Mon AlloCiné
Voyage à travers le cinéma français
note moyenne
4,0
209 notes dont 37 critiques
8% (3 critiques)
68% (25 critiques)
16% (6 critiques)
8% (3 critiques)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Voyage à travers le cinéma français ?

37 critiques spectateurs

L_huitre

Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 247 critiques

4,0Très bien
Publiée le 13/10/2016

Le cinéma français a son héraut. Et son héros !... Bertrand Tavernier est assurément un grand cinéaste. Réalisateur du merveilleux "la Vie et Rien d'autre" et du savoureux "Coup de Torchon", ce lyonnais passionné de cinéma depuis l'enfance est une encyclopédie vivante du 7ème Art. Il préside l'Institut Louis Lumière à Lyon, ce qui - en plus de sa filmographie superbe - lui donne toute légitimité pour parler du cinéma français. Alors quand il lance un documentaire "Voyage à travers le cinéma français", les cinéphiles n'ont d'autres choix que de se précipiter pour communier avec lui autour de leur passion. Bertrand Tavernier aborde le cinéma au travers de son expérience personnelle. Son premier film, vu à 6 ans, l'a marqué au point de lui imprimer durablement des images en mémoire. C'était un film de Jacques Becker. On commencera donc par Jacques Becker !... Et pendant trois heures et quinze minutes, nous voilà partis pour une immersion totale dans le meilleur de notre cinéma national. Tavernier nous raconte ses rencontres, ses émotions, ses coups de coeur et ses hommages à ceux qu'il considère comme ses maîtres : Becker, Carné, Renoir, Delannoy, Clouzot, Truffaut, Melville, Sautet, etc... Nous voyons des dizaines d'extraits de films, sélectionnés pour leur pureté visuelle ou pour leurs impressionnants jeux de caméra. C'est l'oeil de l'expert qui nous guide. Les images s'enchaînent et laissent le spectateur parfois bouche bée. L'aisance d'une réalisation ne saute jamais autant aux yeux du profane que lorsqu'elle est soulignée par un spécialiste. Tavernier nous donne envie de revoir ces films, ou de les découvrir pour la majorité d'entre eux. Tavernier fait aussi un long flash sur Jean Gabin dont il révèle la forte personnalité. Mais aussi sur Maurice Jaubert, un compositeur unique de musique de film. Bien sûr, le documentaire ne prétend pas à l'exhaustivité. Les années 30 à 60 sont largement sur-représentées par rapport à l'époque actuelle. Et c'est tant mieux, car ce sont des films qu'on connait moins. Bravo donc à Tavernier d'ouvrir ainsi à la caméra ses formidables souvenirs et anecdotes d'un homme qui a côtoyé les plus grands. Il nous fait joliment redécouvrir notre patrimoine national.

lipfy

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 38 critiques

4,0Très bien
Publiée le 29/10/2016

Pas mal du tout (bien qu'un brin décevant). Bertrand Tavernier a choisi l'autobiographie pour réaliser cet immense projet : quels films j'ai aimés, qu'est-ce qui m'a marqué, etc. C'était une approche possible, mais ça limite forcément. Il y a des manques. En gros, il y a Becker, Renoir, Duvivier, Carné (beaucoup), Gabin (un peu long, mais bien). Rien ou si peu sur les autres acteurs de cette époque (Arletty, Jouvet, Marais, Morgan, Michel Simon, Darrieux, Raimu…) ou les autres réalisateurs (Ophüls, Tati, René Clair, Lherbier, Autant-Lara…) Excellent passage sur Eddie Constantine (et Lemmy Caution), et sur Melville. Truffaut, Godard, Chabrol à peine effleurés. Tout comme Bresson. Un peu de Claude Sautet, très intéressant, mais rien sur le cinéma des 70's. Bon, bon, assez d’ergotage, de pinaillerie, de chichis : il est tout simplement impossible d'être exhaustif dans ce genre d'entreprise. Il faut reconnaître que c'est tout de même un très beau voyage, avec de superbes archives et un passionnant commentaire. En fait, c'est parce qu'on en aurait voulu plus, encore plus qu'on critique. C'est vrai que les 3h15 passent… comme un claquement de doigt ! On en revient pas que ce soit déjà fini. Alors, qu'est-ce qu'il y a à redire ? Rien.

Daniel C.

