Mon AlloCiné
    Vendeur
    note moyenne
    3,2
    540 notes dont 98 critiques
    6% (6 critiques)
    37% (36 critiques)
    35% (34 critiques)
    15% (15 critiques)
    5% (5 critiques)
    2% (2 critiques)
    Votre avis sur Vendeur ?

    98 critiques spectateurs

    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2361 abonnés Lire ses 640 critiques

    4,0
    Publiée le 10 mai 2016
    "Vendeur", à partir de l'étude d'une touchante relation père/fils, ici vue à travers la découverte du métier de vendeur de cuisine, arrive petit à petit, à fonctionner et à nous captiver de bout en bout. Un scénario original, brillant et intelligent, qui va permettre d'embarquer ce fils et ses soucis, dans cette vie factice où alcool, prostituées, drogue balisent le chemin de ces professionnels de la vente... Et le gros point fort est justement là, au niveau de l'attitude de ce duo, de ce que ce métier va faire craindre chez le plus âgé des deux, Serge. C'est ainsi toute l'interaction entre ces deux êtres, ainsi que ce milieu où la vente sert d'adrénaline, qui va être passionnante à observer... Tour à tour défaitiste, inquiet, puis presque jaloux, ce père va observer son "petit" et le découvrir, tout comme le fait inversement de son côté ce fils... Une découverte d'une profession où bagout, ficelles et mensonges, petites filouteries font bon ménage et découverte de deux tempéraments se rencontreront puis évolueront dans des sens diamétralement opposés, où les prises de conscience seront finement observées ! Une analyse de la réussite ou plutôt de son illusion vue à travers ses dangers collatéraux, habilement tissée par Sylvain Desclous, dont les deux interprètes Gilbert Melki et Pio Marmaï sont superbement à l'aise dans ce type de rôle ! Tous deux évoquent à leur manière force, persuasion, voire férocité ou alors et tour à tour, doute, fragilité et introspection. Une mise en scène sombre et même très noire, où les milieux de la nuit se mêleront à ceux des VRP, de la route et des foires expo, qui brille en tous cas à nos yeux de mille feux...
    P.C.
    P.C.

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 21 critiques

    3,5
    Publiée le 27 novembre 2018
    Une critique acide des métiers de la vente avec ses facéties, ses codes, ses manipulations au travers d’un touchant regard sur les relations difficiles entre un père et son fils fils, via la perception de leurs vies professionnelles respectives. « Vendeur » est un hymne d’amour dans un univers machiste et implacable où le père prend conscience du vide dans son existence liée à son implication totale dans l’univers de la vente. Et c’est justement en se sabordant là où il a pourtant excellé, que le père espère voir son fils éviter ses propres erreurs… On ne décroche pas, le scénario est habile et les acteurs parfaitement crédibles. L’émotion est bien présente, surtout dans la dernière demi-heure et la bande son, excellente, renforce l’idée qu’une évasion est toujours possible. Bref, une belle idée, de bons acteurs, un scénario original malgré un titre pas très « vendeur »...
    Michel C.
    Michel C.

    Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 6 critiques

    4,0
    Publiée le 5 mai 2016
    Simplement adoré ce film (aujourd'hui c'est mon jour de chance question ciné) D'abord j'apprécie beaucoup Gilbert Melki - depuis l'acrobate si ça évoque des lointains souvenirs à certains - et en tandem avec Pio Marmaï (son fils) c'est une paire gagnante. On entre un peu plus dans l'univers des "vendeur de cuisines" ceux qu'on approche quelquefois les dimanches d'hiver dans des centres spécialisés, un monde particulier, très bien croqué, avec l'envers du décor le soir et le reste du temps ! L'ambiance Foire de Paris tout à fait réaliste. Très bons choix musicaux, qui collent au scénario, à l'ambiance donnant un coté rétro mais pas trop, parfait. Petit plus : l'apparition de Sara Giraudeau, la couleur dans ce monde un peu "noir". Excellent !! **
    MissCinéphile
    MissCinéphile

