Mon Allociné
El Clan
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
3,6 471 notes dont 65 critiques
3% 2 critiques 32% 21 critiques 46% 30 critiques 11% 7 critiques 2% 1 critique 6% 4 critiques

65 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus utiles
ariane o.

Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 76 critiques

3,5Bien • Publiée le 10/02/2016

Ce film argentin revient sur un fait-divers glaçant qui fit les choux gras de la presse nationale, à l’aube des années 80. Le patriarche d’une famille modèle des faubourgs de Buenos Aires (les Puccio) organisait des enlèvements qui se soldaient régulièrement par des assassinats, malgré le paiement des rançons. Son fils ainé, joueur de rugby (adulé) dans l’équipe nationale, lui servait de rabatteur. Avec la complicité de sa femme et de ses enfants, il hébergeait les otages dans la cave de la maison familiale dans des conditions de détention monstrueuses. Véritable psychopathe, cet homme autoritaire et violent, incarné avec un talent fou par Guillermo Francella (vu dans « Dans tes yeux » de Juan José Campanella) exerçait une emprise diabolique et perverse sur les personnes qu'il était censé aimer la plus. Ce qui frappe dans cette histoire c’est la manière assez artisanale avec laquelle Arquimedes Puccio procédait à ces kidnappings. Couvert par les membres des services de renseignements militaires dont il faisait partie pendant la dictature, il passe ses coups de fils dans des cabines publiques sans jamais chercher à masquer sa voix, enfile des cagoules comme dans les polars des années 70 et enfourne ses victimes dans le coffre de sa vieille bagnole comme si de rien n’était. Cet aspect-là de l’histoire est assez romanesque et le suspens plutôt bien entretenu (on se demande quelle bourde finira par le trahir). Le personnage du fils tourmenté (complice et victime à la fois) est vraiment touchant et bien croqué. L’affrontement entre le père manipulateur aux yeux révolver et le fils prisonnier des ambitions criminelles de son géniteur est d’une grande intensité. Et le portrait de cet homme fou furieux, vieillissant, obsédé par la propreté de son pas-de-porte qu’il passe son temps à balayer pour maintenir les apparences d’une vie irréprochable, fait froid dans le dos. À voir. https://www.facebook.com/Le-film-dAriane-806968246044779/?ref=aymt_homepage_panel

alain-92

Suivre son activité 181 abonnés Lire ses 1 025 critiques

4,0Très bien • Publiée le 14/02/2016

Produit, entre autres, par la société des frères Almodóvar, Pablo Trapero porte à l'écran, avec un succès reconnu, un fait divers qui, dans les années 1980, défraya la chronique en Argentine. Un habile montage et des images d'archives ponctuent ce long-métrage. La réalisation est à la fois étincelante, parfaitement maîtrisée et ce, en dépit de scènes récurrentes qui augmentent l'écœurement. Le rythme ne faiblit à aucun moment. L'excellente musique signée Sebastian Escofet accompagne parfaitement le propos et finit par assommer tout autant que les horreurs, une fois encore, répétitives à souhait. Manipulation à tous les niveaux. Le scénario ne dévoile rien de la psychologie des principaux protagonistes de cette famille, en apparence ordinaire, qui trouve tout bénéfice de ce père à la fois attentif et monstrueux. À l'exception de l'un d'entre eux, qui, tout jeune choisira la fuite. Tous les comédiens sont remarquables. La répulsion ressentie ne trouve un apaisement qu'en toute fin de ce film qui reste très difficile à conseiller. http://cinealain.over-blog.com/2016/02/el-clan.html

Yui-x

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 6 critiques

3,5Bien • Publiée le 26/08/2015

Très bon film qui relate l'histoire du clan Puccio. On entre dans l'intimité de cette famille argentine qui paraît on ne peut plus normale, si ce n'est que le "père" séquestre, de temps à autre, des gens dans leur salle de bain. Il faut "tuer le père", voilà la tâche qui se présente aux fils. D'un point de vu psychologique, c'est hyper intéressant. On voit l'influence de la figure du père dans cette famille, l'autorité qu'il exerce et on "comprends" comment s'intalle le silence des membres de la famille. Rien à dire sur le jeu des acteurs. C'était parfait. Mention spécial à la fin du film. À voir, si vous aimez le cinéma argentin.