Suivre son activité 81 abonnés Lire ses 602 critiques

4,0Très bien
Publiée le 18/10/2016

Beau voyage historique, qui nous entraine dans une excursion tantôt dans les films, tantôt chez ceux qui les font. C'est l'itinéraire de Bertrand Tavernier dans le cinéma, ses rencontres, ses anecdotes. On voit aussi de vieilles salles de cinéma aujourd'hui disparues, les studios parisiens de Melville. C'est beau de revoir tous ces acteurs, ces décors, ces musiques, ces techniciens du septième art. Un bel hommage vraiment.

poet75

Suivre son activité 114 abonnés Lire ses 473 critiques

4,0Très bien
Publiée le 17/10/2016

Qui mieux que Bertrand Tavernier sait transmettre sa passion pour le cinéma? Chaque fois qu'il intervient dans les bonus des DVD (par exemple dans la collection "Westerns" de Sidonis), c'est un régal. On ne se lasse pas de l'écouter. Il en est de même, bien sûr, dans ce documentaire sur le cinéma français. On en sort en n'ayant qu'une envie, celle de voir ou revoir tous les films qu'il y évoque et dont il montre des extraits. Que ce soit les films de réalisateurs prestigieux comme Jean Renoir, Jacques Becker ou Jean-Pierre Melville ou ceux de réalisateurs méconnus et dont je n'ai encore jamais vu les films comme Edmond T. Gréville ou Jean Sacha ou encore de réalisateurs réputés médiocres comme Jean Delannoy mais dont il convient peut-être de voir certains films. Bertrand Tavernier suscite un énorme désir de cinéma et c'est génial. D'autant plus que je crois savoir que ce documentaire sera complété par une série de trois films qui passeront à la télévision. 8/10

Caine78

Suivre son activité 672 abonnés Lire ses 6 704 critiques

4,0Très bien
Publiée le 07/10/2017

Après plusieurs livres écrits sur le cinéma américain, Bertrand Tavernier s'attaque à celui hexagonal via un documentaire de plus de trois heures, où la passion du bonhomme est manifestement intacte. Des années 30 à 70, l'auteur de « L.627 » traverse les époques avec un plaisir souvent communicatif, son immense culture faisant la part belle à la technique comme aux émotions, le choix des films et des images prêtant rarement à discussion jusqu'aux 50's, d'autant que ses arguments et sa manière de décrire chacun d'entre eux forcent le respect et l'intérêt de quiconque s'intéressant un minimum au sujet. Évidemment, 180 minutes c'est très peu pour parler d'une période aussi longue dans un pays aussi riche en œuvres majeures, et certains cinéastes (notamment Julien Duvivier) passent un peu à la trappe. De plus, on peut être parfois dubitatif quant aux éloges que Tavernier émet sur certains noms (notamment dans les années 60), d'autant que celui-ci semble « privilégier » les réalisateurs qu'il a directement fréquentés, ce qui n'empêche pas l'analyse et la clarté. L'homme n'est pas forcément « sympathique », ce qui n'empêche nullement l'immersion et le plaisir de se plonger dans ces différents titres, d'autant que son regard reste constamment accessible, ludique. Bref, si on est (logiquement) plus convaincu par certains choix que d'autres, la subjectivité ayant inévitablement un rôle très important, difficile de résister à autant d'intelligence et de savoir, au moins lorsqu'on est cinéphile. Un voyage à ne pas manquer.

