Mon AlloCiné
    Café Society
    note moyenne
    3,7
    5042 notes dont 441 critiques
    6% (28 critiques)
    33% (145 critiques)
    37% (164 critiques)
    17% (75 critiques)
    5% (21 critiques)
    2% (8 critiques)
    Votre avis sur Café Society ?

    441 critiques spectateurs

    tuco-ramirez
    tuco-ramirez

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 618 critiques

    3,0
    L’événement annuel, comme un rituel, un Woody Allen, celui-ci est tout de même son 47ème film. Plongé dans les 30’s, à Hollywood avec une ambiance jazzy, rien de bien neuf sous le soleil. Tout comme il rendait hommage aux illustres intellectuels français dans « Minuit à Paris » ; il rend hommage, ici, à l’âge d’or du cinéma. Mais là où le premier sentait la naphtaline ; celui-ci dépasse la nostalgie rétro pour aller au plus profond des sentiments. Pas son meilleur film des 10 dernières années, mais un énième volume de qualité autour de l’amour, du hasard de la vie et de la mort ; un film qui contribue à faire œuvre d’un travail d’une vie. Rien de bien exceptionnel dans cette histoire d’amour contrariée, mais Woody tient le rythme au travers des relances scénaristiques souvent prévisibles mais toujours délicieuses. Et puis même si çà ronronne, qu’est-ce que c’est fluide. A côté de la comédie romantique de bon goût porté par un casting au charme, Woody tisse une trame de film noir avec une bonne dose d’humour… noir. Les nombreuses saynètes courtes et dynamiques sur le monde des gangsters offrent un côté parodique donnant du rythme et de la légèreté à son film. Il profite de ces deux pistes, la comédie romantique et le film noir, dans son film pour raviver la guéguerre entre New-York et Los Angeles. Avec du côté des Newyorkais l’authenticité et la magouille et du côté des Californiens la superficialité, le paraitre et l’illusion. Un Rv annuel sympa avec un Allen de bon niveau cette année même si le contenu est léger.
    Louise C.
    Louise C.

    Suivre son activité 1 abonné

    4,0
    Le film est très bien réalisé. Les images sont très belles et l'histoire nous transporte. J'ai vraiment apprécié! Néanmoins, j'ai moins apprécié le jeu de Kristen Stewart qui reste toujours légèrement dans le même registre.
    Jean Marc Dinaut
    Jean Marc Dinaut

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 146 critiques

    3,0
    Café Society de W.A est un film assez conventionnel, avec ses histoires entrecroisées, ses amours contrariés, ses intrigues classiques. Pourtant, de tout cela, W.A fabrique un film sur le cinéma hollywoodien des années trente, traversé par une multitude de stars mythiques, qu'on ne voit jamais mais qu'on imagine vivante et présente, là, à coté. Lumineux, authentique, riche, les personnages évoluent dans des décors somptueux, où rien n'est oublié, jusque dans le moindre détail rien ne manque. Les costumes sont magnifiques. Un véritable plaisir pour les yeux. La patte du maître est toujours là, présente, à chaque prise. Les dialogues inventifs sont de miel et la mise en scène pur sucre. Bon maintenant, c'est pas non plus le film de l'année, on sent bien que Woody fatigue un peu. Mais nous avons vu un film de Woody Allen, et c'est toujours un événement !
    llafaye
    llafaye

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 43 critiques

    3,0
    Un film agréable, on sent bien la marque du grand Woody, scénario, jeu d'acteurs, images, bandes son, c'est nickel. petit voyage agréable dans les années 30. Mais ce n'est pas à mon avis le chef d'oeuvre annoncé. un peu long, et souvent prévisible. Quelques belles répliques tout de même.
    Olivier Ferry
    Olivier Ferry

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 69 critiques

    3,0
    On retrouve Woody Allen dans ce qu'il sait faire de mieux, cad créer une atmosphère tout à fait charmante, et des personnages attachants. J'ai été surpris par l'interprétation de Jesse Eisenberg, qui par certaines posture et locution me rappelle étonnamment le jeune acteur qu'était Woody Allen. Par contre au niveau du scénario, l'histoire est quasiment inexistante et vraiment déjà vu ! ( spoiler: le mari qui hésite à quitter sa femme, le quiproquo sur deux hommes qui aiment la même femme ) Il est également dommage que les personnages secondaires soit si inconsistants, d'autant que le casting est assez impressionnant (mention spéciale pour Blacke Lively! Mais à quoi sert-elle dans ce film, elle est belle sert...)
    Yael F.
    Yael F.

