Mon AlloCiné
La Fille du train
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "La Fille du train" et de son tournage !

Adaptation

La Fille du train est l'adaptation du roman à succès du même nom écrit par Paula Hawkins. L'oeuvre a attiré les producteurs de Dreamworks Pictures qui en ont acquis les droits en 2014, avant même sa publication et son immense succès. L’inspiration de ce polar dans lequel les témoins deviennent soudain des suspects est venue à la romancière lors de ses allers et retours quotidiens vers Londres : "Il y avait une ligne sur laquelle le train tombait toujours en panne, ce qui me donnait l’occasion d’observer les immeubles qui donnaient sur la voie et où on pouvait voir directement dans le salon des gens. J’ai toujours secrètement espéré être témoin de quelque chose d’intéressant, mais ça n’a jamais été le cas. Cela a néanmoins eu l’avantage de stimuler mon imagination et c’est de là qu’est née l’idée de La Fille du train", confie Hawkins.

La valse des acteurs

Margot Robbie a été pressentie pour se glisser dans la peau de Megan, tout comme Kate Mara, avant qu'Haley Bennett n'hérite du rôle. Jared Leto devait quant à lui camper Scott mais a dû renoncer à cause de conflits d'emploi du temps. Chris Evans était également attaché au projet pour jouer Tom mais a préféré tourner Gifted pour Marc Webb. C'est Justin Theroux qui a finalement repris le rôle.

Emily Blunt premier choix

Emily Blunt a toujours été le premier choix de la production pour incarner Rachel, le personnage principal du film : "Emily est une actrice incroyablement talentueuse. Nous savions qu’elle possédait le talent nécessaire pour incarner Rachel, mais aussi qu’à l’image de tous ses personnages, elle saurait la rendre profondément humaine. Rachel est très dure envers elle-même, elle boit trop et a un comportement destructeur. Et Emily exprime avec brio toutes les nuances, toute la complexité et toute la noirceur du personnage tout en restant sympathique, compréhensible et accessible", explique le producteur Marc Platt.

"Emily incarne Rachel de manière stupéfiante", confie Tate Taylor, qui a insisté pour que la comédienne garde son accent britannique : "Les origines anglaises de Rachel, qui se retrouve coincée aux États-Unis sans travail ni mari, renforcent le sentiment de solitude et d’isolement du personnage qu’Emily exprime fabuleusement", ajoute-t-il. "À chaque fois que j’étais dans un aéroport ou dans une librairie, je voyais que La Fille du train était numéro un des ventes ; tout le monde le lisait, que ce soit dans le métro ou dans l’avion… J’étais donc consciente de l’immense intérêt qu’il suscitait avant d’être contactée par les producteurs du film. Mais je ne l’ai lu qu’après que l’on m’a proposé le rôle, et je l’ai dévoré. Je l’ai fini en deux jours", raconte Emily Blunt.

Changement de pays

Dans le roman, l'action se déroule à Londres. Pour les besoins du film, elle a été déplacée à New York.

Tate Taylor in

Le producteur Marc Platt a décidé de confier la réalisation de La Fille du train à Tate Taylor, nommé à l'Oscar du meilleur film pour La Couleur des sentiments : "J’admire le travail de Tate depuis longtemps. Son talent réside dans sa capacité à comprendre les gens, et en particulier les femmes. Il a été séduit par ces personnages et a luimême côtoyé des gens dépendants qui ont réussi à s’en sortir", relate le producteur. "Tate est un fantastique metteur en scène et sa vision du film est très similaire à ma vision du roman. Nous voulions tous les deux maintenir l’atmosphère de paranoïa et d’oppression présente dans livre, mais le coeur de l’histoire reste le même", précise Paula Hawkins.

Emily, Rebecca et Tom

Emily Blunt et Rebecca Ferguson se donnent la réplique dans La Fille du train. Les deux femmes ont un point commun, elles ont toutes les deux tourné aux côtés de Tom Cruise dans le rôle de femmes badass, la première dans Edge of Tomorrow et la seconde dans Mission Impossible Rogue Nation.

Mise en scène et photographie

C'est le chef-opératrice danoise Charlotte Bruus Christensen (La Chasse) qui s'est chargée de mettre en lumière La Fille du train. Pour les scènes dans lesquelles apparaît Rachel, Christensen a opté pour une caméra portée, souvent placée à quelques dizaines de centimètres seulement du visage d’Emily Blunt : "Le film repose en grande partie sur ce qui se passe dans la tête de Rachel, dont on partage l’intimité, c’est la raison pour laquelle elle est si filmée de si près", explique la technicienne. Concernant Anna, la mère au foyer installée dans une banlieue chic interprétée par Rebecca Ferguson, Charlotte Bruus Christensen a fait le choix d’une caméra statique. Elle a en outre souvent filmé la jeune femme à travers une vitre, instaurant ainsi une distance entre elle et le public. Pour suivre la troisième femme de l’histoire, Megan (Haley Bennett), la chef opératrice a opté pour une caméra en perpétuel mouvement, à l’image d’un personnage qui ne se sent jamais aussi bien que lorsqu’elle court : "Megan essaie de fuir quelque chose. À chaque fois qu’elle est en mouvement, nous l’avons filmée à l’aide d’un Steadicam, ce qui donne l’impression qu’elle flotte dans les airs, comme si ses pieds ne touchaient plus terre", précise la danoise.

