Mon AlloCiné
Les Filles au Moyen Âge
note moyenne
3,8
61 notes dont 15 critiques
13% (2 critiques)
67% (10 critiques)
7% (1 critique)
7% (1 critique)
7% (1 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Les Filles au Moyen Âge ?

15 critiques spectateurs

gimliamideselfes

Suivre son activité 819 abonnés Lire ses 3 562 critiques

4,5Excellent
Publiée le 07/04/2017

Découvert totalement par hasard les filles au Moyen Âge est un film rare, unique en son genre dans la forme, sa beauté et surtout son message qui déplaira à bon nombre de personnes. Le film commence en montrant des garçons qui jouent à Skyrim et qui ne veulent pas jouer avec les filles. Les garçons racontent comment se payer une belle épée dans le jeu et parlent de kidnapper les jeunes filles pour en exiger une rançon (si on peut vraiment faire ça dans le jeu je suis prêt à réévaluer mon opinion sur le jeu), mais les filles elles veulent jouer aux princesses sans pouvoir qui se font délivrer par un chevalier dehors, jouer en vrai. Et c'est là qu'intervient Lonsdale, grand-père d'une des filles qui veut raconter que le Moyen Âge ce n'était pas ce que l'on croit, que c'était très différent et d'une certaine manière bien mieux que la Rome Antique et que la Renaissance, notamment en ce qui concerne le traitement des femmes. Et là j'ai eu peur d'un film féministe totalement bateau qui enchaîne les clichés et lieux communs "ouin ouin on a oublié untel qui était une femme importante vilain patriarcat". Mais c'est tellement différent, tellement plus intéressant que ça. Et je pense que c'est parce qu'il est plus intelligent que ça, qu'il est exactement sur la ligne que je défends politiquement, peut-être naïvement, qui doit être détesté par les féministes. Alors je ne connais la rigueur historique du film, mais bon lorsqu'on parle de l'an de grâce 17 à la fin de l'Empire Romain, bon on se doute que ça ne va pas être très factuel... Le film plonge donc ses enfants dans le Moyen Âge où ils sont vaguement déguisés en chevaliers, en gente dame et on leur fait jouer des histoires où l'on apprendre que la lapidation est démocratique car tout le peut participer (c'est une boutade qui m'a fait rire dans le film), mais surtout que contrairement à ce que les féministes et le gens en général croient le christianisme n'a pas été une plaie pour les femmes. On évoque le passage de la lapidation de la femme adultère dans la Bible, mais aussi le fait que si les hommes tiennent de Jésus, les femmes elles doivent tenir de Marie, donc de la mère de Dieu, ce qui les conduit à être plus respectée que durant l'Antiquité romaine. Le film enchaîne donc les exemples où les femmes inventent des choses, découvrent des choses et ne sont pas les petites choses éplorées que les féministes voudraient bien nous faire croire, où elles ont été dominées jusqu'à nos jours. Chaque scène est à la fois drôle et touchante, parce qu'à chaque fois il y a une idée de mise en scène, la caméra qui suit Clovis qui tabasse ses ennemis, la fausse interview de Charles VII, mais aussi sur la fin le retour à la modernité qui se fait par un retour à la couleur totalement mortifère. Le film montre quand même les dérives des femmes, notamment celles qui abusent de leurs pouvoirs sur les hommes : "je t'accepte dans ma couche si tu me ramènes le Graal", le tout pendant qu'elles avaient plusieurs amants. Une manière très polie d'éconduire un amoureux trop embêtant et bien gentil (les femmes actuelles ne font pas autre chose, c'était le shit test de l'époque). Mais là où le film devient réellement sublime c'est avec la mélancolie de la fin, à partir de la capture de Jeanne d'Arc. Parce que Hubert Viel, le réalisateur ne semble pas être un grand amateur d'un pouvoir centralisé, au contraire, il aime les petites communautés autonomes, respectueuses et pieuses. Et il voit donc d'un très mauvais œil le pouvoir central qui conduit à imposer des règles au détriment du local... et il fait le lien fatalement avec la monoculture, la finance, le béton, les zones commerciales etc. C'est certes très naïf, mais il n'empêche qu'une cathédrale c'est plus beau, plus important qu'une tour dans le quartier de la Défense. Pour s'éviter d'être totalement déprimant, le film s'autorise un espoir, que quelque chose survive et que tout ne soit qu'un éternel recommencement et qu'un jour viendra peut-être où la tradition resurgira et l'on créera à nouveau des choses belles... Ce qui pose problème pour beaucoup dans le film c'est l'importance de la religion, les féministes n'ont pas envie de savoir que la condition des femmes s'améliore avec le christianisme, les marxistes, les anarchistes n'ont pas envie d'une société où l'autosuffisance alimentaire est atteinte par des groupes d’individus pieux. et c'est ça qui est dommage, c'est qu'ils n'ont pas compris que cette piété, que cette tradition permettait de créer une culture, un respect, qui s'oppose au capitalisme, à l'uniformisation totale de toute chose sous la forme de parking, de centres commerciaux et de lotissements sans âme où tout se ressemble. On a un grand film, naïf certes, mais qui conserve un charme fou, une vitalité et surtout un regard très critique sur le monde d'aujourd'hui... où l'éloignement de la piété est le début de la consommation et de la superficialité... où les capacités individuelles à être des gens épanouis ne sont pas mise en avant et ces gens qui sauraient tout faire, toucher à tout, être capable de plein de choses sont justes broyés par des emplois précaires...