gimliamideselfes

Suivre son activité 819 abonnés Lire ses 3 560 critiques

3,5Bien
Publiée le 12/04/2017

Si j'étais déçu de n'avoir pas pu voir ce documentaire à sa sortie, je suis aussi un peu déçu par le film en lui-même. Je suis déçu car je trouve ça finalement peu cinématographique, je ne dis pas que ce n'est pas bien, mais ça reste une série d'extraits que commente Tavernier en retraçant sur parcours de cinéphile. Ces extraits sont accompagnés de tout un tas d'anecdotes, d'explications où l'on voit Tavernier (ou plutôt où l'on l'imagine) passer d'un cinéma à l'autre, d'un metteur en scène à l'autre et se faire finalement son petit nid dans le milieu. Sauf que 3h15 c'est long pour ça, c'est exactement ce que j'aurais pu imaginer comme format de série pour Arte, un truc qui passe tous les soirs après le journal et avant le film et qui se suit... Et l'autre bémol serait que je trouve les extraits plus intéressants que ce qu'il raconte dessus. Donc là il m'a donné envie de voir plein de films que je connaissais de nom, notamment certains Becker, Melville, Sautet, des films qui m'étaient inconnus comme ceux avec Eddie Constantine ou encore de revoir des films que j'ai déjà vu, notamment La grande illusion. Évidemment le film fourmille de petites anecdotes sympathiques, mais la sauce ne prend pas tout à fait, parce que oui, j'aime apprendre des choses sur le comportement d'untel ou d'untel, de savoir que Prévert est allé cherché Kosma pour mettre en musique une chanson qu'il a écrite pour un film de Renoir, mais finalement ça ne dépasse jamais vraiment la petite anecdote sympa... et 3h15 avec juste ça, encore une fois je trouve ça long. Alors oui, heureusement on a Tavernier qui explique ce qu'il aime chez tel ou tel réalisateur, il donne envie de voir plus de films de Becker, même si je ne suis pas tout à fait d'accord avec ce qu'il raconte sur l'intrigue d'Antoine et Antoinette qui pour moi plombe un peu le film, il a l’œil pour sortir ce qu'il faut retenir d'une séquence, d'une façon de mettre en scène... Et forcément ça marche mieux lorsqu'on a la scène devant soit pendant qu'il l'explique, on s'épargne pas mal de descriptions, ce qui permet au film d'être assez dynamique. Mais ce qui me pose finalement le plus problème, c'est que le film s'ouvre sur une citation de Godard, allant donc plus chercher la filiation avec Histoire(s) du cinéma qu'avec Scorsese qui si je ne m'abuse a aussi fait un film où il explore le cinéma de son pays. Sauf que Godard faisait quelque chose de ses extraits qui est déjà un peu plus innovant sur la forme et moins classique, mais qui était peut-être moins centré autour de lui, de sa vie, mais plus sur ses réflexions. Paradoxalement le film de Godard était divisé en plein de parties toutes autour d'un thème et pouvait donc être vu en plusieurs fois, mais était plus cinématographique, moins planplan en somme, que le film de Tavernier qui est à bouffer d'un coup (bon il annonce à la fin un second volet, on a évité le film de 6h). J'en attendais donc plus de la part de Tavernier, qui livre un film personnel, loin d'être mauvais, qui donne envie de voir des films où l'on apprend quelques petites choses, mais qui malheureusement manque un peu de substance, je reste sur ma faim, ça me semble léger et il faut bien le dire, un peu lisse. Reste que pendant le film j'étais entrain de me dire "ah il faut que je voie ça... et ça... et ça... ah et ça aussi", donc c'est déjà ça de pris.

tixou0

Suivre son activité 221 abonnés Lire ses 1 518 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 30/10/2016

Il est né à Lyon, la ville des frères Lumière (même si eux n'en étaient pas natifs - et si seul l'aîné y est mort) - en 1941. Cela fait à Bertrand Tavernier un point de départ à sa causerie (son "Voyage"), et un point de chute (lançant le générique - fleuve - car il est président de l'Institut Lumière). Entre les deux, 3 h 15 de souvenirs, d'inclinations diverses pour le cinéma français, qu'il a lui-même illustré (il n'y fait qu'une brève allusion, modestement...). En gros, de "L'Atalante" aux années 70. Au net positif de son travail : les 3 h 15 passent très vite ! Il faut dire que son panorama couvre une période façon "âge d'or" - quand les cinéastes étaient des êtres cultivés, connaissant leur métier, s'entourant de collaborateurs à l'unisson, et les acteurs (vedettes et rôles de "complément") de vrais interprètes. La comparaison avec l'ordinaire de la production hexagonale actuelle est cruelle - à tous égards ! L'exercice a aussi ses limites. Si l'aspect "pédagogique" est passionnant (élaboration des scénarios et dialogues, "grammaire" cinématographique, musiques...), l'aspect "filiations et influences" intéressant, on peut regretter que certains metteurs en scène, acteurs, compositeurs... de la période considérée soient trop bien servis, et beaucoup d'autres à peine évoqués. Sans oublier les (heureusement rares) tentations de politiser l'exposé - BT se voulant "engagé".....Inopportunes.

