Notez des films
Mon AlloCiné
    Lifeboat
    note moyenne
    3,8
    250 notes dont 50 critiques
    répartition des 50 critiques par note
    7 critiques
    19 critiques
    13 critiques
    10 critiques
    1 critique
    0 critique
    Votre avis sur Lifeboat ?

    50 critiques spectateurs

    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 347 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    4,0
    Publiée le 20 mai 2017
    Alors qu'un paquebot se fait torpiller par un sous-marin allemand dans l'océan Atlantique, neuf rescapés vont se retrouver ensemble sur un canot de sauvetage et vont devoir vivre ensemble malgré des différences sociales et de nationalité... En adaptant ce scénario co-signé par John Steinbeck, Alfred Hitchcock participe à l'effort de guerre et livre un huis-clos océanique où un allemand va se retrouver au centre d'un canot contenant des "civils alliés". Le pari était difficile pour le maître du suspense mais force est de constater qu'il s'en sort à merveille, livrant une oeuvre palpitante où, sous couvert d'une analyse sociale en temps de guerre, il propose intensité et jeux de manipulations à glacer le sang. La force de ce thriller se trouve dans la façon dont Hitchcock va peu à peu mettre en place une atmosphère de soupçons, voire même de haine à travers le rapport entre l'allemand et les autres. Derrière son allure de gentils bonhommes, on se demande tout le long qui est vraiment ce personnage, notamment lors de ses sursauts machiavéliques. Chaque personnage est intéressant, chacun ayant des caractéristiques propres et le maître étudie peu à peu leur comportement face à l'ennemi mais aussi la peur. Sans jamais oublier l'humour, souvent noir, et quelques touches de légèretés qui font mouches, Hitchcock s'attache aussi aux oppositions sociales entre les différents rescapés, notamment à travers une excellente qualité d'écriture, tant dans les personnages que les dialogues, et le metteur en scène de Psycho le gère à merveille, sachant bien prendre son temps lorsqu'il le faut. Alors que le suspense tient tout le long du film, il faut souligner la mise en scène remarquable d'Hitchcock, tout comme sa façon d'utiliser l'immensité de l'océan (ainsi que le peu d'éléments qu'il utilise) et de faire preuve d'audace dans ses plans, notamment pour capter les sentiments des personnages. Ils sont d'ailleurs très bien dirigés (surtout Walter Slezak dans la peau d'un des plus mémorables méchants Hitchcockiens) par le maître, lui-même se permettant un inoubliable et fabuleux caméo. Les aléas de la vie en communauté, surtout lorsqu'un allemand se trouve dans une barque d'alliés, même en civil, c'est ce que met en scène Hitchcock avec Lifeboat, et il le fait en y incluant suspense, tension, ambiguïté et efficacité, un régal !
    stebbins
    stebbins

    Suivre son activité 318 abonnés Lire ses 1 747 critiques

    5,0
    Publiée le 12 novembre 2012
    Tout Hitchcock en un seul film : du plan inaugural présentant l'univers descriptif des huit personnages à la dernière seconde en passant par moult rebondissements Lifeboat rappelle encore et toujours combien Sir Alfred était le maître incontestable du suspense. Leçon de mise en scène unique au dispositif dramatique réduit au strict minimum ( une barque, une poignée de passagers et le roulis interminable de l'océan ) Lifeboat présente d'abord ses personnages à la manière utilitaire pour ensuite développer leur psychologie respective lorsqu'ils entament le chemin désespérant de la survie. Réalisé en pleine Seconde Guerre Mondiale ce thriller fortement audacieux réserve une interactivité particulièrement novatrice pour l'époque en plus de bénéficier d'une matière première redoutablement imposante : le roman de Steinbeck. L'humour hitchcockien transpire à chaque réplique, souvent sur le mode du cynisme et de la cruauté alors que la caractérisation des personnages est retranscrite par l'écriture et la réalisation avec un équilibre proprement flamboyant. La modernité de Lifeboat n'est aujourd'hui plus à prouver, comme en témoignent les nombreux émules actuels du cinéaste qui réussit au passage l'un des caméos les plus originaux de sa filmographie. Un véritable chef d'oeuvre.
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 243 abonnés Lire ses 1 351 critiques

