Mon AlloCiné
Manon des Sources
note moyenne
3,7
5710 notes dont 163 critiques
47% (76 critiques)
37% (61 critiques)
11% (18 critiques)
3% (5 critiques)
1% (2 critiques)
1% (1 critique)
Votre avis sur Manon des Sources ?

163 critiques spectateurs

chrischambers86

Suivre son activité 1031 abonnés Lire ses 9 999 critiques

3,5Bien
Publiée le 03/11/2008

Faisant suite à la grande rèussite de "Jean de Florette", "Manon des Sources", à son tour,fait revivre la Provence des annèes 20 dans ce qu'elle a à la fois de plus cachè et de plus èvident! La deuxième partie du diptyque recèle des scènes de profonde èmotion et d'une authenticitè assez rare! Le bain de Manon nue, les dèclarations d'amour enflammèes d'Ugolin, la rèvolte de Manon, la solitude ultime du Papet, puni par le destin! Autour du mythe omniprèsent de l'eau, remords, violences et passions enflamment la garrigue! Jolie rèvèlation d'Emmanuelle Bèart sorte de chat sauvage et blèssè qui recevra le Cèsar de la meilleure actrice dans un second rôle! Un deuxième volet nostalgique entre vengeance froide et triomphe de l'amour! Le "Manon des Sources" de Marcel Pagnol est encore plus beau où l'espace donne aux personnages toute leur dimension humaine...

Chris46

Suivre son activité 180 abonnés Lire ses 846 critiques

4,0Très bien
Publiée le 12/03/2014

2ème partie du dyptique jean de florette/ manon des source . 10 ans se sont écouler depuis les événements du premier volet . Ugolin ( Daniel Auteuil ) et son oncle le papet ( Yves montand ) ont récupérer les terres de jean de florette le bossu . Ugolin a fait fortune en cultivant des œillets sur ses terres . Manon ( Emmanuelle beart ) la fille du bossu qui est devenu une jeune et jolie jeune femme sauvagone et solitaire ne c'est toujour pas remise de la mort de son père tuer indirectement par ugolin et le papet . Quand elle apprend que tout les habitants du village étaient au courant de l'existence de la source et des manigance d'ugolin et du papet elle décide de se venger de la mort de son père en privant d'eau tout les habitants du village tout en faisant souffrir Ugolin en lui refusant son amour lui qui tomber sous le charme de la belle ... Cette 2ème partie est dans la continuité de la première . La mise en scène de Claude Berri est toujour magistral . Les costumes et décors sont toujour aussi réussit . Tout comme les paysages naturelles de provences toujour aussi magnifique et dépaysant . C'est toujour un plaisir de suivre cette tragédie dans ses magnifiques paysages provençales ou le dépaysement est garantit . La musique est toujour aussi magnifique . Le casting est toujour aussi magistral . Daniel Auteuil est toujour aussi Excellent dans le rôle du simple et laid ugolin . Le personnage d'ugolin va vraiment devenir touchant lui qui va payer au prix fort ce qu'il a fait a jean de florette en étant priver d'amour par la belle manon ce qui va le faire énormément souffrir . Yves montand est toujour aussi magistral dans le rôle du papet . Son personnage va également devenir très touchant nottament a la fin ou lui aussi va payer a prix fort toutes ses manigances . Gerard Depardieu n'est plus et même si il manque c'est compenser par l'arrivée de la jeune et jolie Emmanuelle beart dans le rôle de la Sauvagone et solitaire manon qui va venger la mort de son père . Emmanuelle beart est la vrai révélation du film Excellente dans le rôle de cette jeune femme meurtri par la mort de son père . La scène ou manon danse nue dans les collines est superbe . Cette 2ème partie est toujour aussi prenante ou l'on voit manon qui décide de venger la mort de son père en bouchant la source qui apporte l'eau aux différents endroit du village une catastrophe pour tout les villageois qui risque de voir toute leurs récolte détruite a cause du manque d'eau . Elle fait également souffrir ugolin l'un des meurtriers de son père en lui refusant son amour lui qui est tomber fou amoureux D'elle . Une seconde partie vraiment touchante et émouvante ou on assiste a une véritable tragédie . La scène ou ugolin hurle Deseperement son amour dans les collines a manon qui ne veut rien entendre est encore dans Toute les mémoires . Le film est beaucoup plus émouvant et touchant que la première partie nottament a la fin . Le dernier quart d'heure du film est vraiment émouvant nottament grâce a quelques révélations choc totalement innatendu qui font véritablement basculer l'histoire dans une véritable tragédie grecque . Les dernières scènes sont vraiment émouvante et tragique . on se dit que le destin a été cruel . On aurait pu éviter toute cette tragédie si une simple lettre ne c'était pas perdu il y a quelques années de cela . La scène ou le papet apprend toute la vérité est vraiment dramatique et Très émouvante . Le papet personnage pourtant cynique réussit a nous émouvoir et nous fait vraiment de la peine . Yves montand est tout simplement magistral a ce moment la . A la fin du film on est vraiment ému et on se dit que le destin de tous aurait pu être autrement et on aimerait pouvoir réécrire l'histoire Pour eux . Une seconde partie très touchante qui conclut magistralement ce dyptique .

