Mon Allociné
Crache cœoeur
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
Note moyenne 3,0 15 titres de presse
  • Le Parisien
  • Libération
  • Le Nouvel Observateur
  • Première
  • Culturopoing.com
  • Le Monde
  • aVoir-aLire.com
  • Studio Ciné Live
  • Les Inrockuptibles
  • Télérama
  • Les Fiches du Cinéma
  • Critikat.com
  • VSD
  • L'Humanité
  • Positif

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de Allociné, de 1 à 5 étoiles.

15 critiques presse

Le Parisien

par Pierre Vavasseur

Sur un scénario qui se déploie habilement, ce beau film parle avec pertinence du mal être de l'adolescence et comble son versant romantique d'autant de ronces que de roses.

Libération

par Guillaume Tion

Cette chronique sur l'éveil à l'amour et à la sexualité est le premier film de Julia Kowalski. Avec ses scènes de sexe tout sauf glamour et ses soirées DJ au ralenti sur une BO très travaillée, il ne serait pas hyper original s'il ne contenait pas un joker : le sujet du film n'est pas Rose, mais justement son statut de métronome.

Le Nouvel Observateur

par Pascal Mérigeau

Ce premier film français est si réussi qu'il mériterait bien une séance de rattrapage.

Première

par Eric Vernay

Au naturalisme brut de décoffrage attendu se substitue un geste fluide, élégant, tout en ellipses et en maîtrise.

La critique complète est disponible sur le site Première

Culturopoing.com

par Sophie Yavari

Crache cœur trouve le ton juste pour évoquer les errements tourmentés de l’adolescence tout en retraçant le parcours initiatique de Rose, un personnage de jeune fille beau et rugueux.

La critique complète est disponible sur le site Culturopoing.com

Le Monde

par Mathieu Macheret

Julia Kowalski déploie une mise en scène d'une plasticité saillante, pas toujours très habile à moduler les intensités, mais d'une assurance notable et d'une solidité courageuse, dans le contexte actuel du filmage "à fleur de peau".

aVoir-aLire.com

par Judith Godinot

Un premier film maladroit mais fougueux à l’image de son joli casting.

La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

Studio Ciné Live

par Thomas Baurez

Sur un terrain rebattu (le quête du père...), la réalisatrice use d'une mise en scène sobre et touche souvent juste.

Les Inrockuptibles

par Jean-Baptiste Morain

Chacun essaie de vivre avec ses contradictions (le désir ou le dégoût, le rejet puis l’attirance pour l’autre) sans trop prendre conscience de ses actes, les analyser. C’est ce qui fait le prix de Crache coeur (…) il est sans conviction définitive, sans morale, sans jugement, sans psychologie. Mouvant.

Télérama

par Jérémie Couston

Originalité de ce premier long métrage : s'affranchir ostensiblement des clichés du teen movie d'aujourd'hui -- zéro SMS, lumière crépusculaire, musique de giallo. Sa limite : s'obstiner à rendre tous ses protagonistes antipathiques.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Les Fiches du Cinéma

par Gilles Tourman

Une approche juste et crue de l'adolescence.

Critikat.com

par Marianne Fernandez

Le film fait reposer son audace sur l’expression du désir féminin, et se tient sur le fil de l’émotion via une mise en scène alanguie. Elle étire les scènes au long des échanges de regards, de désir, et de décisions dont les motivations sont heureusement tues.

La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

VSD

par Bernard Achour

Une volonté de suspense psychologique dont le venin n'opère que trop rarement.

L'Humanité

par Vincent Ostria

Quelques petites touches bienvenues singularisent un film aux enjeux et au climat monotones.

La critique complète est disponible sur le site L'Humanité

Positif

par Eithne O'Neill

À l'écran, quelles que soient les bonnes intentions, un tel sujet exige des talents sûrs d'écriture et de mise en scène. Ils sont de cette entreprise particulièrement absents, au point où le manque d'éclairage dominant est presque un bienfait.

Les meilleurs films de tous les temps