Notez des films
Mon AlloCiné
    Harriet
    note moyenne
    3,4
    166 notes dont 18 critiques
    répartition des 18 critiques par note
    2 critiques
    7 critiques
    5 critiques
    2 critiques
    0 critique
    2 critiques
    Votre avis sur Harriet ?

    18 critiques spectateurs

    Fa F
    Fa F

    Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 1 472 critiques

    2,0
    Publiée le 19 janvier 2020
    Évocation d'une figure courageuse, combattante pour la liberté et donc, contre l'esclavage. Dommage que ce drame tourne en rond et se cantonne aux débuts, son évasion et celle de ses proches. Un hommage certes important à un personnage dans l'histoire du peuple noir de cette époque. Néanmoins, le film, incomplet et qui manque d'intensité dans le traitement et la réalisation, n'arrive pas à émouvoir.
    Fêtons le cinéma
    Fêtons le cinéma

    Suivre son activité 143 abonnés Lire ses 1 111 critiques

    2,0
    Publiée le 5 février 2020
    Harriet présente tous les défauts de la reconstitution historique qui confond la rétrospection avec l’anachronisme, si bien que sa colonne vertébrale ne se compose pas de séquences reliées entre elles par une vision de l’Histoire à la fois claire, personnelle et cohérente – puisqu’elle doit structurer l’ensemble du corps – mais se suture péniblement par un tissage de discours libertaires, raciaux et féministes, de poses balourdes et de scènes-paliers qui sont autant de passages obligés dans ce genre de production. À l’opposé de l’excellent Twelve Years a Slave, Harriet peine à imposer son style et à trouver son souffle, la faute à une mauvaise répartition de ses scènes dans la durée qui ne rendent pas justice au périple suivi et enduré par l’héroïne : sa fuite loin du domaine qui la retenait en esclavage et qui souhaitait la vendre au plus offrant n’occupe qu’une poignée de minutes, là où elle aurait dû tenir le spectateur en haleine, du moins s’affirmer comme le cœur battant du long métrage, son premier cœur battant bientôt redoublé puis décuplé au fil des passages, des allers-retours. En lieu et place, des affrontements verbaux qui ne sonnent pas juste mais qui ont pour unique fonction de construire le portrait d’une sainte, de la Jeanne d’Arc noire qui de Moïse est appelée à ressusciter (voir à ce titre la clausule et le texte qu’elle donne à lire). De bien louables intentions – et un parti pris contestable, mais un parti pris tout de même – qui ne débouchent sur la création d’aucune forme qui leur serait adaptée : on nous martèle que Tubman entend la voix du Seigneur, mais à aucun moment le film ne prend le risque de mettre en images cette élection divine, alors qu’un détour par le fantastique ou le miracle aurait conféré à l’œuvre une puissance poétique, surtout un regard novateur et audacieux porté sur une icône de l’abolition de l’esclavage et qui retrouve ici les illustrations des pages de manuels scolaires qu’elle occupe déjà. Pédagogique, certainement ; mais on était en droit d’exiger davantage d’un film s’emparant d’une figure aussi importante et révolutionnaire qu’Harriet Tubman. Reste l’actrice principale, Cynthia Erivo, parfaite dans le rôle-titre et qui porte le film sur ses épaules grâce à son charisme, la qualité de son interprétation et la beauté de sa voix.
    J.Dredd59
    J.Dredd59

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 608 critiques

    0,5
    Publiée le 17 mai 2020
    Pourquoi personne ne crie à la discrimination ? Le réalisateur est déjà coutumier du fait. On va me dire qu'on peut adresser le même reproche à Spike Lee, et c'est vrai, mais je ne pige toujours pas que ça ne choque pas. Bon là on est sur de l'afro-américain, je pourrai y voir un hommage à la Motown ou aux films de la blaxploitation mais non, pour ça il faut de la subtilité. Là c'est pas un hommage, c'est une dictature, on t'impose des acteurs ratés sans raisons autre que la couleur de leur peau, donc oui c'est du racisme. Sérieux j'ai juste vu un western de mauvaise qualité, avec des effets spéciaux inutiles, avec une histoire et une trame banales. Oui ça m'a gonflé, et non je ne suis pas le public visé mais d'un côté c'est presque insultant, d'où l'impression nauséabonde que j'ai après le visionnage.
    AM11
    AM11

