Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Les Délices de Tokyo
note moyenne
4,3
1739 notes dont 140 critiques
19% (27 critiques)
51% (71 critiques)
23% (32 critiques)
6% (8 critiques)
1% (2 critiques)
0% (0 critique)
Votre avis sur Les Délices de Tokyo ?

140 critiques spectateurs

Dom Domi
Dom Domi

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 173 critiques

4,5
Publiée le 28/09/2016
Ce film est d'une rare délicatesse et intelligence. Le cinéma japonais à décidément de beaux jours devant lui. L'idée simple de se poser dans une petite boutique ou le gérant n'est pas vraiment à sa place ouvre en fait un univers immense dans lequel on s'engoufre avec les acteurs pour profiter de toute la beauté de ces rencontres humaines. Une sorte de rêve. Un conte ? Non, plus que ça. Un grand moment de bonheur qui prend tout son sens dans la vraie vie. Celle qui est parfois un combat. Une lutte contre soi-même et ses " handicaps " et contre les discriminations collectives. Et la difficulté rencontrée pour savoir regarder la lune avec des yeux d'enfant ou de sage... Domi
RED-F
RED-F

Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 1 244 critiques

4,0
Publiée le 17/09/2016
Je me suis laissé happer par cette histoire simple en apparence, parfaitement bien filmée, parfaitement bien interprétée... Un très beau film.
petkovic
petkovic

Suivre son activité Lire ses 19 critiques

5,0
Publiée le 09/09/2016
Ce fut une révélation pour moi. Comment un film sur une pâtisserie japonaise, dont le personnage principal était une vieille dame, allait pouvoir capter mon attention? La réponse dans Les délices de Tokyo. La réalisation donne une grande place à la beauté de la nature, façon Terrence Malick. Et l'amour est partout, dans sa version la moins souvent traitée au cinéma. L'amour d'une jeune fille pour une vieille dame inconnue. L'amour d'un homme mature pour cette même vieille dame. L'amour de cette mamie pour son enfant perdu.
Tim-Fait-Son-Cinema
Tim-Fait-Son-Cinema

Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 783 critiques

3,5
Publiée le 08/09/2016
Naomi Kawase signe avec Les délices de Tokyo un film qui paraît au premier abord extrêmement simple, notamment dans sa structure narrative, et assez neutre, même s’il est traversé de quelques passages magnifiques cinématographiquement. Mais, avec son approche presque documentaire sur la fin, elle s’intéresse à sa manière à une question relativement taboue dans son pays, ce qui donne bien plus de poids à l’ensemble.
Fabrice Gasnier
Fabrice Gasnier

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 10 critiques

4,5
Publiée le 16/08/2016
Un de ces films dont seuls les Japonais ont le secret : on ne sera plus jamais le même après l'avoir vu. J'ai une tendresse particulière pour le "patron" qui porte bien des défauts mais est vraiment un type bien. Et la grand mère ... quelle chance de rencontrer une personne comme elle !
Ozu2
Ozu2

Suivre son activité Lire ses 9 critiques

4,0
Publiée le 28/07/2016
Un délice en effet! Comme un haïku lu sous les cerisiers en fleur en sirotant du saké.. Très mélo par moment, comme souvent dans les films japonais dans les films ou la tradition du Bunraku, mais toujours délicat . Grand moment de fraîcheur et de dépaysement
alineung
alineung

Suivre son activité Lire ses 2 critiques

4,0
Publiée le 03/07/2016
Ce film et touchant. Il parle plus d'humanité que de cuisine. Film cependant délicieux que je recommande
Cinéphiles 44
Cinéphiles 44

Suivre son activité 159 abonnés Lire ses 2 600 critiques

5,0
Publiée le 01/07/2016
Les délices de Tokyo est la rencontre entre un homme mélancolique, presque triste de vendre ses dorayakis sans ambition, et Tokue, une très vieille dame aux mains déformées qui souhaite se faire embaucher pour préparer avec lui ces gâteaux fourrés aux haricots rouges confis. Alors que le duo fait recette, une rumeur commence à circuler au sujet de la lèpre de Tokue. Mais le commerçant voit en cette dernière, l’opportunité d’un succès qui va au-delà de la vente de pâtisseries. La vieille dame lui redonne le sourire, lui redonne goût à la vie. Dans la délicatesse digne d’un conte, les échanges entre les deux protagonistes ainsi qu’avec la jeune collégienne sont bouleversants. La pudeur et la retenue font de cette œuvre une réflexion particulière sur l’acceptation de la différence et la médisance des autres. Malgré la difficulté de faire face à ce poids, la vieille dame reste toujours optimiste et c’est ce qui rend le film intensément touchant. D'autres critiques sur ma page Facebook : Cinéphiles 44
velocio
velocio