Paula out !

L'auteure du roman original, Paula Hawkins, a tourné un caméo dans La Fille du train mais ce dernier a été coupé lors du montage du film.

Voyeurisme

La scénariste Erin Cressida Wilson évoque l'intrigue de La Fille du train, qu'elle s'est chargée d'adapter pour le cinéma : "J’aime moi aussi m’assoir côté fenêtre pour regarder les maisons qui bordent la voie ferrée, et Paula a réussi à saisir le bercement du train et le voyeurisme béat dans lequel il nous plonge. J’ai toujours été captivée par le voyeurisme – tant sur le plan personnel que littéraire ou cinématographique – même si c’est considéré comme malsain ! Mais Paula a réussi à rendre cela moins bizarre et à en tirer une histoire qui s’adresse à tout le monde."

Tournage

La Fille du train a été tourné entre le 4 novembre 2015 et le 30 janvier 2016 à New York. L’essentiel du film a été filmé à bord d’un vrai train ainsi que dans un wagon construit en studio dans le comté de Westchester, au nord de Manhattan. Les températures frôlant souvent les -28°C, les acteurs n’ont eu aucun mal à simuler la tension.

Trouver le bon train

Trouver la bonne ligne de train qui servira de décor à La Fille du train n'a pas été chose aisée pour le chef-décorateur Kevin Thompson et son équipe : "Avec le régisseur d’extérieurs Joe Guest, nous avons passé six semaines à prendre tous les trains imaginables et à repenser l’histoire pour New York. Nous ne voulions pas faire croire que nous nous trouvions à Londres, nous voulions résolument adapter l’histoire à New York. L’esthétique du film a peu à peu pris forme en fonction des goûts de Tate Taylor. Nous avons opté pour l’Hudson Line sur le Metro-North. Presque dès le départ, les paysages qu’elle traverse sont magnifiques, d’un côté on longe l’Hudson et de l’autre on aperçoit de charmantes petites villes de banlieue. Il y avait quelque chose d’assez fantastique dans le fait de tourner un thriller dans un décor aussi enchanteur et bucolique", indique le technicien.

La pellicule sinon rien

Tate Taylor et sa chef-opératrice Charlotte Bruus Christensen ont décidé de filmer La Fille du train en pellicule et non en numérique : "Je tenais à ce que l’obscurité, le contraste, fasse partie intégrante du film. Il y a en effet beaucoup de zones d’ombre, des noirs profonds et des personnages qui surgissent ou s’évanouissent dans les ténèbres dans cette histoire", explique la technicienne.

Construire un train

Filmer à bord d'un vrai train ne laissant pas assez de libertés, l'équipe du film a dû reconstituer un wagon entier en studio. À partir d’un wagon récupéré dans l’Ohio, le che-décorateur Kevin Thompson et son équipe ont construit la réplique d’un wagon du Metro-North de 25 mètres de long auquel ils ont apporté des changements cruciaux pour faciliter le tournage. Certaines parties du train – principalement construit en bois – ont été fabriquées pour être aisément démontables afin de faciliter le placement de la caméra, tandis que les fenêtres ont été faites dans un verre plus transparent que celui utilisé dans le Metro-North. Le couloir central du wagon est également dix centimètres plus large pour permettre le passage d’une dolly et d’autres équipements de cinéma. Le coordinateur des effets spéciaux Jeff Brink a quant à lui supervisé la conception et la construction d’une plateforme spéciale capable de simuler le mouvement du train, sur laquelle était monté le wagon dans le studio. Pour simuler l'extérieur du train et le passage des paysages, le fameux fond vert a fait l'affaire.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Captain Marvel (2019)
  • Ma vie avec John F. Donovan (2018)
  • Rebelles (2018)
  • Le Chant du loup (2018)
  • Mon Bébé (2018)
  • Le Mystère Henri Pick (2019)
  • Dragon Ball Super: Broly (2018)
  • Us (2019)
  • Green Book : Sur les routes du sud (2018)
  • Grâce à Dieu (2019)
  • Escape Game (2019)
  • Jusqu'ici tout va bien (2018)
  • Convoi exceptionnel (2018)
  • Dernier amour (2018)
  • Shazam! (2019)
  • Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ? (2018)
  • Alita : Battle Angel (2019)
  • Dumbo (2019)
  • Walter (2018)
  • Aïlo : une odyssée en Laponie (2018)
Back to Top