    4,0
    Publiée le 19 août 2019
    "Lifeboat" est loin d'être le film le plus connu d'Hitchcock, il est pourtant remarquable de maîtrise et de tension. Pour tenir le spectateur en haleine durant une heure et demi alors que tout l'ensemble se joue sur une simple barque, il faut pouvoir combiner une écriture au cordeau, un sens aigu de l'espace et un système efficace d'associations et d'oppositions entre les personnages. Ces derniers sont construits comme de purs archétypes de manière à ce que l'on s'identifie très vite à eux et pour que le suspense, mené grâce à la menace allemande, puisse rapidement évoluer. En bon classique, Hitchcock met en scène quelques éléments déterminants (la boussole, l'eau) afin de resserrer l'étau à travers des revirements de situations glaçants mais ménage aussi quelques brefs moments d'accalmie dédiés à une dimension plus intime. Et si l'on peut regretter une fin qui conforte le film dans une visée propagandiste peu subtile, il faut reconnaître que l'ensemble est tout à fait prenant, mêlant avec brio l'émotion au spectacle.
    EricDebarnot
    EricDebarnot

    Suivre son activité 128 abonnés Lire ses 1 262 critiques

    4,0
    Publiée le 9 septembre 2007
    Film de propagande anti-nazi tourné par Hitchcock à un moment-clé de la seconde guerre mondiale, "Lifeboat" surprend évidemment le spectateur moderne par la radicalité de son discours, qui ne s'encombre pas du politiquement correct qui régit de nos jours notre vision des conflits : il s'agit ici de dénoncer sans ambigüité la duplicité et l'inhumanité fondamentale de l'Allemagne, et de proner l'alliance anglo-américaine contre la barbarie, jusque dans la fraternisation de toutes les couches sociales. On est certes plus habitués à lire du cynisme et des doutes dans les films hitchcockiens, mais force est de reconnaître que, techniquement, on a affaire à un réalisateur en pleine possession de ses moyens : chaque plan, chaque situation de "Lifeboat" déborde de tension, de haine ou d'humour, et on ne peut être qu'admiratifs devant la beauté et l'intelligence des solutions de mise en scène trouvées par Hitchcock pour transcender le huis clos théâtral de son sujet.
    Eldacar
    Eldacar

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 357 critiques

    4,0
    Publiée le 11 novembre 2007
    Un pari difficile mais assez réussi pour ce film d'Hitchcock trés différent des autres réalisations du maître. Ici, on ne retrouve pas le suspence qui a fait le succés de la plupart de ses films. Le combat des personnages pour survivre ainsi que leurs oppositions sont trés biens rendus par des acteurs qui avaient visiblement bien cerné leur rôle. Même si ont peut considerer "Lifeboat" comme un film mineur d'Hitchcock, ont ne peut cependant pas oublier le talent du réalisateurs pour les films en huit-clos comme celui-ci ou encore "Fenêtre sur cour". A voir même si on ne retrouve pas dans ici la virtuosité de "Sueurs froides" ou "Psychose".
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 614 abonnés Lire ses 4 640 critiques

    4,0
    Publiée le 16 janvier 2010
    Un film inhabituel dans l'oeuvre d'Alfred Hitchcock qu'est ce huis-clos au milieu de l'Océan. Du lot des neuf personnages très typés composant les neuf passagers de ce canot se distinguent principalement la journaliste mondaine, élégante et superficielle brillamment incarnée par Tallulah Bankhead, que l'on verra peu à peu perdre de sa superbe à travers la disparition l'un après l'autre des objets qui faisaient son identité, et puis surtout le méchant nazi incarné par Walter Slezak. Selon le vieil adage du réalisateur, "plus le méchant est réussi plus le film l'est", et "Lifeboat" dans ce domaine en particulier est un excellent film. Le personnage de Slezak mériterait sans aucun doute sa place au Panthéon des méchants hitchcockiens tant cette figure d'ambiguïté avec son physique bonhomme a-priori rassurant n'en est que plus inquiétant, d'autant plus que c'est ce personnage qui se montre le plus équilibré du film (chose qui avait beaucoup choquée à l'époque!). On peut saluer aussi le réalisme avec lequel il traite le personnage du stewart noir à travers notamment l'ironie de la réponse qu'il fait lorsqu'on lui demande si il veut voter et aussi l'humour avec lequel Hitchcock fait son caméo. Un film abrupt, sauvage, glacial et cruel à l'image de l'époque dans laquelle il a été tourné. Une oeuvre qui a sa place parmi les plus fortes du Maître.
    AlphaWolf
    AlphaWolf