Quiouchon

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 5 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 31/01/2016

C est intelligent, drôle, très original, le jeu des enfants très " deuxième degré " mais tout à fait convaincant . L aspect historique très bien traité. On passe un excellent moment, chaque scène nous étonne et nous ravi. Un vrai régal. Merci pour ce joli film.

Luc H.

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 455 critiques

4,5Excellent
Publiée le 12/10/2015

Un très beau film majoritairement en noir et blanc, tourné en 16mm, et dont le casting est presque entièrement composé d'enfants. En nous replongeant dans le temps moyenâgeux, le film nous révèle des choses encore inconnues jusqu'à aujourd'hui concernant les conditions de la femme. A même en faire douter le producteur qui, en lisant le scénario, ne pensait que ce qui est conté est vrai. Un plaisir pour les yeux et pour les oreilles. A voir absolument lors de sa sortie officielle. Film présenté en Compétition Longs-métrage au Fifib 2015 (Festival International du Film Indépendant de Bordeaux)

Clémence Humbert

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 55 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 13/06/2017

Dommage d'avoir choisi le noir et blanc pour exhorter le spectateur à la croyance en sa diégèse. La couleur des plans de l'époque contemporaine est très réussie avec des tonalités rompues contrecarrant l'aspect élitaire du noir et blanc. Hubert Viel s'inspire d'un ouvrage historique de Régine Pernoud et compose une sorte de medley en choisissant des personnages imaginaires et réels (Hildegarde de Bingen, Jeanne d'arc), incarnées par des fillettes. L'âge d'or du Moyen-Age se révèle être féministe et la démonstration pédagogique escomptée manque d'approfondissement. On se demande quel est le public visé, écoliers, souverainistes bobos...Le film ne manque pas de charme, mais peut-être de finitude.

Cinéphiles 44

Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 1 784 critiques

4,5Excellent
Publiée le 16/12/2016

Quel drôle d’objet que ce film d’Hubert Viel. Sous ses airs amateurs, Les filles au Moyen Âge est un film pour enfant tourné par des enfants. Mais en vérité, ce long-métrage en noir et blanc est un pamphlet sur l’Histoire des femmes. En effet, l’image qu’on leur donne aujourd’hui dans les jeux vidéo médiévaux ou tout simplement ce qui se dit, n’est pas tout à fait vrai. Les femmes n’étaient pas toutes des esclaves. Bien au contraire, nombreuses sont celles qui ont construites la France. Jeanne d’Arc qu’on connait tous, mais aussi Héloïse d’Argenteuil, Aliénor d’Aquitaine ou encore Hildegarde de Bingen, sont des femmes qui ont exercé un pouvoir. Mais la guerre de Cent ans opéra comme une marche arrière pour leur condition. Les filles au Moyen Âge est donc un petit bijou qui nous raconte ce passé oublié avec poésie et humour. D'autres critiques sur ma page Facebook : Cinéphiles 44

Frank A.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 10 critiques

4,0Très bien
Publiée le 19/10/2016

Ce film sort du tout venant du cinéma français. Il s'appuie sur un esprit original et propose un vrai point de vue. C'est suffisamment rare pour être souligné. Cela dit, une fois qu'on est entré dans cet univers et ce fameux point de vue original, on s'ennuie un peu. Reste que je préfère voir ce genre de film plutôt que d'autres productions hyper attendues.

bouboulou

Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 25 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 02/02/2016

On rit beaucoup, on apprend encore plus, un conte subversif et fun qui donne un écho très actuel aux impasses sociales de notre époque soit-disant humaniste Le film, composé de nombreux tableaux, multiplie les personnages au fil des siècles, on traverse des décors naturels lumineux en compagnie de théologiens et des rois complètement à l'ouest, un Clovis barbare représenté façon FPS, un Charles X couard et coureur, et même un DRH de la grande distribution pas moins à côté de la plaque En face d'eux, on croise la polémique astronome Hildegarde de Bingen qui esquisse du Newton avant l'heure, la guerrière déterminée Jeanne d'Arc (attention révélation choc), des nonnes enseignant la poésie dans les écoles publiques ou des pharmaciennes en charge de leur coopérative bio indépendante... On pense au ton imaginatif du DA 'Il était une fois La Vie', à la délicatesse de Rohmer, à l'énergie impertinente des kids de 'Génial, mes parents divorcent', et aux héroïnes libertaires de Hayao Miyazaki En l'an de grâce 2016 désapprenez ce qu'on vous a dit à l'école et redécouvrez l'Histoire racontée par la voix de miel unique de Michael Lonsdale Le tout porté par une BO orchestrale/électro magique