    Suivre son activité 2111 abonnés Lire ses 5 490 critiques

    3,5
    Publiée le 15 janvier 2020
    Harriet Tubman était une abolitionniste et activiste qui après avoir réussi à s'échapper ne s'est pas contentée de vivre sa vie en sécurité puisqu'elle a tout mis en oeuvre pour aider ceux qui étaient encore prisonniers. Elle n'a pas fait que ça, elle a également lutté contre le racisme et pour le droit de vote des femmes, mais le film de Kasi Lemmons se focalise sur sa fuite et sur son combat pour délivrer les autres. Kasi Lemmons dénonce l'esclavagisme et propose une immersion au sein d'une époque difficile pour cette communauté. Si le rapport esclaves-maîtres est commun, la réalisatrice s'intéresse également aux relations entre personnes noires. Certains ont la chance d'être libres, mais pas tous et même ceux qui le sont ne le sont pas complètement. On retrouve également les traites, ceux qui travaillent pour les blancs ou même pour leur propre compte. Si le film rend hommage à cette femme, il prend quand même quelques libertés sur la réalité. Si c'est un biopic, il faut surtout le voir comme un film d'action avec la vengeance d'une femme contre celui qui a refusé de lui donner sa liberté qu'elle était en droit de réclamer. Harriet se trace elle-même son chemin de la liberté avant de montrer la voie aux autres. Les différentes missions de libération sont pas mal même si elles se ressemblent toutes. Dans l'ensemble, c'est un bon film avec un sujet fort et une actrice principale convaincante. Je n'avais vu que "Black Nativity" de la filmographie de Kasi Lemmons et ce film est bien mieux.
    Alasky
    Alasky

    Suivre son activité 106 abonnés Lire ses 1 921 critiques

    5,0
    Publiée le 1 mai 2020
    Une histoire captivante et une excellente interprétation de la part de ce casting. Un sans faute du point de vue de la mise en scène, des images et de la photo. Une bonne surprise, avec de beaux morceaux vocaux, Cynthia Erivo en tête, quelle voix !
    Elzekiel
    Elzekiel

    Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

    0,5
    Publiée le 4 juillet 2020
    Si je pouvais mettre 0 à ce nanar c'est ce qu'il mérite. J'en ai vu des films, mais celui là est aisément dans le top 5 des films à jeté à la poubelle. Merci pour ce moment de rigolade, quand je pense qu'il a eu des nominations aux oscars (c'est plus un gage de qualité) c'est les razzie awards qu'il aurait tout rafler.
    ffred
    ffred

    Suivre son activité 616 abonnés Lire ses 3 145 critiques

    3,5
    Publiée le 16 juin 2020
    Je ne connaissais pas l'histoire de cette femme, une des premières à s'élever contre l'esclavage aux États-Unis et à rentrer dans l'armée. La reconstitution historique est soignée, la direction artistique superbe. La mise en scène est solide. L'interprétation de qualité. Cynthia Erivo, découverte dans Sale temps à l'Hotel El Royale et formidable dans la récente série The outsider, est parfaite. D'ailleurs justement nommée aux derniers Oscars pour le rôle (seule nomination, hommes et femmes confondus, cette année pour un comédien noir). Je suis moins convaincu par le scénario. Le film se laisse regarder avec un certain intérêt mais ne passionne jamais vraiment. Cela manque un peu de puissance et de profondeur. Dommage. Sur le thème, on a vu bien mieux par ailleurs..
    Cinememories
    Cinememories

