Mon AlloCiné
Robin des Bois
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Robin des Bois" et de son tournage !

Un héros cinématographique

Le personnage de Robin des Bois a bénéficié de plusieurs adaptations cinématographiques. Parmi les plus connues, il y a Robin des Bois réalisé par Allan Dwan en 1922, Les Aventures de Robin des Bois par Michael Curtiz et William Keighley en 1938, le Walt Disney Robin des Bois en 1973, La Rose et la Flèche par Richard Lester en 1976, Robin des Bois, prince des voleurs par Kevin Reynolds en 1991, Sacré Robin des Bois par Mel Brooks en 1993, le Robin des Bois joué par Russell Crowe en 2010 ou encore la comédie Robin des bois, la véritable histoire (2015) avec Max Boublil.

Compétition

Jack Huston, Jack ReynorDylan O'Brien et Nicholas Hoult ont chacun auditionné pour incarner le prince des voleurs, qui est finalement revenu à Taron Egerton, un acteur habitué aux rôles physiques comme ses prestations dans les deux Kingsman et Eddie the Eagle en témoignent.

Jamie Dornan en Will Scarlet

L'acteur irlandais Jamie Dornan, la star de la saga Cinquante Nuances de Grey, campe le hors-la-loi Will Scarlet. Ce personnage a déjà été interprété à de nombreuses reprises sur grand et petit écran. Au cinéma, Christian Slater l'a incarné dans Robin des Bois, prince des voleurs, alors que Ray Winstone lui a prêté ses traits dans la série des années 1980 Robin of Sherwood.

Mendelsohn en shérif

Dans la peau du méchant, le Shérif de Nottingham, nous retrouvons un certain Ben Mendelsohn. Cet acteur charismatique révélé par son personnage de gangster ultra-violent et héroïnomane dans Animal Kingdom (2011) est un grand habitué des rôles de méchants comme on a pu le voir dans Rogue One: A Star Wars Story ou encore Ready Player One.

La productrice Jennifer Davisson déclare : "Pour le Shérif, nous voulions quelqu’un qui pourrait passer sur CNN, quelqu’un avec cette sorte de polissage télévisuel moderne et qui, que l’on soit d’accord avec lui ou non, peut se targuer de parler de façon convaincante. Nous voulions éviter de tomber dans l’écueil du grand méchant et nous diriger vers quelqu’un qui se trouve plutôt en zone grise ; quelqu’un qui pourrait même sembler logique avant que vous ne réalisiez qu’il ne fait que mentir. Nous savions qu’il nous fallait un acteur vraiment subtil pour cela."

"Kingsman 2" ou "Robin Hood: Origins" ?

Lorsque le projet Kingsman : Le Cercle d'or en était à ses débuts, il n'était pas certain que Taron Egerton puisse reprendre son rôle dans ce second opus. Le jeune acteur s'était en effet engagé sur Robin des Bois dont la date de tournage était incompatible avec celle du film de Matthew Vaughn. Lorsque Egerton a accepté de jouer Robin des Bois pour le studio Lionsgate, Fox n'envisageait pas de suite à Kingsman et le comédien avait signé pour le rôle sans arrière-pensée... Finalement, c'est Kingsman : Le Cercle d'or qui a obtenu gain de cause. La mise en boîte du reboot de Robin des Bois a donc été décalée.

Le projet est lancé

Jennifer Davisson, qui dirige la société de production de Leonardo DiCaprio, Appian Way, est impliquée dans la production de Robin des Bois depuis le tout début du projet. Elle avait expliqué au micro d'AlloCiné qu'il a fallu compter environ un an de développement, de l'écriture du scénario jusqu'à ce que Lionsgate s'engage à distribuer le film. "La difficulté, ce n'était pas qu'il existait déjà des films sur Robin des Bois, c'était que tout le monde voulait faire son Robin des Bois !", se souvient-elle, précisant que quatre ou cinq projets étaient alors en concurrence. 

Il a ensuite fallu convaincre Otto Bathurst de rejoindre l'aventure. "Le travail d'Otto sur Peaky Blinders était remarquable, il parvenait à apporter une incroyable modernité dans une série d'époque et à créer un univers unique. Il nous semblait correspondre exactement à ce qu'on voulait pour ce Robin des Bois", commente la productrice. Le réalisateur n'a pas été facile à convaincre : "Je n'avais aucun intérêt particulier pour Robin des Bois, les contes et légendes ou les films d'époque", admet-il. "Ce qui m'intéressait, c'était de réinventer cette histoire, de la mettre en parallèle avec ce qui se passe aujourd'hui : la corruption des gouvernements et de l'église, le pouvoir de la révolution."

