Notez des films
Mon AlloCiné
    The Other Side
    note moyenne
    3,1
    82 notes dont 9 critiques
    répartition des 9 critiques par note
    1 critique
    3 critiques
    3 critiques
    1 critique
    1 critique
    0 critique
    Votre avis sur The Other Side ?

    9 critiques spectateurs

    Blog Be French
    Blog Be French

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 263 critiques

    1,0
    Publiée le 14 juillet 2015
    On dira que la catégorie « Un Certain Regard » est faite pour ça… On dira que sans cette sélection, certains films n'auraient obtenu aucune vision médiatique et que certains sujets en valent parfois la peine. Dans le cas de The Other Side, on retiendra surtout son côté réaliste, virant au documentaire, où est exposée la sauvagerie dans laquelle s'enferme une partie de l'Amérique anti-Obama. On remarquera dans le travail de Roberto Minervini, présent pour la seconde fois à Cannes, le souhait de nous montrer l'attachement obsessionnel pour le Second amendement (port d'arme) présent dans certaines zones pauvres des Etats-Unis d'Amérique. Mis à part cela, que reste-t-il si ce n'est un flot incessant de vulgarité et de laideur ? Par une réalisation trop simple et complètement fade, le jeune réalisateur expose une peinture désastreuse, sans écriture, sans véritable fond idéologique, et dont les dialogues d'une pauvreté effarante finissent par détruire toute considération envers The Other Side. Dans un lieu des plus sales, qui s'apparente à la Louisiane, des personnages hideux gesticulent sans ne jamais rien émettre autre chose qu'un vocabulaire comparable à de la bouillie puante. Toujours plus exposée, la drogue ne sert qu'à rendre encore plus grotesques les personnages édentés de ce film qui ne cessent d'alterner shoots ignobles et scènes de sexe vomitives. C'est tout juste si on ne nous invite pas directement à entrer dans une caravane mal famée ou des toxicos écoutent du Panthera tout en bavant sur leur chemise sale… La mise en scène reste basique, sans âme, et absolument anéantie par un montage approximatif qui rend le film vraiment pénible à suivre. Ajoutez à cela l'esthétisme cliché du cinéma indépendant américain et des cadres sans la moindre recherche visuelle, vous obtiendrez la cerise à placer sur le gâteau empoisonné appelé The Other Side. Sans intérêt, à part pour quelques bribes de dialogues et deux scènes à tout casser, The Other Side reçoit le Grand Prix du « Pire Film vu à Cannes en 2015 » ! Hideux, bête et sordide, on cherche encore à comprendre comment il a pu réussir à être sélectionné pour « Un Certain Regard ». À fuir de toute urgence ! Retrouvez cette critique et bien d'autres sur notre site Be French !
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 436 abonnés Lire ses 2 138 critiques

    2,5
    Publiée le 22 novembre 2015
    Du réalisateur italo-américain Roberto Minervini, on ne connaissait en France que son film précédent, Le cœur battant, qui avait eu droit en 2013 à une séance spéciale dans le cadre de la Sélection Officielle du Festival de Cannes. Cette année, c’est la sélection Un Certain Regard qui accueillait The Other Side. Ce documentaire présente deux volets, l’un tournée à West Monroe, dans le nord de la Louisiane, l’autre tourné au Texas. Le premier nous présente un couple de junkies, pas vraiment antipathiques malgré leur racisme anti-Obama affirmé, pas totalement déglingués malgré toutes leurs défonces aux drogues les plus diverses. Même racisme, également tourné contre Obama, dans le second volet qui présente les membres d’une milice armée jusqu’aux dents et dont la paranoïa va jusqu’à prévoir l’intervention de l’ONU dans leur pays avec instauration d’une loi martiale les privant de leurs libertés, dont la plus importante à leurs yeux, celle de pouvoir être armés. Un film qui dérange !!
    WutheringHeights
    WutheringHeights

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 930 critiques

    4,5
    Publiée le 7 décembre 2015
    Le réalisateur les filme au plus près dans leur quotidien, n’oubliant pas un certain sens de la mise en scène et du cadre. (...) Dans ce film, Minervini montre une Amérique de « l’autre côté », loin de l’image véhiculée par son cinéma et sa politique, profondément divisée en son socle et en proie à une violence intérieure à la mesure de son incroyable rayonnement culturel à l’extérieur. LA SUITE :
    Ufuk K
    Ufuk K