traversay1

Suivre son activité 202 abonnés Lire ses 1 831 critiques

3,5Bien • Publiée le 10/02/2016

Au centre d'El Clan trône le père de famille, honorable citoyen au faciès impassible, qui cache un caractère tyrannique et incarne une sorte de symbole du mal dans une Argentine en pleine transition démocratique, après les abominables années de dictature. Cette figure monstrueuse est incarnée par un acteur ébouriffant : Guillermo Francella. A l'image de sa famille qui ploie sous son joug, le film de Pablo Trapero est vampirisé par ce personnage hors normes qui illustre l'horreur ordinaire. Pour les argentins, l'affaire Puccio (enlèvements et meurtres entre 1983 et 1985) est très connue. Le cinéaste n'a pas besoin d'insister sur l'histoire de ce patriarche aux mains sales pendant les années de plomb, protégé par ses amitiés politiques. Pour le public étranger, il manque en revanche une petite explication de texte, le film pouvant être pris pour un simple thriller anxiogène qui tergiverse pour ne pas prendre le chemin de la comédie noire (la B.O est surprenante avec le guilleret Sunny Afternoon des Kinks en leitmotiv). C'est un fait que Trapero est l'un des meilleurs cinéastes argentins du moment et qui connait son affaire. Il y a un côté glaçant dans El Clan qui finit par submerger le film d'une pellicule sordide mais le spectateur n'a cependant pas toutes les cartes en mains pour apprécier la façon dont le film témoigne d'une époque trouble et terrifiante que Puccio cristallise avec un sombre éclat.

Yves G.

Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 644 critiques

3,5Bien • Publiée le 12/02/2016

Comme son voisin chilien, le cinéma argentin est obsédé par le passé. Kamchatka (2002), L’Œil invisible (2010), Enfance clandestine (2011) plongent dans les souvenirs de réalisateurs qui étaient enfants ou adolescents à l’époque de la dictature. C’est le cas de Pablo Trapero, né en 1971 qui porte à l’écran un fait divers ayant défrayé la chronique en 1985. le clan des Puccio s’était rendu coupable d’une série d’enlèvements crapuleux. Le père était un ancien agent des services de renseignement militaires, mis sur la touche à la fin de la dictature. Le fils était une star de l’équipe nationale de rugby. El Clan est une plongée terrifiante au sein d’une entreprise criminelle familiale. Une famille bourgeoise, dans un quartier tranquille, séquestrait des innocents dont les cris étaient étouffés par une musique pop qui sature la BO du film. Ce mélange de trivialité – un père de famille aide sa fille à faire ses devoirs, le dîner du soir à la table familial commence par un bénédicité – et de monstruosité – les victimes étaient froidement abattues une fois la rançon payée pour éviter que la trace des kidnappeurs ne soit retrouvée – donne froid dans le dos. C’est Scorcese qui flirte avec Buñuel. Le film de Pablo Trapero a eu un immense succès en Argentine. Le réalisateur y voit le signe que son pays est désormais prêt à regarder son passé en face. J’y vois le succès mérité d’un film qui tient son public en haleine pendant deux heures et qui laisse une trace durable.