Vixare

Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 373 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 24/04/2014

Claude Berri enflamme à nouveau la Provence pour faire revivre l'univers de Marcel Pagnol dans un second volet de Jean de Florette, plus âpre et amer. Berri s'attache cette fois à filmer ses personnages au milieu des authentiques paysages provençaux. Chaque personnage est confronté à son passée, ses paradoxes et à son futur, à l'image de l'âme perdue d'Ugolin, enchaînée dans les flammes ardentes d'un amour improbable, telle Manon sortant nue et innocente d'un bain en plein air, tel le Papet face à son passé au crépuscule de sa vie. Comme dans chaque Pagnol, la morale est implacable et d'une justesse idoine, le personnage du Papet révèle un côté tragique d'une intensité rare, interprété de façon magistrale par Yves Montand, qui donne un véritable récital dans les 15 dernières minutes, à la hauteur de la magnifique prestation de Daniel Auteuil. En deux films, Claude Berri a gagné son pari, élever sa réalisation à la hauteur du talent littéraire de Marcel Pagnol ... Du grand art !

Julien D

Suivre son activité 333 abonnés Lire ses 3 455 critiques

4,5Excellent
Publiée le 04/08/2013

Aussi rafraichissante et lumineuse que le précédent Jean de Florette, Manon des sources est une adaptation parfaitement réussie de l’œuvre du maitre de la littérature méridionale Marcel Pagnol par le maitre de la grammaire cinématographique Claude Berri. Avec ses textes plus abordables que ceux du premier opus du dyptique, le récit s’en démarque par son approche bien moins intimiste, la plupart des scènes se déroulant au cœur du village en compagnie des paysans locaux et non plus dans la ferme familiale, qui n’empêche en rien cette profonde tragédie d’être terriblement poignante. La charge dramatique qui pèse sur ces garrigues pleines de secrets de famille inavouables est rendue tangible grâce aux interprétations d’un trio d’acteurs irréprochables. La jeune révélation Emmanuelle Béart y dévoile son charme qui a quoi faire tourner la tête à plus d’un spectateur comme il l’a fait au personnage de Daniel Auteuil, qui dans son interprétation de la folie passionnelle est irrémédiablement au meilleur de sa forme, alors que de son côté Yves Montand réussit à rendre son personnage pourtant méprisant incroyablement touchant dans la conclusion de ce mélodrame au charme irrésistible.

cylon86

Suivre son activité 427 abonnés Lire ses 4 331 critiques

4,0Très bien
Publiée le 24/01/2013

Suite de "Jean de Florette", "Manon des Sources" reprend les ingrédients du premier volet pour poursuivre l'histoire d'Ugolin, qui a réussi à cultiver la terre qu'il convoitait mais qui est rongé par la culpabilité de la mort de son ami le bossu et qui tombe désespérément amoureux de sa fille, se promenant dans les collines. Manon, c'est Emmanuelle Béart, révélée par ce rôle qui tient plus de la beauté physique (elle est vraiment sublime) que du talent d'actrice mais elle apporte une touche de charme dans cet univers de Marcel Pagnol que Claude Berri sait si bien filmer, apportant une touche finale au drame qui s'est joué il y a des années et qui trouve son dénouement de manière tragique. Et si quelques longueurs viennent se faire sentir, on ne peut reprocher la beauté des décors et la qualité des acteurs au film, Daniel Auteuil s'investissant vraiment dans le rôle d'Ugolin et Yves Montand étant aussi fourbe que touchant dans celui du Papet.