    Suivre son activité 74 abonnés Lire ses 886 critiques

    3,0
    Publiée le 27 janvier 2020
    Kasi Lemmons n’est sans doute pas la plus connue, mais elle a su faire la fierté d’une communauté afro-américaine au cinéma, le temps d’une comédie musicale et un biopic sur l’animateur de radio et de télévision “Petey” Greene. A présent, elle remonte le temps, avec une histoire loin d’être anecdotique, au détriment d’une oeuvre qui perd justement du prestige du fait de ses approximations historiques. Harriet Tubman (Cynthia Erivo) est devenue une icône de l’abolition de l’esclavage durant la fameuse grande guerre civile. Ayant fui le fouet ou plutôt pour se rapprocher de la liberté, cette femme défend des valeurs religieuses qui ont purgé bien des âmes, mais il y a toujours un risque en prenant un parti aussi radical. Ce film constitue donc un bel hommage, à ne pas prendre au sérieux dans le sens où il s’inspire davantage d’un mythe, ayant pris le dessus sur la personne. Pas étonnant qu’un tel sujet finissent indirectement entre les mains d’Hollywood, mais c’est une manière de détrôner l’homme de son statut de guerrier, car il n’emporte aucune victoire concrète. Harriet se fond ainsi dans un décor épuré et finit par se pavaner au rythme des chants, démarche que les esclaves disposaient afin de communiquer. Terence Blanchard est à signaler à la baguette, lui qui a longtemps suivi Spike Lee, ce qui donne une belle ambiance, parfois décalée mais qui donne des indices sur les réelles ambitions de cette réalisation. Le gospel fait également son apparition afin de styliser cette approche abstraite, car “Dieu” aura son mot à dire dans cette affaire, que l’on y croit ou non. Nous nous rapprochons des faits avec un élan narratif qui persiste à rendre l’héroïne divine à travers l’image qu’elle véhicule, tout le monde désirait devenir comme elle, libérée des chaînes, libérée des hommes. On revendique clairement l’indépendance par le biais du courage, mais il y a pourtant un vide qui plane sur la libération des esclaves. Outre l’interprétation des signes, à aucun moment le film ne prend un réel recul sur cette fatalité, on l’évoque juste, sans empiéter sur le personnage. En regardant au-delà du symbole d’abolitionniste, nous pouvons cependant trouver une certaine satisfaction. La traque par son ancien maître n’a rien d’exceptionnel en soi, mais ce sont les conséquences qui créent des situations intéressantes. Nous retraçons peu à peu les initiatives des esclavagistes afin d’opprimer une communauté noire qui cherche refuge, même plus loin dans le nord. Mais Harriet trouvera plus d’alliés pour contrer cela, notamment grâce à l’Underground Railroad, compagnie de transport supervisé par ceux qui croient encore à un monde libre. Toute l’œuvre est basée sur cette sainte terre qui est difficile à dénicher. La seule différence avec les plantations, c’est justement la pression du fléau cherchant à avoir le contrôle sur la vie. Dès lors qu’il n’a plus d'emprise, qu’il est pourvu d’une arme émoussée, il y a de l’espoir à transmettre à ceux qui ont la force de croire en cette liberté qu’on a fini par briser. C’est pourquoi il ne faut pas confondre les inspirations de ce film aux véritables faits. Ceci résonne davantage comme une fable respectueuse et symbolique, de quoi lui donner un petit peu de grandeur à l’approche des nouvelles réimpressions des billets de 20 dollars, car “Harriet” sera à l’honneur. Tout l’enjeu n’est donc pas de valider si elle en a sauvé des centaines ou non, mais simplement de constater qu’une femme a eu l’audace de tenir tête. C’est cette mentalité qui doit justement sortir d’une œuvre qui expose ses propos sans aller se risquer dans une mise en scène étincelante, mais qui comprend comment sensibiliser le spectateur. C’est également l’occasion de redorer le blason de cette héroïne dont on saura peu de choses à son sujet, si ce n’est la bonne foi et la bonne influence.
    Stef P.
    Stef P.

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 54 critiques

    4,5
    Publiée le 11 février 2020
    Excellent. L histoire vrai du courage d'une femme noire et de son combat contre l esclavagisme. Le jeu d acteur est parfait et tellement touchant. A voiiiiiiiir
    Georges P.
    Georges P.

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 533 critiques

    4,0
    Publiée le 12 février 2020
    Remarquable film sur tous les plans : interprétation, mise en scène, photo, scénario. Vraiment une réussite à partir de cette histoire vraie. À voir !
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 1729 abonnés Lire ses 4 877 critiques

    3,0
    Publiée le 23 avril 2020
    Si la reconstitution est soignée, les décors et costumes également dès on s'aperçoit vite que sur le fond le film reste bien trop sage. Non pas qu'il faille tomber dans la démonstration des horreurs inhérents à l'esclavagisme mais de là à occulter complètement ces évènements dans le récit il y a une marge. Jamais la réalisatrice ne transcende l'histoire, jamais elle n'insuffle d'intensité que ce soit dans l'émotion ou dans la simple angoisse d'une évasion. Par exemple la première évasion semble presque simple, tandis que celles qui suivent sont construitent de façon trop mécaniques et redondantes. Un film nécessaire mais un film qui ne nous tient pas en haleine une seconde car repose sur une simple exposition linéaire de quelques faits marquants. Note indulgente. Site : Selenie
    NammJones
    NammJones

    Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 1 502 critiques

    4,0
    Publiée le 28 juillet 2020
    Dommage que les rôles de noirs soient quasiment uniquement de mourir et ou d'être sauveurs d'esclaves, mais, il a au moins le mérite de parler d'un fait historique.
    titthebest
    titthebest

    Suivre son activité Lire ses 4 critiques

    4,0
    Publiée le 12 avril 2020
    Malgré l'incroyable performance de Cynthia Erivo, qui est vraiment à propos, l'image manque d'un rythme galopant qui aurait pu le rendre plus, mais le script est bon et fait le travail qui devait: éduquer et dévoiler. Harriet, cette petite grande héroïne forte a sauvé des centaines d'âmes dans une ère injuste et à travers ce film, elle nous a tout simplement pensé ce que signifie le mot "humanité".
    Pape Malick Thiam, Jr.
    Pape Malick Thiam, Jr.

    Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 9 avril 2020
    Un très bon film au crépuscule de la pratique de l’esclavage. On suit une dame très brave et déterminée à sauver son « peuple ». On découvre une Amérique très profonde avec les réalités de l’époque. Vraiment un film magnifique, une BO éblouissante. De beaux costumes. Chapeau !
    EaalXamar
    EaalXamar

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 44 critiques

    3,5
    Publiée le 24 juillet 2020
    19ème siècle, Minty est esclave. A la mort de son propriétaire, le fils héritier décide de la vendre. La jeune femme refuse ce sort et va traverser les Etats-Unis pour gagner un État non esclavagiste. Traversant seule plus de 100 kilomètre, aidée par des passeurs anti-esclavage sur le chemin, elle parvient à son but, prend un nouveau nom Harriet Tubman, et une nouvelle vie. Mais cela ne lui suffit pas, et elle décide de retourner vers le Sud pour ramener sa famille. Elle devient alors une des passeuses les plus mythiques des "voies de chemins de fer clandestins", filières permettant aux esclaves de fuir. Le film bénéficie de l'interprétation remarquable de l'actrice principale, mais aussi de tous les acteurs secondaires, et aussi de la qualité de sa reconstitution historique niveau décors et costumes. Le film, pour ses 3/4, fait le choix heureux de la reconstitution ne cédant pas sur la question de la complexité. Ainsi, la dimension mystique de Minty, croyante fervente, animée de "visions" prémonitoires qu'elle connait depuis un choc dans son enfance, et sa conception de l'anti-esclavagisme est fortement marquée par ce qu'elle considère comme sa mission divine. Noirs libres mais au service de leur ancien maître, noirs esclaves mais satisfait de leur condition privilégiée, violences et inhumanité envers les esclaves, conception avant tout économique par des propriétaires au bord de la faillite, noirs nés libres... Le film parvient à offrir une large gamme de cas particuliers, laissant à offrir une diversité de conditions des noirs avant la guerre de sécession. L'utilisation du blues est une très bonne idée, mettant vraiment en valeur cette musique dans son contexte historique. Le principal défaut, qui se fait de plus en plus important au fur et à mesure de l'avancée du film, concerne le traitement en tant qu'héroine d'Harriet. En effet, aux USA, le personnage est devenu mythique, rare cas de femme noire célèbre du 19ème siècle. Son effigie devait être inscrite sur des billets de banque, avant que Donald Trump ne freine le projet, voulant flatter son électorat sudiste nostalgique de l'esclavage. Il y a donc une dimension politique évidente au personnage. C'est certainement la raison pour laquelle le film choisit un traitement glorificateur, hagiographique. Si l'on comprend bien qu'il s'agit d'élever au rang de "grande femme" une figure noire féminine, face à la multiplicité des "grands hommes", je ne suis pas particulièrement convaincu par le fait d'appliquer le même genre de traitement hagiographique. Ainsi le film décide de se clore sur une "bataille finale" voyant Harriet affronter son ancien maître. Toute une partie du parcours d'Harriet est éclipsée : rôle dans la guerre de Sécession, dans les mouvements abolitionnistes plus institutionnels... C'est que cela serait l'inscrire dans une dimension plus collective, ce que le film refuse de faire, par exemple en ne présentant pas l'importance des réseaux d'Harriet, mais plutôt en la montrant tout faire seule. Un film très bien mis en scène, porté par un personnage principal fort, et qui parvient à montrer une situation dans sa complexité, mais qui selon moi pâtit de l'héroisation excessive du personnage.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top