Mon AlloCiné
Cosmos
note moyenne
2,5
89 notes dont 18 critiques
17% (3 critiques)
17% (3 critiques)
11% (2 critiques)
28% (5 critiques)
17% (3 critiques)
11% (2 critiques)
Votre avis sur Cosmos ?

18 critiques spectateurs

Yves G.

Suivre son activité 212 abonnés Lire ses 1 273 critiques

0,5Nul
Publiée le 31/12/2015

Quand je ne comprends pas un film, je suis tiraillé entre deux sentiments contradictoires. Le premier est la détestation : je déteste ce film qui m'est hermétique. Le second, un peu moins prétentieux, est la honte et le regret : je suis trop bête pour le comprendre et regrette de ne pas l'être un peu moins pour y comprendre quelque chose. Rarement ces deux (trois ?) sentiments contradictoires se sont-ils autant opposés qu'à la vision du dernier film de Andrzej Zulawski, adapté de Witold Gombrowicz. Ces références écrasantes m'interdisaient de tenir "Cosmos" pour une hystérie foutraque, pour un brouillon potache. Pourtant, la direction d'acteurs en roue libre, le scénario inconsistant, la mise en scène aux abonnés absents évoquent plus un étudiant prétentieux de la FEMIS en fin de scolarité que deux des plus grands artistes polonais contemporains. De là à déchoir Zulawski de sa nationalité, il n'y a qu'un pas que nos palinodies constitutionnelles me dissuadent de franchir.

Humphrey D.

Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 8 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 14/10/2015

Voilà un ovni dans le ciel vide de Zulawski. Si le cinéma doit raconter des histoires, sinon l’Histoire, Cosmos n’assume pas cette requête. Collage surréaliste de plans sans objet, patchwork de personnages sans raison, on eût préféré la rencontre d’un âne avec un parapluie sur une table de vivisection plutôt que celle d’une limace sur une motte de beurre. Que reste-t-il lorsqu’il n’y a ni queue ni tête dans un corps cinématographique informe? Rien, comme l’éructe Balmer. Ce vide sidéral, cosmique, n’est-ce pas celui du cinéma zulawskien qui semble se perdre dans le trou noir de la vacuité et de l’insignifiance? L’ennui nous étreint tout au long du film, dans ce gloubiboulga qui lorgne du côté de Godard (introduction de la littérature comme argument filmique) et de Cronenberg (celui du Festin nu) sans jamais captiver ne serait-ce qu’une infime minute notre esprit par tant d’hystérie.

Yasmin J.

Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 10/12/2015

L’adaptation parfaite d’un livre qu’on pensait inadaptable. De la beauté naturelle pour les acteurs, les textes et les paysages. On en ressort surpris et troublé, l'agréable sensation d'avoir assisté à du grand cinéma.

velocio

Suivre son activité 266 abonnés Lire ses 1 916 critiques

0,5Nul
Publiée le 29/11/2015

Le réalisateur polonais Andrzej Zulawskia a eu son heure de gloire dans les années 70 et 80, avec des films comme "L’Important c’est d’aimer", "Possession", "L’Amour braque" ou "La Femme publique". Il n’avait plus rien tourné depuis "La fidélité", il y a 15 ans. A la vision de "Cosmos", on est en droit de penser qu’il aurait pu, qu’il aurait dû, prolonger cette abstinence. En effet, il arrive parfois que la vision d’un film mette en rage les spectateurs et c’est ce qui risque d’arriver avec ce nouvel opus d’Andrzej Zulawski, car il est probable que la grande majorité des spectateurs regrettera qu’un investissement sans doute important ait été mis dans un film aussi catastrophique que "Cosmos" alors que tant de films d’une qualité à coup sûr supérieure ont énormément de mal à se monter un peu partout dans le monde, quand ils y arrivent. Le fait qu’un tel film ait permis à Zulawski d’obtenir le Léopard d’Argent du meilleur réalisateur lors du dernier Festival de Locarno est vraiment plus que surprenant, même si la mise en image s’avère être son seul point positif.

viva

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 3 critiques

4,0Très bien
Publiée le 09/12/2015

Grand film du retour. Tous les thèmes et les obsessions de Zulawski y sont présents, magnifiés et poussés à l'extrême. Rencontre d'un grand artiste avec son auteur de prédilection. Ovni tombé à pic ! Sortie parallèle d'un livre, le premier je crois, sur l'oeuvre du Maître "Andrzej Zulawski, sur-le-fil" lettMotif/J.d'Estais Il était temps! Zuzu revient!!!!!!!

