Mon AlloCiné
Féminin plurielles
Note moyenne
3,1
9 titres de presse
  • Positif
  • Télérama
  • Le Figaro
  • Le Journal du Dimanche
  • Le Parisien
  • Les Fiches du Cinéma
  • Les Inrockuptibles
  • Première
  • Critikat.com

Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

9 critiques presse

Positif

par Bernard Génin

Précision, retenue, délicatesse, avec un regard frontal sur tout ce qui touche au désir  : Sébastien Bailly fait preuve d’un talent de cinéaste très prometteur pour le jour où il passera au long métrage.

Télérama

par Jacques Morice

Trois histoires distinctes pour quatre portraits féminins. Non, ce n’est pas la Kelly Reichardt de Certaines femmes, mais Sébastien Bailly, un jeune cinéaste français qui pose un regard singulier sur le rapport des femmes à leur corps, sur leur manière de s’épanouir hors des normes.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Le Figaro

par La Rédaction

De deux courts-métrages (Douce et Où je mets ma pudeur), Sébastien Bailly a tiré un premier «long»: trois histoires autour de quatre femmes en quête de liberté qui vont jusqu'au bout de leurs désirs. Dont une aide-soignante qui s'intéresse de près à un patient dans le coma. Un réalisateur dont on dirait qu'il possède une «sensibilité féminine».

La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

Le Journal du Dimanche

par Alexis Campion

Assemblage de trois courts-métrages, ce triptyque trouve sa cohérence dans le regard du réalisateur Sébastien Bailly et dans la solitude de chacune de ses héroïnes, des femmes singulières, peut-être ambigües mais bien décidées à s’affranchir, à prendre des risques, à envisager la désobéissance...

La critique complète est disponible sur le site Le Journal du Dimanche

Le Parisien

par Marine Quinchon

De très beaux portraits de femmes, où la caméra du réalisateur saisit avec beaucoup de sensibilité les gestes et les regards de ses héroïnes, plutôt que les dialogues, pour faire avancer le récit.

La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

Les Fiches du Cinéma

par Marie Toutée

Un triptyque sur le désir des femmes à partir de l’assemblage acrobatique de trois courts métrages attachants par le jeu des interprètes.

La critique complète est disponible sur le site Les Fiches du Cinéma

Les Inrockuptibles

par Serge Kaganski

Sébastien Bailly évite tous les pièges du male gaze en filmant le désir et les sentiments des femmes avec un mélange hypersensible de pudeur, d’empathie et de franchise.

La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

Première

par Christophe Narbonne

On oscille entre le furieusement étrange (l’héroïne nécrophile de Douce), le culturellement ambigu (Où je mets ma pudeur et son érotisme à double tranchant) et le joliment scolaire (la romance gay dans Une histoire de France).

La critique complète est disponible sur le site Première

Critikat.com

par Clément Graminiès

On se retrouve face à un film hybride qui voudrait parler de tout mais ne dit finalement pas grand-chose.

La critique complète est disponible sur le site Critikat.com
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top