dougray

Suivre son activité 96 abonnés Lire ses 1 885 critiques

3,5Bien
Publiée le 21/04/2008

La suite de "Jean de Florette" est certes moins bonne que le 1er épisode (Depardieu manque cruellement !) mais reste un très beau film. Yves Montand et Daniel Auteuil sont toujours aussi époustouflants et on découvre la très belle Emmanuelle Béart (dommage que Hyppolite Girardot soit un peu en dessous). Le gros point fort du film, c’est son histoire, particulièrement dramatique, avec les amours déçus d’Ugolin et le destin tragique du Papet (la scène de la révélation finale est un moment d'une rare intensité dramatique) et la Provence est toujours aussi belle... Pourtant, on peut reprocher au film de mettre un peu de temps à démarrer et d'être plus lent que le 1er. Reste un grand moment de cinéma !

Caine78

Suivre son activité 689 abonnés Lire ses 6 920 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 23/09/2008

Une étoile qui peut paraitre sévère dans la mesure ou cette suite à "Jean de Florette" n'a rien de honteuse, et pourtant, il est vrai que reste tout de même assez sur notre faim. Car autant toute la force du premier opus (ou presque) reposait sur le petit nombre de personnages qui s'affrontaient plus ou moins consciemment, autant là, les personnages se multiplient et le film en devient alors assez terne. En effet, que ce soit la présence lourdaude et sans support des habitants du village, restant superficiels et qui plus est affublés de répliques assez indigentes et plutôt lassantes. Emmanuelle Béart, malgré sa beauté, n'arrive pas à rendre fascinant son personnage de Manon des Sources, qui aurait sans doute gagné à avoir plus de temps sur l'écran. Heureusement, Claude Berri semble se reprendre lors de son dénouement, le film réussissant alors à retrouver le ton intimiste et sensible qui faisait la force de "Jean de Florette". C'est d'autant mieux que le film pourrait alors définitivement tomber dans un pathos grotesque, ce qu'il évite joliment. On se prend même à être légèrement ému... Dommage que tout cela n'intervienne qu'à une petite demi-heure de la fin, car notre amertume des 75 premières minutes n'est en définitive que renforçé. Vous l'aurez compris, "Manon des Sources" n'est pas un mauvais film, mais tout de même un film qui laisse un profond gout d'inachevé. Dommage.

Stephenballade

Suivre son activité 152 abonnés Lire ses 1 028 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 11/01/2018