Krebs

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 18 critiques

4,0Très bien
Publiée le 23/10/2016

Très beau voyage à travers les films français des années 1930 à 1970, guidé par un cinéaste cinéphile, qui nous fait découvrir sa vision du cinéma français et nous parle de "son" expérience avec le cinéma, depuis son enfance. On passe un très bon moment en sa compagnie, devant cette masse nécessairement subjective mais parfaitement illustrée et mise en valeur, avec des extraits parfois très connus et parfois parfaitement inconnus. On en redemande, et j'attends avec impatience la sortie de la version "longue" ...

Macaron16

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 24 critiques

2,5Moyen
Publiée le 22/10/2016

J'ai mis une note de 2,5 pour "moyen". Ce n'est pas un documentaire "moyen", c'est un très beau documentaire pour qui s'intéresse à la technique cinématographique et pour qui a des référents du cinéma des années 1930 à 1970 auquel il peut se rattacher, et une sacrée leçon d'histoire. Mais au-delà de ça, il ne faut pas se tromper sur ce que tente de faire ce voyage, ça reste très cérébral et très technique. Je suis allée voir le documentaire car la presse parlait de Truffaut et Sautet (mes référents les plus anciens pour ma part) mais il ne faut pas se tromper, Truffaut, Tavernier en parle pendant une minute et Sautet dans les cinq dernières minutes du film. A l'école, je préférais lire plutôt que de faire de l'analyse de texte, et bien en matière de cinéma, c'est pareil, je préfère voir un bon film que de le décortiquer pour comprendre ce qui, techniquement, en fait un bon film. Tout cela étant dit, Tavernier parle très très bien de son art avec une passion non démentie et ça, c'est très impressionnant.

Nelly M.

Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 530 critiques

4,0Très bien
Publiée le 19/10/2016

Les foules rateront volontairement cette rétrospective cinématographique du vivant de Bertrand Tavernier projetée avec une amplitude horaire riquiqui et de préférence le matin, durée un peu plus de 3 heures, autant dire pour un public averti si ce n'est clairsemé :-) ou les fans de vieux films à "bonne histoire" ! Hommage d'une petite vingtaine d'années seulement, il manque un complément post seventies ébauché par des allusions aux oeuvres de Sautet, Melville... Beaucoup apprécié, outre la bonhomie habituelle du conteur qu'est aussi Tavernier ;-), le fréquent relais vocal ensuite, d'une fluidité parfaite... tous ces retours sur Jean Renoir, Eddie Constantine entre autres, et tout particulièrement la reconnaissance de talents gommés à leur époque pour cause de Nouvelle Vague prioritaire = les films de Jacques Becker ("Le Trou") ou Gilles Grangier ("Razzia sur la Chnouf") pour ne citer qu'eux...

Cinéphiles 44

Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 1 774 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 12/10/2016

Une plongée de plus de trois heures dans le cinéma français de 1930 à 1970 ça vous tente ? S’adressant à tous les cinéphiles, quel plaisir que ce Voyage à travers le cinéma français aux côtés de Bertrand Tavernier. Le cinéaste ne fait pas ici un documentaire sur l’Histoire cinématographique. Au travers de plus de 400 extraits, Tavernier expose sa passion de tel genre, de cet acteur ou de ce réalisateur. Il nous parle aussi d’un compositeur de musique ou d’un monteur. Cette fresque à travers le temps est un travail remarquable qui sera bientôt suivi de six nouvelles heures de témoignages. Car Tavernier ne fait pas que montrer des scènes qui se succèdent. Il nous parle. Jean Gabin, Julien Duvivier, François Truffaut, Jean-Pierre Melville, Jean Renois, Claude Sautet, Marcel Carné, il rend hommage davantage aux Hommes qu’aux films qui ont marqué le cinéma. Après 6 ans de préparation, 80 semaines de montage, plus de 950 films vus et revus, Bertrand Tavernier réalise un documentaire inestimable et vivement enrichissant. D'autres critiques sur ma page Facebook : Cinéphiles 44

btravis1

Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 428 critiques

4,0Très bien
Publiée le 19/10/2016

Passionnant pour tous les amoureux du cinéma, ce documentaire regroupe de nombreux extraits de films toujours agréables à revoir pour les cinéphiles et à découvrir pour les autres. Tavernier offre au spectateur une vision personnelle des films et des personnes qui ont marqué son cinéma, avec quelques anecdotes intéressantes et un dialogue toujours riche avec le spectateur. Quand le générique est apparu, je n'avais pas vu le temps passer et c'est finalement une certaine frustration qui s'est emparé de moi, car c'était finalement trop court et beaucoup de réalisateurs comme Henri-Georges Clouzot par exemple n'était même pas mentionné. Belle initiative en tout cas.

emmanuel v.