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    3,0
    Une compagnie sympathique et glamour qui sans l' histoire du frère gangster ne serait qu' une bluette romantique pleine de clichés mais plutôt plaisante dans ses dialogues.Kirsten Stewart joue mieux que chez Assayas.Woody Allen semble toutefois ignorer que la vie dans le monde futur existe dans le judaïsme même si ce n' est pas la même conception que le christianisme.
    anti s
    anti s

    Suivre son activité

    3,5
    Pas de surprise, c'est du Woody Allen. On passe un bon moment, malgré Kristen Stewart inexpressive ...
    Elo P.
    Elo P.

    Suivre son activité 17 abonnés

    3,0
    Film agréable. On reconnaît toujours aussi bien la patte de Woody Allen. Film à voir et intéressant sous certains aspects. Rie de bien surprenant
    alain-92
    alain-92

    Suivre son activité 240 abonnés Lire ses 837 critiques

    4,0
    Dans cette nouvelle réalisation, Woody Allen offre un film, à la fois tendre et ardent. Un certain côté belliqueux flirte avec la légèreté. La voix off du réalisateur accompagne parfaitement le récit. "J’ai fait ce choix parce que je savais exactement quelle intonation donner à chaque mot, Je me suis dit qu’à partir du moment où j’avais écrit l’histoire, c’était comme si je lisais oralement mon propre roman." Les dialogues, souvent savoureux, trouvent un point culminant avec Jeannie Berlin, dans le rôle de cette mère juive qui se lamente quand, son fils condamné à la peine capitale, a mal tourné en devenant catholique. Le réalisateur travaille pour la première fois avec le directeur de la photographie, Vittorio Storaro. De cette collaboration découle un résultat magnifique. Les costumes de Suzy Benzinger sont raffinés et remarquables jusque dans le moindre détail. La satire, parfois cruelle, accompagne avec une certaine frénésie la vie de ce jeune homme attiré par le cliquant d'Hollywood, pour revenir vers le lieu de ses racines. New York. Il faudrait citer l'ensemble du casting tant chaque acteur trouve sa juste place en offrant le meilleur. Sans être un inconditionnel de Woody Allen, j'ai aimé ce film, subtil, sensible, parfois âpre dans le propos mais réussi de bout en bout.
    trineor
    trineor