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 136 critiques

    4,0
    Publiée le 6 mai 2016
    Je ne m'attendais pas à autant apprécier ce film. Pourtant, j'ai été conquise. "Vendeur" est une très bonne comédie dramatique, servie par des acteurs impeccables, Melki et Marmai en tête (d'ailleurs, on croit vraiment à leur relation père-fils). Si le film suit un schéma plutôt classique (les débuts dans le métier, le clash, les retrouvailles entre le père et le fils, spoiler: la mort du grand-père ), il n'en reste pas moins passionnant. En effet, je ne m'attendais pas à autant aimer les "tribulations" de ces deux vendeurs de cuisines. Le charme opère, grâce notamment à une intrigue sans temps morts (même les visites chez le père de Serge sont réduites à leur strict minimum, contrairement à beaucoup d'autres films bâtis sur le même principe). La courte durée du film (près d'1H30) y est également peut-être pour quelque chose. Seul bémol, à mes yeux: certaines idées sont quelque peu tirées par les cheveux. Je ne connais pas très bien l'univers des commerciaux, encore moins celui des vendeurs de cuisines, mais le personnage de Serge semble avoir en lui tous les vices qui peuvent exister pour en faire, parfois, une caricature ( spoiler: la drogue, les escort-girls, la boisson... ). En résumé, si l'intrigue reste classique, voire cousue de fil blanc, ce "Vendeur" n'en est pas moins réussi. Contrairement à ce que je craignais avant d'aller le voir, on ne s'ennuie pas une seconde.
    tony-76
    tony-76

    Suivre son activité 682 abonnés Lire ses 611 critiques

    3,5
    Publiée le 16 mai 2016
    « On ne chasse pas le Lion, on le tue ! » Faisant des études commerciales et étant fort intéressé par le premier long-métrage de Sylvain Desclous, Vendeur est une bonne surprise ! Le scénario est ambitieux et décrit parfaitement le monde de la vente (pour ici, on traite des cuisines). Mais, il y a aussi une partie où l'on parle d'une relation père/fils assez froide. Serge (G. Melki) est l'un des meilleurs vendeurs de France. Ce n'est pas le cas de son fils Gérald (P. Marmai), qui vient pourtant lui demander de le pistonner pour obtenir provisoirement un emploi de vendeur afin de sauver son restaurant en faillite. Un décor composé uniquement de zones commerciales, de bars et de routes. L'atmosphère de l'oeuvre s'avère très sombre, indécise avec une bande son honorable... La distribution des acteurs est bonne. Gilbert Melki, un acteur que l'on voit peu de nos jours au cinéma, est saisissant et très juste dans son rôle de meilleur vendeur en fin de carrière. Un homme solidaire dans lequel il ne peut se passer d'alcool, de sexe et de drogues. Et, Pio Mamai apporte pas mal d'émotion à son personnage, il le rend attachant. Le tandem fonctionne correctement ! Les rôles féminins sont un peu mis à l'écart, Caroline Poidatz est bouleversante, malgré ses courtes apparitions à l'écran. Sarah Giradeau reste passable, sans plus et n'apporte pas de grand intérêt à l'oeuvre du cinéaste. Des dialogues qui donnent un ton dynamique. Le spectateur apprend que le milieu de la vente s'avère rude et sans pitié où seule la commande finale compte ! Pour finir, Sylvain Desclous réussit à faire de ce Vendeur une oeuvre très intéressante et profonde. Un portait du métier prenant. Un cinéaste à suivre, donc...
    Julien B.
    Julien B.

    Suivre son activité 1 abonné

    3,0
    Publiée le 12 avril 2016
    un film qui je dois avouer au début on est un peu perdu mais on s'y repère vite, on comprend très bien le fond de la toile qui est le milieu de la vente mais n'oublions pas avant tout que c'est une histoire entre un père et son fils comme pas mal de film sur une histoire de famille. Lorsqu'on regarde bien le film on se rend compte que c'est un rôle fait pour Gilbert melki et pas Gérard lanvin comme ce devait être des le départ.
    Rainfall_Shadow
    Rainfall_Shadow