ninilechat

Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 451 critiques

3,5Bien • Publiée le 10/02/2016

Une histoire vraie.... bon, je me garderai de vous dire pour la trente-troisième fois que la réalité est un bien meilleur scénariste que le plus talentueux jeune écrivain sous LSD, mais avec l'histoire de la belle petite famille Puccio, on atteint des sommets.... Je ne la connaissais absolument pas, d'ailleurs je suis entrée au cinéma à la première séance du mercredi de la sortie du film sans savoir du tout de quoi il retournait, sinon que je pensais que c'était bon..... Politique ou polar? Je ne le savais même pas. En plus, les premières minutes du film qui nous montrent plein de gens différents, plein d'actions disjointes auxquelles on ne comprend rien n'aident pas à entrer dedans. On les comprendra plus tard -ne vous inquiétez pas. Je me suis donc précipitée en rentrant sur Wikipedia, il y a des milliers d'articles sur Arquimedes Puccio -mais tous en espagnol. Apparemment, la renommée du personnage n'a pas traversé l'Atlantique.... Il a été un agent de renseignement des colonels, il a même rempli des fonctions importantes du temps de la junte. Cela permettait de faire mener à sa jolie petite famille une vie des plus confortable. Famille bourgeoise, unie, affectueuse, avec une mère professeur de lycée Lili Popovitch) et cinq enfants; deux filles aussi ravissantes que bien élevées et trois garçons, mais l'un d'eux est parti et n'a plus donné signe de vie. Les deux autres sont fous de rugby et l'ainé, Alejandro, (Peter Lanzani) est une vedette de l'équipe nationale des Pumas. Tout le monde va à la messe et on dit la prière avant le repas. Je vous invite à aller sur Wikipédia voir comme ils ont l'air charmant, quant à Arquimedes photographié à la fin de sa vie avec une grande barbe, on croirait Hubert Reeves. On lui donnerait le Bon Dieu sans confession.... Hélas! arrive 1983, exit les colonels. Que faire pour continuer à mener une existence aussi cossue? Ce qu'on savait si bien faire du temps de la junte: des enlèvements... Enlèvements avec rançon, mais en général même si la rançon a été payée, ça finit mal, très mal pour le kidnappé. Qui a passé quelques temps dans une cave sous la demeure familiale, sous le joli magasin d'articles pour surfers qu'on a pu acheter pour Alex. Puccio a construit son gang avec deux relations du bon vieux temps des colonels.... mais surtout, il fait travailler ses fils. Le premier enlevé est d'ailleurs un jeune rugbyman, riche fils de famille et ami d'Alejandro.... Monstrueux! et je crois que la force du film de Pablo Trapero est de nous faire appréhender cette extraordinaire relation d'affection /soumission entre Arquimedes et ses fils. Et au choix du magnifique acteur qu'est Guillermo Francella. Avec ce visage qui, de souriant, peut passer à une terrifiante expression de férocité, s'il a la sensation que son esclave -car on peut bien parler d'esclavagisme psychologique pour Alex! va lui échapper. Relation qui culmine à la fin du film dans une magnifique scène carcérale.... La faiblesse du film de Trapero est sa confusion. Il virevolte entre scènes de famille et scènes de violence, mais c'est souvent un patchwork pas forcément clair. En plus, il laisse entendre que Puccio était toujours protégé. Autrement dit, qu'après le retour à la démocratie existaient encore des groupes d'influence politico/mafieux, puissants, capables de garantir une impunité totale aux anciens collaborateurs. Quel est ce mystérieux colonel qui dispose toujours de bureaux et de pouvoir? Là, on n'y comprends vraiment rien, alors, pour Trapero, ou bien fallait pas y aller, ou bien ne pas rester dans le non-dit. Pour cette raison, le film est pas mal -sans plus. Une chose frappante est l'absence de toute morale dans tout ça. On est loin des mafieux tourmentés de Scorcèse.... Là, on dirait que toute humanité a déserté les personnages. Des robots agiraient de la même façon. Faut croire que c'est parce que les mafieux de Scorcèse sont des personnages de fiction qu'on leur a donné un peu d'âme....

vidalger

Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 770 critiques

3,0Pas mal • Publiée le 12/02/2016

Dans une Argentine qui panse ses plaies après une dictature de fer, ce film nous transporte dans les sombres manigances d'une famille ordinaire de la petite bourgeoisie de Buenos Aires, dirigée d'une main de fer par un pater familias pervers et cruel. La petite industrie criminelle qu'il a montée avec une poignée d'hommes de mains, ex-sicaires de la dictature, consiste à kidnapper quelques personnes riches de son entourage pour obtenir de leurs familles éplorées d'énormes liasses de dollars en petites coupures...Ce scénario monté en thriller nous en apprend davantage sur ce pays lointain que beaucoup de documentaires. Grâce à une interprétation d'excellente qualité, et en premier lieu celle de Guillermo Francella dans le rôle du père, un montage au cordeau et une bande-originale déjantée, on est emporté par cette histoire sinistre jusqu'au dénouement brutal. On regrettera toutefois une réalisation parfois paresseuse se bornant souvent à une triste répétition des méfaits de cette bande d'assassins si bien intégrés dans la belle société et qui finit par donner la nausée, ainsi que la difficulté -relative, certes - du spectateur non familier des soubresauts de la politique argentine, à décrypter le rôle et la complicité des polices parallèles dans ce drame.