Suivre son activité 307 abonnés Lire ses 2 107 critiques

4,0
Publiée le 18/06/2016
Agée de 47 ans, la réalisatrice japonaise Naomi Kawase écume les festivals avec des films de très grande qualité et, année après année, elle accumule les nominations et les récompenses. Rien qu’à Cannes, où ses films ont très régulièrement droit de cité, elle a obtenu la Caméra d’Or en 1997 avec "Suzaku" et le grand Prix du Jury en 2007 avec "La Forêt de Mogari". Par contre, force est de reconnaître que, concernant le public, elle n’est suivie que par une frange assez réduite de cinéphiles qui apprécient son cinéma exigeant, son style contemplatif et sa façon de combiner les forces de l’esprit à l’amour de la nature. "Les Délices de Tokyo", son dernier long métrage, film d’ouverture de la section Un Certain Regard du Festival de Cannes 2015, est, de toute évidence, beaucoup plus accessible que ses œuvres précédentes : cette adaptation du roman homonyme de son ami Durian Sukegawa lui permet de greffer l’émotion que procure un mélodrame à ses thèmes de prédilection. Sans avoir l’air d’y toucher et en faisant saliver les spectateurs, Naomi Kawase aborde de nombreux sujets dans "Les Délices de Tokyo" : les phénomènes de rejet et d’exclusion, la regrettable main-mise des préparations industrielles dans la restauration, la richesse que peuvent apporter les rencontres entre différentes générations, en particulier pour la transmission du savoir, l’amour de la vie et de l’action qu’on peut rencontrer chez des personnes âgées malgré les souffrances générées par une maladie. Elle profite aussi de ce film pour affirmer qu’il y a une vie après la mort : le souvenir qu’on laisse à toutes celles et à tous ceux qu’on a aimés et qui vous ont aimé. Bien que ce film délicat et très poétique ait été tourné en pleine ville, à Tokyo, Kawase n’oublie pas, également, de montrer l’importance que revêt pour elle la nature, au travers de la passion que montre le personnage principal pour les sakuras, ces magnifiques cerisiers japonais dont on suit l’évolution de la floraison.
Pascal B.
Pascal B.

Suivre son activité Lire ses 2 critiques

4,5
Publiée le 11/06/2016
Les délices de Tokyo a reçu globalement un accueil positif de la critique. Parmis l'ensemble des critiques, y compris les quelques critiques négatives on trouve les termes de "conte", "bluette", ou autre terme qui viennent minorer l'appréciation, d'une certaine manière. Pourtant, le film évoque des sujets d'une profonde gravité : la maladie, la discrimination, l'isolement, des faits sociaux avérés dans l'histoire du Japon qui trouvent leur équivalence dans tous les pays sous d'autres prétextes. Si vous avez trouvé ce film léger, êtes vous certain d'avoir bien compris le sujet? Connaissez vous un tout petit peu la culture nippone et la sensibilité dans ses modes d'expression? Avez vous honte d'avoir pleuré en voyant le film? Faut-il du sang, du voyeurisme, et des effets spéciaux pour considérer qu'un film à une réelle densité? N'est on pas conditionné par les dérives formelles du cinéma de masse? Ce film est beau et puissant mais il ne touche que la profondeur vécue en conscience et assumée Sinon c'est normal de passer à côté
elriad
elriad

Suivre son activité 95 abonnés Lire ses 1 173 critiques

3,5
Publiée le 09/06/2016
La réalisatrice japonaise Naomi Kawase ("still water") signe avec "les délices de Tokyo un film subtil entre sucré et salé. Sucré comme les Dorayakis, ces petits gâteaux populaires du Japon et salé comme la politique répressive que le pays a exercé à l'égard des lépreux jusqu'en 1996. 3 générations se croisent dans ce film aux dialogues poétiques portés par l’extraordinaire et charismatique actrice Kirin KikiSentaro. Tokue, une femme âgée de 70 ans vivant dans un sanatorium, Sentaro, le gérant de la boutique, et Wakana, une jeune adolescente cliente de l'établissement. Tous se croiseront dans cette exigüe boutique pour y trouver chacun à leur manière liberté et re0édemption. Un joli film attachant même si parfois le sucre prend un peu le dessus...
damienmoreauz
damienmoreauz

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Publiée le 08/06/2016
très beau filme et belle prestation et beaucoup d'émotion. un grand filme qui restera dans les annales du cinema
Eric O.
Eric O.

Suivre son activité Lire sa critique

4,0
Publiée le 31/05/2016
Poétique, émouvant c'est beau et on a qu'une envie c'est de traverser l'écran pour sentir la brise du vent dans les cerisiers !!
GPZ1100
GPZ1100

Suivre son activité Lire ses 10 critiques

4,5
Publiée le 30/05/2016
Magnifique de sensibilité et d'humanité, "Les délices de Tokyo" nous transportent avec beaucoup de grâce et de noblesse.
Del arte
Del arte

Suivre son activité Lire ses 79 critiques

4,5
Publiée le 24/04/2016
Une pure merveille, ce petit Tokyo, où travaillent des petites mains comme ce fabricants spécialiste en gâteau japonais. Et cette vieille femme qui arrive avec le printemps et croise sur son chemin les délices de Tokyo. Seule la pâte de haricots rouges n'est pas au top ! Qu'importe, la vieille femme va transmettre son savoir-faire. Tout pourrait aller pour le mieux sauf qu'en qualité d'ancienne lépreuse, elle porte encore les marques de la maladie. On apprend à cette occasion que les lépreux étaient relégués jusqu'en 1996 dans un quartier loin de la ville. C'est donc un film sur la solitude de trois êtres, la passion de la vie, le secret intime, etc. Et ça donne faim !
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top