Mc Fred Prod

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 36 critiques

4,0Très bien
Publiée le 31/01/2016

En noir et blanc, d’un non-conformisme jubilatoire, ce second film d’Hubert Viel, nous emmène au Moyen-Âge, en ces temps où la femme était Reine. Raconté par Mickaël Lonsdale et Joué par des enfants, ce film est un régal, bien écrit et joué avec un naturel espiègle, il nous amène un grand bol d’air. Très doctement documenté, notamment apuprès d'historiens reconnus comme Jacques Heers ou de Régine Pernoud : "la femme au temps des cathédrales", ce film nous plonge comme en un bain de jouvence, dans ces temps ou la femme, héritière de "Marie, mère de Dieu" était au minimum l'égal de l'homme, et bien souvent supérieure. Petits regrets esthétiques : - le réalisateur a choisi le format 4 x 3, (vous savez, celui des premiers camescopes ou de la télévision de papa) cela donne un petit côté viellot parfaitement inutile. - le choix du noir et blanc est une excellente idée. Ce format permet des images qui peuvent être intemporelles et sublimes, si on attache un peu de soin à la photo et aux cadrages. On reste sur sa faim, car visiblement Huebert Viel ne s'est pas soucié de cet aspect.

Bernard D.

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 83 critiques

4,0Très bien
Publiée le 29/01/2016

« Les Filles au moyen âge », le second long métrage de Hubert Viel, nous fait revisiter – ou mieux découvrir - l’importance des femmes au cours de l’histoire de France de la période gallo-romaine à nos jours et ce à différents niveaux : émancipation des femmes ; rôle dans l’éducation et la santé... et aussi rôle économique avec un saisissant raccourci de Jacques Cœur, le Grand Argentier de Charles VII, à notre monde actuel. Malgré son nom, ce premier ministre des finances avait créé l’impôt et le commerce « libéral », et convaincu le roi à prendre comme maitresse, Agnès Sorel. C’est pour Hubert Viel, le début du déclin des femmes désireuses de continuer de vivre en autarcie dans leur potager. La forme du film est singulière puisque les acteurs sont des enfants à qui Michael Lonsdale, raconte avec sa voix envoutante, l’histoire de ces femmes. Le début du film mime une série télévisée filmée en 16 mm en format presque carré et en noir et blanc, avec des scénettes presque simplistes. Il atteint ensuite une autre dimension pour aboutir au monde moderne où apparait la couleur, avec in fine la nostalgie d’une époque révolue voire une critique de notre société sous l’emprise du libéralisme et devenue sans « charité ». Le film est fortement baigné par le christianisme que la personnalité de Michael Lonsdale depuis « Des hommes et des Dieux » (2010) vient renforcer. Ceci m’a un peu gêné au début mais il est clair que la chrétienté puis l’alliance entre le pouvoir et l’église via la royauté de droit divin, ont profondément marqué notre histoire … ce que nous avons parfois du mal à intégrer de nos jours. Le film va bien au-delà de la simple charité chrétienne et véhicule un besoin d’humanisme et de partage. Le message est très pertinent et le fait d’avoir pris comme acteurs des enfants apporte de la fraicheur et une note de naïveté, voire d’espérance (l’avenir est aux jeunes ?) au message. La gravité des dialogues est souvent désamorcée par les propos des enfants ou des expressions contemporaines. Bref un film dont la forme (imposée par le petit budget) peut dérouter mais dont la lecture véhicule des réflexions pertinentes sur les femmes et sur notre société … un film à voir comme très souvent les films produits par Potemkine !