vincenzobino

Suivre son activité 60 abonnés Lire ses 386 critiques

4,5Excellent • Publiée le 12/02/2016

Nouvelle perle Argentine. La bande-annonce annonçait la couleur: nous allions avoir une version du Parrain mélangée aux Affranchis, le tout a la sauce Almodovar-Argentine (tel les nouveaux sauvages). Et c'est effectivement le cas. Nous suivons Arquimedes, d'un côté patriarche parfait chérissant sa famille et jurant de la protéger a n'importe quel prix, de l'autre criminel de première instance kidnappant ses ennemis et forçant ses fils a participer aux rapts, bien malgré eux. Et l'aîné, Alejandro, destiné a être une future star des Pumas, l'équipe nationale de rugby, est bien décidé a vivre une vie normale. Bien difficile quand on a un tel héritage familial. L'aspect politique joue un très gros rôle: corruption et dictature faisait l'actualité du pays sud-américain durant les années 1970-1980 (le récit débute chronologiquement en 1979) avec la même maestria que Dans ses yeux. Mais ce qui frappe, c'est la chirurgicale étude de mœurs qui est proposée sur les comportements de chacun. Et deux acteurs en particulier méritent une mention brillante: Guillermo Francella est monstrueux dans tous les sens du terme et rappelle fortement Brando-Corleone (notamment sur une séquence marquante avec Alejandro). Et Peter Lanzani est génial, nous faisant totalement ressentir l'empathie pour son personnage, jusqu'à sa dernière scène qui vaut le détour. A recommander vivement...

cylon86

Suivre son activité 318 abonnés Lire ses 3 700 critiques

3,0Pas mal • Publiée le 12/02/2016

"El Clan" est, comme de nombreux films, inspiré d'une histoire vraie. Le genre d'histoire qui dérange, qui glace, qui effraie même un peu. Celle d'une famille en Argentine, les Puccio, au début des années 80. Alors que la dictature vit ses dernières années, Arquimedes, patriarche de la famille, vit de kidnappings et d'enlèvements. La recette est simple : choisir le membre d'une riche famille, le kidnapper, demander une rançon exorbitante et abattre froidement la personne enlevée plutôt que de la rendre vivante. Arquimedes fait ça efficacement, avec un sang-froid qui dérange Alejandro, son fils qui se voit souvent mis à contribution pour ces petites opérations. Star du rugby, Alejandro est gêné par les activités de son père mais l'ombre de celui-ci plane sans cesse, menaçante. Les autres membres de la famille, sans participer aux enlèvements, ne peuvent ignorer les faits puisque c'est sous son propre toit qu'Arquimedes enferme ses victimes. Les faits sont là, glaçants. Pablo Trapero en tire une œuvre intense, à l'image du père de famille : froide et implacable. On assiste alors aux événements en spectateurs impuissants, incapable de faire quoi que ce soit pour aider les victimes et bien incapables de deviner ce qui peut bien se passer dans la tête d'Arquimedes. C'est une mécanique sans appel que nous dévoile le cinéaste, une mécanique huilée par les actes d'un père précis, efficace et redoutable. Dans ce rôle-là, Guillermo Francella est tout bonnement terrifiant. Toujours calme, il impose une présence forte, ne payant pourtant pas de mine avec son physique de bon père de famille. Et pourtant, c'est lui qui régit tout. Lui qui est capable de masser sa femme un moment avant d'apporter à manger à son prisonnier dans la maison sans jamais broncher. Face à lui, Peter Lanzani apporte ce qu'il faut de fragilité et d'humanité à un personnage que l'on peut aisément comprendre mais qui sera néanmoins difficilement pardonnable. Ne jugeant jamais ses personnages et se donnant simplement le soin de nous plonger au cœur de cette famille qui est longtemps restée innocente aux yeux de plein de gens, Trapero se pose en observateur et dévoile une mise en scène nerveuse et souvent inspirée (les choix de montage, de musique sont souvent judicieux et font mouche, le choc et la courte durée des scènes de violence glace le sang) pour livrer avec "El Clan" la radiographie d'une société argentine corrompue, où même une chose aussi sacrée que la famille peut être atroce.

Ievut

Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 11 critiques

4,5Excellent • Publiée le 11/02/2016

Un film avec une fin bouleversante qui fait que les spectateurs restent scotchés à leurs sièges encore 5 minutes après le générique du film. C’est très puissant. Les acteurs principaux sont bien choisis : on n’imagine pas un meilleur profil qu’un homme stoïque et avec « un regard qui tue » qu’est Guillermo Francella pour le rôle de père de la famille. On admire tous le personnage du fils joué à la perfection par Peter Lanzani. Et les spectateurs comme moi qui n’ont pas fait les devoirs avant le film et apprennent seulement à la fin que c’est une histoire vraie, restons tous simplement bluffés. Courez-y !

Les meilleurs films de tous les temps