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 393 critiques

    2,5
    Publiée le 14 mars 2013
    Hitchcock aimait les huis-clos et il le prouvait déjà en 1944, avec ce film singulier qui se déroule en pleine seconde guerre mondiale. Le pari -situer toute l'action sur un canot de sauvetage- était osé mais il faut avouer que le réalisateur anglais s'en sort plutôt bien, sans toutefois exceller. Le film alterne passages intéressants et scènes moins emballantes, ce qui rend l'ensemble assez inégal et parfois un peu long. Les personnages eux aussi souffrent d'une certaine hétérogénéité, mais le groupe fonctionne tout de même plutôt bien et on se plait à suivre leur péripétie, pas forcément toujours très réaliste il est vrai. Mais le point le plus décevant est sûrement cette fin, pas très bien amenée et qui clôt le film de façon beaucoup trop abrupte. On pourrait aussi discuter de la portée propagandiste de Lifeboat et de l'intérêt de la démarche d'Hitchcock tant certains dialogues résonnent dans le contexte historique de l'époque.
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 142 abonnés Lire ses 3 251 critiques

    2,0
    Publiée le 30 juillet 2010
    C'est en pleine Seconde Guerre mondiale qu'Alfred Hitchcock signe " Lifeboat ", ce huis-clos se déroulant en pleine mer et qui se voudra être un plaidoyer contre le nazisme. Au niveau de la mise en scène, on ne ressent malheureusement que très rarement la " patte " et le style du célèbre réalisateur et certaines séquences s'avèrent bien ennuyeuse à visionner ( notamment toutes celle se déroulant entre la séquence de l'amputation de Gus et celle où le même personnage se retrouve projeté par-dessus bord par l'Allemand ) . Reste, tout de même, une interprétation très crédible et pour certains même touchante de l'ensemble des comédiens qui sont ici fort bien dirigé par le réalisateur anglais. Mais ceci ne suffit pas pour que cette oeuvre fasse partie des plus réussi du cinéaste. Une relative déception donc en ce qui me concerne.
    lost 4/8/15/16/23/42
    lost 4/8/15/16/23/42

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 338 critiques

    5,0
    Publiée le 10 avril 2012
    excelent film qui passe trés vite etant donné que la quasi totalité du film se passe sur un canot de sauvetage . dans ce film nous retrouvons bien le style hitchcock avec son suspens trés connu
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 227 abonnés Lire ses 3 254 critiques

    3,5
    Publiée le 4 novembre 2014
    Comme beaucoup de ses confrères réalisateurs américains ou émigrés d' Hollywood, Hitchcock apporte sa contribution à l'effort de guerre. Original comme souvent celui qui n'est pas encore devenu le maitre du suspense donne une vision tout en nuance des rapports entre belligérants évitant le manichéisme militant des productions habituelles du genre où l'ennemi nazi est quasiment assimilé au diable. Le grand Alfred aidé de John Steinbeck et de Ben Hecht pour l'écriture du scénario réunit sur un même canot de sauvetage huit rescapés du naufrage d'un paquebot et le commandant du sous-marin allemand responsable de leur perte et montre comment les circonstances peuvent unir des forces qu'à priori tout oppose notamment les intérêts de classe. Mais il se sert aussi du commandant (Walter Slezak) pour tenter d'expliquer comment le pragmatisme cynique du militaire allemand assimilé à son peuple lui a permis d'asseoir une domination sans partage sur l'Europe. Entièrement tourné en studio le film manque pour le moins de crédibilité notamment à propos de l'environnement de panique qui entoure un naufrage dont Hitchcock autrement préoccupé se moque comme d'une guigne avec une Tallulah Bankhead en manteau de vison qui semble davantage concernée par son maintien et le badinage que par sa survie. On est à priori loin des canons du film catastrophe que l'on connait aujourd'hui mais si l'on y regarde plus attentivement, Hitchcock toujours précurseur en dessine les grands principes notamment par les caractéristiques diverses de la petite communauté savamment étudiée et par les différentes étapes qui nous conduisent au dénouement final. Nous sommes à la fin de la guerre quand le film est réalisé et Hitchcock passe en filigrane le message que l'union des forces alliées qui aurait permis d'arrêter plus tôt la progression de la barbarie nazie a manifestement trop tardé. On est certes loin de la maîtrise totale dont le maitre fera preuve dès les années cinquante mais on peut prendre un réel plaisir à ce huis clos baroque. A noter enfin la ressemblance assez frappante de Tallulah Bankhead avec l'actrice française Caroline Cellier.
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 30 mai 2010
    Un scénario intéressant malheureusement Hitchcock n'arrive pas vraiment à créer l'ambiance.
    Lotorski
    Lotorski