Spe64

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 186 critiques

4,0Très bien
Publiée le 11/10/2015

Vu au FIFIB 2015, lors d'un anniversaire d'une fillette d' une dizaine d'années, les garçons préférant jouer à la console plutôt qu'avec les filles, elles se laissent conter une histoire par le grand père et s’imaginent à la place des personnages racontés par celui ci, la couleur laissant la place au noir et blanc... Les filles au moyen âge est un jolie conte touchant et drôle remontant le temps et déroulant les époques par chapitres jusqu’à nos jours, principalement axé sur la condition de la femme comme un ode au féminisme, c'est très réussi.

tixou0

Suivre son activité 221 abonnés Lire ses 1 519 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 14/12/2016

"Deux étoiles" (d'encouragement). Pour le fond du propos, qui apprend sans doute à beaucoup, victimes de la non-instruction scolaire (phénomène en développement exponentiel - en "histoire de France", surtout : pensez donc, enseigner que notre pays et sa civilisation sont nés avec le baptême de Clovis...), sur le statut et le rôle (enviable) de la femme aux temps médiévaux (très largement sous l'influence du catholicisme, et donc du culte marial). La Révolution de 1789, entre autres méfaits, marquera ainsi une forte régression pour la femme, au global (que l'on songe, par exemple, que les commerçantes et artisanes d'Ancien régime participaient à la vie de la cité, et votaient dans ses instances représentatives.... le retour de la citoyenne, ce sera, en France, pour... 1944..). Mais si la forme, en soi, n'était pas une mauvaise idée (sous la houlette d'un aïeul débonnaire et cultivé, des pré-ados comprennent, et apprécient, la vie des "Filles au Moyen-Âge", en jouant des saynètes ad hoc), le procédé (pour cinéaste fauché) touche très vite à ses limites, surtout défendu par des gamins qui (à une exception près), ânonnent lamentablement des répliques (même "adaptées" avec un langage "contemporain"), qu'ils ne comprennent visiblement que fort approximativement.... L'indulgence du spectateur a ses limites. Lisez plutôt Régine Pernoud...

Daniel C.

Suivre son activité 81 abonnés Lire ses 602 critiques

4,0Très bien
Publiée le 19/04/2016

Quelle jolie idée que de faire de l'Histoire un jeu. Des enfants jouent, ils jouent des rôles, dans lesquels ils donnent vie à la narration d'un vieil homme. Un grand-père raconte le moyen-âge, il décrit la société d'alors, les liens de pouvoirs et la place, qu'y occupent les femmes. Michaël Lonsdale est magnifique. Avec légèreté et humour, Hubert Viel nous promène dans l'univers médiéval avec talent.

Arthur C.

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 50 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 12/03/2016

Beau concept: une manière ludique de conter l'histoire comme une matière vivante en la laissant ouverte sur un présent mélancolique et un futur plein d'espoir. Si le film hésite entre théâtre d'enfants et dialogues plus écrits, enlevant un moment à l'un sa spontanéité et à l'autre sa finesse, il trouve sa force dans l'élan finale, fuite hors des époques, des âges, des genres et des vérités.

mo_baoluo

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 2 critiques

4,5Excellent
Publiée le 14/02/2016

Film à tout petit budget, frais, documenté, bien joué, les enfants sont adorables, à voir absolument !

Satan Officiel

Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 424 critiques

4,0Très bien
Publiée le 09/04/2017

Ce film est peut-être naïf, cependant il n'est pas niais et délivre un message et un état des lieux plus qu'intéressant, tout en proposant une réelle proposition de mise en scène. Voilà un film tout à fait féministe qui sans faire des hommes des démons, nous parle de l'influence (sous-estimé) des femmes aux Moyen-Age, Moyen-Age d'ailleurs aussi épuré des clichés tenaces qui subsiste sur lui, la religion ne faisait pas que place à l'obscurantisme et à la crasse, au contraire. Et ce film nous le prouve bien avec une sensibilité réelle et pour le coup pas niaise, et pourtant je hais les gosses, c'est dire si c'est plutôt subtil. L'acting est étonnamment bon malgré quelques surenchères enfantines, le grand-père est tendre et bouleversant et sa voix et celle d'un véritable conteur et ça se sens. La mise en scène propose plusieurs idées, plutôt naturaliste, son noir et blanc montre plusieurs saynètes découpées en chapitres, mais c'est limpide en fait, vers la fin on se rend compte que plusieurs arcs se mêlent, métaphoriquement bien sûr, et la simplicité de la mise en forme aide donc. Après ça veut pas dire qu'il n'y a pas d'identité, rien que le musique (mais aussi les décors et le choix presque documentaliste de certaines scènes) créé un univers, une bizarrerie au sein d'un monde uniformisé et plus triste que jamais finalement (malgré sa présence de vie, fin les adultes semblent bien lobotomisés, intéressant, seuls les anciens et les enfants ne sont pas inclus, l'esclavage du travail d'usine, des impôts, des factures, du quotidien terne peut-être ?). C'est un film qui dit non au cliché (ou mythe) des femmes comme martyrs, comme choses fragiles (argument principal des fausses féministes qui vont te dire que la femme à toujours été soumise mais qui en même temps sous entendent que les femmes sont ces choses fragiles, pathétique) dans toute l'existence humaine, qui redonne les lettres de noblesses que le Moyen-Age mérite, et dresse un constat vrai sur notre société actuelle, dommage qu'il soit naïf ce constat...

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top