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 122 critiques

    4,0
    Publiée le 7 mai 2016
    si le film creuse davantage la question de la filiation que celle du choix, on appreciera la prestation impeccable de gilbert melki dont le registre dramatique donne au film une tournure touchante... a voir sans hésiter
    lasueur
    lasueur

    Suivre son activité 8 abonnés

    3,5
    Publiée le 4 mai 2016
    Vendeur, un premier film très commercial Le 25 avril dernier, nous sommes nombreux à nous presser devant l’entrée du Club de l’Étoile, cinéma très humain et chaleureux situé à quelques cent mètres de l’Arc de Triomphe; et pour cause le film Vendeur de Sylvain Desclous avec pour têtes d’affiche Gilbert Melki et Pio Marmaï nous est présenté en avant-première. La nature même de l’évènement est une certaine mise en abîme: on nous fournit un sac rempli de goodies pour la promotion du film, le réalisateur et Gilbert Melki sont présents et un cocktail est organisé à la sortie. Je me félicite de ne pas être allé à l’avant-première de « The Assassin », on n’est jamais trop prudent… Vendeur, donc, est l’histoire d’un quinquagénaire Serge, vendeur itinérant vedette interprété par un Gilbert Melki qui nous présente un cousin éloigné de son personnage dans La Vérité Si Je Mens en y intégrant une profondeur et une sensibilité brillante, qui voit débarquer son fils Gilbert (Pio Marmai) dont le restaurant a fait faillite et qui cherche un emploi de toute urgence. Après des débuts difficiles pour ce dernier dans une société de vente de cuisines aménagées où son père fait office d’icône, Gilbert (le fils) se découvre finalement un don (notamment grâce aux conseils de son père). Mais cette nouvelle carrière n’est-elle pas un renoncement ? Finira-t-il seul et malade comme son père ? Ce film, le premier réalisé par Sylvain Desclous, est tout d’abord une plongée dans le monde fascinant de la vente, du management agressif et de l’enfumage de la clientèle. L’univers est dépeint avec précision (le réalisateur a travaillé en amont avec de vrais vendeurs) et le talent de Desclous se révèle à travers la transcription de la tension, du stress voire de la folie de ce milieu sans foi ni loi. Il réussit à donner au terme « vendeur » une connotation mystique, inquiétante. En effet, ici il n’y a aucune volonté de retranscrire une quelconque réalité sociale ou une critique « profonde ». Si la solitude et le mode de vie du père sont des thèmes majeurs du film, le réalisateur s’inscrit dans « une volonté de faire du cinéma » (comprendre par opposition au documentaire ou au film français social). Les surcadrages, costumes, le travail de la lumière ou encore le choix de la bande originale (fait avec Gilbert Melki) traduisent cette ambition de créer et magnifier une ambiance, une histoire, qu’elle soit réaliste ou non. Le terme de road-movie revint d’ailleurs plusieurs fois dans la conférence de presse qui suivi la projection, la voiture de Serge étant un décor récurrent et la route un sujet sous-jacent. Car il ne s’agit pas ici de se contenter de dépeindre la vie ou les névroses des professionnels de la vente en foire, mais de parler d’une relation père-fils, de l’âge adulte et des projections que l’on peut avoir de ses parents, du deuil, des schémas qui se répètent au sein d’une même famille. Famille dont les femmes sont relativement exclues, de par la profession, le tempérament et le mode de vie de ces trois hommes (on peut y inclure le père de Serge). Si elles sont le parent pauvre de ce film, Sylvain Desclous nous a déjà promis que son second film leur fera la part. T.T.R.
    tixou0
    tixou0