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 588 critiques

    2,0
    Publiée le 24 décembre 2009
    Cette oeuvre ne fait à mon avis pas partie des meilleures d'Hitchcock : Je me suis ennuyé en la regardant.
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 374 abonnés Lire ses 3 461 critiques

    3,5
    Publiée le 28 octobre 2013
    Le concept de filmer un huis-clos à ciel ouvert et en pleine mer, directement adaptée d’une nouvelle de John Steinbeck, pouvait sembler, en 1943, être un défi difficilement relevable, tant sur un plan technique que scénaristique. Et pourtant, cette œuvre injustement méconnue d’Alfred Hitchcock réussit son double pari notamment grâce un travail ingénieux sur les décors maritimes et la justesse des dialogues et les opinions très divergentes des survivants concernant le fait de garder à bord un ennemi nazi -une thématique toutefois mieux abordée dans Un taxi pour Tobruck-, une intrigue que l’actualité de la sortie du film a rendu d’autant plus pertinente. Le talent du réalisateur britannique pour maintenir un suspense efficace du début à la fin de ces films contribue encore une fois à rendre celui-ci palpitant.
    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 434 abonnés Lire ses 5 459 critiques

    3,0
    Publiée le 2 février 2011
    Réaliser au début des années 40, alors que la Seconde Guerre Mondiale est encore d’actualité, Alfred Hitchcock réalise un film aux antipodes de ce qu’il avait pu réaliser auparavant. Avec Lifeboat (1956), il nous livre un film de propagande, en noir et blanc et entièrement tourné en studio, il réalise un huit clos passionnant et trépidant. On se retrouve plongé en plein cœur de la guerre 39/45, où un navire américain est coulé par un sous-marin allemand. Un canot de sauvetage arrive à s’extraire des décombres et au fil de l’intrigue, des rescapés refont surface. Parmi eux, un marin allemand, naufragé lui aussi, essaye de ce faire une place au sein du groupe. Entre haine et méfiance, Hitchcock, comme à son habitude, laisse planer le mystère, les entourloupes et autres manigances. Un huit clos en pleine mer qui mérite le coup d’œil, ne serait-ce que pour la distribution et la richesse des trucages présents dans le film ! Une réalisation qui a tout de même décroché trois nominations aux Oscars en 1944, dans les catégories Meilleur réalisateur, Meilleur scénario et Meilleure photographie noir et blanc.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 243 abonnés Lire ses 3 415 critiques

    3,0
    Publiée le 4 novembre 2013
    Un Hitchcock atypique puisqu'il s'agit d'un film de propagande pour l'entrée en guerre des Etats-Unis. En ce qui concerne le déroulement dramatique, on regrettera une ellipse assez peu claire (avant que l'allemand se mette à ramer); quelques lourdeurs (le coup de la boussole cachée, une seule fois suffisait, ou le bracelet dont on se doute bien qu'il va rester dans l'eau ainsi qu'une fin qui nous laisse sur notre faim. Quant à la galerie de personnages, le réalisateur peine à éviter la caricature, Malgré ses défauts ça reste intéressant et le jeu désabusé de Tallulah Bankhead est assez remarquable. Un Hitchcock mineur, on va dire, mais tout à fait consommable.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top