Eh bien voilà. Dix ans ont passé. Dix ans que la vérité se tapit honteusement quelque part dans les collines, qu’elle serpente telle une inquiétante ombre dans les rues de ce village, qu’elle tente de se faire connaître dans le seul et unique café de la bourgade tant elle hante les âmes qui la peuplent. Eh oui, dix ans se sont écoulés aux Bastides Blanches, petit village fictif perdu quelque part dans la garrigue de la Provence… L’affaire d’Ugolin a prospéré. Et la petite Manon est devenue grande. Et très belle ! Si belle qu’on ne se lasse pas de la contempler comme on contemplerait une merveille de la nature. D’ailleurs elle en est une... Et grâce à Ugolin prêt à se casser la margoulette, on a l'occasion de s'abimer les yeux de tant de beauté rien qu'en la voyant dans son… enfin dans sa… euuuuuh, je m’emballe, je m’emballe, mais ooolala non, vous n’en saurez pas plus. Bon, mesdames, je m’excuse mais hein, comprenez : j’ai des yeux pour voir, comme tous les hommes... et comme vous mesdames (ben tiens, on ne nous la fait pas, même si en général vous êtes plus discrètes). Eh oui, on le sait, vous auriez regardé aussi si c’était un homme qui… bref. Voilà. Où en étais-je, maintenant ? La Provence ? Pas vraiment… Euuuuh... Ah oui ! Manon. La petite Ernestine Mazurowna a cédé la place à Emmanuelle Béart. Le jeu de la jeune fille était si bon, que nous ne sommes pas dépaysés : on a bien retrouvé la petite Manon, cette jeune fille peu loquace mais au regard intense qui en dit long et qui se suffit à lui-même pour vous déshabiller. Quelle belle continuité dans la psychologie du personnage malgré les dix années passées. Sinon quel plaisir de retrouver le Papet (formidable Yves Montand) et Ugolin (Daniel Auteuil toujours aussi stratosphérique), bien qu’on sache à présent qu’ils ne méritent pas notre sympathie, et pourtant… on n'arrive pas à les détester complètement. Voire même pas du tout. C'est tout juste si nous serions capables de remontrances? Et encore... Ah ! mais que voulez-vous ? Le charme de la Provence est un tout : ses arômes, ses parfums, ses champs de lavandes, ses oliveraies, la beauté des paysages, la tranquillité qui vous envahit jusqu’à la sensation de bien-être, le vocabulaire, l’accent qui la berce, la simplicité de la vie, les mas en pierre qui semblent avoir une âme tant elles regorgent d’histoires et de secrets… et la musique inoubliable de Jean-Claude Petit. Oh oui quel plaisir de retrouver tout cela. J’ignore si c’est à cause du fait de retrouver ce tout, mais "Manon des sources" est selon moi supérieur à "Jean de Florette". Peut-être devrais-je parler de bonheur… Un bonheur si grand certes provoqué par le mal d’amour d’Ugolin. Chers lecteurs et chères lectrices, "Manon des sources" nous gratifie d’une vibrante déclaration d’amour, si magnifique qu’elle pourrait être classée comme étant la huitième merveille du monde. « Je t’aime ! […] Je t’aime d’amour !!! ». Des cris désespérément sincères qui retentissent jusqu’aux creux de la vallée pour rebondir par-dessus les collines et qui vous feront hérisser le poil d’émotion, des cris dans lesquels on entend une vraie passion, mais aussi le remords et la volonté de réparer autant que possible le passé. Ainsi que je le disais en début de mon avis à propos de "Jean de Florette", il faut comprendre le Pagnol pour proposer du Pagnol. Et pouvoir prétendre faire du Pagnol. Dans le cas présent, il faut admettre que Claude Berri a compris le Pagnol. Et il l’a si bien compris qu’on pourrait croire qu’il a écrit lui-même les œuvres. Nous savons que ce n’est pas le cas, mais remercions Claude Berri d’avoir signé des œuvres aussi proches du support de base (les romans) tout en ayant su préserver l’authenticité. Remercions aussi l’ensemble des acteurs pour avoir rendu une copie si parfaite. Les récompenses obtenues sont méritées (César du meilleur acteur pour Daniel Auteuil à l’occasion de "Jean de Florette" et César de la meilleure actrice dans un second rôle pour Emmanuelle Béart), bien qu'au vu de l'ensemble, je trouve le nombre de prix bien maigre. Il faudra se contenter des nombreuses nominations, ce qui n’est déjà pas si mal. En attendant, ça ne change rien pour nous les spectateurs, car maintenant le diptyque est là, à portée de main. Si un jour, on a envie de soleil, il n’y a plus qu’à tendre la main, saisir les DVD, enfourner religieusement et ensuite appuyer sur le bouton play. Comme quoi, le bonheur, c’est si simple, parfois…

Joey Cusack

Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 1 068 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 18/08/2017

Moins bien que le premier volet qui mise plus sur le coté mélodramatique mais qui contient un super dénouement. Je le déconseille aux moins de 10 ans. 3/5

stallonefan62

Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 398 critiques

3,5Bien
Publiée le 08/08/2017

Une suite un cran en dessous du 1er volet mais l'émotion est toujours présente et la fin émouvante !! Une belle histoire emmené par des acteurs impliqués ...

Mad Gump 10

Suivre son activité 94 abonnés Lire ses 716 critiques

4,0Très bien
Publiée le 26/08/2015

Cette suite de Jean de Florette parvient selon moi à égaler le premier opus. Parlons d'abord des points qui fâchent : comme pour Jean de Florette, je trouve que par moment le film manque de rythme, et je m'attendais à une vraie vengeance (que laissait présoger la fin de Jean de Florette) : plus froide et plus préméditée. Au final le personnage de Manon est une fille avec une rancœur, pas une assoiffée de vengeance. Par contre le film conserve la puissance dramatique qui était déjà présente dans le premier volet, et reste continuellement imprévisible, avec à chaque fois des révélations efficaces ou des événements inattendus. On retrouve l'ambiance rurale des années 20-30 qui était déjà parfaitement retranscrite dans Jean de Florette, les acteurs sont bons (Montand prend une place plus importante et est encore meilleur, au contraire le personnage d'Auteuil devient plus secondaire, et Emmanuelle Béart doit beaucoup à ses beaux yeux), et la musique est belle. Un beau film, qui clôt en beauté le dyptique.

