plus on se rend compte de l'histoire sordide que c'est il y a beaucoup de suspens, des rebondissements, des fausses pistes, les acteurs sont excellents que dire de plus c'est juste parfait. Je recommande vraiment.

velocio

Suivre son activité 150 abonnés Lire ses 1 543 critiques

3,5Bien • Publiée le 31/12/2015

"The Beast" est un thriller très efficace réalisé par le belge Hans Herbots et adapté du roman « L’homme du soir » de la britannique Mo Hayder. On notera que le roman, dont le titre original est « The Treatment », s’est vu doté d’un titre en français alors que le film a un titre en anglais … différent du titre original ! Transposé de Londres à Anvers, "The Beast" met en scène un policier dont le frère a disparu, enlevé très jeune par un pédophile, et qui se retrouve à enquêter sur un cas similaire. Sombre, inquiétant, parfois violent, mais, répétons le, efficace.

MemoryCard64

Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 370 critiques

?Nul • Publiée le 07/01/2016

Quand on s'appelle Hans Herbots et qu'on a à son actif une comédie et un drame, je comprends que réaliser l'adaptation d'un roman policier manifestement célèbre peut faire peur. Je comprends aussi que l'on puisse puiser son inspiration dans les plus grands thrillers du cinéma. Mais si c'est pour plagier tour à tour Se7en, Le Silence des Agneaux et Saw, c'est non ! Pour commencer le scénario est particulièrement médiocre. Le synopsis rassemble déjà le cliché du flic qui a perdu un proche (ici, son frère qui a disparu quand ils étaient enfants) et le cliché de la nouvelle enquête qui va résonner avec la vie privée de l'enquêteur. Le niveau d'écriture se détériore au fur et à mesure que les scènes passent. On enchaîne les sous-intrigues réchauffées et les lieux communs les plus évidents, tout en glissant de temps en temps dans le montage des éléments totalement artificiels (le moment où le héros perd son flingue, sérieusement...). Pourtant, il faut reconnaître que le film n'est jamais prévisible, pas parce qu'il est bien écrit mais parce qu'il est complètement incohérent. On nous présente régulièrement de faux problèmes (le voisin qui harcèle le héros, la confession du maître nageur...) qui n'existeraient pas si les personnages avaient un peu de bon sens et prévenaient les autorités. Et se dire toutes les 10 minutes "Ok, mais pourquoi tu ne fais pas appel à la police ?", c'est lourd. L'antagoniste est symptomatique de cette mauvaise écriture : son mode opératoire n'a absolument aucun sens. On était trois à voir le film et personne n'a compris l'histoire d'hormones féminines (si jamais quelqu'un a une explication je suis preneur). De plus, la raison de ses agissement est complètement stupide, autant garder le silence sur le début de sa folie plutôt que de partir sur une explication à deux balles. Quant à la narration, elle est calamiteuse et nuit clairement à la compréhension en passant régulièrement du coq à l'âne. On alterne entre trois personnages, le policier, le gros et la femme enfermée chez elle, mais ce changement de point de vue n'apporte rien. Le gros est terriblement mal introduit et n'a aucune utilité, tout comme la mère de famille que l'on voit dans des séquences vides et interminables. Se limiter à celui du policier aurait pu augmenter l'impact de certaines révélations et alléger le film (on sent passer les deux heures). La réalisation est à la hauteur de l'écriture. C'est téléfilmesque au possible. Les couleurs sont ternes, le point n'est jamais correct et les quelques ralentis présents sont d'une laideur sans nom. Mais le plus raté est sans doute l'éclairage : tout est sombre. Plutôt que d'allumer la lumière, les personnages préfèrent sortir leur lampe torche, en éclairant directement la caméra en passant. Le réalisateur essaye manifestement d'instaurer une ambiance, il y a tout un mythe qui se construit autour des trolls (c'est évoqué deux fois par des enfants random et ça devient une piste, mdr), mais le metteur en scène a vite dû se rendre compte que ça ne fonctionnait pas et il nous a collé des scènes bien glauques et un scare-jump pour nous consoler. Il tente également de redresser la barre avec des séquences émotions, qui sont involontairement comiques (mention spéciale au passage hallucinant où le maître nageur se blottit en position fœtale dans les bras du policier). En somme, le film est un mélange bâtard de glauque et de réchauffé. Les acteurs ne sont pas très convaincants en néerlandais et sont tout simplement mauvais quand ils passent au français. Mais je ne pense pas qu'on puisse tirer quelque chose de mieux de cette histoire pauvre et absconse. Un gâchis de temps, d'argent et d'énergie.

Les meilleurs films de tous les temps