Notez des films
Mon AlloCiné
    La Loi de La Jungle
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "La Loi de La Jungle" et de son tournage !

    Second round

    La Loi de la jungle est le second long-métrage d'Antonin Peretjatko après La Fille du 14 juillet, sorti en 2013. Il retrouve pour l'occasion le duo Vimala Pons - Vincent Macaigne. Le cinéaste a également voulu qu'il y ait de nouvelles têtes dans son film, ainsi Mathieu Amalric (qui devait jouer dans La Fille du 14 juillet), Pascal Légitimus et Jean-Luc Bideau ont été castés.

    En Guyane

    La Loi de la jungle a été tourné en grande partie en Guyane, ce qui a permis de faire de la jungle une allégorie du monde moderne. Ce territoire est également une enclave française dans un autre continent, un bout d’Europe en pleine Amérique du sud. Pour Antonin Peretjatko, il s'agit de quelque chose d'unique et c'est justement ce que montre son film : une aberration territoriale issue de l’héritage colonial. Le cinéaste explique :


    "Cela permet de parler de la France tout en étant loin, très loin de la capitale. Le sujet du film est celui des normes européennes transposées hors d'Europe : que se passe-t-il lorsqu'on tente d'appliquer des normes dans un territoire pour lequel elles n'ont pas été conçues ? Quand je parle de territoire, il s’agit aussi de territoire intellectuel."

    Merci Pascal Légitimus

    Comme La Loi de la jungle part de clichés (dès le début, on voit des mygales, des serpents ou toutes sortes d'insectes dans quasiment tous les plans), les Guyanais avaient peur que le film se moque d'eux. C'est surtout de par la présence de Pascal Légitimus qu'ils ont compris que La Loi de la jungle ne véhiculerait pas une image négative d'eux.

    Symbole de l’absurde

    Antonin Peretjatko a eu l'idée de « Guyaneige », ce projet de station de ski en plein milieu de la jungle, grâce à un véritable pont qui a été construit entre la Guyane et le Brésil. Il s'agissait d'une volonté des chefs d'états réalisée grâce aux normes européennes mais ces dernières et les compagnies d’assurances automobiles ont empêché et empêchent toujours tout véhicule de franchir cette frontière ! Ce pont, qui devait être un grand symbole, est finalement devenu un symbole de l’absurde...


    "En Guyane c'est un peu ça : on construit encore des routes là où il n'y en a pas, dans des villages perdus pour montrer que c'est la France. C'est l'impérialisme européen en quelque sorte. Le tourisme est la suite logique de la construction des routes", précise le metteur en scène.

    Filmer en numérique

    La Loi de la jungle est le premier film qu'Antonin Peretjatko a tourné en numérique, ce qui a permis de faire beaucoup de prises et de laisser arriver des choses qui n'étaient pas prévues dans la mise en scène. Ce procédé était aussi mieux adapté aux conditions de tournage dans la jungle où il fait nuit à 18 heures et qui a permis de tourner une demi-heure de plus par jour, ce qui est beaucoup. Enfin, le numérique a également facilité les déplacements dans la jungle où il y a de nombreux obstacles.

    Scène du boa

    Une des scènes les plus difficiles à tourner était celle dans laquelle Vincent Macaigne avait un boa autour du cou. "Il n'arrêtait pas de pleuvoir, on s'enfonçait jusqu'aux genoux dans la boue, il fallait des cordages pour se déplacer car il y avait une pente à gravir. C'était très compliqué de bouger le matériel, il y avait des guêpes et des épines partout... Un cauchemar. Dans ces cas là on est content d’avoir un découpage précis car on peut vite perdre les pédales", se rappelle Antonin Peretjatko.

    Une aventure

    Pour accentuer le côté aventure du projet, il était important pour Antonin Peretjatko que le tournage ressemble au film. Ainsi, tout ce que les comédiens devaient faire, le réalisateur le faisait avant eux : manger des larves, aller dans l'eau croupie, prendre le boa autour du coup, etc.

    Pas d'effets spéciaux !

    Même si le film n'est pas réaliste, Antonin Peretjatko tenait à ce qu'il soit ancré dans le réel, sans trucages ou effets spéciaux pour les cascades. Même chose pour les animaux : le cinéaste tenait à ce qu'ils soient vrais. On lui a proposé d'en faire quelques uns en numérique, comme la luciole, mais il a refusé. Tous les animaux qu'on voit dans le film sont donc vrais : les deux papillons qui se tournent autour, le ver qui se dandine comme un ver de Walt Disney, les serpents, les mygales, les larves que mange Vimala Pons, etc.

    Vimala Pons chauffeur

    Comme Vincent Macaigne n'a pas le permis de conduire, c'est la comédienne Vimala Pons qui se chargeait de le véhiculer pendant le tournage. "C'était « son chauffeur pour tout le séjour », comme dit Amalric, elle n'en pouvait plus : exactement comme dans le film", s'amuse Antonin Peretjatko.

    Scène du serpent qui avale une souris

    Au départ, Antonin Peretjatko voulait filmer un ourobouros, un serpent qui se mord la queue. Mais comme il s'agit d'un phénomène extrêmement rare, l'éleveur de serpents en Guyane lui a suggéré de le remplacer par un serpent qui prend son repas. Le cinéaste se souvient : "Le jour où on a fait la scène, il a amené un serpent albinos qui n'avait pas mangé depuis deux jours et lui a donné une souris. Alors bien sûr, on se pose des questions d’éthique, mais si le serpent n'avale pas la souris c'est lui qui meurt de faim. Je tenais à cette scène parce que c'est quelque chose qu'on ne voit jamais dans les films, y compris dans les documentaires animaliers. Aujourd'hui la mode, c'est de couper avant la mise à mort. (...) Je voulais montrer ce qu'est la loi de la jungle. C'est un plan qui reflète tout le film." 

    Dussollier pressenti

    A l'origine, André Dussollier était pressenti pour jouer dans le film mais il en a finalement été autrement.
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • 1917 (2019)
    • Jojo Rabbit (2019)
    • The Gentlemen (2020)
    • Le Prince Oublié (2019)
    • Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn (2020)
    • Scandale (2019)
    • Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part (2018)
    • L'Appel de la forêt (2020)
    • Bad Boys For Life (2019)
    • Les Traducteurs (2018)
    • Le Voyage du Dr Dolittle (2020)
    • Le Lion (2019)
    • Sonic le film (2020)
    • La Voie de la justice (2020)
    • Ducobu 3 (2019)
    • Parasite (2019)
    • #Jesuislà (2019)
    • La Fille au bracelet (2019)
    • Les Filles du Docteur March (2019)
    • Invisible Man (2020)
    Back to Top