Imprévu...

Le tournage de Robin des Bois a commencé fin janvier 2017 à Budapest. Il aurait dû s'y dérouler dans son intégralité, mais à quelques semaines de la fin, un incendie s'est déclaré et a complètement détruit les studios, il a donc fallu recréer le plateau à Paris à la Cité du Cinéma, en seulement cinq semaines.

Une origin story

Robin des Bois version 2018 est une origin story et s'intéresse au moment où Robin de Loxley devient Robin des Bois. Le film est construit en trois actes. D'abord, les croisades auxquelles participe le jeune Robin. Puis une seconde partie de cascades et de courses-poursuites où Robin et Jean jouent au chat et à la souris avec le shérif, et une troisième menant à la confrontation finale avec le grand méchant.

"Robin a été en Syrie pendant plusieurs années, participant aux croisades et il se rend compte que quelque chose ne va pas là-dedans, que tout cela n'est qu'une illusion et que le but est simplement de contrôler les gens. La violence des autres soldats le frappe tout à coup : ils tuent un jeune garçon innocent sous ses yeux, qui se trouve être le fils de Jean. C'est là que Robin rencontre Jean, et qu'il réalise que ce qu'il fait depuis des années est complètement insensé", résume Taron Egerton

Côté costumes

Près de 95 % des costumes ont été réalisés à la main par Julian Day et son équipe. Leur travail a évidemment commencé par le relooking de Robin et de sa fameuse capuche. Le chef costumier déclare : "Tout tournait toujours autour de la capuche. J’ai regardé des centaines de styles de capuches différents mais je ne parvenais à trouver quoi que ce soit de vraiment excitant. J’ai donc commencé à chercher du côté des vestes en cuir des motards, c’est comme ça que nous avons imaginé ce look qui combine une sorte de veste de motard en cuir à la Marlon Brando avec une armure de samouraï."

En plus de ceux de Robin et Marianne, Julian Day avait une énorme quantité de costumes à créer dont les uniformes bleus des soldats sarrasins, pour lesquels il s’est inspiré des Touaregs d’Afrique du Nord ; les uniformes des mineurs de Nottingham, conçus sur le modèle des combinaisons de pilotes des soldats de la Royal Air Force en 1945 ; les vêtements du gratin de Nottingham qui adore le velours et le métal ; les armures des soldats du Shérif, qui portent des casques argentés et des uniformes noirs semblables à ceux des forces spéciales de la police de Taïwan ; et les costumes haute couture que l’on peut voir à l’occasion du bal donné au Palais de Nottingham.

Repartir de zéro

Otto Bathurst a créé sa propre vision de Nottingham en partant de zéro. Il a imaginé une ville où se côtoient noblesse guindée et mineurs étouffés par la suie dans des bas-fonds tentaculaires, une ville qui reflète le fossé entre les riches et les pauvres. Le réalisateur a imaginé son monde en s’inspirant d’architectures diverses et variées : de l’Europe médiévale à l’Asie du XVIIIème siècle, en passant par le brutalisme du XXème.

70 chevaux

Comme Nottingham est une ville pleine de chevaux, la réalisation du film requérait également un certain nombre de chevaux bien entraînés et capables de négocier des virages serrés. Le dresseur László Juhász a supervisé une écurie de plus de 70 chevaux dont un magnifique Frison noir monté par le shérif de Nottingham et le « Castano » de Robin des Bois, un Pure race espagnole (PRE) de 13 ans, une race connue pour son élégance, son intelligence et sa luxuriante crinière.

Une cave à vin

C’est à Budapest, dans une cave à vin vieille de 83 ans, que le chef décorateur Jean-Vincent Puzos et son équipe ont construit les catacombes poussiéreuses qui abritent les appartements et la bibliothèque de Frère Tuck. Le décor est inspiré de l’artiste allemand d’après-guerre Anselm Kiefer.

110 ans après

Robin des bois sort 110 après le premier film sur le prince des voleurs (un court métrage), Robin Hood and His Merry Men (1908), et 8 ans après le dernier, Robin des Bois porté par Russell Crowe.