    Suivre son activité 196 abonnés Lire ses 778 critiques

    3,0
    Publiée le 6 décembre 2015
    the other side présente dans la sélection un certain regard du festival de cannes est un documentaire que j avais envie de voir d'une e part par sa classification -16 ans et bonne critiques de la presse celui-ci est sans détour sur la situation des marginaux de l'Amérique profonde tout y passe drogue, sexe, misère sociale, racisme et dénonciation de la politique d'Obama il est vrai que le documentaire est intéressant mais seulement par intermittence dommage.
    Extremagic
    Extremagic

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 484 critiques

    3,0
    Publiée le 30 novembre 2015
    Alors je ne savais pas du tout à quoi m'attendre en allant voit ce film, en voyant l'affiche je pensais que ça allait être un truc dans le genre Mud ou Joe, dans l'Amérique profonde avec une petite touche de poésie et puis quand j'ai vu l'interdiction aux moins de 16 j'ai commencé à douté. En tout cas je ne m'attendais pas à ça. Sachez déjà que le film n'a rien d'excessivement violent mais bon la censure en France... il suffit qu'il y ait un nu frontal pour que ce soit le début de la fin. On a une sorte de The Smell of Us, sur une Amérique (cette fois de tout âge) paumée. Alors oui on aura quelques plans très beaux qui ajoutent de la poésie mais sinon c'est assez glauque. Le film est découpé en deux parties bien distinctes, je dois dire que j'ai largement préféré la deuxième, j'ai pas tout à fait compris le lien entre les deux, je pense que c'est simplement qu'elle sont complémentaires pour venir soutenir un seul et même propos. Le film est extrêmement politique, surtout dans sa première partie parce que dans la première dès qu'on cause politique c'est pour sortir ou des banalités ou des absurdités. En tout cas tout y est au niveau des valeurs américaines c'est la liberté qui gouverne tout (entendez le libéralisme) et s'ensuit les armes, le sexe, la drogue, l'inculture, etc. Après je dis pas les personnages sont souvent touchants (je pense au vieux qui pleure en lisant une lettre avec un discours bateau sur l'amour), la grand-mère qui danse (cette scène est magnifique), et il y a en plein comme ça. Je pense que vous commencez à voir en quoi ça m'a fait penser à du Larry Clark, et puis il y a ces corps, laids, gros, difformes, toujours dénudés, mais la force du film c'est d'en faire dégager quelque chose, quelque chose qui est une sorte de beauté malsaine. C'est assez étrange. Mais sinon je me suis pas mal ennuyé sur la première partie, c'est le genre de structure narrative qui pour montrer l'errance des personnages ne fait pas avancer l'histoire. C'est ce qui m'avait déplu dans The Smell of Us et je retrouve ça ici. C'est pour ça que je trouve la deuxième beaucoup plus intéressante et beaucoup plus virulente politiquement parlant. On aborde d'autres choses on montre l'absurdité des valeurs américaines, etc. En bref c'est pas que c'est mauvais c'est que ça ne m'a pas vraiment plus. Je pense que le discours politique est assez complexe et mérite un réel approfondissement que de simplement dire "L'Amérique c'est caca, on aime pas Obama" parce que ça c'est ce que disent les personnages, alors qu'en fait je suis convaincu que le réalisateur dit quelque chose en faisant dire ça à des personnages de ce milieu là, avec ce passé là. En tout cas c'est pas inintéressant, simplement pas vraiment mon truc.
    Fabien D
    Fabien D

    Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 864 critiques

    3,5
    Publiée le 7 décembre 2015
    Avec The other side, Roberto Minervini nous plonge au cœur même de l'American White trash. Son film, véritable docu-fiction (difficile de démêler ce qui est joué et mis en scène de ce qui est réel) est une réussite formelle indéniable. La beauté du cadre et de la lumière, l'empathie pour ses personnages désœuvrés et toxicomanes empêchent le film de sombrer dans le misérabilisme outrancier. The other side est brillant quand il tente d'exprimer les paradoxes d'une société gangrenée de l'intérieur, où les idéaux féministes côtoient les propos racistes, où la pauvreté devient une manière d'affirmer qui ''on est' ,oû la drogue permet la cohésion sociale voire familiale. Il est dommage que les vingt dernières minutes, en prenant un virage à 180 degrés, viennent gâcher un peu la magistrale réussite de la première heure. En s'intéressant aux milices armées texanes, le cinéaste peine un peu à raccrocher ses différents wagons. L'immersion devient problématique et l'on peine à comprendre réellement le message qui en découle (pas sûr même que l'on soit dans la critique). C'est toujours brillamment filmé et monté, mais peut-être un peu moins fort. L'émotion de la première partie a laissé place à une forme de nihilisme s'achevant néanmoins sur une scène mémorable spoiler: ( une voiture brûlée avec à l'intérieur un masque d'Obama) résumant paradoxalement assez bien les limites du projet. Bref, The other side, malgré son propos, est un film plus émouvant que dérangeant. C'est une œuvre assez passionnante qui montre un autre visage de l'Amérique. A découvrir donc.
    Daniel Schettino
    Daniel Schettino

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 180 critiques

    4,5
    Publiée le 18 octobre 2019
    The Other side est le genre de cinéma qui ne laisse pas indifférent. Le film de Roberto Minervini nous bouleverse. Néanmoins certaines scènes nous héritent profondément, mais on sort de là ému par ce qu'on a vu. On est également abattu, et on se pose quantités de questions. Je n'ai pas trop combien compris si les 2 personnages principaux du film, Mark Kelly et Lisa Allen, ont été payé pour leur prestation ? Car le moins que l'on puisse dire et qu'ils se livrent entièrement devant la caméra. Et de me demander si Roberto Minervini ne profite pas trop de leur état de dépendance vis à vis de la drogue ? Ne tirent-il pas parti aussi de leur condition misérable ? Ne les exploite-t-ils pas d'une certaine manière ? Mark Kelly et Lisa Allen sont cash. Ils n'ont aucune inhibition. Ils ont aussi une grande tendresse entre eux. Leurs propos peuvent parfois déranger, mais ils ont aussi du bon sens. On dénote hélas le racisme et des aprioris stupides dans cette société de marginaux. Le réalisateur a le don du cadrage. La scène érotique est d'une grande beauté esthétique avec la forme et la courbe des corps. Ce qui extraordinaire dans cette scène est que Roberto Minervini réussit à rendre beaux ces 2 laissés-pour-compte qui n'ont pas des physiques avantageux. Les scènes de drogue sont très dérangeantes. La déambulation bucolique de Mark Kelly nous amène à Jean-Jacques Rousseau. Il communie avec la nature. Cette évocation bucolique est d'une grande poésie. La seconde partie du film est consacrée à une classe sociale plus privilégiée : les Rednecks et leurs amours des armes à feu. Ce qui intéressant de voir avec ces "cow-boys" est que cette société présentée comme souvent réactionnaire et conservatrice, apparaît très libre et désinhibée dans le film. Pour peu ils se conduisent comme de hippies des années 60. Ils sont chauds les Rednecks, et on a bien envie de partager une bière avec eux, et de profiter de la fête. Le film va donc à l'encontre des idées reçues.
    DespoziKaire
    DespoziKaire

    Suivre son activité Lire ses 29 critiques

    5,0
    Publiée le 27 avril 2016
    Des images de qualité. Ce film parvient à poser des images sur ce que la réalité produit parfois: le sublime. Dans l'amour, la fraternité ou l'âge, la quintessence est captée. C'est sublime, on sort de la salle captivé, changé, sûrement même moins bête. La pellicule déroule tellement d'expériences, d'Histoire, d'éléments forts que le temps en viendrait même à ralentir, une parenthèse pour nous, l'Histoire en face. Chef d'Oeuvre.
    JigsawHyde
    JigsawHyde

    Suivre son activité Lire sa critique

    4,5
    Publiée le 2 décembre 2015
    Un film-documentaire d'exception dans lequel on oscille entre rire et larme en observant cette Amérique invisible du XXIème siècle. Des deux parties bien distinctes j'ai préféré la première, plus sociale, plus ouverte sur les relations et l'humanité des protagonistes. Pas déçu.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top