Val_Cancun

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 762 critiques

3,5Bien
Publiée le 03/06/2015

Dans cette suite à "Jean de Florette", tournée la même année, Claude Berri poursuit son adaptation du diptyque de Marcel Pagnol, sachant que contrairement à son prédécesseur, "Manon des sources" a déjà connu une version ciné (antérieure au roman) par son propre auteur en 1952. On retrouve donc Ugolin et le Papet, propriétaires du fameux terrain (et de sa source!) racheté à la famille lors du décès tragique de Jean le bossu. Or il se trouve que sa jeune fille Manon, 16 ans désormais, a souhaité demeurer bergère dans les collines, par fidélité aux aspirations de son défunt père. Et ironie du sort, au moment où le Papet se soucie que son nom perdure après sa mort, et enjoint Ugolin à se trouver une femme, celui-ci tombe littéralement sous le charme de la belle Manon... Si "Manon des sources" ne peut bénéficier de l'aura de Depardieu, ce second opus jouit en revanche de la présence d'une jeune actrice inspirée, en la personne d'Emmanuelle Béart, qui irradie complètement dans ce rôle, et dont on avait presque oubliée combien elle avait été ravissante dans sa prime jeunesse, avant la chirurgie notamment... Daniel Auteuil, sans doute stimulé par celle qui était alors sa compagne, propose lui aussi une interprétation formidable, supérieure au premier volet : la scène d'euphorie solitaire, agrémentée d'une folle sarabande qui s'achève par une chute de l'arbre à l'arrivée du Papet, est un véritable monument. De son côté, Yves Montand est égal à lui même, c'est à dire excellent, de même que l'ensemble des seconds rôles, emmenés par Hippolyte Girardot en instituteur amoureux. L'ambiance de la campagne marseillaise au début du XXème siècle est toujours parfaitement restituée par une réalisation agréable, on pourra en revanche reprocher à Berri cet épilogue artificiel et longuet, même s'il permet d'offrir une dénouement (plus ou moins) inattendu à cette tragédie provençale.

Bernard Posso

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 80 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 07/12/2014

Il parait qu'on aurait conté cette histoire au jeune Marcel, à l'époque. Cette tragédie trouve son point culminant dans le dernier quart d'heure. Pour le reste, cette seconde partie peine un peu à trouver l'accent de la première. La mise en scène académique, qualité Française, se supporte grâce à la qualité des dialogues : du Pagnol pur jus et dans le texte. Mais dans l'ensemble, on se surprend à regretter un ton plus tranchant, moins timide que celui de Berri, un peu trop consensuel. Les interprètes secondaires peinent aussi, coincés entre les deux grands protagoniste de ce conte terriblement humain .

lhomme-grenouille

Suivre son activité 891 abonnés Lire ses 2 996 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 03/01/2014

Même constat que pour Jean de Florette. La logique du cinéma à la française rend ce film parfois un peu mou du genou mais l’atmosphère moite et le talent de la distribution rend le spectacle regardable. Personnellement je ne suis pas excessivement fan de ce que cette histoire explore chez l’humain, mais au final je ne peux m’empêcher de me dire satisfait par ce que j’ai vu…

matt240490

Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 1 067 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 03/01/2013

Après Jean de Florette, première partie majestueuse de cette histoire si belle et si poétique, Manon des Sources prend le relais et raconte la suite des aventures opposant les Soubeyrand à Manon, fille de Jean Cadoret, alias Jean de Florette. Dans le même état d'esprit, mais certainement moins accrocheur, cette suite toujours réalisée par Claude Berri qui sortit quelques semaines après le premier, prend rapidement un mauvais virage et apparaît comme une pâle suite en comparaison de son inspiration. De beaux décors et une musique sublime ne viendront malheureusement pas rattraper un scénario un peu en deçà des attentes, mais le cliffhanger, combiné au jeu d'acteur d'Emmanuelle Béart entre autres, sauve quelque peu la mise.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top