Inspiration brésilienne

Pour créer les bas-fonds de Nottingham, Jean-Vincent Puzos s’est inspiré des favelas du Brésil, ces bidonvilles chaotiques où vivent des millions de gens. Ces quartiers pauvres à l’aspect anarchique sont faits d’une immense structure à plusieurs niveaux reliés par des passerelles de corde. D’une longueur incurvée d’une centaine de mètres, la structure en bois à trois niveaux soutenant le bidonville a nécessité plus de trois mois de construction.

Palais de Nottingham

L’intérieur du Palais de Nottingham, constitué d’un opulent mélange de sculptures métalliques, de soieries, de tapisseries, de miroirs, de vitraux, de céramiques, de coussins, de lustres, de tables de roulette, de pipes à opium et de lanternes rouges, a été créé aux studios Korda (à Budapest, en Hongrie).

Désert et Croisades

C'est aussi dans les studios Korda que Jean-Vincent Puzos et son équipe ont reconstitué le désert syrien pour y creuser des tranchées de deux mètres de profondeur. Le camp de base des Croisés, avec ses drapeaux, ses tentes et ses images religieuses, est la première des choses qui fait prendre conscience à Robin que les soldats sont utilisés pour remplir les caisses des riches. Dans l’esprit de renouveau du film, Otto Bathurst voulait vraiment aborder les Croisades – et les combats rapprochés – d’un point de vue moderne. Il explique : "Les Croisades étaient des guerres brutales et les batailles étaient une réalité aussi terrible pour ces hommes que l’est la guerre pour nos soldats du XXIe siècle. Nous avons donc regardé des films comme La Chute du Faucon noir, Démineurs, Du sang et des larmes."

Un pro du tir à l'arc

Lars Andersen, un archer connu pour sa vitesse et ses exploits visibles sur Youtube, s'est chargé d'entraîner les acteurs à tirer à l'arc. Il se rappelle : "Robin des Bois représente l’essence même du tir à l’arc. Lorsque les gens pensent au tir à l’arc, ils se souviennent généralement de ce qu’ils ont vu dans un film sur Robin des Bois. Ici, nous avons finalement eu la chance de rapprocher le tir à l’arc de ce qu’il est dans la réalité, j’espère que les gens verront que ce sport peut être terriblement excitant. Le public a l’habitude de voir un tir à l’arc relativement statique dans les films mais il peut être incroyablement dynamique."

Sur-mesure

Chaque arc a été conçu sur mesure pour le personnage qui l’utilise. Tim Wildgoose déclare : "Otto voulait que nous les personnalisions vraiment, comme l’aurait fait chaque soldat au fil des années passées au combat, en y ajoutant ses propres inscriptions, emblèmes, gravures et babioles."

Armes diverses

Le concepteur d’armes Tim Wildgoose s'est chargé de créer les armes du film. L'arsenal comprenait une arbalète à répétition qui permet de tirer de la même manière qu'avec une arme à feu automatique (ce dispositif monté sur l’épaule permet de décocher 30 flèches à la fois) ; une grande arbalète mécanique inspirée par la mitrailleuse Gatling munie d’un chargeur rotatif bourré de boulons métalliques ; une arbalète qui décoche des grenades à gaz (utilisée par le Shérif de Nottingham pour contrôler la foule) ; des « arcs de sniper » camouflés et les « matraques de Nottingham », une redoutable version d’une matraque de police recouverte de métal.

Flop commercial

Produit pour un budget estimé à 100 millions de dollars, Robin des Bois n'a enregistré que 14 millions de dollars de recettes en 6 jours d’exploitation et 9,2 millions lors de son premier week-end en salles.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Glass (2019)
  • The Hate U Give – La Haine qu’on donne (2018)
  • Ben Is Back (2018)
  • La Mule (2018)
  • Les Invisibles (2018)
  • Edmond (2018)
  • L'Incroyable histoire du Facteur Cheval (2017)
  • Money Monster (2016)
  • Creed II (2018)
  • Green Book : Sur les routes du sud (2018)
  • Doubles Vies (2018)
  • Holy Lands (2018)
  • Mia et le Lion Blanc (2018)
  • Inglourious Basterds (2009)
  • Aquaman (2018)
  • Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ? (2018)
  • Bohemian Rhapsody (2018)
  • Colette (2018)
  • A Star Is Born (2018)
  • YAO (2018)
Back to Top