Marie-Constance

Suivre son activité Lire sa critique

4,5Excellent
Publiée le 10/12/2015

Bouleversant, léger mais pointu. Il est compliqué d’exprimer ce que je viens de voir, ce qui est certain c’est la réussite d’un style de film qu’on ne voit nulle part ailleurs. Mais qui est Jonathan Genet ? on ne le connait pas, il sublime ce premier rôle. Où était-il pendant tout ce temps, où l’on voyait toujours ces mêmes acteurs français ennuyants.

Pierre D.

Suivre son activité Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 10/12/2015

On peut être interrogé, dérangé, inquiété, mais c’est là toute la beauté de ce film. Pour une fois qu’un film avec des acteurs français sort du lot, ça faisait longtemps.

traversay1

Suivre son activité 393 abonnés Lire ses 2 781 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 31/12/2015

Après une éclipse de 15 ans, Andrzej Zulawski est de retour et il n'a pas (tellement) changé. Faute de connaître le livre de Gombrowicz dont Cosmos est adapté, le spectateur en est réduit à subir les péripéties d'un objet assez peu identifiable et qui s'obstine à dérouler une intrigue dont on se fiche un peu, avec un moineau pendu comme élément le plus identifiable. Le film est braque (pour reprendre la moitié d'un vieux titre de Zulawski) bourré de références littéraires et cinématographiques et émaillé de jeux de mots plus ou moins amusants (Spielbeurk !). L'interprétation des plus jeunes acteurs, bien que souvent théâtrale, est acceptable. En revanche, les pauvres Sabine Azéma et Jean-François Balmer sont en surjeu permanent, bien obligé tant ils ont des dialogues abscons à déclamer. Une seule chose fait ne pas décrocher tout à fait : le sens du cadre de Zulawski qui, quand les bavardages cessent enfin, nous offre des scènes admirablement composées dans les splendides paysages du Portugal. Mais ces moments-là sont hélas bien rares.

Ciné2909

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 1 172 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 22/01/2016

On commence avec un moineau retrouvé pendu puis on enchaine avec une Sabine Azéma délirante et capable à tout moment de bugger en pleine conversation et il y a aussi un mec déguisé en Tintin. Si vous ne l’aviez pas encore compris, oui ce Cosmos est assurément un film étrange avec ses personnages hauts en couleurs et ses dialogues lunaires. Il faut donc s’accrocher les premiers instants pour entrer dans le délire instauré par le réalisateur Andrzej Zulawski même si j’avoue avoir été largué totalement dans la dernière demi-heure. Son titre offre un indice, c’est sur qu’on a là un drôle d’ovni à réserver aux curieux mais tout le monde n’aura peut-être pas le courage de rester jusqu’au bout !

Olivier J.

Suivre son activité Lire sa critique

4,0Très bien
Publiée le 14/12/2015

Peut-être l'objet le plus non identifié du cinéma français cette année ! Cosmos est fou, drôle, hystérique, absurde et théâtral. Les performances des comédiens plus décapantes les unes que les autres, avec une mention particulière pour Jean-François Balmer, excellent, rajoutent de la folie au film. Mis à part quelques petits moments déstabilisants où l'on se sent un peu perdu, Cosmos nous apporte un peu de folie et de poésie salvatrices en ces temps tourmentés ! Ci-dessous un portrait du comédien Jonathan Genet.

Julien  B.

Suivre son activité Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 10/12/2015

J'ai vu Cosmos hier, le jour de sa sortie. Salle comble. Ce film est une merveille artistique : beauté de la photographie, musique sublîme et acteurs remarquables (Balmer, Azema, et deux grandes révélations au cinéma : Victoria Guerra future star et Jonathan Genet, au jeu puissant et charismatique). Quant à la réalisation (primée à Locarno) elle est un tel concentré d'intelligence et de génie - au milieu de la tiédeur des films du moment - qu'elle nous rappelle tout ce qu'il est possible de faire avec de la pellicule lorsque l'on a du talent. Le style fulgurant de Zulawski fait exploser tous les codes narratifs servis courrament à la sauce ketchup : Zulawski revisite les codes du langage, emploie des valeurs de plan originales, des axes de vue, perspectives... quitte à y perdre en route un peu des habitués du "prêt à penser". Nulle part ailleurs dans sa filmographie, on trouve autant de comédie. Car on rit beaucoup dans ce film. La profondeur en plus. Le génie de Gombrowicz rencontre celui de Zulawski dans une dentelle d'horlogerie, une oeuvre d'orfèvre toute en évocations, symboles, métaphores, paraboles. Quant aux mauvaises critiques du film elles font penser à cette sentence confucéenne : "quand le sage montre la lune, l'idiot, lui, regarde le doigt". Grand merci, Mr Zulawski, pour ce Cosmos plein de lunes, de stars et de soleils. On ressort de ce film l'âme gonflée d'un trésor impalpable, et s'en est là, il me semble, l'un des privilèges de l'art.