    Suivre son activité 133 abonnés

    3,5
    Je peine encore à voir le rapport entre le film et son titre, pour tout dire... mais après tout, ça ne m'aura pas empêché de passer un bon moment. Pour le peu d'importance que peut avoir une note, disons que jusqu'à peu avant la fin j'aurais plutôt penché pour du 3 étoiles, avec mention "agréable" : et par là, je veux dire qu'il n'y a aucun doute sur le fait qu'il s'agit d'un Woody Allen mineur, sans ambition – un Woody Allen "de routine", ce serait probablement l'expression juste... Mais sans jamais prétendre être grand chose, ça sait être léger, attrayant, parfois touchant, et le rester de bout en bout. Seulement la fin est quand même plus que ça, et elle est suffisamment belle – je veux dire : "surprenamment" belle – pour passer un cran au-dessus. Vous savez, une de ces fins où l'on se dit devant un plan, sans vraiment s'attendre à ce que ce soit le dernier, que ce serait beau si c'était le dernier... et là, tombée de rideau. Je ne voudrais rien divulgâcher, mais sans dire de quoi il retourne : je n'avais plus vu depuis longtemps chez Woody Allen une fin de film aussi irrésolue, à la fois inquiète et mélancolique, où il accepte comme cela de laisser s'en aller son histoire sans avoir tout bouclé ni tout remis en ordre, en assumant simplement la perplexité, le trouble, l'incertitude, sur un regard plein de la vérité intermédiaire des sentiments et des choses. Et je trouve ça assez nuancé, au fond. Et très réussi. Pour le reste, le film est clairement dans un rythme de croisière, que ce soit en termes d'écriture, de mise en scène ou de choix musicaux : ça ne touche jamais au génie, ça ne convaincra vraisemblablement personne parmi ceux que les petits derniers de sa filmographie n'ont pas convaincus, mais ça a sa dose de goût et de charme, entre habituels mots d'esprit, bords de mer, ambiances jazz et intérieurs joliment éclairés. (Je retiens à ce propos une scène de "panne d'électricité" où les personnages se retrouvent deux silhouettes détourées par la lumière d'une bougie.) Quelque chose d'agréablement désuet, aussi – et par là, je ne pense même pas tant au charme de ces années 30 baladées entre Hollywood et New-York, avec toute la tripotée des figures d'usage (le producteur de cinéma, l'actrice manquée, la mère juive, l'oncle intellectuel, l'oncle gangster, son club de nuit, etc.) qui au demeurant tiennent leurs promesses en matière de bon vieux stéréotypes et d'humour... Même pas tant cela, donc, que le charme plus élémentaire qu'il peut y avoir à oser raconter une histoire d'amour si commune, a priori tellement vue et revue, en lui laissant simplement le temps de vivre sa vie, d'hésiter, de s'épanouir, de se compliquer, de se dédire, de se reprendre, de regretter, d'espérer. Après, on ne va pas se mentir : devant la désinvolture presque insolente qu'il faut pour brandir comme ça des motifs aussi vieillots que cet énième triangle amoureux, avec ses énièmes rebondissements qui n'en sont pas vraiment et ses énièmes cas de comique de situation où l'un des trois joue le dindon des deux autres, il va être plutôt naturel qu'une part non négligeable des spectateurs y voie des signes de paresse ou de panne d'inspiration. Mais personnellement, je dois dire que même cela m'a plutôt plu : ça m'a davantage fait l'impression du film qui ne cherche rien à prouver, et qui se moque d'emprunter des chemins pavés de clichés parce qu'au fond, ce qui l'intéresse n'est pas tant l'histoire qu'il raconte que les personnages et les états d'âme qu'il est en train de brosser, et qu'à travers toutes ces scènes comme autant de prétextes, il s'applique à détailler de façon nuancée et émouvante. En ce qui me concerne, en tout cas, l'émotion prend plutôt bien. Pour comparaison, je ne dirais pas que j'ai trouvé ça aussi adorable que "Magic in the Moonlight" qui, sous ses airs presque enfantins, est à mes yeux l'un des plus radieux et des plus séduisants de toute la filmographie d'Allen ; mais ça m'a paru bien plus fin et plus sincère que "L'Homme irrationnel" de l'année dernière. Non sans surprise, j'ajouterai que Kristen Stewart est d'assez loin celle qui m'aura le plus convaincu dans son rôle – tout aussi crédible en jeune femme vive et éveillée (véridique !) qu'en vaniteuse de salon. Steve Carell en fait peut-être un peu trop dans le registre du surmené émotif au bord de la crise de nerfs, mais reste amusant. Jesse Eisenberg, en revanche, il faut vraiment qu'il arrête de reproduire les mêmes troubles compulsifs en boucle sur tous ses rôles depuis "The Social Network" : je n'en peux plus de voir Zuckerberg vibrer frénétiquement partout, à tout propos et surtout hors de propos... puis il la surjoue tellement, maintenant, sa nervosité, que c'en est devenu complètement artificiel. C'est ridicule. Et c'est quand même dommage : je trouve le film si agréable, et le voir lui à l'écran m'est carrément pénible.
    Eponaa
    Eponaa

    Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 215 critiques

    2,5
    Ce film se laisse voir mais sans plus. Je ne sais pas ce que trouvent les spectateurs de si génial à Woody Allen. J'ai bien aimé l'époque où se situe l'action (ou plutôt la non action) avec la splendeur d'Hollywood, les belles toilettes etc. Le titre devrait être "Alcool society", rares sont les scènes où les protagonistes ne sont pas avec un verre à la main....Les acteurs sont bien mais sans pour autant être géniaux.
    MargauxBa28
    MargauxBa28

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 7 critiques

    2,0
    On en prend plein les yeux en ce qui concerne les décors et les costumes. En revanche, il n'y a pas vraiment d'histoire. C'est plat, du début à la fin. À voir si vous aimez les années 20/30, pour le style, mais ne vous attendez pas à un chef d'oeuvre tel que "L'homme irrationnel".
    antony Z.
    antony Z.

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 184 critiques

    2,5
    du pur style "woody allen". Les amateurs seront comblés, les autres risquent de trouver le film assez ennuyeux comme moi..
    Francis L.
    Francis L.

    Suivre son activité 11 abonnés Lire sa critique

    1,0
    Beaux décors et costumes d'époque, Kristen Stewart n'a jamais été aussi belle que dans ce film mais quel ennui c'est mou et franchement ça ne raconte rien d’intéressant. Version française à bannir et for
    Eslenya
    Eslenya

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 85 critiques

    2,5
    Décors soignés, belles reconstitutions d'époques (d'où les 2.5 étoiles) mais histoire un peu creuse et fin plus que déconcertante... Moi qui suis fan de Woody Allen , là je reste sur ma faim....
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top