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 69 critiques

2,5Moyen
Publiée le 25/03/2017

Tatave est au soir de sa vie et il fait le bilan.Spoiler: Le bilan de ce qu'il a aimé au cinéma quand il était adolescent, et en voyant tous les films de ces grands maitres il s'est dit "et si j'essayais, moi aussi, de devenir cinéaste." Il l'a fait avec les résultats qu'on connait, mais ce n'est pas le sujet ici. On sait que Tatave aime raconter, expliquer, répéter, dire et redire en usant de phrases, de para et de périphrases pour que rien ne nous échappe. Tatave, s'il n'avait pas fait de cinéma, aurait été maître de conférence, professeur de collège ou conteur au coin du feu, avec l'effet radical d'envoyer tout le monde au plumard en moins de cinq minutes. Dans ce film qui dure quand-même trois plombes, Tatave passe en revue tout un tas de films selon une sélection conforme à ce que devront présenter les archives comme "ce qu'il faut savoir du cinéma français par Bertrand Tavernier." Il a voulu faire une somme, Tatave, de ce qu'il est important de savoir. On l'imagine durant des heures à trier, classer, sélectionner, tout ce qu'il a archivé pendant ses années passées à regarder des films, afin de nous le ressortir sans rien oublier. On peut louer la mémoire exceptionnelle de Tatave entretenue à voir et revoir les films des autres, tout en essayant de faire aussi bien sans jamais y parvenir. Et Tatave raconte, raconte, raconte ... c'est fou ce qu'il aime raconter Tatave. Mais ... encore une fois, Tatave, je te le dis, je te le redis et ne suis pas le seul à te le dire : Tu nous ennuis. Tu nous ennuis parce que pour toi tout est merveilleux, tout est magnifique, tout est sublime, tout est grandiose, alors qu'on aurait aimé entendre ta hargne, ta mauvaise humeur, on aurait aimé que tu saupoudres ton exposé d'anecdotes vachardes, d'histoires singulières, de moqueries aussi, quitte à être de mauvaise foi. Ca aurait personnalisé ton film, ça lui aurait donné du caractère, mais de caractère tu n'as point Tatave. Tu es un universitaire, tu es un enseignant qui n'a pas compris que les meilleures leçons viennent de professeurs hauts en couleur. Toi, tu es en noir et blanc.

WutheringHeights

Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 848 critiques

4,5Excellent
Publiée le 19/10/2016

Autobiographie cinéphile à la fois tendre et espiègle. Un documentaire monumental et passionnant. LA SUITE :

cylon86

Suivre son activité 408 abonnés Lire ses 4 204 critiques

4,0Très bien
Publiée le 13/10/2016

Comme son confrère Martin Scorsese avec ses voyages à travers le cinéma américain et italien, Bertrand Tavernier, cinéphile passionnée qu'on ne présente plus, s'est lancé dans une aventure retraçant ses souvenirs et son rapport au cinéma français. Le cinéaste revient donc sur ses premiers chocs cinématographiques, sur ses rencontres avec Jean-Pierre Melville et Claude Sautet et sur tout un tas de films, de réalisateurs, d'acteurs et de compositeurs qu'il affectionne et qu'il entend nous faire (re)découvrir. Totalement subjectif (ce qui le rend d'autant plus intéressant), ce voyage est passionnant de bout en bout et l'on ne peut que se ravir d'être en compagnie de Tavernier pour se régaler d'anecdotes sur Jacques Becker, Jean Gabin, Claude Sautet, Jean-Pierre Melville, Claude Chabrol, Jean-Luc Godard, Eddie Constantine, Jean Renoir et bien d'autres... Pas besoin d'être un cinéphile passionné comme Tavernier pour apprécier ce documentaire aux trois heures qui filent à la vitesse de l'éclair et qui saura satisfaire n'importe quel spectateur qui apprécie un tant soit peu le cinéma. Amoureux du septième art, Tavernier nous gâte, nous fait découvrir des perles, nous trouve des archives formidables (dont un enregistrement audio d'une dispute entre Melville et Belmondo) et nous balade de films en films avec une passion et un amour toujours intact malgré les années. C'est émouvant, passionnant et ça nous fait aimer le cinéma avec encore plus d'ardeur.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top