    Suivre son activité 272 abonnés Lire ses 1 099 critiques

    4,0
    Publiée le 9 mai 2016
    Sylvain Desclous réussit son premier "long" ! Ce "Vendeur" met en scène de façon originale, autant que saisissante, les rapports (délicats) père/fils, via leur vie professionnelle - permettant d'apprécier en creux leur vie tout court.... "Serge" (Gilbert Melki) est un sexagénaire qui porte beau, et a (apparemment) une existence dorée sur tranche, auréolé qu'il est de sa perfection saluée de tous, comme "Vendeur" (un parcours flamboyant dans la cuisine équipée spoiler: - mais quand on sait vendre, on peut tout vendre, comme le montrera l'épilogue !) Quand son trentenaire de fils, "Gérald" (Pio Marmaï), a toutes les peines du monde à essayer de mettre en adéquation sa passion (la cuisine - celle d'un restaurateur...) avec les dures réalités économiques. spoiler: Le fils semble se résigner à embrasser la carrière du père, alors que ce dernier, saisi par une cruelle lucidité lors de cet effet-miroir, va tout faire pour le remettre sur les rails de sa passion. La caméra est agile (et impitoyable - ah, cette solitude du VRP, entre ronds-points de zones commerciales et chambres d'hôtels sans âme....), le montage nerveux, les interprètes tous parfaits.... Une "tranche de vie" en forme de "conte moral" pour société déshumanisée, décapant.
    Ovalie82
    Ovalie82

    Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 28 mai 2016
    Bon film qui arrive finalement à nous captiver du debut à la fin! Et Super Bande Son tout au long du film! Themes abordés: - envers du décor du métier de Commercial - complexité de la relation père/fils - difficulté de choix de vie (perso/pro Excellent Melki! On a envie de le voir davantage au ciné! Le duo Melki / Mermaï (pere/fils) fonctionne parfaitement! On y croit vraiment! Je vous le recommande, on passe un très bon moment 😉
    BeatJunky
    BeatJunky

    Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 957 critiques

    3,5
    Publiée le 28 mai 2016
    Film intéressant avec cette histoire sur le monde de la vente et des vendeurs plus particulièrement. Le scénario est vraiment bien mis en scène par Sylvain Desclous mais vaut surtout le coup d'oeil pour son interprétation impeccable! Pio Marmai et plus particulièrement G Melki, sont carrément extra . Il rend en effet son personnage très touchant en essayant d'éviter à son fils de faire les mêmes erreurs et d' avoir la même vie que lui car vendeur est plus qu'un métier: c'est une façon de vivre, une façon d'être avec cette faculté de séduire ses clients... Ici Melki, à l'heure du bilan se rend compte qu'il n'aura pas séduit et endormit que ses clients.... C'est exactement ce qu'il voudrait éviter à son fils. Scénario original, mise en scène simple sans longueurs, des acteurs convaincants.... Bref, un bon moment ciné.
    AMANO JAKU
    AMANO JAKU