Cthulhu Mantis

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 81 critiques

2,5Moyen
Publiée le 27/12/2016

Le 5ème Andrzej Zulawski que je visionne et donc ce dernier long-métrage marque le retour du metteur en scène Polonais après 15 ans d'absence pour des raisons qu'il lui son propre. Étrange coïncidence "Cosmos" sera son dernier film, emporter par un cancer à l'âge de 75 ans. Depuis "la fidélité" beaucoup de chose ont changés dans le cinéma et je me demandais comment Zulawski aller négocier ce virage étant donné que ce dernier ne portait pas dans son cœur le cinéma de divertissement purement commerciale. Une chose est sur. En apprenant qu'il reprenait la direction des plateaux de cinéma, ma joie était étrangement lié avec une certaine exigence dés que cosmos entrerais en contact avec mes yeux. J'ai été quelques peu déçu, force de ne pas avoir lus le livre de Wiltold Gombrowicz n'y est sans doute pas innocent. Zulawski oblige: la folie est partout, des personnages étranges,hystériques avec l’impression que les acteurs sont poussés dans leur derniers retranchements. Mais aussi du surréalisme. Mais voilà rien n'y fait, je me suis perdus dans ce film qui à l'air de sonnée creux par beaucoup de séquences malgré quelques moments de grâce poétique comme le regard de Victoria Guerra qui fait qu'on ne reste pas indifférent. Ce n'était pas un film grand publique, les chiffres parlent d'eux même: 4000 entrés environs. Il est réservé beaucoup plus à des cinéphiles d'art et d'essaie. N'ayant que très peu apprécier Cosmos et étant peu être son film le plus décousus et le moins accessible de tous je vous dis quand même merci monsieur Zulaswki pour tout ce que vous avez amenez au cinéma et tout ce que vous m'avez apporté.

JimBo Lebowski

Suivre son activité 200 abonnés Lire ses 876 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 15/11/2016

Un pur film de mise en scène surréaliste, très cadencé et jusqu'au boutiste, on reconnait assez aisément la patte de Zulawski qui transfigure cette histoire d’amour impossible sur plusieurs tableaux en petit théâtre de boulevard à ciel ouvert, avec également une science du montage sensitive et procédurière, autant qu’on capte la musicalité frénétique et poétique de manière quasi instinctivement. Après sur la longueur le mécanisme du film montre quelques latences et la frénésie volontaire du jeu des acteurs perturbent quelque peu l’expérience, s’en ressortent tout de même des petits moments de grâce assez superbes qui viennent précieusement se juxtaposer à la folie ambiante. Un film rempli de contrastes et plutôt difficile d’accès, mais rien que pour assister au testament de Zulawski et se plonger dans le regard impénétrable de Victoria Guerra ça mérite le coup d’oeil, impossible de rester indifférent …

Cinéphiles 44

Suivre son activité 109 abonnés Lire ses 2 065 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 14/06/2016

Voici quinze ans qu’Andrzej Zulawski n’avait pas réalisé un long-métrage. Naviguant toujours sur le tableau des mots distingués et de l’érotisme névrosé, ses longs-métrages se distinguent dans un surréalisme abusé. Cosmos nous fait rencontrer des personnages anormaux, qui débattent au sujet d’un oiseau pendu ou de la beauté d’une bouche. Les dialogues et la mise en scènes cabotent dans un mouvement théâtral et parfois abrupt de sens. Chacun épuise ses mots sans écouter l’autre, préférant crier dans un langage désopilant. On se demande alors qu’elle est notre place devant ce spectacle qui nous fait perdre la raison. Dernier long-métrage d’Andrzej Zulawski avant sa mort, Cosmos a bénéficié d’une ressortie le 24 février 2016. D'autres critiques sur ma page Facebook : Cinéphiles 44

pfloyd1

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 1 384 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 05/06/2016

Cosmos est une curiosité visuel, une sorte de film "amateur", indépendant , et surprenant. Réalisé avec beaucoup de sérieux et de belles images, l'intensité de ses personnages fait l'histoire à elle seule. Beau, théâtralisé, on erre dans cette pension familiale où la diversité de ses clients prend tout son sens. Malgré tout, l'élocution constante de ce bel étudiant ténébreux fou de littérature finit par peser ! Une intrigue rend toute cette petite histoire intéressante, mais elle reste presque sans intérêt finalement...

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top