    Suivre son activité 201 abonnés Lire ses 421 critiques

    3,5
    Publiée le 27 mai 2016
    Ce n'est jamais facile de faire son premier film, mais ça l'est encore moins lorsqu'on s'attaque à un sujet courant que tout le monde connaît (enfin, disons plutôt « croit connaître »). Et quoi de plus banal que le monde du commerce et des vendeurs ? Et bien, contre tout attente, Sylvain Descloux évite tout préjugé contemporain en nous proposant de rentrer littéralement dans ce milieux finalement méconnu du grand public tel un investigateur secret à la recherche d'une vérité. Pour cela, il nous propose de suivre Serge, LE vendeur par excellence, LA « Rolls Royce» de la vente que tous les magasins s'arrachent pour qu'il donne des leçons sur son art si parfaitement maîtrisé : à lui seul, il incarne un retour sur investissement immédiat et spectaculaire ! Et d'ailleurs Descloux filme Serge au travail tel un artiste éblouissant à chaque nouvelle représentation : les séquences de vente sont brutes, avec un montage assez cut soutenu par une musique rythmée et entraînante...et oui, le spectateur est, comme le client, immédiatement sous le charme de cet irrésistible démagogue commercial et ne peut plus rien faire d'autres que d'écouter attentivement son discours et de boire ses paroles quasi religieusement. La vente est un combat acharné avec le client dont l'issue ne peut être que la victoire du vendeur (parfaitement illustré par cette incroyable scène d'ouverture où spoiler: un groupe d’hommes rassemblé dans une salle jure foi et soumission à leur cause tel des soldats se préparant à partir à la guerre ). Bien entendu, cette recherche totale de la vente nous est dépeinte de façon réaliste, ne nous épargnant pas de nous décrire le cynisme des techniques utilisées, qu'il s'agisse de celles des managers pour motiver leurs employés ou de celles des vendeurs pour « cueillir » les clients. Mais voilà, Descloux a l'intelligence de ne pas se contenter de ce constat cynique et grinçant : il veut nous prouver que pour arriver à un tel statut, Serge a dû sacrifier pas mal de choses. En effet, afin de combler cette soif insatiable de pouvoir et de réussite, Serge est un devenu un nomade qui écume routes et salons au volant de sa BMW, le privant cependant de toutes relations sociales avec les autres. Il a d'ailleurs divorcé et a un fils qu'il ne voit jamais. Pour oublier le naufrage affectif de sa vie, il dépense à foison son argent si facilement gagné en amusement, drogues et prostituées...et oui être le roi passe par quelques concessions. Et c'est par l'intermédiaire de son fils venu lui demander de l'aide pour devenir vendeur et d'une jeune prostituée candide et lucide qu'il va commencer à ouvrir les yeux sur le triste bilan de sa vie. L'électrochoc sera violent mais salvateur...Le film vaut aussi le coup d’œil pour les jolies prestations de ses acteurs : Gilbert Melki est magistral dans le rôle de cet homme au sommet de sa gloire dont l'attitude est à mi-chemin entre et le cowboy solitaire et le mafiosi ; à un tel point qu'il parvient à nous faire apprécier son personnage pourtant rebutant aux premiers abords vis-à-vis de son état d’esprit vomitif au possible. Pïo Marmaï continue à me surprendre et nous propose un jeune homme au charisme à la fois magnétique et mystérieux dont la frustration issue de son échec professionnel le pousse à devenir celui qu'il a toujours détesté (ou comment le poisson rouge se transforme en requin !). Et, même si sa présence est moindre à l'écran, n'oublions pas la mignonne Sara Giraudeau qui incarne avec une justesse inouïe cette jeune prostituée au regard enfantin et au corps d’adolescente mais dont l'extrême lucidité de leur situation ( spoiler: « Un vendeur et une pute, c’est à peu près la même chose ! » ) va amener Serge a remettre en cause son train de vie pour commencer à accepter de vivre des moments de délices. Voilà, "Vendeur" se révèle être un premier film agréable et intéressant malgré son sujet de base pourtant peu attractif (les zones industrielles et les magasins de cuisine). De façon assez inattendue, Sylvain Descloux nous offre un portrait plutôt acide d'une profession jouant sur les apparences doublée d'une intéressante réflexion sur le choix de vie, la place des interactions sociales et plus particulièrement sur la relation père/fils au sein d'un monde où le pouvoir et le fric passent bien avant les valeurs humaines. Crédible, pudique et efficace, servi par un casting de talent, "Vendeur" est la preuve vivante que le cinéma français peut encore raconter des choses et nous séduire.
    bebenut2000
    bebenut2000

    Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 18 mai 2016
    Magnifique. Assez inclassable dans le paysage français. Super acteurs, super mise en scène et surtout un univers qu'on a pas l'habitude de voir au cinéma. dommage que Sara Giraudeau n'ait pas plus de scènes. A voir.
    isaziegel
    isaziegel

    Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 19 mai 2016
    j'y suis allée a reculon a cause du titre mais j'ai été hyper agréablement surprise ! le film est beaucoup plus interéssant que la description du monde de la vente, et surtout c'est l''histoire super émouvante d'un pere et de son fils. Melki et Pio marnai sont hypr attachants et tous les acteurs sont magnifiques, même les petits roles. la musique est geniale mais vraiment c'est dommage de donner un titre comme ça, car le film est vraiment bien
    BillZ
    BillZ

    Suivre son activité 2 abonnés

    5,0
    Publiée le 17 mai 2016
    Magnifique film tout en finesse et tout en délicatesse. Malgré un titre assez peu... vendeur, j'ai été séduit par la manière dont l'auteur agence un récit haletant et implacable sur fond de monde du travail. Les acteurs sont géniaux et notamment Gilbert Melki et Pio Marmaï, qui incarnent une relation Père Fils à la fois forte et très émouvante. Et quelle BO ! Allez-y !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top